Connect with us

Calédosphère

Actualité

Faut-il étendre l’Etat d’Urgence à la Nouvelle-Calédonie ?

La délinquance augmente. Les statistiques présentées par le procureur de la République et les derniers faits-divers démontrent que les représentants de la force publique sont, eux, devenus des cibles privilégiées pour les délinquants. L’Etat d’Urgence, instauré en métropole et dans les départements d’outre-mer permettrait-il de lutter contre ces dérives ?

Surveillants pénitenciers, policiers, gendarmes, parfois même pompiers, les représentants de la force publique figurent parmi les victimes de l’accroissement de la délinquance. « Des chiffres record dont se passerait volontiers la Nouvelle-Calédonie » a ainsi asséné, légèrement dépité, le Haut-commissaire Vincent Bouvier. Mais, après que le parquet ait révélé la progression du nombre d’agressions sur les gendarmes (+ 50% en un an) et qu’un gardien de la prison du Camp Est ait été roué de coup ce week-end lors d’une mutinerie organisée au sein du centre pénitencier, l’opinion publique s’inquiète à juste titre du climat délétère provoqué par ces actes à répétition. Déjà, après le nouvel an, la vidéo d’un caillassage en règle d’une patrouille de gendarmes par de jeunes individus avait semé la consternation sur les réseaux sociaux calédoniens. Aux cris de « nik les flics », « Kanaky », « Tirez-vous Batards », une troupe d’une demi-douzaine de voyous s’en étaient pris à une voiture de la gendarmerie à l’aide de jets de pierres. La scène très violente et consciencieusement filmée avait été partagée sur Facebook et les internautes n’avaient pu que constater que les militaires avaient fui les lieux s’en demander leur reste. Quelques jours plus tard, le 16 janvier, trois gendarmes de la brigade de Thio, qui cherchaient à appréhender un voleur de voiture, s’étaient faits agresser par une quinzaine de jeunes et cette fois-ci, l’un des militaires avait été sérieusement blessé au visage. L’une des pierres lancées à l’intérieur de son véhicule pesait 1,8 Kg… Finalement, quatre personnes d’une vingtaine d’année avaient été appréhendées et placées en détention. Pour autant, malgré les discours très fermes des autorités compétentes, les mesures présentées à la population se résument en tout et pour tout à « une réponse très large de tous les acteurs concernés par la sécurité » ou bien à « la mise en œuvre d’une politique de prévention qui doit être renforcée » ou encore à « une véritable action de terrain qui doit être menée » … Mais au-delà des mots, quoi de concret ?

L’Etat d’Urgence pour tout le monde…sauf pour nous !

En métropole, depuis les attentats sanglants de Paris, l’Etat d’Urgence a été décrété par le Président de la République. Le 18 novembre, à la demande des élus ultra-marins, la mesure avait été étendue à tous les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et Mayotte) mais aussi à deux collectivités d’outre-mer (Saint-Barthélemy et Saint-Martin). Seul le Pacifique n’est pas concerné puisque le dispositif ne s’applique ni en Polynésie, ni en Nouvelle-Calédonie, ni à Wallis et Futuna. Il s’avère qu’aucun représentant élu de ces territoires n’en a d’ailleurs fait la demande à l’Etat. En cause, l’histoire particulière de nos trois collectivités mais aussi, semble-t-il, leur éloignement de l’Europe. Reste à comprendre alors en quoi la Guyane, et la Martinique (éloignées de 7.000 km de Paris) ou encore la Réunion (9.000 km de Paris) sont plus susceptibles d’être frappées par des actes de terrorisme. En effet, il y a seulement dix jours, à 6.000 km de Nouméa, la ville de Jakarta a été touchée par un attentat suicide dans l’un de ses quartiers les plus fréquentés. Le planificateur serait un Indonésien parti en Syrie. De même, le 15 décembre 2014, un islamiste d’origine tunisienne avait organisé une prise d’otage dans le cœur de Sydney (1.900 km de Nouméa) tuant deux personnes… Reste donc à comprendre pourquoi la Calédonie serait plus « à l’abri » que la Guyane ou que la Réunion d’autant plus que l’Etat d’Urgence ne risque pas d’être abrogé de sitôt.

L’Etat d’Urgence pour toujours ?

