Connect with us

Calédosphère

Actualité

Saint-Louis : pas loin de la catastrophe

Ce que nous venons de vivre le week-end dernier à Saint-Louis a fait s’interroger de nombreuses personnes. Si sur les réseaux sociaux, ont circulé beaucoup de messages dégoulinants de démagogie et de populisme, sur le terrain c’est l’impression que l’on n’est pas passé loin de la catastrophe qui a prévalu.

Les bocages et exactions du week-end dernier ont été le fait d’une poignée d’individus très fortement armés et dont l’objectif affiché était très clairement de s’en prendre violemment aux forces de l’ordre, en blessant ou en tuant. C’est la folle et meurtrière détermination de ces individus, dont le nombre était estimé à moins d’une dizaine, et leur volonté à n’entendre personne ni à ne rien négocier, qui a impressionné et laissé quelque peu désemparées les autorités. Ce que sous-tendait le maire du Mont-Dore, Éric Gay, dans ses interventions.

« On avait pu résoudre par la discussion ce qui s’était passé la semaine dernière, avec la famille et les coutumiers. C’était un cas totalement différent. Là, on se retrouve dans un cas autre. Ce sont des jeunes qui créent un trouble à l’ordre public et qui, surtout, menacent d’abord les forces de l’ordre, on sent que c’est après les forces de l’ordre qu’ils en ont » (TNC-13 nov)

La tension sur place a été jugée suffisamment dangereuse pour que l’hypothèse de la « neutralisation » des fauteurs de troubles par les éléments d’élite de la gendarmerie ait été sérieusement envisagée et jamais écartée tout le temps qu’aura duré la crise. Face à des autorités coutumières dépassées, et la mairie du Mont-Dore impuissante, c’est le haussaire qui aura été à la manoeuvre

« C’est quelques individus qui mettent en péril tout le fonctionnement d’une collectivité de 30 mille habitants comme la nôtre, mais les choses ne se règlement pas si facilement, il faut faire confiance aux forces de l’ordre et au haut-commissaire pour gérer cette situation sur le terrain » (Éric Gay – RRB, 14 nov)

Puisqu’aucune négociation ni discussion n’étaient possible, mais surtout pour éviter une possible intervention radicale des forces de l’ordre à l’encontre des tireurs, la population a été sollicitée d’une part pour qu’elle localise et désigne les tireurs et d’autre part pour qu’elle récupère les armes des fauteurs de troubles.

« On nous demande d’aller chercher les armes. C’est pas qu’on n’a pas le pouvoir, mais c’est qu’on ne sait pas comment faire, on n’est pas des professionnels. On est des simples personnes, des pères de famille. On va essayer, mais il ne faut pas nous imposer des choses comme ça » (Berthin Moenteapo -LNC-15 nov)

Les habitants de Saint-Louis se sont néanmoins mobilisés pour faire entendre leur voix et essayer de faire comprendre au reste de la population, qu’ils sont eux aussi victimes de ces quelques violents que personne, et notamment pas leurs parents, sont capable de raisonner. L’occasion également de faire passer des messages :

« Moi aussi je voudrais lancer un mot aussi à certains de nos hommes politiques, de ne pas dire des slogans qui amènent nos jeunes à se sacrifier pour rien du tout. Il suffit d’une petite étincelle et puis ça y est » (Chanel Palaou – TNC, 14nov)

Une déclaration qui s’adresse à certains leaders indépendantistes, ainsi Roch Wamytan ou Daniel Goa, qui se sont bien gardés de condamner les exactions commises ces dernières semaines à Saint-Louis. Mais même tonalité chez les non-indépendantistes, ainsi pour le maire du Mont-Dore Érica Gay :

« Je pense que chacun ici doit avoir une attitude responsable et ne pas faire de la politique démagogique pour faire plaisir à une certaine base électorale ou à rechercher, en vue des élections qui viennent, des soutiens. On ne peut pas agir comme ça, soyons responsables et puis surtout, ne cassons pas le travail qui est fait sur le terrain ». (RRB-16 nov)

Et l’on ne peut s’empêcher de deviner dans cette admonestation, une critique des propos tonitruants d’Harold Martin, du communiqué de Gaël Yanno, candidat aux législatives, qui demande que l’État fasse intervenir les forces armées en appui des forces de l’ordre pour désarmer les bandits qui terrorisent la population et bafoue le droit républicain ou des posts de Gil Brial et de Sonia Backes qui estime qu’à force de « lâcher aux revendications des indépendantistes, on est arrivé à une situation où une partie de la jeunesse kanak ne se retrouve plus dans rien: ni ordre, ni morale, ni même coutume ! » et qui réclame que l’on cesse « de céder, de pardonner, d’excuser, de justifier ».

