Connect with us

Calédosphère

Actualité

Affaire Mapou : les raisons d’une condamnation !

Pour la première fois de son existence, le 21 juin 2021, Calédosphère a perdu un procès et a été condamné par un tribunal. La rédaction doit donc diffuser et faire connaitre cette décision de justice que nos lecteurs pourront retrouver en intégralité dans l’introduction de la publication incriminée « Vale et les juteux intérêts-pays de Monsieur Mapou ». Justice ayant été rendue, c’est l’occasion d’expliquer les raisons de cette condamnation. Analyses et plaidoirie.

Depuis sa création en octobre 2006, le blog Calédosphère n’avait perdu aucun des nombreux procès qui lui ont, au cours de ces quinze dernières années, été intentés. Jusqu’alors, trois présidents du gouvernement, une présidente de la province Sud, un sénateur, un député, un vice-président, quatre membres de l’exécutif local et une tripotée d’élus ou de personnalités de tous bords avaient échoué là où Raphael Mapou vient de réussir : à savoir faire condamner Calédo pour l’un de ses articles. Ainsi, le 21 juin dernier, le média a été reconnu coupable de « diffamation envers un particulier par voie de parole, écrit, image ou moyen de communication au public » et coupable de « provocation non suivie d’effet au crime ou délit par parole, écrit image ou moyen de communication au public ». Nos lecteurs connaissent déjà l’essentiel de l’affaire : en décembre dernier, alors que le conflit autour de la vente de l’usine du Sud prenait de l’ampleur, que les barrages et les contre-barrages se multipliaient, la rédaction diffusait un article « Vale et les juteux intérêts-pays de Monsieur Mapou » qui sera lu par plus de 90 000 personnes et qui aura connu un certain écho. Preuves à l’appui, celui-ci révélait les causes et les raisons expliquant pourquoi Raphael Mapou et le comité Rhéébu Nùù avaient participé à la préparation et à l’organisation, pour leurs propres intérêts, de la contestation d’une partie du monde indépendantiste kanak contre la vente de l’usine du Sud à Prony Ressources et à la multinationale Trafigura. Dans cet article était expliqué le fonctionnement et le budget du « Pacte pour un développement durable du Grand Sud », celui-ci n’étant en fait qu’un outil financier permettant d’acheter la soumission l’accord et le silence des chefs et des responsables coutumiers du sud de la Grande Terre. Et dans cet article était précisé les modalités, les budgets et une partie des noms des différents bénéficiaires des deux millions d’euros que la multinationale octroyait généreusement chaque année pour assurer « la paix sociale » aux abords de son usine.

Or, il apparait que cet article a déplu à Raphael Mapou. Désormais conseillé par le cabinet d’avocats DESWARTES-CALMET*, celui-ci a tout d’abord cherché à faire supprimer la publication puis a porté plainte pour diffamation. Ayant reçu quelques menaces de mort de la part de certains Calédoniens un peu énervés, Raphael Mapou a également porté plainte contre ces colonnes pour « atteintes volontaires à la vie, atteintes volontaires à l’intégrité de sa personne ». En effet, dans leur exposé des motifs, les avocats de Raphael Mapou précisent toute leur pensée et la responsabilité de Calédosphère :

« Dans le contexte qui est celui de la Nouvelle-Calédonie depuis le mois de décembre où de nombreux militants d’extrême-droite ont été aperçus circulant avec des armes à feu, compte tenu également du niveau culturel des groupuscules loyalistes calédoniens, cette publication constituait une provocation sans équivoque à la commission volontaire à la vie de Monsieur MAPOU (Ext. exposé des motifs, affaire MAPOU c/ CALEDOSPHERE, Tribunal Correctionnel de Rennes) »

