Connect with us

Calédosphère

Actualité

Etat, politiques, journalistes : ils ont tous peur du peuple !

L’Etat ne souhaite pas que la mairie de Bourail organise un référendum local sur le lever du drapeau du FLNKS. Les médias organisent des conférences pour évoquer les réseaux sociaux « difficilement contrôlables » et les politiques se gardent bien de demander l’avis de leurs électeurs. Quand les dirigeants ont peur du peuple…

« Le peuple pense mal, alors changeons le peuple ! » C’est l’avis que semblent vouloir partager une majorité de responsables institutionnels, politiques et médiatiques du territoire. Alors que l’équipe municipale élue lors des dernières municipales s’était engagée à entreprendre une consultation sur « l’affaire du drapeau du FLNKS », monté en août de façon unilatérale par certains leaders indépendantistes de la région de Bourail, le Haut-commissaire de la République a demandé officiellement à la maire du village de renoncer à cette entreprise. Faisant fi de la promesse de campagne de l’équipe élue et du vote démocratique, le représentant de l’Etat estime que ce référendum local pourrait « constituer une source supplémentaire de tensions au niveau local ». Une consigne qui rejoint celle des responsables politiques métropolitains et du gouvernement Français lequel n’a plus organisé de référendum au niveau national depuis plus d’une dizaine d’années.

Citoyens, taisez-vous !

Dans le même temps, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) a décidé d’organiser prochainement une conférence sur le thème des médias et de la liberté de la presse. S’agit-il d’expliquer que les médias calédoniens subissent trop de pressions ou sont jugés trop proches des pouvoirs politiques et économiques ? S’agit-il d’encourager les journalistes à mener davantage d’investigation ? S’agit-il de défendre la liberté de parole et les débats d’idées ? Pas du tout. L’intitulé de cette conférence stipule en effet que « Internet et les réseaux sociaux ajoutent maintenant une communication numérique difficilement contrôlable ». Une entrée lourde de sous-entendus qui laisse à penser que les médias traditionnels invités à participer à cette conférence et leurs hôtes supportent mal de ne pas « contrôler » les commentaires et les informations publiés par les Calédoniens sur les réseaux sociaux. Il faut dire que le journal monopolistique des Nouvelles Calédoniennes et la chaîne publique NC 1ère (invités par la LDH à s’exprimer) subissent, depuis l’avènement des nouvelles technologies, une concurrence rude et brutale de la part des réseaux sociaux. Par manque (entre autre) de réactivité, ils souffrent en effet de la diffusion d’informations librement et gratuitement relayées sur internet parfois en temps réel. Reste à comprendre comment la Ligue des Droits de l’Homme peut – tout en prônant la liberté d’expression – vouloir dans le même temps « contrôler » les réseaux sociaux, et donc la libre parole des Calédoniens…

Les élites contre le peuple

Le fait est que beaucoup de responsables politiques et médiatiques Calédoniens préfèrent semble-t-il nier les aspirations, les avis et les opinons des citoyens plutôt que d’y faire face. Mais comment soigner le malade sans établir de diagnostic ? Est-ce en cassant le thermomètre qu’on fait baisser la fièvre ? Mais à l’instar de ce qui se déroule actuellement dans la commune de Bourail, l’idée même du référendum de sortie de l’Accord de Nouméa provoque toujours des sueurs froides à une majorité de personnalités de la société civile amenées à s’exprimer dans les médias, les colloques ou les conférences. Comme s’il était devenu dangereux pour les puissants de demander son avis au peuple. Comme si la priorité des priorités de ceux qui ont le pouvoir était – surtout – de ne pas laisser les citoyens s’exprimer. Pourtant, « la première étape dans la résolution d’un problème est de reconnaitre qu’il y en a un ». Ce que prônent aujourd’hui le représentant de l’Etat, certains journalistes, la LDH et les politiques qui les soutiennent, c’est simplement de nier le ou les problèmes rencontrés par la société calédonienne. Jusqu’à quand ?

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

99 Commentaires sur "Etat, politiques, journalistes : ils ont tous peur du peuple !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Martin

Nos amis indépendantistes, qui ou quoi les obligeront à tenir leurs engagements après la remise des clés ?

