Connect with us

Calédosphère

Actualité

Les dessous de la guerre larvée entre le Palika et l’UC

Les élections étant passées, chez les indépendantistes, les grands discours d’union n’ont plus vraiment cours. Souhaitant tous les deux obtenir le poste de Vice-président du gouvernement, Gilbert Tyuienon de l’UC et Jean-Pierre Djaiwé du Palika s’échangent désormais des amabilités par médias interposés. Le Palika a ainsi reproché à l’Union Calédonienne d’avoir trahi le FLNKS en entreprenant de discrètes « tractations » avec les loyalistes au lendemain des provinciales…

« La bourgeoisie n’a pas d’idée, elle n’a que des intérêts ». La citation de François Mitterrand s’appliquerait-elle désormais aux élus indépendantistes, ces représentants de la nouvelle bourgeoisie kanake ? C’est en tout cas ce que démontreraient les derniers soubresauts entourant la répartition des postes institutionnels depuis les élections provinciales puisque l’union des indépendantistes, initiée pour le référendum, semble voler en éclat. En effet, si Thierry Santa a pu compter sur les voix de tous les membres non-indépendantistes du gouvernement pour être élu président, en revanche du côté des indépendantistes, les deux grands mouvements constituant le FLNKS se battent toujours entre eux pour obtenir le prestigieux poste de la vice-présidence de l’exécutif ainsi que le portefeuille stratégique de la mine et du nickel.

Des postes, des postes, des postes…

Côté arguments, l’Union Calédonienne fait valoir par la voix de Gilbert Tyuienon qu’il représente « le plus grand parti du pays » et que, fort de ses trois « ministres » au gouvernement (contre deux pour le Palika), la vice-présidence de l’exécutif calédonien lui revient de droit sachant que le parti de Paul Néaoutyine avait, au lendemain du 12 mai, trusté l’ensemble des postes du bureau de la province Nord (quand bien même le Palika ne compte que 10 sièges sur les 22 que comprend l’assemblée du Nord contre 9 sièges sur 22 pour l’UC). N’ayant obtenu aucune des vice-présidences de l’institution dirigée depuis toujours par les indépendantistes, l’Union Calédonienne avait néanmoins voté pour Paul Néaoutyine pour que celui-ci retrouve la présidence de l’institution et s’estime aujourd’hui lésée par l’UNI-Palika. De son côté, le Palika s’est tout d’abord gardé de faire des commentaires et a présenté par deux fois et sans succès la candidature de Jean-Pierre Djaiwé (ne souhaitant pas s’immiscer dans les pourparlers entre indépendantistes, les loyalistes ont fait le choix de s’abstenir, attendant que le bureau du FLNKS se mettent d’accord). C’est ainsi que la semaine dernière, l’ancien candidat aux législatives avait appelé l’UC à ne plus communiquer dans les médias sur les dissensions entre indépendantistes :

« Si on est arrivé à s’entendre pour le Congrès, on peut très bien s’entendre aussi pour le gouvernement, mais ça, ça mérite qu’on ait des discussions. Ces affaires-là, le mieux, c’est qu’on en discute déjà entre nous au niveau du congrès du FLNKS au lieu de parler partout (Jean-Pierre DJAIWE, 28/06/19 ; sources : NC 1ère) »

Cependant, suite à la convocation du 16ème gouvernement par le Haut-commissaire et face à l’impossibilité d’élire un vice-président, le Palika a, ce lundi, diffusé un communiqué en forme de mise au point pour critiquer l’attitude et le discours de son adversaire-partenaire au sein du FLNKS :

« Ces derniers jours, les responsables de l’Union Calédonienne sont intervenus successivement dans les médias affirmant qu’ils étaient soi-disant « le plus grand parti du pays » fort de la supposée « progression » qu’ils auraient enregistré au Congrès. Or, de prime abord, passer de 11 élus en 2014 à 11 élus en 2019 n’a jamais été une « progression » ! (Jean-Pierre DJAIWE, 02/07/19 ; sources : Communiqué UNI-Palika) »