Selon la partie Civile, les informations contenues dans notre article auraient donc pu pousser des « militants désTRémdrÔaTe » et les fameux « groupuscules loyalistes calédoniens » (qui ont un niveau culturel particulier selon eux) à s’en prendre physiquement à Monsieur Mapou. Et, à l’instar d’un Jean-Luc Mélenchon, et comme un bon bourgeois-bedonnant qu’il est devenu, Raphael Mapou a donc eu très peur pour sa vie et s’est tourné vers le giron bien chaud des tribunaux français pour réclamer protection et dédommagement à son endroit. Un dédommagement que, dans leur grande sagesse, les juges du tribunal Correctionnel de Rennes ont finalement revu à la baisse puisque le blog Calédosphère a été condamné à verser une amende de 1 euro à Raphael Mapou. Une somme vraisemblablement calculée de façon à correspondre exactement à son préjudice moral subi. Justice est donc passée. Mais si ce que nous avons révélé est vrai, alors pourquoi a-t-on perdu ce procès ?

L’exception de vérité ne suffit plus !

Pour rappel, notre article révélait le changement de positionnement du comité Rhéébu Nùù entre les mois de janvier et de juillet de l’année 2020 concernant la vente de l’usine du Sud. Tout était vrai et vérifiable. Notre article rappelait l’historique de la création du pacte de développement du Grand Sud et son budget (65 millions d’euros soit 7,7 milliards de Fcfp). Tout était vrai. Nous indiquions les noms des responsables de différents organismes financés par Vale NC, dont le fils de Raphael Mapou (Sileva Mapou). Et tout était vrai. Nous révélions que ce dernier, comme d’autres proches de la famille Mapou, dirigent ou ont dirigé des associations ayant reçu des subventions de la Fondation Entreprise Vale-NC (dont 8.362.88 Fcfp entre 2016 et 2020 pour celles dirigées par le seul Sileva Mapou). Cela n’a été nié par personne. Nous expliquions en outre que les revendications environnementales du comité Rhéébu Nùù et de l’ICAN étaient apparues par enchantement uniquement pour galvaniser leurs troupes, les écologistes de salon et les idiots-utiles de la sphère indépendantiste, le tout pour organiser des exactions et des destructions autour de l’usine du Sud (estimés à 124 millions d’euros de dégâts) afin de faire pression sur l’industriel, les collectivités publiques et surtout l’Etat. En définitive, deux faits nouveaux prouvent l’ensemble des informations que notre enquête avait révélés :

  • D’une part, depuis que Mapou&Co et que certains coutumiers de la région ont obtenu 9% des parts sociales de l’usine du sud, soit l’équivalent de plusieurs milliards de francs (suite aux négociations de vente), aucune des personnes ou des organismes cités n’a depuis émis la moindre critique quant à la « menace environnementale » que constituerait l’usine de Goro ou son fonctionnement. Alors que, l’année dernière, selon les coutumiers et leurs supplétifs de l’époque, le fameux barrage KO2 risquait de s’effondrer à tout moment et de provoquer des « milliers de morts », depuis que certains coutumiers ont été rétribués, il n’y a plus aucun problème… Et chacun aura compris par lui-même pourquoi.
  • D’autre part, le 7 mai 2021, après une enquête de la gendarmerie, le porte-parole de l’Ican et secrétaire général de Rhéébù Nùù a été placé sous contrôle judiciaire, assorti du paiement d’une caution d’un million de francs. Après 96 heures de garde à vue, Raphael Mapou a en effet été mis en examen pour association de malfaiteurs et placé sous le statut de témoin assisté pour d’autres chefs d’infraction (notamment destruction de biens par incendie ou moyens dangereux pour les personnes). Ce n’est donc plus aujourd’hui Calédosphère qui s’interroge sur une éventuelle entreprise d’extorsion de fonds à grande échelle et des actes de terrorisme économique, ce sont les forces de l’ordre et la justice… mais, là aussi, elle passera.