obelix
Quelle que soit la couleur du drapeau, ça ne fera pas remonter le cours du nickel… ça ne fera pas remonter l’indice de croissance (qui sera négatif en 2015)… Il n’y a pas de machine à remonter le temps même si on passe des films célèbres actuellement à la télé. Voici le temps des vaches maigres. Mon opinion est que cela va durer au moins une dizaine d’années. Alors… qui c’est qui a la solution miracle? Pas moi! Hier c’était le règne de la collégialité et aujourd’hui les anciens dirigeants affirment sans aucune honte visible sur leur gueule: ” C’est… Lire la suite »
Yvan La Méche
Ils nous font “chier” avec leur drapeau BBR, “les nostalgiques de la colonie”…………….lorsque l’on voit l’état de la France avec + de 3000 mosquées et ce qui se trame à l’horizon directement lié à l’INVASION du pays, vaut mieux se ranger du côté des Nationalistes…….c’est MON NOUVEAU DRAPEAU……… Petit rappel : la signification historique du drapeau FLNKS est la même que le BBR du sang de 1789 pour les incultes de l’Histoire (avec un H…),Jean Marie n’est pas mort pour rien ça c’est une certitude !! Encore une chose : qui a monté le drapeau ? les Ripouxblicains locaux !!!!!… Lire la suite »

La question n’est pas de savoir si il est beau ou pas, d’ou il vient ce qu’il veut dire, ou pas…
La question aujourd’hui, c’est que les ADN ne sont pas respectés et rien de plus, rien de moins…!!!

Clark
Yvan la mèche: la signification du drapeau Bleu-Blanc Rouge, ce sont le Bleu et le Rouge, couleurs de la ville de Paris, entourant le blanc de la royauté. Le fait est que c’est un DRAPEAU COMMUN, un DRAPEAU DE PAIX: rien à voir avec le drapeau revendicatif ethnique. Dans les ADN, le drapeau est défini comme signe identitaire à choisir en commun. Ce n’est pas le cas du drapeau FLNKS C’est effectivement un putain de drapeau, monté par des maquereaux. “Derniére chose : ADN = « Le Kanak est au Centre du Dispositif » (préambule), autrement dit c’est lui qui… Lire la suite »

Ben là c’est du cash !

Tabatha Cash ?

On en revient toujours au point de départ. Qu’on soit pour ou contre les ADN, l’indépendance ouo tout ce que vous voulez. Si on signe un accord et qu’on ne le respecte pas çà peut pas fonctionner…

le drapeau bbr est taché de sang , de miséres , d expropriations
c est le drapeau de la honte

l empire colonial francais accompagné de son lot de spoliations et de pillages concernait quasiment tous les continents

puisque la france tente de reparer les derapages commis dans le passé
qu elle en profite pour changer ce tissu

allez les moinsonneurs , au boulot

Mais qu’est-ce qu’il ne faut pas lire … le procès du drapeau français (notre drapeau) n’est pas le sujet Gadjo, tu t’égares là !

Gadjo, la question n’est pas là, chaque drapeau est taché de sang et de larme, on le sait….
Aujourd’hui le fait est que les choses ne sont pas faites comme cela a été prévu et çà laisse des traces et j’irais même jusqu’à dire que çà empêche le bon fonctionnement des ADN…

En signant les ADN les politiques se sont engagés et nous en validant cet engagement aussi, voilà tout…

Quand j’entends dire que personne n’a demandé quoi que ce soit en 1853, je me dis que les ADN et le préambule çà ne compte pas pour certains…!!!

Pourtant tes potes de l’UCF s’entendent très bien avec les “maquereaux” qui ont monté le drapeau FLN. Des accointances bizarres, voir de l’opportunisme de bas étage, non?

Clark

Mes potes de l’UCF? J’ai qu’un “pote” qui en fasse partie: c’est Philippe Blaise, et jusqu’à preuve du contraire: il est clairement contre le drapeau indépendantiste, et a suffisamment milité pour le drapeau commun aux cotés de Hénocque, pour que tu ferme ta grande gueule Floyd… Ca t’a pas plu que j’adhère aux critiques de Calcyt, qui lui, a pourtant eu des “accointances” avec ta bande de malfrats? (donc qui sait de quoi il parle…)

Je vois que ta façon de t’exprimer envers moi est toujours aussi fleurie et recherchée……..

XXX

@Floyd – Il a bien essayé de se désintoxiquer de son obsession du clavier, mais ça parait bien dur. Depuis quelques temps, on voit bien que ça le titille.

J’ai toujours l’occasion de la croiser de temps en temps, bon, c’est comme un alcoolo, on voit bien qu’il lui faut pas grand chose pour replonger… Enfin. il aura essayer…

Mais je trouve quand même que parler du drapeau comme tu l’as fait, c’était pas sympa pour lui. Trop tentant,

“la signification historique du drapeau FLNKS est la même que le BBR du sang de 1789 pour les incultes de l’Histoire (avec un H…), Jean Marie n’est pas mort pour rien ça c’est une certitude !!”

Faut-il vous rappeler qu’il n’a pas été tué par un “contre-révolutionnaire” mais par un indépendantiste, Yfume La Méche ?