Attaqués par certains militants indépendantistes sur son attitude, le Palika s’est ensuite, et pour la première fois, justifié d’avoir conserver l’ensemble des postes de l’exécutif du Nord car selon le parti de Paul Néaoutyine, l’Union Calédonienne aurait « bafoué » la stratégie unitaire des indépendantistes au lendemain des élections en discutant avec les élus loyalistes de la liste « Agissons pour le Nord (AEC) » :

« Les responsables de l’UC n’ont ensuite cessé d’invoquer la Stratégie concertée actée au niveau du FLNKS pour légitimer leur candidat Gilbert Tyuienon à la vice-présidence du gouvernement. Par la voix de Jean-Pierre Djaiwe, l’UNI a tenu néanmoins à rappeler que cette stratégie a malheureusement été bafouée, en premier lieu, par les responsables de l’UC en Province Nord. En effet, préalablement à l’élection du président P. Neaoutyine le 17 mai dernier, l’UNI a été informée par des responsables de la liste loyaliste « Agissons pour le Nord » que l’UC avait entrepris discrètement des tractations avec eux de sorte à être élu à l’exécutif de la collectivité provinciale. A partir de là, chacun se devait d’assumer la responsabilité de ses choix! (Jean-Pierre DJAIWE, 02/07/19 ; sources : Communiqué UNI-Palika) »

Il faut donc comprendre que, selon le Palika, Daniel Goa – le président de l’Union Calédonienne – aurait discuté le 13 mai avec les élus non-indépendantistes afin de faire cause commune pour barrer la route à la réélection de Paul Néaoutyine et qu’un des proches d’Alcide Ponga (tête de liste de AEC dans le nord) en aurait ensuite averti l’homme fort du Palika… Une information qui n’a pour l’instant pas été confirmée par les loyalistes de l’Avenir en Confiance. Cet hypothétique échange aurait constitué en tous les cas un crime de lèse-majesté pour Paul Néaoutyine qui aurait eu pour conséquence la mise à l’écart de l’UC de toutes les instances de direction de la province Nord. Reste que si cette information n’a pas été contredite par l’UC, le plus vieux parti du pays a voté comme un seul homme pour le leader du Palika, ce qui a permis à celui-ci d’être réélu à l’unanimité des voix de l’assemblée.

L’UC et le Palika ne travaillent pas ensemble…

Quand bien même, les élus du Palika reprochent à ceux de l’Union Calédonienne d’avoir, avec l’appui de l’Eveil Océanien, mis la main sur l’ensemble des postes à responsabilité au congrès de la Nouvelle-Calédonie lors de l’élection de Roch Wamytan :

« Le 24 mai dernier, ce sont bien avec les voix de l’UNI que Roch Wamytan et Caroline Machoro, tous deux élus UC, ont été portés à la présidence du congrès et de sa commission permanente (Jean-Pierre DJAIWE, 28/06/19 ; sources : Communiqué UNI-Palika) »

Moins représentatif que l’Union Calédonienne, le Palika estime donc que la vice-présidence du gouvernement devrait lui revenir ainsi que le très sensible secteur des mines. Un portefeuille stratégique pour Paul Néaoutyine qui espère l’utiliser pour continuer à mettre en œuvre sa « stratégie nickel » consistant  – pour l’instant – à surtout empêcher le sauvetage de la SLN (vraisemblablement pour pouvoir récupérer les titres miniers de la « vieille dame » si celle-ci était mis en faillite). Enfin, dans son communiqué, le Palika sous-entend que Gilbert Tyuienon ne serait tout simplement pas assez « crédible » pour occuper la fonction de vice-président :

« N’oublions pas que nous menons un combat et que celui-ci mérite d’être incarné, à cette heure cruciale pour l’avenir de notre pays, par des hommes et des femmes responsables porteurs d’une certaine crédibilité (Jean-Pierre DJAIWE, 28/06/19 ; sources : Communiqué UNI-Palika) »

En définitive, il s’avère que les deux plus importants partis indépendantistes n’ont réussi à s’entendre et à se partager les postes à responsabilité que dans une seule institution de la Nouvelle-Calédonie : celle des îles Loyauté. Une situation politique inverse de celle qui prévalait il y a encore quelques semaines lorsque les leaders indépendantistes raillaient les dissensions entre les responsables loyalistes. Ces derniers ayant, après un certain temps de latence, réussi à trouver des accords pour gérer les institutions dans lesquels ils sont majoritaires, nul doute qu’ils observent aujourd’hui d’un œil goguenard les péripéties et les divisions au sein du FLNKS.

