Connect with us

Calédosphère

Chroniqueurs

La Nouvelle-Calédonie, un futur état fédéré de la France ?

Une fois que le Non à l’indépendance l’aura emporté le 4 novembre 2018 beaucoup de calédoniens, notamment de loyalistes, pensent que les choses seront réglées définitivement. C’est absolument erroné vu que les choses sérieuses vont commencer une fois passées les élections provinciales de mai 2019. Si le Premier ministre a d’ailleurs demandé à ce que soit sanctuarisée la période entre le référendum et les provinciales ce n’est certainement pas pour rien. La bataille des provinciales risque d’ailleurs d’être féroce, « souquez ferme moussaillon », car de ce scrutin, outre la maîtrise de nos institutions, naîtra la légitimité de porter la voix des calédoniens dans la dernière ligne droite du processus de décolonisation qu’est l’accord de Nouméa.

Qui qui veut inscrire son nom dans l’histoire ? Ne ratez pas le coche, sortez vos égos mesdames et messieurs. Il y a peut-être une nouvelle poignée de main à portée de main !

Deux options vont alors se profiler et relèvent indéniablement de la stratégie, mais aussi du sens des responsabilités politiques. La première consisterait pour les indépendantistes à aller au bout du bout du bout de l’accord de Nouméa et à solliciter deux nouveaux référendums en 2020 et 2022. Dans le cas de nouveaux échecs, qui plus est prévisibles, l’accord de Nouméa est très clair en son point 5 « Si la réponse est encore négative, les partenaires politiques se réuniront pour examiner la situation ainsi créée ».

Autrement dit, en cas d’échec à l’accès à l’indépendance lors des 3 référendums possibles, les formations politiques calédoniennes sont condamnées à se retrouver et à négocier un nouvel accord. Aussi le choix qui s’offre à elles est d’engager des discussions dès la fin des provinciales de 2019, ou bien en 2022. Dans notre intérêt, et surtout de la paix civile, il est indéniable qu’il vaut mieux engager des discussions en 2019 et ne pas attendre 2022 et de possibles tensions. Sauf que, pour pouvoir négocier ce nouvel accord, il faut remplir deux conditions préalables, dont la première indispensable :

Continuer à exister politiquement après les provinciales de 2019 : c’est-à-dire disposer au moins d’un groupe de six élus au congrès.

Avoir maintenu le fil du dialogue avec les partis indépendantistes jusque-là.

La stratégie du Rassemblement, qui joue sans nul doute sa survie politique (#chronique d’une mort annoncée), est clairement de privilégier l’échéance provinciale. S’ils arrivent à franchir la barre ils se disent qu’ils pourront toujours revenir dans la partie. Après tout, n’avaient-ils pas déjà donné le drapeau FLNKS et mis Rock Wamytan à la tête du congrès ?

Le groupe Martin/Backes est indéniablement dans la même stratégie. Ce sont d’ailleurs eux qui ont indirectement poussé le Rassemblement à sortir du G10 afin de ne pas se faire siphonner leur électorat le plus à droite.

Calédonie Ensemble, qui dispose d’une base électorale conséquente et plus solide, joue logiquement, et heureusement, sur les deux tableaux. En effet, rompre le dialogue avec les indépendantistes, dans une période aussi cruciale pour notre avenir et pour la paix, relève de l’irresponsabilité.

Mais en quoi pourrait consister ce nouvel accord ? Les possibilités de sortie de l’accord de Nouméa sont d’ores et déjà mentionnées dans le rapport au Premier Ministre intitulé Réflexions sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie réalisé par Jean COURTIAL et Ferdinand MELIN-SOUCRAMANIEN en 2014.

Les 4 possibilités de sortie de l’ADN :

– 1 – L’accès pur et simple à la pleine souveraineté
– 2 – La pleine souveraineté avec partenariat
– 3 – L’autonomie étendue
– 4 – L’autonomie pérennisée

Afin d’y voir plus clair voici un schéma représentant le contexte ainsi que le positionnement des forces politiques indépendantistes (étant noté que l’UC est plutôt à cheval sur deux propositions). L’enjeu de la sortie de l’accord de Nouméa est de savoir où l’on place le curseur de la souveraineté. Deux options proposent ainsi une souveraineté au sein de la France (options 3 et 4) et deux autres en tant qu’état indépendant (options 1 et 2). Il est à noter que l’ONU reconnait qu’il n’est pas nécessaire d’être un état indépendant pour achever le processus de décolonisation. Les quatre options présentées sont ainsi viables, pour peu que l’une d’entre elle soit approuvée par le vote des calédoniens. On notera également que s’il existe une feuille très mince entre l’option 2 (pleine souveraineté avec partenariat) et 3 (autonomie étendue) la différence est pourtant fondamentale : dans la France ou hors de la France !