Reste qu’aujourd’hui, la vérité ne suffit plus. En matière de journalisme et de débat public, il y avait d’ordinaire les faits et les opinions. Les premiers ne sont pas contestables et les secondes sont libres. Calédosphère est en effet un média d’opinion et le restera. Ici la règle est simple : c’est gratuit, venez avec vos convictions et vous vous ferez une opinion pour peu que les faits qui la sous-tendent soient avérés. Cette pensée et cette philosophie qui reposaient uniquement sur la réalité des faits était jusque-là la base de notre stratégie de défense judiciaire. A ce propos, cher lecteur, nous allons enfin vous donner notre truc : car, oui, nous avions depuis plus d’une douzaine d’années maintenant un « truc » qui nous permettait de gagner tous les procès que nos chers élus ou sommités locales avaient l’habitude de nous astreindre pour nous faire taire (environ 2 à 3 par an**). Et pour se défendre, à chaque fois, nous demandions à notre avocat-conseil de plaider une seule chose : l’exception de vérité.

“L’exception de vérité est un terme juridique du droit français qui indique qu’une personne poursuivie pour diffamation pourrait échapper à une condamnation si elle prouve la vérité de ses allégations. Cette exception de vérité est prévue par l’article 35 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 (…) Cette preuve n’est d’ailleurs acceptée par le juge que si elle « est complète, parfaite et corrélative aux diverses imputations formulées, dans leur matérialité et leur portée »

Ainsi, à chaque fois que le blog a été attaqué, notre seule et unique stratégie de défense reposait sur le fait que ce que nous révélions était vrai… et surtout qu’on pouvait le prouver ! Et lorsqu’un Gilbert Tyuienon, qu’un Anthony Lecren ou qu’un Harold Martin nous attaquaient pour diffamation, il nous suffisait d’apporter « la charge de la preuve » au cours du dit procès. Cela pouvait être un élément du dossier, un document officiel, un bilan comptable ou pour le cas d’Anthony Lecren, un simple procès-verbal de police… Naguère, le tribunal – dans sa grande sagesse – s’intéressait alors uniquement au fond et partait du principe que même si une vérité était mal-dite, même si elle était révélée de manière méchante, injurieuse, stupide, grossière voire même « nauséabonde », elle n’en restait pas moins la vérité et qu’elle devait être jugée comme telle. « La vérité vous libérera » est-il écrit, mais cette parole d’Evangiles n’a vraisemblablement plus cours dans les palais de justice. Car, cette fois-ci, nous avons non pas été jugé sur le fond (c’est-à-dire sur les informations contenues dans notre article et leur authenticité) mais plutôt sur la forme et, peut-être, pour des raisons essentiellement politiques :

« Les publications incriminées ont été mues indéniablement par une intention de nuire voire d’attenter à la vie de Monsieur MAPOU qui en Nouvelle-Calédonie est un leader politique kanak connu mais stigmatisé notamment par l’aile d’extrême-droite de la population locale du fait de ses positions relatives à la défense des droits des peuples autochtones et favorables à l’indépendance (Ext. exposé des motifs, affaire MAPOU c/ CALEDOSPHERE, Tribunal Correctionnel de Rennes) »

Preuve en est que le tribunal ne nous a pas ordonné de supprimer l’article en question mais simplement d’y ajouter l’intégralité du jugement prononcé et surtout d’en retirer l’image de couverture. Car c’est cette image qui a été jugée diffamante :

Soyons clairs avec vous, chers lecteurs : là-dessus on a merdé. L’image de présentation de l’article était vouée à résumer le ton de cette enquête et bien sûr à alpaguer le chaland. Et même si, selon les avocats* de Monsieur Mapou, « le niveau culturel » des groupuscules loyalistes est ce qu’il est (!), nous ne pensions pas que cela pouvait pousser des « militants d’extrême-droite » à attenter à la vie du pauvre Raphael Mapou. L’utilisation d’un clin d’œil au « Far West » nous semblait plutôt correspondre à l’imaginaire calédonien et plus généralement à la pop culture d’internet avide d’images « putaclics ». Les touristes se battant généralement pour pouvoir eux-mêmes être photographiés dans les attractions où ses pancartes « Dead or Alive » sont installées… Reste que cette image n’a pas été du goût du tribunal et qu’elle est la cause de notre condamnation. Dont acte.