Cible d’une polémique entretenue par ses opposants et par un certain nombre d’associations dont la Ligue des Droits de l’Homme, le premier Ministre a cependant déclaré que l’Etat d’Urgence serait vraisemblablement prolongé bien au-delà de la période prévue par les textes :

L’état d’urgence va être prolongé pour trois mois encore. Face à une menace qui est là, lourde, c’est une manière de mobiliser le peuple Français (Manuel Valls)

Dans une interview au journal Le Monde, le premier Ministre déclare même vouloir le prolonger « jusqu’à ce que nous soyons débarrassés de l’EI » (Autrement dit, jusqu’à la Saint-Glinglin). Mais le dispositif est-il efficace ? Selon les premiers chiffres du ministère, il l’a été. La police a estimé en début d’année « autour de 16% » la diminution « du niveau » des vols avec ou sans violences en France. Selon ce même bilan paru dans la presse le 4 janvier, la baisse des cambriolages et des coups et blessures, en France, est pour sa part « de l’ordre de 5 à 10% ». En cause, naturellement, la forte présence policière suite aux attentats parisiens mais aussi les « mesures de sécurité exceptionnelle ». Alors, faut-il en déduire qu’une telle mesure étendue à la Nouvelle-Calédonie participerait à la baisse de la délinquance sur le territoire ? Voire. En tous les cas, le Haut-commissaire de la République est aujourd’hui l’un des seuls préfets de France qui, confronté à la hausse de la délinquance, ne dispose pas des moyens alloués à tous ses autres collègues pour lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité de ses concitoyens. Il faut dire aussi que la Nouvelle-Calédonie a déjà connu l’Etat d’Urgence au cours des années 80 et que cette période n’a pas laissé un très bon souvenir à tous ses habitants et encore moins à nos élus…

Qu’est-ce que l’Etat d’Urgence ?

Instauré par la loi du 3 avril 1955 : « L’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain ou des départements d’outre-mer, soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas d’événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique. »

En cas d’Etat d’urgence, le Haut-commissaire pourrait (par exemple) :

· Interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;

· Instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;

· Interdire à titre général ou particulier les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre ;

· Conférer aux autorités administratives le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit.

[poll id=”10″]

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

27 Commentaires sur "Faut-il étendre l’Etat d’Urgence à la Nouvelle-Calédonie ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Quelqu’un est-il informé d’une récente attaque et occupation de la gendarmerie de Canala, au cours de laquelle les gendarmes auraient dû se retrancher dans leurs locaux afin de se protéger ?
La consigne du haussariat serait de ne pas ébruiter le sujet, afin de ne pas alourdir le climat actuel d’insécurité , réel ou ressenti….
Vraie ou fausse info ? À vérifier…

C’est sans doute de l’intox tu penses y sont pas aussi agressif nos jeune…..!!!

Si on déclenche l’état d’urgence pour dix p’tits crétins, quel état qu’on va déclarer – si le coût de la vie continue de grimper pdt 10 ans, – si RRB devient réellement la 1ere radio du pays pour de vrai, – si on se paie 3 ans de sécheresse El Nino, – si les vieux signataires ballonnent du ventre et nous ramènent la gastroentérite, – si une centrale à charbon est construite au centre-ville, – si Sarkosi se représente encore en 2017, – si la mère Le Pen était élue prez’ de la Rep. -… [… et si tous les… Lire la suite »
ENI ANA

A défaut d’état d’urgence, pourquoi pas simplement des barrages filtrants aux entrées stratégiques des zones à risque : aux entrées/sorties de la tribu de St Louis, aux entrées/sorties de Canala, Houailou et Thio. Non seulement ça enquiquine moins de monde mais ça protège en plus les honnêtes gens des mauvais éléments des zones en question. On garde sa merde chez soi.