Si l’on s’en tient à la représentation estimée des forces loyalistes en présence (65% environ des voix estimées pour le référendum), seules les options 3 et 4 de statut au sein de la France, sont envisageables. Pour autant, l’option 4 qui correspond au stade actuel de l’accord de Nouméa, si elle est viable techniquement, ne l’est pas politiquement vis-à-vis des indépendantistes.

En effet, négocier signifie pour chaque partie céder un peu de terrain, faire un pas vers l’autre. Cela revient à faire des compromis, si possible sans compromissions. Si ce pas en avant n’était pas fait, les partis indépendantistes n’auraient aucun moyen de se retourner vis-à-vis de leur électorat. Après avoir lancé le train de l’indépendance il y a deux générations, il se crasherait brutalement sur le mur du temps passé. Aussi la seule option qui pourrait logiquement faire consensus entre loyalistes et indépendantistes est l’option 3. C’est celle qui nous ferait aller encore plus loin dans le statut d’autonomie tout en restant dans la France. Cela ferait de la Nouvelle-Calédonie un état fédéré de la France (le premier ?) à l’instar de ce qui existe aux Etats-Unis, des Bermudes ou encore des Iles Cook. Si cela serait totalement novateur, et imposerait une réforme constitutionnelle substantielle, cela n’a rien d’impossible. La France n’est-elle pas déjà un état fédéré de l’Europe et la Nouvelle-Calédonie un état fédéré de la France mais qui n’en porte pas le nom ? L’Homme faisant le droit, et non l’inverse, c’est tout à fait envisageable.

Mais les indépendantistes accepteront-ils le verdict des urnes, du corps électoral qu’ils ont approuvé ? Ou bien resteront-ils prisonniers d’un discours cinquantenaire devenant chaque jour davantage obsolète auprès des leurs ? Le pas à franchir, convenons-en, peut être conséquent, voire relever du trépas politique. D’autre part les loyalistes, notamment les illuminés de la départementalisation, voudront-ils faire également ce pas en avant ? La gestion ici des partis extrémistes sera cruciale étant noté qu’en cas de non consensus ce sera l’impasse totale et l’épreuve de force.

Quel que soit ce nouveau statut il est indéniable qu’il nécessitera la rédaction et approbation d’un nouvel accord. Et c’est là qu’entre en scène la charte des valeurs calédoniennes. Celle-ci pourrait très bien être le préambule de ce nouvel accord, ce indépendamment du statut que l’on aurait. Elle pourrait ainsi servir de base tant à la rédaction de la Constitution d’un état indépendant qu’à celle d’un état fédéré soumis à la Constitution de l’Etat Fédéral français.

Bien entendu ce n’est pas le moment d’évoquer ces sujets au regard du contexte pré référendaire et pré provinciales. Si les partis indépendantistes se sont déjà positionnés sur les options qu’ils envisagent on notera que les partis loyalistes, hormis certaines personnalités à titre individuel, n’en ont pas fait autant concernant les options 3 et 4. C’est trop tôt, trop risqué. Si on les interrogeait aujourd’hui officiellement ils opteraient certainement tous pour l’option 4. En sera-t-il de même en 2019 ? Qui sait…

NB : Cette réflexion établi un raisonnement sur la base notamment du respect de la démocratie. Dans le cas où celle-ci ne serait pas respectée c’est un immense champ des possibles qui s’ouvre, dont notamment l’option 2. Celle-ci reviendrait cependant, cette fois pour les partis loyalistes majoritaires, à trahir leur électorat.

