Emission diffuser sur NC1 jeudi 17/11/11 sur les squats du grand Nouméa ou prés de 9 000 personnes résident, par choix pour certains, en attente de relogement pour d’autres. Quelles sont les politiques publiques mises en œuvre en faveur des habitants des squats et comment relier ces lieux de vie à la ville dans une idée d’inclusion et non d’exclusion ? Pour en débattre :
Cynthia Ligeard, présidente de la commission habitat urbanisme et aménagement de la province Sud
Nalina Tirou, chargée de mission pour la politique de la ville à la province Sud.

Créateur le 18 octobre 2006 du blog Calédosphère, Franck Thériaux est papa à temps plein d'une petite fille née le 1er Juin 2012. Selon son entourage, il passe beaucoup trop de temps sur internet… Membre émérite de la rédaction, il vit aujourd'hui en métropole après 23 belles années passées sur le Caillou. Il est en contact quotidien avec l’équipe et continue à participer à la vie de son « bébé numérique »

Articles similaires

par -
38
36 Commentaires

Ajouter un commentaire


5 + = 8

En publiant votre commentaire vous acceptez notre charte.

Vous pouvez joindre une image au format jpeg, pjpeg, png et de taille maximum : 2MB.

    • qu est ce que tu me parle de montesquieu , t es ou la ? t as fumé ou koi , qu est ce que tu veux ke je te repondes , pfuiitttt , t as gagné , t es trop fort……………….

       (0)
       (0)
  1. les squatts ne sont pas acceptables , certes , mais vu les commentaires pour un compteur d eau et l electricité , j imagine ce que ca serait si demain on mettait plusieurs dizaines de milliards pour reloger tout le monde dans des maisons correctes , non tous ces commentaires ne sont ni plus ni moins que des jalousies de bas etage , des ya pas de raison que moi j ai du me debrouiller et pas eux et patati et patata , en fait ya que quand ca pete et qu on se sent menaces qu on consent a faire des efforts pour les plus demunis …………quand y se sentent menaces il sont meme capable de descendre a plus de 17 000 dans la rue en blanc avec leur banderolle si ya pas toi ya pas moi …..mais quand tout va bien , quel couardise…..

     (0)
     (0)
  2. tipee, la dignité humaine fait que l’on ne paut en aucun cas dire que ces squatts sont acceptables et encore moins souhaitables, surtout aprés avoir avoir constaté la gabégie des Jeux du Pas y Fric.
    J’ai honte pour la Calédonie.

     (0)
     (0)
  3. si les squatters sont content eh ben moi aussi , qu est ce que ca peut bien faire , des gens qui vivent dans la terre , dans des cabanes en toles , avec un trou dans la terre pour wc , ben ouais , ils vont avoir leur eau , leur electricité et j espere le terrain gratos , eh ben c est parfait , c vraiment minable de venir parler de droit , d equité et de toutes ces conneries , arriver a etre jaloux des avantages que peuvent obtenir les plus demunis faut vraiment le faire….. , moi aussi je l ai transpiré ma maison , mais si d autres peuvent avoir gratis eh ben tant mieux pour eux , ca ne nous enleve rien , mais les commentaires sur ce sujet sont vraiment representatifs de la mentalite francaise moyenne , dans un pays ou les depenses inconsiderees , les magouilles , les detournements se chiffrent par centaines de milliard qu est ce que ca peut faire qu on en debloque quelques uns pour aider les plus demunis , et qu on vienne pas me chanter que ; y ont des beaux 4X4 et toutes ces conneries , les gens quand y ont les moyens qu ils soient oceaniens ou non ils preferent vivre a savannah que dans les squatts , maintenant si y en a qui sont interesses , y peuvent toujours aller vivre au squatt ………………….

     (0)
     (0)
  4. Rigoberto, que tu défendes des idées, certes avec l’inélégance qui te caractérise, tout cela est très bien. Mais que tu divulgues de fausses données chiffrées, sans mentionner de source, cela est insupportable.

    Il ne pouvait pas y avoir 4000 habitants dans les squats en 2004 puisque c’est un phénomène en pleine expansion et qu’en 1995, pour ses travaux universitaires, l’anthropologue urbaine Dorothée Dussy en avait déjà comptabilisé 5000.