La forme c’est le fond qui remonte !

Alors que retenir de tout ceci ? D’abord que la technique de nos adversaires est toujours la même : nous faire taire à tout prix. Ne trouvant pas suffisamment de justificatifs pour étayer leur plainte, les avocats de Raphael Mapou ont d’abord attaqué Calédosphère sur le fond, ce qui n’a rien donné, puis sur l’absence de mises à jour de nos mentions légales, ce qui a fait flop, puis sur l’image d’accroche de l’article incriminé, ce qui a réussi. L’objectif n’était donc pas de répondre ou de contredire les informations diffusées mais plutôt de faire supprimer sinon ce blog, du moins l’article en question. Et tel Salomon sur son trône, les juges ont coupé la poire en deux : le blog a été condamné à verser 1 euro de dommages et intérêts et à prendre en charge une partie des frais de justice du plaignant mais « en même temps » les faits diffusés par l’article ont été confirmés et celui-ci est toujours disponible à la lecture ainsi que tous les éléments qu’il renferme. Trop heureux, le comité Rhébuu Nùù a diffusé la semaine dernière un post sur sa page Facebook se félicitant du jugement sans pour autant expliquer en quoi nous aurions diffamé son président. Naturellement, ils ne pouvaient pas le faire car ils auraient dû expliquer que c’est à cause d’un simple montage-photo qu’ils ont gagné ce procès et que le reste de l’article a été jugé par la justice « diffusable » au grand public…

En définitive, pour nous, la morale de cette histoire est évidente. En cette affaire comme en toutes, désormais, le fond ne suffit plus. En 2021, un média peut dire ou révéler des faits avérés mais s’il les dit d’une façon qui pourrait « choquer », « indigner », ou « indisposer » une personne ou une communauté, celle-ci pourra se déclarer victime d’un discours ou de propos qu’elle jugera haineux ou violents à son endroit et peu importe la réalité des faits qui lui sont reprochés. Nous allons donc davantage désormais faire attention à la forme. Car « la forme, c’est le fond qui remonte » disait déjà Victor Hugo. Mais le grand homme ignorait que la belle culture de l’honneur, encore en vogue à son époque, laisserait la place à une navrante culture de la dignité qui enfanterait d’une pitoyable culture de la victimisation. Reste qu’en Nouvelle-Calédonie, mise à part les quelques proches du plaignant et ses affidés, aucun calédonien sérieux ne voit en Raphael Mapou une victime… Et d’ailleurs c’est quoi, dans les faits, le contraire d’une victime ?

* Le cabinet Deswartes-Calmet est également à l’origine des procédures judiciaires actuelles visant à faire sortir des personnes arrivant en Nouvelle-Calédonie avant la fin du terme de leur septaine ou quarantaine… C’est également dans ce cabinet qu’officie un excellent avocat, en la personne de Jean-Jacques Deswartes, mais aussi deux autres personnes : Martin Calmet et Louise Chauchat. 

Afficher la suite
Hubert B

Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »

0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
128 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
ditou
ditou
29 août 2021 06:08

La justice est morte depuis longtemps et aujourd’hui elle continue à faire ses propres lois incomprises par la population. Il est temps de mettre un terme à des situations grotesques. Voici un cas tout à fait ridicule deux jugements contradictoires. Avons nous les même lois pour un même pays ou est ce une loi selon la tête du client?. “ le tribunal administratif de Versailles avait conclu que le pass sanitaire était une entrave à l’accès aux bien de première nécessité mais une décision contradictoire avait été rendue à Toulouse le même jour.” https://www.bfmtv.com/economie/consommation/centres-commerciaux-les-prefets-d-ile-de-france-sommes-de-suspendre-le-pass-sanitaire_AN-202108260173.html Quand la justice n’existe plus l’ordre public à… Lire la suite »