Gilgamesh

Afficher la suite

Créateur le 18 octobre 2006 du blog Calédosphère, Franck Thériaux est papa à temps plein d'une petite fille née le 1er Juin 2012. Selon son entourage, il passe beaucoup trop de temps sur internet… Membre émérite de la rédaction, il vit aujourd'hui en métropole après 23 belles années passées sur le Caillou. Il est en contact quotidien avec l’équipe et continue à participer à la vie de son « bébé numérique »



162
Laisser une réponse

avatar
24 Comment threads
138 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
XXX
XXX

L’affaire Benalla : un scandale d’Etat ou un scandale d’été ?

pour reprendre l’idée parue dans les Echos (Jean-Francis Pecresse / Editorialiste Le 23/07 à 17:17)

XXX
XXX

S’agissant de l’Elysée et de la proximité immédiate du chef de l’Etat, ça prend forcément les allures d’un scandale d’Etat. Et de mon point de vue, c’en est quand même un. Certes, c’est pas le SAC ou le Rainbow warrior, mais quand même ! Que ça arrive mi juillet… Rien d’étonnant non plus. Ceux qu’avaient la vidéo auraient eu bien tort d’agir autrement. Que du normal. Que les oppositions s’en emparent, me direz-vous, c’est leurs rôles. Qu’elles le politisent ainsi, avec cette volonté affichée de toucher le chef, Normal aussi dans la cinquième. Avec le risque quand même, c’est qu’à… Lire la suite »

XXX
XXX

Et pendant ce temps, la serpentine de Kouaoua a encore brûlée dans la nuit de dimanche à lundi… et la section de recherche de la gendarmerie a été chargée de l’enquête. La serpentine a encore brûlée et la section de recherche de la gendarmerie a été chargée de l’enquête. La serpentine a encore brûlée et la section de recherche de la… pour la septième fois ! Et pendant ce temps à Kouaoua, personne n’a rien vu, n’a rien entendu… Et pendant ce temps à Kouaoua, personne n’a rien vu, n’a rien entendu… Entendu, enquête, rien, vu, Kouaoua, SLN, vu, serpentine,… Lire la suite »

XYY
XYY

XXX.
“Ben…”.
Ben c’est çà le destin commun.
Ben c’est çà le politiquement correct.
Ben c’est çà l’altérité.
Ben c’est ça XXX.
Ben…

XXX
XXX

@XYY- Pour Kouaoua et sa vieille dame, ch’est chûr cha mon brave monsieur.

XXX
XXX

@XYY-
Y’aura toujours des gens pour “jeter le bébé avec l’eau du bain” !

Dans le fond, c’est tout au plus l’expression d’un état d’esprit.

C’est juste pas le mien.

XYY
XYY

XXX.”c’est juste pas le mien”. Et alors, ça rimait à quoi, votre post du 24 Juillet 2018 19:02 ?

XXX
XXX

@XYY- Tout simplement de mettre l’accent sur le 7ème incendie de la serpentine et le fait que les enquêtes n’avancent apparemment pas.

Ce qui en soi me parait très grave.

Mais, de là à extrapoler comme votre post suivant le suggère…

A moins que je n’en ai pas compris la subtilité. Ce qui est toujours possible.

XYY
XYY

XXX. “Tout simplement de mettre l’accent sur le 7ème incendie de la serpentine et le fait que les enquêtes n’avancent apparemment pas. Ce qui en soi me parait très grave.” Vous voyez que vous pouvez faire simple quand vous voulez: 3 lignes sujet-verbe-complément au lieu de 12 lignes de wannabe poésie en prose. Ça pour le style. Quant au fond: vous semblez ignorer que les exactions sur mine non punies sont une coutume locale. Mines Ballande en 2014: 1/2 milliard de dégats. Mines NMC, Ballande Eramet fin 2017-début 2018: 300 millions en tout. On a chopé quelqu’un ? “Mais, de… Lire la suite »

XXX
XXX

@XYY- Il me semble que sur la forme chacun est libre de s’exprimer comme il l’entend sur ce blog dès lors que sur le fond, il respecte les limites fixées par la loi.

A moins évidemment, d’avoir à faire à des censeurs !

ou des pisses-froids…

XYY
XYY

XXX.”sur la forme…sur le fond”. Vous faites une grosse confusion : une opinion (fond) ne peut-être punie par la loi, mais sa manifestation (forme) peut-être punie. Exemple le racisme: je peux ne pas blairer les martiens, , considérer tout martien comme nul et inférieur mais je n’ai pas le droit de le manifester publiquement.
Quant à la votre de forme, elle s’enrichit de jour en jour “bougre d’idiot”, “idiot utile”, “pisses-froids*”…next coming soon ?
* au passage: pisse-froid est invariable

XXX
XXX

@XYY- Pour pissefroid, vous avez raison (et pourtant j’avais vérifié, comme quoi avec l’âge !!)… Mais pour le reste, ça ne change rien au fond.