     (0)
     (0)
  5. je vais même rajouter ceci faire une location à postériori pour permettre la continuation d’ habitations construites sans permis de construire et se faisant entrainant la rupture du principe d’égalité républicaine cela s’appelle un détournement de pouvoir.. que le Haussaire ne remplisse pas déjà son rôle de gardien de la Loi est »hénaurme »,que personne ne bouge l’est tout autant
    les élections prochaines ne peuvent tout justifier

     (0)
     (0)
  6. question sans doute stupide…mais pourquoi aucun recours en annulation devant un tribunal administratif? ce ne sont pas les motifs d’illégalité qui manquent.pourquoi laisser le délai de 4 mois pour un recours en excès de pouvoir s’écouler? a un moment donné parlez ne suffit plus

     (0)
     (0)
  7. Election de l’Avenir Ensemble en 2004 avec la promesse de faire disparaitre les squats en construisant des logements sociaux en masse, à l’époque il y avait 4000 squatters.

    L’avenir ensemble 7 ans après en 2011 avec Gomès toujours Président du Gouvernement résultat: 9000 squatters, 5000 de plus.

    Chapeau bas les mecs, faudrait savoir lire votre bilan avant de critiquer l’adversaire.

     (0)
     (0)
    • Et avec cette politique insencée du Rump, en peu de temps il va en avoir deux fois plus et sur des terrains privés. C’est un sacré coup de pouce pour la revendication foncière toute azimut des indépendantistes et en plein agglomèration. De la pure folie.

       (0)
       (0)
    • rigo encore une fois tu melange tout, n’oublie pas que pendant l’ere gomez il y avait un vaste programme de logement social, qui a ete supprimé au changement de presidence….la raison: ya plus de sous dans les caisses…..MDR…..non mais c’est sur entre un logmement en dur avec tous le confort et une cabane en toles avec une super arrivée d’eau, ya pas photo, on doit super bien vivre dans une cabane ….surtout si on se prend en plus un « erica » ou un « beti » sur la tronche…….

       (0)
       (0)
  8. Le vieux Nékaré a aussi laissé entendre qu’ils veulent des titres de propriété.
    Payer toute sa vie pour un taudis qui n’aura jamais aucune valeure marchande ne lui semble pas une bonne solution. Et il a 100% raison sauf que ce n’est pas dans des favélas pourris qu’il faut investir, mais plutôt dans un logement sociale (aux normes) qui lui appartiendra à lui et sa famille au bout de quelques années.

     (0)
     (0)
  9. L e vieux Nékaré, de l’émission, termine sur ça :

    Joseph Nékaré ; sénateur coutumier ; squatteur à Nouville.
    RFO télé ; NC1 jeudi 17/11/11

    « … allez vivre dans les immeubles… on a remarqué … alors les gens peuvent pas se regrouper comme on fait là…
    … alors comme on disait tout à l’heure les gens de tels coins à Nouville dans le même squatt, y’a les gens de Thio, y’a des gens de Maré, comme on a dit tout’à l’heure, des gens des îles, y’a des gens de Lifou là plus loin, y’a des Wallisiens, Futuniens, y’a des Vanuatu… »

    Le communautarisme exacerbé, le cloisonné encore plus radical… :-(
    Alors il est où le « destin commun » ?! « L’avenir partagé » ?!!!!!
    Même là, surtout là, c’est de la foutaise :-(

     (0)
     (0)
  10. Et ben moi au lieu de jeter 15Md cfp dans des jeux pour la frime, j’aurais fait construire des logements dignes pour ces gens.

    De source sure, le squatt du VD est sous le coup d’une expulsion imminente par les forces de l’ordre, ne manque que le feu vert du Maire, mais par pur calcul éléctoraliste il ne veut pas prendre ses résponsabilités.
    AMA, c’est un très mauvais calcul car la plupart des sqatters votent en PIL et par procuration.
    Et puisqu’on ne sait pas où les mettre je propose que l’on install ces squatters chez Rigoberto.

     (0)
     (0)
    • Yes Floyd, ou alors on peut demander au sénateur de prendre tout cela en charge par l’intermédiaire de son agence immobilière, à titre gracieux cela va sans dire, puisqu’il est à l’origine du projet. En plus, il paraît qu’il y a une parcelle à N’Géa largement sous-exploitée en terme d’occupation du terrain. Ben oui, c’est ça aussi le destin commun. :-)

       (0)
       (0)
    • Les dépenses pour les jeux ont été effectuées à l’époque où ton mentor Gomès était Président de la Province Sud puis du gouvernement.