Afficher la suite

Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



594
Laisser une réponse

avatar
71 Comment threads
523 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
XXX
XXX

La question des terres est fondamentale de la question mélanésienne hier, Kanak aujourd’hui, en Calédonie. Quelques dates clefs d’une problématique toujours actuelle : – La prise de « possession », sans commentaire, – La colonie de peuplement : l’apparition de la propriété privée et son corollaire, le cantonnement, – La montée de la revendication de l’indépendance par les descendants des populations colonisées dans les années 70 qui trouve sa traduction concrète dans la revendication identitaire foncière sur la Grande Terre dans les années 75/80, – Nainville-les-Roches et la reconnaissance par les descendants du peuple premier du droit pour les populations… Lire la suite »

Rigoberto
Rigoberto

Un vote sur la partition de la Papouasie Nouvelle Guinée à Bougainville, cela ne vous inspire pas ?
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/23/l-archipel-de-bougainville-va-t-il-devenir-un-etat-souverain_6020241_3210.html
Comme quoi tout est possible…

LedZep
LedZep

@Rigoberto “Un vote sur la partition de la Papouasie Nouvelle Guinée à Bougainville, cela ne vous inspire pas ?”. Problématique bien plus complexe que la NC. Confère l’article suivant de France Culture : https://www.franceculture.fr/geopolitique/papouasie-nouvelle-guinee-lile-de-bougainville-passera-t-elle-de-region-a-nation Cet article a au moins l’intérêt de poser la bonne question à savoir, la viabilité de l’indépendance d’une des îles des plus miséreuses du Pacifique Océanien qui, n’en doutons-pas une fois “la souveraineté acquise” en quête perpétuelle « d’accords en partenariat », tombera inévitablement dans l’escarcelle chinoise. Certes il y en aura des « palais nationaux » édifiés gratuitement, de superbes routes (menant à rien), un quai en eau profonde plus… Lire la suite »

Rigoberto
Rigoberto

Il est vrai que de quitter un pays, la Papouasie, dont le PIB per capita n’excède pas 2700 $ US est vraiment risqué…alors qu’on ne possède que la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde pour 300 000 habitants. 20 000 morts tout de même, les colonisateurs Papous n’y sont pas allés de main morte. Imaginez 20000 morts pendant les événements en NC. On aurait crié au génocide, sur ce coup là, on entend pas trop le FLNKS, bizarre.

LedZep
LedZep

@Rigoberto “alors qu’on ne possède que la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde”. Encore faudrait-il en être capable, de pouvoir maîtriser soi-même son exploitation. Ce qui est loin d’être le cas. Cette île perdue dans le Pacifique n’aura certainement pas la capacité de gérer elle-même son destin sans faire appel à une nouvelle forme de colonisation tout aussi redoutable le partenariat (c’est à la mode) plus qu’intéressé « à sens unique » Chinois, Américain, Australien (de nouveau)… Combien de pays d’Afrique Noire, depuis leur décolonisation, n’ont toujours pas vu leur économie devenir des plus prospères malgré leurs colossales… Lire la suite »

Eric

???
Aucun rapport…
Une fois de plus du Rigo pure jus…
La NC est une et indivisible c’est dans les ADN…
Et contrairement à la PNG, les populations sont beaucoup plus mélangés…

LedZep
LedZep

@Eric “La NC est une et indivisible c’est dans les ADN…”. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi tu fais sans cesse référence à ces accords de Nouméa. Qui ne sont que ce qu’il sont, c’est-à-dire une « convenance » entre signataires, une sorte de “gentlemen’s agreement” mais en aucun une loi qui s’applique à tous. Seule la Loi n° 99-209 organique du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie et ses mises à jour successives, font foi. Bien évidement elle reprend l’esprit mais en aucun cas la lettre de cet accord (voire des précédents). Dans cette loi, à partir de l’article 216,… Lire la suite »

Eric

LedZep,

Je fais référence aux ADN, parce que c’est ce que les calédoniens ont validé à 72% d’entre eux et que c’est bien l’esprit de ces accords qui a transformé le NC de grand papa…