Le calme est revenu, mais, et l’opinion publique ne s’en est sans doute pas rendue compte, jamais la situation à Saint-Louis n’avait atteint un tel niveau de dangerosité. Tous ceux qui, le week-end dernier, ont eu à gérer ces évènements ont eu peur que tout dérape. À commencer par la population de Saint-Louis, d’autant que les incidents se multiplient. C’est pourquoi les clans de la tribu tentent de s’organiser, ça a été le cas récemment lorsque quatre hommes cagoulés ont été repérés avec à l’évidence l’intention de mettre le feu quelque part :

« On a essayé d’encercler les deux autres qui partaient dans la brousse, ils sont partis vers là, et comme c’est la brousse, on n’a pas réussi à les avoir. Ils étaient avec des bidons d’essence. Qu’est-ce qu’ils venaient faire dans la tribu ? Là, l’angoisse augmente encore parce que, d’un côté, il faut qu’on travaille avec nos enfants, et puis de l’autre côté, eux, ils font des démonstrations comme ça, qu’est-ce qu’ils cherchent, qu’est-ce qu’ils veulent réellement ? » (Marie-Luce Némoidjou – TNC,15 nov)

À Saint-Louis la peur et l’exaspération sont à leur comble, à tel point qu’il se dit que, depuis le retour à la normale, les jeunes fauteurs de troubles doivent rendre des comptes, il y a de l’astiquage coutumier dans l’air…

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



140
Laisser une réponse

avatar
31 Comment threads
109 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
Rigoberto
Rigoberto

Vivement l’indépendance… Fidji où le gouvernement conteste le dernier rapport d’Amnesty International L’ONG dénonce la culture de brutalité et de torture au sein des forces de police. La dernière affaire en date s’est conclue à la mi-novembre: 8 policiers et un militaire ont été condamnés pour le viol et le tabassage de deux repris de justice, dont un est décédé des suites de ses blessures. L’affaire a fait une mauvaise publicité aux forces de l’ordre fidjiennes, mais le Garde des Sceaux, Aiyaz Sayed Khaiyum, affirme qu’il n’y a « jamais eu de torture institutionnalisée aux Fidji », et que les… Lire la suite »

Alikantitra

Rigoberto : “Fidji où le gouvernement conteste …” Bula ! Fiji n’est assurément pas un modèle de démocratie à l’occidentale, mais le pays arrive à vivre sans mendier des subventions. Pourtant les produits d’exportation ne sont pas légion (sucre, un peu d’or, …) L’équilibre est certes fragile entre Mélanésiens et Indo-Fidjiens, mais l’administration fonctionne (le responsable administratif est souvent mélanésien, le responsable technique indien), l’économie aussi. Les différents boycotts de nos hypocrites voisins du Sud après la prise de pouvoir pas vraiment conforme aux usages du monde occidental, mais pas sanglante non plus, du commodore Bainimarama n’ont pas empêché l’économie… Lire la suite »

Eric

Oui enfin c’est toujour le même refrain…
Les autres ils ont faim, une système social très limité, du coup le seul moyen de s’en sortir c’est de bosser…
Alors oui tant qu’on est dans une bulle c’est sûre qu’on est pas en meutre de rivaliser !!!

Alikantitra

Eric : “le seul moyen de s’en sortir c’est de bosser…” Ca, c’est un message difficile à faire passer ici … Je ne suis pas sûr que les Fidjiens aient vraiment faim. Il me semble en tout cas qu’il y a moins de mendiants, de traîne-savates et de teneurs de mur à capuche incorporée dans les rues de Suva que dans celles de Nouméa. Il y a peut-être aussi moins de viande saoule, bien que le rhum (pas terrible) soit produit sur place (Lautoka). Peut-être la terre est-elle moins basse, en tout cas les marchés des villes (destinés à la… Lire la suite »

Inforétif

Rigoberto, jusqu’à maintenant tu ne disais que du bien du régime fidjien et de Bananarama : what’s happened ?