Inforétif
Inforétif
Répondre à   ditou
29 août 2021 16:22

Quand la justice n’existe plus”

La justice n’existera plus quand les juges interpréteront tous de la même façon les textes de loi, car cela signifiera que cette interprétation leur aura été dictée.
Dans ce cas précis du passe sanitaire, c’est surtout le résultat qui compte, et il est bon puisque il atteint son but: augmenter le nombre de personnes qui, trop emmerdées par lui, se résignent elles aussi à se faire vacciner (ce qu’au départ tout le monde déteste).

ditou
ditou
Répondre à   Inforétif
2 septembre 2021 12:38

Mon pauvre tu es loin de la réalité. La vaccination n’est qu’un prétexte, car la vérité c’est qu’il devient urgent de vacciner, pour une seule raison qui n’est pas d’ordre sanitaire, mais bien financière. Ils vont perdre beaucoup d’argent, car les doses de vaccins arrivent à expiration. Que de gâchis qui va certainement être sanctionné par la France. 67 000 doses pour Pfizer et 6 000 pour moderna. Un nouveau vaccin prévu en fin d’année et la commande a été déjà passée. Il faut se précipiter pour enfin pouvoir en refourguer un autre et déjà de nouveaux variants arrivent. “tandis… Lire la suite »

Inforétif
Inforétif
Répondre à   ditou
2 septembre 2021 14:27

“Ils vont perdre beaucoup d’argent, car les doses de vaccins arrivent à expiration. Que de gâchis…”

ditou, si des vaccins arrivent à expiration, c’est parce que certains refusent de les utiliser.
Si certains refusent de les utiliser, c’est parce que des idiot(e)s comme toi n’en finissent pas d’ânonner que les vaccins anti-covid ne sont pas efficaces et sont dangereux.
ditou, soit tu dénonces les vaccins soit tu dénonces le gâchis de les acheter pour les jeter, l’un OU l’autre, mais pas les deux !!!
Donc encore une fois, ditou: ta gueule !

Dernière modification 15 jours plus tôt par Inforétif
ditou
ditou
25 août 2021 12:22

Une chasse aux sorcière concernant le gendarme. C’est ce qui ressort de ce lien. Je ne dirai pas le contraire. C’est vrai que c’était bien abuser de lui attribuer un acte privé en acte présumé se répéter dans le cadre professionnel. La Calédonie remplie d’inquisiteurs en 2021. C’est indigne d’une île comme la notre. Gérald Darmanin dit : ““la cabale dont il faisait l’objet”. “ Si l’on se référe à Wikipédia : “Une cabale est une forme de complot ourdi par un groupe de personnes unies autour d’un projet secret visant à conspirer pour le succès de leurs opinions et de leurs intérêts au sein… Lire la suite »

ditou
ditou
24 août 2021 18:21

On parle de condamnation judiciaire, mais quand est il des autres condamnations?. En voici une très inattendu, sauf par moi. En effet en Calédonie le 12 décembre sera peut être un jour l’indépendance si le vote Oui l’emporte. Je n’y crois pas, mais c’est une possibilité, qui peut arriver quand même. Quand je pense à l’élection de miss Calédonie, je me dis que la pauvre gagnante Emmy Chenin n’est pas assurée de se présenter à l’élection de Miss France en fin d’année. En effet si l’élection se déroule bien en décembre, elle peut être annuler complètement . Miss Calédonie sera… Lire la suite »

ditou
ditou
23 août 2021 16:46

“Depuis sa création en octobre 2006, le blog Calédosphère n’avait perdu aucun des nombreux procès qui lui ont, au cours de ces quinze dernières années, été intentés.” Je ne sais pas ce que vous entendez par procès, mais il me semble bien, qu’il y en a eu une autre de condamnation pour ce site, qui là aussi était injuste, car il s’agissait de ne pas publier les photos de fin d’année du gouvernement mais seulement pour la Calédonie. “https://www.lnc.nc/article/justice/caledosphere-condamne” La justice à deux ou trois vitesse de la Calédonie. Pour Paul Néaoutyine = 2 mois avec sursis pour avoir battu… Lire la suite »