C’est imparfait je te l’accorde… Et oui la lettre ne s’y retrouve pas toujours on est en phase là aussi…

Mais pour moi la NC du 21ème siècle se trouve être dans cet accord…

Et si la loi n’a pas retranscrit correctement cette indivisibilité çà ne change rien à ce qui est et était l’objet de cet accord…

LedZep
LedZep

@Eric “Mais pour moi la NC du 21ème siècle se trouve être dans cet accord…”. En tout état de cause ce qui régit notre NC actuellement, c’est la Loi Organique de 1999 qui s’impose à tous. Ladite Loi tu en conviendras, contient largement de quoi satisfaire ton assertion relative à la Calédonie du siècle actuel. Pour des siècles et des siècles ? Je n’irai pas jusqu’à dire « Amen ». En seras tu convaincu un jour ? Je ne désespère pas. Pour ta gouverne l’Accord de Nouméa n’aurait jamais pu, tel quel, faire l’objet d’une loi constitutionnelle. C’est pourquoi, une Loi Organique reprenant… Lire la suite »

Eric

LedZep,

Bien entendu qu’il u a un monde entre l’esprit et la lettre d’un accord d’un coté et la loi de l’autre…

Cela dit, tu as raison c’est quand même la loi qui prime sur l’esprit et la lettre, à mon grand regret…

LedZep
LedZep

@Eric “Cela dit, tu as raison c’est quand même la loi qui prime sur l’esprit et la lettre, à mon grand regret…”. C’est pourquoi je me méfie beaucoup de ce qui vient du Monde Politique. Des plus apte, à donner d’une main et à reprendre de l’autre ou plus crûment, à te tendre un bonbon d’une main tout en se préparant à te le chiper de l’autre. le cas d’espèce qui nous préoccupe les accords et puis ce qui en est tiré par la suite une fois ces accords confrontés à la Loi qui s’applique à tous dans un pays,… Lire la suite »

LedZep
LedZep

@Eric En tout cas un de nous qui n’en a rien à faire du respect de la Loi Organique de 1999, encore une fois, c’est bien notre Président du Congrès qui me semble t-il outrepasse et de loin les fonctions qui lui sont attribuées. Cette « boulimie » de signatures de conventions qu’il commet ici et là, avec l’Assemblée de Corse, avec celle du Vanuatu et dernièrement en grande pompe avec celle de Fidji personnellement m’interpelle. Comment une telle attitude n’est-elle pas relevée par l’État et le Gouvernement Local. Sous toute réserve, rien dans la Loi Organique de 1999 n’attribue au Président… Lire la suite »

XXX
XXX

Lors du dernier club de la presse sur RRB consacré essentiellement aux congrès de l’UC et du Palika, un des intervenants nous a rappelé que le choix des indépendantistes d’aller discuter directement avec l’Etat est lié à leur lecture de l’accord : L’accord étant un accord de décolonisation, les indépendantistes Kanak (représentants du peuple premier) invitent les autres populations à construire le pays avec eux. (C’est l’idée depuis Nainville-les-Roches) Si au bout de trois fois, ils (les Loyalistes, les autres) n’ont pas compris… ben, le peuple Kanak continue sa lutte en négociant directement avec l’Etat ; quant aux Calédoniens d’origine… Lire la suite »

LedZep
LedZep

@XXX “le choix des indépendantistes d’aller discuter directement avec l’État est lié à leur lecture de l’accord”. Effectivement. Néanmoins, à chacun sa lecture de ce fameux accord de Nouméa qui, selon moi, permet aux uns et aux autres d’y voir “midi à sa fenêtre”. L’extrait de ce fameux accord qui me permet d’énoncer cette affirmation : «  5. L’évolution de l’organisation politique de la Nouvelle-Calédonie Au cours du quatrième mandat (de cinq ans) du Congrès, une consultation électorale sera organisée. La date de cette consultation sera déterminée par le Congrès, au cours de ce mandat, à la majorité qualifiée des trois… Lire la suite »

Eric

XXX,

Cette nouvelle façon d’envisager l’avenir de la NC en annonçant qu’ils iraient directement discuter avec l’Etat, c’est juste pas entendable…