      Peux tu me citer Gomès une seule fois à cette époque s’opposer à ces dépenses ?

      Pas du tout, il n’a jamais rien dit alors qu’il était au pouvoir et pouvait s’opposer à ces dépenses.

      Il y a consentit de façon pleine et entière , inutile donc de revenir là dessus après coup.

       (0)
       (0)
  11. Que proposes tu Floyd ? Evacuation au lance flamme comme à Ouvéa ?

    Aurais tu un peu d’humanité ?

    L’eau courante permet d’améliorer l’hygiène, de diminuer la contamination des habitants alentours, comme toi qui habite le quartier, par la dengue, d’éliminer la gale et l’impétigo à l’école voisine où sont scolarisés tes enfants.

    Es tu contre cela ?

     (0)
     (0)
  12. Rigoberto oublie de mentioner que certains squatters comme au Vallon dore occupent des terrains privés.
    La Mairie a fait installer l’eau sans l’accord du proprio sans même le prévenir.
    C’est pas un petit peu illégale ça?
    Un peu beaucoup même.

     (0)
     (0)
  13. Vous avez volontairement « oublié » de préciser que les squatteurs devront non seulement payer l’eau et l’électricité, mais devront également payer un loyer à la Province.

    Ce loyer permettra justement de mettre les citoyens à égalité, ceux qui louent leur logement seront donc sur le même pied que les squatteurs.

    Les squatteurs en contrepartie de ce loyer bénéficieront des mêmes avantages que les autres citoyens (aménagement de la voirie, eau, électricité, assainissement).

    Les enfants seront dans de meilleurs condition pour étudier, la dengue, le RAA, la gale et le chikungunya vont reculer dans ces quartiers et dans toute la ville y compris les beaux quartiers .

    L’Avenir Ensemble n’a jamais réussi à venir à bout des squats en construisant des logements sociaux qui nous ont couté une fortune, cela a au contraire crée un appel d’air et le nombre de squatteurs n’a jamais été aussi important aujourd’hui, beau résultat.

     (0)
     (0)
    • Là je jubile, je me demande comment peut on raconter autant d’inepties en quelques lignes.
      On y va point par point:
      Vous avez volontairement « oublié » de préciser que les squatteurs devront non seulement payer l’eau et l’électricité, mais devront également payer un loyer à la Province.

      Et la Province elle va payer quoi ?? rien !!!! elle passe un bail emphytéotique avec le bailleur social propriétaire des terrains le privant ainsi des possibilités de construire dans les trente ans.
      Manque à gagner en terme d’économie d’emplois, et de loger des gens qui patientent depuis longtemps pour avoir un logement décent.
      Les squatteurs ne peuvent pas payer un loyer (pas de bail) donc une « espèce » de « redevance » à quel titre ?? illégal et puis personne ne payera c’est une évidence.

      Ce loyer permettra justement de mettre les citoyens à égalité, ceux qui louent leur logement seront donc sur le même pied que les squatteurs.

      Des citoyens à égalité ???!!!! relis moi avant sur le terme LOYER et bien sûr je fais l’impasse sur les occupations illégales. Principe républicain de la propriété foncière cher rigo, tu sais le gars qui veut conserver son passeport Français………chapeau bas!!!!!!!

      Les squatteurs en contrepartie de ce loyer bénéficieront des mêmes avantages que les autres citoyens (aménagement de la voirie, eau, électricité, assainissement).

      AH ouiiiiiiiiiiiiiii !!!!!! qui va payer ces aménagements ??? ça porte un nom le CONTRIBUABLE !!!!
      Et après tu crois que les squatteurs vont déménager ??? va demander à ceux de Nouville maintenant qu’ils ont rien qu’une route potable.

      Les enfants seront dans de meilleurs condition pour étudier, la dengue, le RAA, la gale et le chikungunya vont reculer dans ces quartiers et dans toute la ville y compris les beaux quartiers

      On pourrait être presque d’accord sauf que rien n’est prouvée sur les contagions éventuelles et prendre à chaque fois les enfants comme exemple, j’aimerai moi que les parents soient responsables mais c’est un autre débat.