XXX
XXX

@XYY- Je viens de relire votre dernier post… me concernant.

Si je comprends bien, c’est ma manière d’écrire qu’a l’air de vous poser problème.

Voyez vous, moi j’y tiens à cette manière d’écrire et de penser, c’est quand même elle qui m’a permis de gagner ma vie pendant près de 40 ans.

Puis changer à mon âge, comême, vous exagérez !?

Jibene
Jibene

A l’international, cette affaire doit bien faire rigoler… En France, on a le sens des priorités !!! On suspend le débat sur la réforme des institutions pour s’intéresser aux aventures d’un pied nickelé…

LedZep
LedZep

@Jibene Effectivement c’est lamentable mais, c’est l’époque qui le veut. La médiatisation à outrance du moindre fait divers, dès que çà touche quelqu’un ou une institution en vue, ni une ni deux la machine médiatique s’emballe. A juste raison ? Pour notre affaire « Macron », la justice tranchera. Moi ce qui m’interpelle le plus c’est le fait que çà va durer 1 ou 2 semaines jusqu’au prochain fait divers. Mais entre temps, nous aurons droit sur toutes les chaîne de TV nationales à un défilé de politiques, d’experts juridiques et autres… Avec de surcroît un passage en boucle sans fin ! Ce n’est… Lire la suite »

Mister Eric

C’est beau, la Macronie. BENALLA, BEN ALLAH…? Sur Riposte Laïque: 1) L’Elysée a poussé Benalla au poste de sous-préfet L’information, éventée dans les milieux préfectoraux, a suscité de telles oppositions que le proche collaborateur d’Emmanuel Macron a dû renoncer. Selon nos informations exclusives, l’Elysée a encouragé Alexandre Benalla, adjoint au chef de cabinet du président de la République et intime du couple Macron, à soumettre sa candidature au poste de sous-préfet dans le cadre des nominations au tour extérieur. Mais l’information, éventée dans les milieux préfectoraux, a suscité de telles oppositions qu’Alexandre Benalla, âgé de 26 ans, a dû renoncer… Lire la suite »

Clark
Clark

Honnêtement le problème avec Riposte Laïque, c’est qu’ils racontent pas mal de conneries.

Mais ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait une part de vérité.

A force de faire monter dans “l’ascenseur social” des minorités sexuelles, ethniques, religieuses ou autres, sous le prétexte de la “discrimination positive”: on va forcément avoir des accidents de parcours plus ou moins graves: faire monter trop vite un morveux de 27 ans, c’est un peu comme élire une paltoquet de 39 ans au rang de Président:

Ca fait un peu éjaculation précoce, et forcément, ça laisse des taches.

…Manquerait plus que Benalla soit pédé, tiens! il deviendrait intouchable…

XXX
XXX

Au delà des questions institutionnelles, la question foncière en Calédonie (et les réponses qui y seront apportées) est au cœur du projet collectif calédonien : notre désormais célèbre “Vivre ensemble”. Souhait pour les uns, fatalité pour les autres, Obligé pour les uns, encore rejeté, voir honni par d’autres… Le “Vivre ensemble” ce n’est dans le fond que l’obligation de la mise en œuvre au quotidien d’un des fondements de l’accord de Nouméa : la citoyenneté calédonienne. Reconnaître la permanence du statut particulier du foncier kanak et en même temps la propriété privée (comme le propose la charte des valeurs calédoniennes)… Lire la suite »

Clark
Clark

“Nainville” prémonitoire…

XXX
XXX

Dans un récent interview paru sur NC1ère à l’occasion de l’anniversaire de l’accord de Matignon, Louis Le Pensec disait combien les mots avaient une grande importance en Calédonie. Ainsi qu’elle différence existe-t-il entre : – L’avenir de la Calédonie “dans la France” si chère aux “vrais loyalistes” du parti Les Républicains calédoniens, et – L’avenir de la Calédonie est “dans la République française” porté par Calédonie Ensemble si j’en crois Philippe Michel lors de son passage à NC 1ère au JT de dimanche soir ? De même du côté indépendantiste, si j’en juge par ce qui se dit sur les… Lire la suite »

Mister Eric

Je pense qu’aujourd’hui beaucoup est fait pour “noyer l’enjeu central” du 4 novembre.