Je réagis à cet article après avoir vu les résultats du sondages où les « oui » l’emportent; je présume donc que c’est un « oui » à l’état d’urgence au vu de la délinquance dans ce pays. Voici donc ma réponse à ceux qui ont voté oui pour ce motif ; je vais être direct et peu sympathique, comme souvent : Il faut vraiment être idiot pour croire qu’il suffit d’instaurer l’état d’urgence en Nouvelle-Calédonie pour lutter contre la délinquance. Il faut vraiment être idiot pour s’imaginer que les mesures qui accompagnent cet état d’urgence, et qui ne sont que du « faire chier… Lire la suite »
J’ai répondu : Vous n’avez pas d’autres questions idiotes comme çà…??? Bien entendu que l’Etat d’urgence n’est en rien la solution… La seule solution c’est l’éducation et la sanction…!!! J’entends déjà les remarques à deux balles de certains.. Oui il faut des sanctions ici comme ailleurs. La société barre en couille parce qu’on est plus capable de faire respecter quoi que ce soit et qui que ce soit…!!! Une éducation normale et les coups de pieds aux culs qui vont avec le cas échéant, on a rien trouvé de mieux… Si quelqu’un à un autre modèle à proposer je suis… Lire la suite »

Je plussoie… 100% d’accord avec cette analyse.
Eric, faut que tu postule pour remplacer Taubira.

Les cons de l’UCF qui hurlent aujourd’hui contre l’insecurité sont les mêmes hier qui ont soutenu bec et ongles les violents voyous racistes du Contrakmine au Congrès. Pfffff.

Oh t’as pas peur des raccourcis, toi!

Non et toi?

Quand on laisse faire des voyous alcoolisés, racistes et armés semer la terreur dans les rues de Noumea avec leur gros camions et engins, il ne faut s’étonner si tout tombe en couille. En plus ces voyous sont soutenus au Congrès par des politiciens a la con. Depuis la levée du drapeau FLN, ca n’en fini pas. Simple constat.

“Simple constat”? Floyd: chez vous ce qui est simple, c’est l’agencement du cerveau.
“Simpliste” dirai-je même!

En voila une réponse nulle, sale, deux.

Il faut casser le cycle de la pauvreté, et de l’ignorance, en révisant le modèle scolaire, en redistribuant le travail sans discrimination en libérant la richesse non exploitée et en diversifiant l’économie, en pétant les monopoles qui favorisent la vie chère, en partageant les ressources de manière équitable, dans 30 ans ce sera Beyrouth si rien n’est fait dans ce sens, je ne l’invente pas, c’est du déjà vu ailleurs

Sauf que çà commence par : Bonjour, merci et au revoir…!!!
Tu vois ce truc stupide qui s’appelle la politesse…
Pour le reste je ne suis pas contre l’idée, mais il faudrait déjà qu’elle soit partagé par ceux avec qui tu partages un idéal politique…
Quand aux monopoles, je dirais qu’il y a monopole et monopole, faut être plus clair mon gars…
Mais bon je constate tout de même qu’il y a des points de convergence…

On est d’accord, mais le problème du monopole n’est pas localisé en Calédonie. Il ne s’agit pas d’un problème de colonialisme, de lois coutumière ou autre. C’est l’humanité entière qui sombre de jour en jour. La puissance des Lobby qui assèchent les ressources de la planète pour enrichir une minorité. Les pauvres deviennent de plus en plus pauvres, les travailleurs sont de plus en plus saignés, les riches de plus en plus riches, et les ressources de plus en plus rares. Chaque année, l’humanité vit à crédit dès le mois d’août sur les ressources renouvelables de la planète. Il n’y… Lire la suite »
Le grand malheur de ce pays, c’est son potentiel économique gâché par des forces politico-affairistes obscures, politico-coutumières obscures, et ce potentiel étouffé ce sont des milliers d’emplois qui n’existent pas pour les jeunes de ce pays, surtout ceux sans qualifications. Il faut libéraliser la production agricole et la distribution, en ne passant plus par ces salopards de voleurs monopolistes que sont les grandes enseignes connues dans ce pays dont les profits quittent ce pays. Il faut libéraliser aussi la distribution de viande de cerf (source de protéines animales gratuites), créer une filière qui créera des emplois reconnus (donc des salaires… Lire la suite »
La production agricole a été un atout de la NC des années durant. Très largement facilité par le fait que nous sommes isolés c’est un fait… C’est ensuite que les choses se sont dégradés, dés l’instant ou on a préférer importer et manger ce qui venait de l’extérieur on a plombé progressivement notre propre outil productif… Quand on voit dans les rayons des magasins, des ignames, des tarots et des maniocs congelé, épluchés et coupés prêt à cuivre venant de Chine, on touche le fond, non ??? Je ne vous parle même pas de la symbolique pour la communauté mélanésienne…!!!… Lire la suite »

On est d’accord sur la vision libérale de l’économie

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top