      L’Avenir Ensemble n’a jamais réussi à venir à bout des squats en construisant des logements sociaux qui nous ont couté une fortune, cela a au contraire crée un appel d’air et le nombre de squatteurs n’a jamais été aussi important aujourd’hui, beau résultat.

      Bon là sur l’aspect politique je vais dire oui sauf que si les autres n’ont rien fait avant, il vaut mieux parfois ne rien faire plutôt que faire n’importe quoi à des buts électoralistes.
      Je vais conclure en te rappelant que si les opérateurs sociaux font du « béton » c’est bien parce que la province (toute mouvance politique) impose des normes draconiennes en terme de construction alors qu’il serait possible de faire autrement.
      Dernier point les opérateurs financent eux même les opérations sans pratiquement aucune aide des collectivités. J’ai bien dis financement des constructions et des voiries.
      J’invite donc tout le monde à arrêter de payer des loyers et surtout n’hésitez pas à vous construire une belle maison sur un terrain de la province, on va vous mettre tout le nécessaire et pas d’inquiétude, votez pour qui vous savez (prendre la carte serait un plus).
      Vive le France, vive la république……………

       (0)
       (0)
      • Les inepties c’est toi qui les racontes.

        Les squatters devront payer cette redevance au risque de se voir couper l’eau et l’électricité, ce sera assez incitatif pour qu’une grande partie casque.

        Les aménagements seront payés en grande partie par le contribuable français à travers les contrats de développements.

        Il est bon de rappeler aux petites têtes que les squatters sont aussi des contribuables, ils payent toutes les taxes à la consommation, l’IRPP pour ceux qui sont redevables, la patente pour ceux qui en ont une, l’IS pour ceux qui ont une société et bientôt les taxes communales sur l’eau et l’électricité sans parler de la fameuse redevance.

        Faut vraiment être faux cul pour ne pas reconnaître cela.

         (0)
         (0)
        • Oui les squatters paierons, toute leur vie, pour un tas de tôles sur un misèrable lopin de terre qui ne leur appartiendra JAMAIS.
          Et Rigolot trouve que ça c’est un progrés social.

           (0)
           (0)
        • Oui ils paieront, comme ceux qui paient à Montravel ou ailleurs toute leur vie pour rester dans une cage à lapin qui ne leur appartiendra jamais.

          Ce ne sera pas un bail emphytéotique mais un bail précaire et révocable pour occupation du domaine public.

          Au Vallon Dore, il est évident que les squats ne pourront être régularisés sur un terrain privé, leur donner de l’eau pour les enfants est un acte humanitaire.

           (0)
           (0)
        • Les squatters devront payer cette redevance au risque de se voir couper l’eau et l’électricité, ce sera assez incitatif pour qu’une grande partie casque.

          Ah oui??!!! les compteurs ne peuvent être individualisée, je te fais un cour sur la propriété foncière ???
          Si les squatteurs sont des ayants droit au logement pourquoi restent ils là? moi j’ai une petite idée et toi ??
          Pour le reste Rigo tu fais de la propagande c’est tout, mais le risque maintenant c’est « l’appel d’air » qui est fait et la boite de pandore est ouverte.. de nous deux le faux cul c’est qui ????
          Un mot bravo Monsieur le Sénateur.

           (0)
           (0)
    • De toutes les idées de la clique Frogier-Yanno-Gay, c’est celle-ci qui a la palme : la régularisation des squats.

      Le drapeau du FLNKS c’est pénible. L’élection de Wamytan c’est une injure à la face de la majorité. La montée du Parti Travailliste au gouvernement c’est une gifle à l’Accord de Nouméa. La « coutume pour tous », on préfère encore en rire tellement c’est une idée tarte.

      Mais la régularisation des squats, ça c’est le pompon.

      Il est là (et pas ailleurs) le véritable projet de société de la coalition RUMP-UC que trois-quatre techniciens ayant encore un minimum de conscience professionnelle commencent tout juste à appréhender : Deux légitimités. Deux drapeaux. Deux chefs. Deux systèmes.