Je pense qu’aujourd’hui certains font semblant d’être pour le référendum parce qu’ils veulent arriver à leurs fins en contournant l’obstacle.

Ceux qui sont les complices de cela sont les complices d’un déni de démocratie qui semble se profiler à l’horizon.

Y a de la trahison dans l’air…

J’espère que les Calédoniens de tous bords auront la lucidité nécessaire pour que les masques tombent…

Les masquent tombent, et après les têtes… du moins je l’espère.

LedZep
LedZep

@XXX Pour ce qui est de la consultation si je me réfère au dictionnaire LAROUSSE : « Action de consulter quelqu’un, de lui demander son avis : consultation de la population par référendum ». çà ne s’invente pas ! Je suis tombé « Pile-Poil » dessus à l’adresse : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/consultation/18521 Si l’on s’en tient donc à cette définition, c’est « blanc bonnet » et « bonnet blanc » ! Le 4 novembre prochain nous serons face à une obligation de choisir entre deux possibilités (pour ceux qui voteront) : l’indépendance ou le statu quo actuel (rester dans l’ensemble français) avec 2 ans d’attente (selon les accords de 1998) pour une nouvelle « consultation référendaire » au… Lire la suite »

XXX
XXX

@LedZep – Ces subtilités m’exaspèrent plus qu’autres choses, mais à force de les entendre sur les ondes depuis plusieurs semaines (au club de la presse du vendredi sur RRB par exemple), je me suis dit que ça valait bien un post.

Pour le reste, c’est clair le 4 novembre, c’est soit l’indépendance, soit le maintien dans le giron français, point barre.

Pour la suite, je pense que nous n’échapperons pas à la deuxième couche deux ans plus tard.

L’avenir pourra commencer à s’écrire ensuite.

LedZep
LedZep

@XXX je ne pense pas que vos interrogations sur toute cette sémantique soit inutile. Au contraire, il serait temps que nos politiques de tout poil fassent preuve de clarté dans leurs propos au lieu de tenter de nous enfumer (nous rouler dans la farine) par des concepts (« comment dire » comme le répète à volonté, dans ses interventions audio-visuelles, notre grand chef de tribu, descendant de colons) abscons pour le commun des mortel. Mais bon, « comment dire », c’est pas demain la veille ! Nouveau concept à la mode:« Autonomie étendue, État fédéré dans la France » ! C’est quoi çà ! Sans doute quelque chose qui… Lire la suite »

XXX
XXX

@LedZep- Et pour aller au bout de cette réflexion… Pour que l’avenir puisse commencer à s’écrire avec ce minimum de reconnaissance mutuelle préalable à toute négociation,il faudra bien que : – d’un côté, faire le deuil de l’indépendance, comme symbole de la décolonisation du peuple Kanak et donc l’acceptation qu’une autre voie est possible, – de l’autre côté, la prise de conscience (profonde, sincère !?) que rien ne pourra se construire de durable et solide dans ce pays sans l’aval d’une majorité des descendants du peuple premier (ou de leurs représentants). Juste une précision pour que vous sachiez d’où je… Lire la suite »

LedZep
LedZep

@XXX avis partagé. En ce qui concerne l’indépendance sous toute forme (en association, en partenariat) soyons réaliste çà n’a jamais marché nulle part. Il suffit de se pencher sur l’histoire douloureuse de celle de l’Algérie pour s’en convaincre certes, survenue dans un autre contexte. Le FLN une fois au pouvoir c’est empressé de jeter aux orties les accords d’Evian. Le référendum d’autodétermination de l’Algérie où sur les bulletins de vote étaient référencés ces fameux accords d’Evian à l’adresse : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_d%27autod%C3%A9termination_de_l%27Alg%C3%A9rie Les accords d’Evian à l’adresse : https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_d%27%C3%89vian A ce sujet, je me demande si notre député Gomez, né en Algérie et ayant… Lire la suite »

Alikantitra

LedZep : “… à l’adresse :”

Ledzep, ça contrarie le robot censeur quand on mets plus de deux liens.

LedZep
LedZep

@Alikantitra
Merci pour cette information.
Un peu binaire ce Robot !