Bonobo
Référendum! Quel joli mot dans la bouche de beaucoup de nos politiques les plus “démocrates”! On le fait quand on ne peut pas faire autrement mais “référendum” n’a pas le même sens partout. En Suisse il a valeur de loi et les résultats sont immédiatement pris en compte et légalisés. En France il a un sens différent selon qu’on s’appelle De Gaulle ou Sarkosy. Un réferendum sous De Gaulle c’est une réaction politique immédiate: (démission dans les 24H après sa défaite). Sous Sarko quand le référendum n’est pas favorable (ratification de la dernière constitution sur l’europe) ben on drible en… Lire la suite »

Ben dans ce cas-là, ils feront comme en 2005 pour le Traité de Lisbonne, ou récemment en Grèce quand 60% ont voté “OXI”: ils se torcheront avec…
Je comprends pas comment on peut continuer à voter…

Anonyme

“Les Z’ELITES contre le peuple…”

…z’élites ? Heu Hubert, j’trouve que tu y vas un peu fort… (Rires)

Vive les feintes politiques… Comment obtenir une majorité de sièges d’élus alors que son partis politique est minoritaire aux urnes. C’est le jeu des chaises musicales auquel jouent les socialistes depuis un bon paquet d’années. Pas compliqué, il suffit de profiter de la division des partis adverses, et de mettre en place un mode de scrutin qui arrange, comme le mode plurinominal à un tour (élection régionales). Le parti qui sort avec une majorité des voix, obtient tous les sièges. Comment ça marche…. Le parti qui obtient 30% des voix aux urnes récupère TOUS les sièges, si les 70% de… Lire la suite »

Tu parle du scrutin majoritaire comme dans les élections municipales et personne ne s’en plaint. Une répartition des sièges dans un système à la proportionnelle est totalement ingérable, le bordel quoi.

Alors vive le scrutin majoritaire si ça peut amener de la stabilité dans nos institutions. C’est ce qui a été fait en Polynésie par Sarko suite à des chutes de Gvt et de renversements d’alliances interminables.

+1 Parce que ton raisonnement est vrai. Le scrutin majoritaire est la solution idéale, mais dans le système actuel son fonctionnement est détourné. Les partis minoritaire font des alliances pour pouvoir baiser le parti majoritaire. Le peuple se retrouve au final avec un gouvernement qu’il ne voulait pas. Personnellement je trouve qu’il faudrait même interdire les alliances de partis (monnaie courante au 2eme tour aujourd’hui). Comment est-il possible de s’allier avec avec des gens sur lequel on crachait au premier tour ? C’est juste pour gagner, c’est irrespectueux envers son électorat, ça prouve que les candidats sont capables de changer… Lire la suite »
Rigoberto

Ces gesticulations pré électorales de CE n’étaient destinées qu’à ratisser les voix des calédoniens, aujourd’hui à CE on s’accommode très bien du drapeau Kanak, il n’y a plus aucun problème puisqu’on est élu et qu’on touche la thune et se goberge, c’était le seul objectif.
CE a trompé les calédoniens sur toute la ligne.
Le glissement vers une politique socialo marxiste est la cerise sur la gâteau offerte aux électeurs trompés.
La sanction va être rude en 2017, Gomès n’aura plus qu’à se planquer au Sénat, s’il arrive à se faire élire, pas certain avec la perte de 20 conseillers à Nouméa.

“Gomès n’aura plus qu’à se planquer au Sénat”

Vous êtes impayable, Rigoberto : rappelez-nous donc le nom du “le républicain” à grandes oreilles bien de chez vous qui est planqué au Sénat actuellement ?

Rigoberto

Tu as raison, il n’arrivera peut être même pas à se faire élire au Sénat comme Pétélo, cela risque d’être un peu court.

Normal pour ça faut pas demander sa voix au peuple, juste savoir zuzer c’est tout …

Janloupe Pahune

Ah ! Le niveau de bêtise de certains est incommensurable ! Le drapeau canaque n’existe pas. Le drapeau FLNKS, qui veut dire front de libération national kanak et socialiste, à été unilatéralement hissé dans notre… dos par un sénateur sénile et stupide ! Ce n’est pourtant pas bien dur à comprendre, non ?

Tema

Ouais mais en attendant te bave pas trop dessus quand même car dans le genre pourri vous valez votre pesant d’or. Entre votre chef qui n’a pas eu le courage d’affronter les urnes et qui a préféré assurer sa place en sénateur, la levée du drapeau, la traitrise envers Jacquot et la gabegie qui a caractérisé vos années folles, vous feriez mieux de virer le grand tout mou et faire un mea culpa si vous voulez avoir une chance de remonter.

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top