      Et maintenant, deux sortes de pauvres :

      1/Les océaniens restent dans les squats. On va tout faire pour ça et on enrobe le dispositif d’une bouffée d’humanisme et de bien-pensance mal placée.

      2/Et les autres ?

      Selon les propos de Pierre Bretegnier dans les Infos du 18/11/11 : « En outre – et ce n’est pas le moindre de son intérêt – cette réhabilitation permettra que des demandeurs de logements « normaux », en attente depuis des années, accèdent enfin à l’habitat social, les squatteurs ne devant plus être alors systématiquement considérés comme prioritaires. »

      Plusieurs questions à la clique du RUMP-UC naviguant au grès de leurs circonvolutions intellectuelles sur les quelques forums qu’ils considèrent tous désormais comme gauchiste ou fasciste (au choix) puisque plus aucun internaute ne cautionne ouvertement leur politique :

      – C’est quoi exactement des demandeurs de logements « normaux » ?
      – C’est quoi, alors, un demandeur de logement « anormal » ?
      – Si les conditions financières et sociales ne déterminent plus la priorité d’accès aux logements sociaux, sur quels critères (et je deviens là très curieux) va-t-elle se faire avec votre politique ? le sport pratiqué ? la couleur des cheveux ?
      – Si, selon les propos de Pierre Frogier à l’assemblée de la Province Sud : « Nous allons poursuivre la construction de logements locatifs aidés et très aidés », alors pourquoi Pierre Bretegnier, au nom du Rassemblement-UMP, nous dit deux jours plus tard : « La Province Sud est dans l’incapacité financière de construire les 2000 logements nécessaires (…) il reste donc la réhabilitation des squats» ?
      – Si le Rassemblement-UMP déclare que la politique de relogement « ne convient pas non plus, aux squatteurs relogés» parce que « la plupart d’entre eux sont océaniens », alors pourquoi ces derniers renouvellent-ils des demandes à la SIC pour des logements ? Ils ne savent pas ce qu’ils veulent ? Ils n’ont rien compris ?

      Ou peut-être est-ce le RUMP qui n’a rien compris.

      Pour un esprit Cartésien : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément. » On voit bien que les incohérences, les imprécisions, les mensonges, les maladresses de la coalition en place ne sont que les preuves éhontées de leur incapacité (ou leur lâcheté) chronique de dire avec des mots simples ce qu’ils souhaitent vraiment : Un apartheid social et ethnique dans le Grand Nouméa. « Eux chez eux et nous chez nous »

      Parce qu’ils estiment naïvement que c’est la meilleure façon d’avoir la paix.

      Le problème, c’est qu’ils ont tort : L’apartheid, c’est la guerre.

       (0)
       (0)
      • Les INFOS, 18 nov 2011
        page 10
        signé P. Brétégnier

        « En outre, – et ce n’est pas le moindre de son intérêt- cette réhabilitation permettra que des demandeurs de logements « normaux », en attente depuis des années, accèdent enfin à l’habitat social, les squatteurs ne devant plus être alors considérés comme prioritaires. »

        Waaaaoooohhh ! Fort !
        C’est quoi les « normaux » ? Et les « pas normaux » ? dans la tête d’un Brétégnier ?
        2 drapeaux… 2 « normalités » maintenant … :-(

         (0)
         (0)
      • D’accord encore une fois, avec Tom cette fois : le Caldien a remplacé le Cartésien. Au RUMP on a les penseurs qu’on peut, eux c’est Gaby, l’homonyme antonyme de  » brio ». Dans ce système de non réflexion, on est dans l’immédiateté du coup politique, de l’effet d’annonce, de l’électoralisme à court terme, où les idées, les projets, s’effacent derrière l’affairisme, l’appétence boulimique pour le pouvoir. Le projet de réhabilitation des squats, ce n’est pas autre chose : asséner des pseudo-idées à l’emporte pièce, juste pour occuper le terrain, juste pour montrer qu’on est là, qu’on est aux manettes, quitte à générer la confusion, quitte à hypothéquer l’avenir des Calédoniens, puisque c’est ainsi qu’on les nomme jusqu’à preuve du contraire. Peu importe les conséquences. Le long terme, ce n’est pas franchement le problème du RUMP. Pour tous, je veux dire les sectaires montdoriens, l’essentiel est de rester là, cramponné au pouvoir, occuper les institutions, virer les opposants républicains même s’il faut s’allier avec n’importe qui, n’importe comment… Faut dire qu’en 2004, ils ont eu tellement peur de disparaître, et c’est bien la seule excuse qu’on peut leur trouver.