LedZep
LedZep

@XXX avis partagé. En ce qui concerne l’indépendance sous toute forme (en association, en partenariat) soyons réaliste çà n’a jamais marché nulle part. Il suffit de se pencher sur l’histoire douloureuse de celle de l’Algérie pour s’en convaincre certes, survenue dans un autre contexte. Le FLN une fois au pouvoir c’est empressé de jeter aux orties les accords d’Evian. Le référendum d’autodétermination de l’Algérie où sur les bulletins de vote étaient référencés ces fameux accords d’Evian à l’adresse  : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_d%27autod%C3%A9termination_de_l%27Alg%C3%A9rie Les accords d’Evian à l’adresse  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_d%27%C3%89vian A ce sujet, je me demande si notre député Gomez, né en Algérie… Lire la suite »

LedZep
LedZep

@XXX je vous renvoie à mon « poster » du 22 juillet dernier 18:01 sur le sujet « Pour les métisses, le référendum c’est choisir “entre son père et sa mère” » : « @XXX vous mettez là en valeur, en évidence ce qui constitue, à mon sens la pierre angulaire, la population Kanak, de cet édifice qui se construit depuis les accords de Matignon et de Nouméa c’est-à-dire la société calédonienne de demain. Cette future société, après cette phase d’accords soldée par au plus 3 référendums d’autodétermination, devra inévitablement tenir compte de toutes les composantes ethniques de notre pays sans oublier ceux d’entre-nous issus… Lire la suite »

XXX
XXX

@LedZep – Je viens de relire votre post. Rappeler la place incontournable de la population Kanak dans la construction en cours, sous l’image d’une pierre angulaire, c’est à dire d’une pièce indispensable à la solidité et à l’harmonie de l’ensemble, n’est pas une idée communément admise sur ce blog. Il est utile que cette réalité soit répétée à un moment de notre histoire où d’aucuns seront tenter de lui opposer la légitimité démocratique du référendum. Il serait sage de n’attendre de la séquence référendaire qui s’ouvre le 4 novembre, que ce qu’elle tranchera : le cadre dans lequel se poursuivra… Lire la suite »

ami
ami

Ben voyons , et la cour des compte, elle sera fédérée aussi ? Elle fonctionneras en association avec la cour des comptes (la vraie, celle de Paris)

Alikantitra

Ami : “Ben voyons , et la cour des comptes, elle sera fédérée aussi ? “

Bof, elle n’a de lokal que sa localisation géographique.
D’où viennent et de quelle administration dépendent les magistrats qui la composent ?

XYY
XYY

Alik.” qui la composent ?”. D’après sa fiche Wiki, un certain Gilbert Tyuienon y aurait fait un passage, je cite:”En 1992 il rejoint la chambre territoriale des comptes comme secrétaire général et assure les premiers contrôles des établissements publics.” Ceci dit cette fiche est à ce point fantaisiste que je ne m’y fierais pas…

Alikantitra

XYY : “il rejoint la chambre territoriale des comptes comme secrétaire général”

Je parlais des magistrats, pas des petites mains :
https://www.ccomptes.fr/fr/chambres-regionales-et-territoriales-des-comptes/ctc-nouvelle-caledonie/organisation

comment image

XYY
XYY

Alik.”pas des petites mains”. En l’occurrence, s’agissant de GT, je parlerais plutôt de (très) petit bras….

ami
ami

Déja le petit dessin est faux, on est pas niais, on écoute les déclarations des uns et des autres, c’est les indépendantistes qui parlent d’état-associé.
Quelqu’un peut t-il me dire pourquoi ce dessin classe l’indépendance-association dans la case “loyaliste”, si ça c’est pas de la manipulation moi je suis martien

Bob
Bob

Bermudes état fédéré des USA? cela doit être tout récent…

Alikantitra

Bob : “Bermudes état fédéré des USA? cela doit être tout récent…”

Territoire d’Outremer du Royaume Uni, largement autonome.

L’article de Frank s’inspire largement du rapport Courtial & Mélin-Soucramanien (2014) :
“C’est ainsi que sont rattachés au Royaume-Uni des territoires ou pays dotés de statuts d’autonomie étendue qui pourraient servir de sources d’inspiration pour la Nouvelle-Calédonie – l’île de Man, Jersey, Guernesey, les Bermudes – à cela près que le cadre constitutionnel britannique est plus accueillant à de tels statuts que celui de la République française.” (p. 38)

Voir plus dans Chroniqueurs

Tendances

Les derniers comm’s

To Top