Il y a trois partenaires un point c’est tout…

Cette volonté d’aller directement voir l’Etat c’est juste la confirmation, l’aveux qu’ils sont convaincus que le OUI ne l’emportera pas…

LedZep
LedZep

@Eric “Cette volonté d’aller directement voir l’État c’est juste la confirmation, l’aveu qu’ils sont convaincus que le OUI ne l’emportera pas…”. En partie sans doute. Mais encore une fois en bons lecteurs de “l’Art de la guerre” de Sun Tzu (mais si, mais si), c’est aussi dans le but de décourager les non indépendantistes, de leurs “mettre la pression” comme l’on dit communément pour signifier que ces derniers auront beau se référer à la Démocratie, à “la force juste de la Loi”, rien n’y fera en regard de cette belle assertion extraite du texte établi à l’issu de la table-ronde… Lire la suite »

Eric

LedZep,

L’autodétermination reste un droit que personne ne conteste…
C’est juste que si c’est non et ben c’est non !!!

XXX
XXX

@Eric- Reste aux non-indépendantistes à se mettre d’accord sur les arguments en faveur du maintien dans la République pour le référendum ; indépendamment de leurs désaccords sur les questions économiques et sociales.

Après tout, leurs désaccords ne sont pas plus importants que ceux existants entre l’UNI et l’UC sur le plan économique et social…

sans parler sur le plan sociétal du clivage entre les tenants de la coutume et les démocrates.

LedZep
LedZep

@Eric “L’autodétermination reste un droit que personne ne conteste…”. Au vu des déclarations de certains leaders indépendantistes, ceux de l’Union Calédonienne en particulier nous ne pouvons qu’en douter. Pour moi, ce qu’ils répètent sans cesse comme un mantra, qu’à la fin de l’application « des accords », si la Nouvelle-Calédonie n’a pas accédé à l’indépendance à la suite des trois référendums prévus, ils iront « discuter » avec l’État de l’avenir du pays (sous-entendu l’indépendance sans condition) démontre bien que, ce que tu affirmes ne reflète en rien la réalité à laquelle nous sommes confrontés. Le verdict des urnes, dans l’affect indépendantiste ne peut… Lire la suite »

Eric

LedZep, Tu réfléchis trop à mon avis… Tout d’abord la question d’être indépendantiste ne relève pas initialement d’un modèle économique et social, mais juste d’une idéologie… Tout le reste est secondaire… Et pour ce qui est de l’engagement des leaders vieillissants et de l’impossibilité pour eux d’accepter la défaite à l’issu des trois référendums, j’en ai rien à faire… Là aussi, on est pas dans l’affecte, on est dans le réel et le réel c’est oui ou non et si c’est non trois fois et ben c’est pas oui et les électeurs du non ne pourront en aucune façon être… Lire la suite »

LedZep
LedZep

@Eric « Tu réfléchis trop à mon avis… ». Désolé on ne se refait pas. Ce n’est pas donné à tout le monde, tel Friedrich Nietzsche, de pouvoir utiliser l’aphorisme pour exprimer ses idées. « Tout d’abord la question d’être indépendantiste ne relève pas initialement d’un modèle économique et social, mais juste d’une idéologie… ». Allons-y dans l’aphorisme, je me lance. L’Indépendantisme Canaque relève certainement plus d’une revendication identitaire, que l’iniquité de la colonisation à inévitablement mis en exergue, que d’une idéologie. L’idéologie s’appuyant sur un modèle social, économique exaltée par cette revendication, l’Indépendance kanak Socialiste (l’IKS) en découlera lorsque des leaders politiques se… Lire la suite »

Eliot Nenesse

Il était tout beau ce soir lors de son passage à la télévision, Daniel GOA, vêtu d’une chemise blanche avec l’inscription “Nouvelle-Calédonie” cousue dessus.

Message consensuel subliminal?