LedZep4096
LedZep4096
22 août 2021 19:52

test

LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   LedZep4096
2 septembre 2021 21:01

test

LedZep
LedZep
22 août 2021 19:52

test

Mister Eric
Mister Eric
22 août 2021 16:33

Les medias de l’information juste et impartiale ne nous ont pas tout dit.

https://youtube.com/watch?v=_IXSLjYOzaE

J’aime bien entendre ce chant que les citoyens entonnent.

Dernière modification 26 jours plus tôt par Mister Eric
XYY .
XYY .
Répondre à   Mister Eric
22 août 2021 17:13

Mister Eric.
“video”.
Ah le Boul’Mich’, les CRS… Nostalgie, nostalgie…

Mister Eric
Mister Eric
Répondre à   XYY .
22 août 2021 17:55

Ça te rappelle ta jeunesse d’agitateur subversif de gauche, hein ?😆

Dernière modification 26 jours plus tôt par Mister Eric
ditou
ditou
Répondre à   Mister Eric
22 août 2021 17:23

Oui et ce n’est pas encore la rentrée en France.
On peut s’attendre à pire ici et en France.

Inforétif
Inforétif
Répondre à   Mister Eric
23 août 2021 04:40

“ce chant que les citoyens entonnent” Faut reconnaitre que ce n’est pas chez Poutine qu’on voit des “flics” “s’enfuir” devant des manifestants: dans cette semi-dictature semi-mafieuse, les dits manifestants connaissent trop bien l’élasticité de la conception qu’ont les flics russes de la notion de légitime défense, hésitant assez rarement à défourailler. Chez nous, nos extrêmes, aussi bien de “droite” que de “gauche” qui débordent les fins de manifs n’attendent que ça, mais nos forces de l’ordre ont l’ordre formel de ne JAMAIS tirer à balles, même cernées par une bande supérieure en nombre et très menaçante, même coincés dans leur… Lire la suite »

XYY .
XYY .
Répondre à   Inforétif
23 août 2021 12:58

Inforétif.
“mais nos forces de l’ordre ont l’ordre formel de ne JAMAIS tirer à balles”.
Oui mais de la coupe aux lèvres.
https://www.liberation.fr/societe/police-justice/stains-des-policiers-tirent-a-bout-portant-sur-un-conducteur-ligpn-saisie-20210816_LTL6XUQ6ANCT7DUYFCE7XS6GT4/
Faut dire que c’était pas pendant une manif et que les keufs, ne portant leur brassard, se sont peut-être cru autorisés…
https://www.habimat-shop.com/materiel-et-equipement-police/1837-brassard-police-retroreflechissant-avec-porte-matricule.html

Inforétif
Inforétif
Répondre à   XYY .
23 août 2021 15:37

“des-policiers-tirent-a-bout-portant-sur-un-conducteur “

Ben oui, dans tout corps de métier existent quelques durs d’oreille et de cerveau. Considère par exemple, dans le domaine médical, les cas de Raoult, Perronne, et autre Fouchié qu’on est obligé de virer faute d’avoir compris qu’ils déconnaient à pleins tubes.

PS: de nouvelles révélations sur la vie cachée de Raoult :
https://www.clicanoo.re/AFP/Article/2021/08/16/Australie-des-images-inedites-revelent-la-vie-secrete-dun-dingo_628131

Dernière modification 25 jours plus tôt par Inforétif

Voir plus dans Actualité

Top du moment

Commentaires récents

To Top