         (0)
         (0)
        • @ tom : tu as juste oublier de mentioner la derniere connerie monumental en date: la tele pays : 2 redactions des partenaires-advesraires-complices payées par les sous du contribuable, soit toi et moi……..a l’heure ou le monde entier est en crise et fait des economies, nos politiques eux crament le blé sans compter…..

           (0)
           (0)
  14. Tout cela participe de la politique générale du Rump: à défaut de volonté politique, maquiller le renoncement en « gestes ».
    Quelle triste vision d’avenir pour ce pays.
    De pire en pire.

    Puisque l’on subventionne des occupants illégaux avec de l’argent public, est-ce que l’on va continuer à prendre des taxes sur les permis de construire de ceux qui eux achètent légalement des terrains et respectent le droit ?
    Cela parait tellement discriminatoire et stupide avec le programme de subventions aux squats qu’il est légitime de demander la fin de cette taxe qui insulte les citoyens respectueux du droit.

    Pourquoi alors ne pas appliquer la taxe foncière aux squatteurs si on leur reconnait une existence légale ?

    Ou bien alors avons-nous grâce à la coalition, une double société, avec son double drapeau, son double droit de l’urbanisme, et son double traitement fiscal ?

     (0)
     (0)
  15. D’accord avec toi Floyd. En résumé :
    – on enkyste des gens dans des logements que l’on dit « normés », mais qui ne sont évidemment pas aux normes en terme de sécurité incendie par exemple.
    – on va demander à ses populations, de « respecter un contrat  » consistant à empêcher que d’autres viennent s’installer dans leur squats, c’est à dire de jouer aux îlotiers policiers, selon un principe inouï du  » j’étais là le premier, toi tu dégages » ! Le coutumier qui participait à l’émission a lui-même précisé que ce n’était pas son rôle. Effectivement, on imagine les tensions que cela créera entre installés et ceux qui souhaitent les rejoindre…
    – on pérennise un système de favelas qui ne fera que croître et qui, à l’évidence, posera des problèmes sociaux et de sécurité insurmontables.
    – on encourage les populations du Nord et des Îles à l’exode au lieu de leur fournir emploi et conditions de vie acceptables dans leurs tribus ou villages. A quoi sert le rééquilibrage et l’excédent budgétaire de ces deux provinces, si c’est pour les laisser se désertifier peu à peu ? Il a d’ailleurs été noté que les gens se regroupaient dans les squats en fonction de leur lieu d’origine ( Thio, Pouebo, Maré etc…) ce qui démontre que s’ils en avaient la possibilité, ils resteraient sur place.
    – on crée un système discriminatoire, façon  » un poids deux mesures  » : à revenus équivalents, on demande à certains de payer le loyer de leur appartement et à d’autres une petite contribution à la facture d’eau du squat.
    – on évite soigneusement d’évoquer les solutions alternatives : aide à l’habitat social, à l’accession à la propriété, création d’emplois sur les lieux d’origine, construction de logements sociaux « océaniens » c’est à dire privilégier l’habitat « horizontal » avec parcelle de terrain. L’habitat social ce n’est pas forcément des barres d’immeubles et en Nouvelle-Calédonie, ce n’est pas le foncier qui manque.
    Bien entendu, aucun contradicteur invité à l’émission, dans la crainte sans doute qu’il mette l’accent sur le caractère purement électoraliste de ces mesures et à aucun moment n’a été évoqué le coût de celles-ci appliquées aux 14 squats (!) réaménagés. Au lieu de  » parler vrai », l’émission devrait être rebaptisée :  » Le vrai parler de la langue de bois ».

     (0)
     (0)
  16. Du pipeau de A à Z.
    Un grand non-sense d’urbanisation doublé d’une régression sociale.
    On ne fait que créer des townships à la sud africaine (zone de regropement des pauvres) et péréniser en localisant la misère.

    Je hurles de colère quand j’entends 15 Md dans les Jeux du Pacifique (pour de la frime) et il y a que des robinets d’eau pour les sans logis.
    La honte.

     (0)
     (0)