LedZep
LedZep

@Eliot Nenesse “Message consensuel subliminal”. Daniel Goa touché par la Grâce ? Converti au « fédéralisme à la française » prôné par notre Sénateur revigoré, vindicatif (retraité de la politique locale) mais malgré tout, empêtré dans sa phraséologie habituelle qui ne fait, selon moi, que desservir ses convictions politiques. C’est bien dommage car cette idée, qui fera bientôt débat dans les enceintes de nos parlements nationaux pour son application en Métropole, est peut-être une piste à explorer après le troisième référendum, si nous allons jusque là et bien évidement, si le « NON » se confirme. Retour sur terre. Évidement que notre prêcheur Daniel,… Lire la suite »

serpentar
serpentar

Frogier semble en avoir marre de tourner en rond et de constater que 30 ans après les deux blocs soient encore plus bloqués qu’avant !!! Awaaa … C’st pour çà qu’Ollivaud disait que la case était de forme ronde c’est exprès parce qu’il y a des mecs qui veulent pas changer dans la vie. Alors notre O’hara (en référence aux Dalton qui ont les orteilles, heu non … les zoreilles en choux fleur) local sénateur de la Republik franckaise en poste actuellement a été un peu géné d’avouer à demi mot que ce qu’il nous faudrait … BEN C’EST LA… Lire la suite »

LedZep
LedZep

Pour en finir avec ce débat stérile qui tourne autour de la graphie du mot Kanak versus Canaque, tout autre chose. En complément du reportage du JT de NC 1 ce soir concernant la tournée dans le Pacifique de l’Airbus A220-300 d’airBaltic (en fait anciennement Bombardier CS300) un document intéressant sur cette compagnie en particulier, sur un vol quasiment filmé de bout de bout. En tout cas un sacré banc d’essai pour cet A220 venu de Lettonie jusque chez nous, entre autres destinations. https://www.youtube.com/watch?v=r-OtvuRXy74 Cela m’a un peu surpris qu’Airbus choisisse cette compagnie pour promouvoir « son nouvel avion » (depuis la… Lire la suite »

XXX
XXX

@LedZep – “Pour en finir avec ce débat stérile…”, il suffit de se fier à la loi, en l’occurrence la loi organique no 99-209 du 19 mars 1999 qui précise ne son titre premier, article 7 : “Les personnes dont le statut personnel, au sens de l’article 75 de la Constitution, est le statut civil coutumier kanak décrit par (…)”. Effectivement, le débat sur la graphie du mot Kanak est clos. Point n’est besoin d’ergoter. Mais je vous accorde que même inscrit dans la loi, en bonne démocratie, rien n’interdit de faire valoir son opinion. Et puis discuter, contester la… Lire la suite »

LedZep
LedZep

@XXX “Mais je vous accorde que même inscrit dans la loi, en bonne démocratie, rien n’interdit de faire valoir son opinion. Et puis discuter, contester la loi, n’est-ce pas un des moyens les plus efficaces de l’intégrer ?”. Si l’on fait référence au statut coutumier Kanak, clairement défini dans la Loi Organique ce qui peut poser problème, à mon sens, dans le développement économique sur terres coutumières, c’est le lien très marqué à la terre qu’ont les mélanésiens ici comme ailleurs dans le Pacifique Océanien. A l’appui de mon propos, l’article 18 du « Titre I » auquel vous faites référence, repris… Lire la suite »

XYY
XYY

LedZep.
“pouvoir bénéficier de leur savoir faire en la matière”. Ouh la la… Jacques Lalié n’en a rien à faire de l’expertise de airBaltic. Et à mon avis (mais ça n’est qu’une opinion et je la partage), air Baltic se gardera bien de prodiguer des conseils.
airBaltic = 39 avions. Air Oceania (?) = 2 (?) avions.
airBaltic = !Juillet! 2018: 452 646 passagers . AirCalin 2017: 403.700 passagers (pour toute l’année)…

ditou
ditou

La date du référendum est confirmée pour le 6 septembre 2019. Ce n’est pas une date idéale. Donc il va falloir de l’optimisme avant tout. Puisque c’est une date dont le résultat sera similaire à celui du 4 novembre puisque tout les deux ont un chiffre en commun le 15 celui du diable. Le 6+9 =15 et celui du 4 +11 =15. Encore un mauvais choix de date. Mais bon c’est le chiffre de tous les abus et surtout des surprises. Donc pas aussi contente que celui d’août qu’ils avaient donné comme date possible, lui était plus favorable avec un… Lire la suite »

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top