Eric

Ben c’est vrai ça…???
Rigo, c’est plus le paradis chez notre bon maître banni…!!!???

Floyd

Ayé, le Syndrome de Stockholm a atteint une partie de la tribu de SL. Au prochain barrage / blocages il y aura des femmes et des enfants sur RP1 pour donner main forte au gangs qui terrorisent les habitants. Le rétablissement de la libre circulation par les forces de l’ordre dans ces circonstances sera délicat, long et difficile.

Nadégaditàvous qu’il fallait agir vite et fort dés le départ des récents troubles suite à la mort de Décoiré.

Maintenant c’est trop tard, la situation (libre circulation) ne fera que se dégrader pour les habitants du Mt Dore sud.

Rigoberto
Rigoberto
Inforétif

Étranges similitudes, en effet.
Que le gendarme en légitime défense tire ou pas, il aura toujours tort.
Dans le premier cas il y aura des imbéciles (comme la bande à Wamy de Sinluy) pour lui reprocher de ne pas s’être laissé écraser, dans le deuxième . . . il sera mort stupidement.

Clark
Clark

Donc: si on poursuit dans le mode de pensée des mecs de Saint Louis:

Disons que ça se serait passé comme en Ariège: un gendarme tué à Saint Luy, et le conducteur en vie.

Selon Wamytan, il aurait été légitime que devant ce meurtre , les gendarmes bloquent les entrées, tirent au hasard sur les habitants de la tribu, entrent dans Saint Louis et brûlent les maisons… C’est bien comme ça que ça se passe dans ce coin?

simla

Clark, arrête de rêver , tu te fais du mal 😆

Si déjà, les gendarmes entraient dans la tribu, saisissaient toutes les armes et ++++++ ce ne serais pas si mal 😉

Clark
Clark

Je ne rêve pas!

Ouh là là! encore une malcomprenance!!!

Je ne souhaite nullement qu’on brûle les maisons à Saint Louis, ou qu’on tire au hasard sur les habitants, même si un gendarme y avait été tué!
Je dis juste que Wamytan, lui, trouverait ça normal, vu qu’il trouve la réaction des branleurs de sa tribu, normale!

Et quant à entrer dans la tribu… ils n’attendent que ça pour le considérer comme une déclaration de guerre.

simla

Clark….je plai san tais….évidemment 😉

J’avais très bien compris l’essence (!) de ton post…inutile de me l’expliquer !!!!

J’espère que je ne suis pas la seule 😆

Pour ce qui de pénétrer dans la tribu, oui, je sais, mais ça semblerait pourtant normal. Remarque, en métropole, ils n’osent pas aller dans les cités non plus….

simla

Inforétif, C’est le gros problème des forces de l’ordre, user de leur arme ou pas…toujours un tollé quand elles l’utilisent…c’est d’ailleurs pourquoi elles souhaitent qu’on révise les cas de légitime défense il me semble… Aux US, ils n’ont pas ces scrupules, toutefois tout le monde est armé, c’est un peu comme au Far West, celui qui tire le premier a davantage de chances de s’en….tirer 😉 Perso, je trouve que si les policiers, gendarmes …..ont une arme, c’est pour s’en servir…le tout étant d’éviter les bavures….je note malgré tout que lorsqu’il s’agit de contrer des manifestants pacifiques, les forces de… Lire la suite »

simla

Rigoberto,

C’est bien triste que ce gendarme ait perdu la vie au cours d’un banal contrôle….

Et bien, il aurait du immédiatement tirer sur le chauffeur…sa vie étant mise en danger et pour le coup il l’a perdue !

Peregrinus

Les manipulateurs de ces “commandos armés” ont eu ce qu’ils voulaient : une rançon.
Les “éternels opprimés” ont pris en otage l’état “oppresseur de leur identité et de leur culture” , et il a suffit de profiter de la repentance permanente et la couardise de ce dernier pour lui soutirer 500 millions d’une simple embuscade urbaine. Ah, ils ne sont pas prêts de bosser, les “jeunes ” de St Louis !! C’est qui qui qui paye ?????………

Mister Eric

Alors ça c’est une conclusion excellente !

simla

Peregrinus,

On ne saurait mieux dire !

pigeon vert
pigeon vert

les manipulateurs politiques responsables … un jour ils auront le boomerang dans la figure….
ce genre d’attitude inadmissible , irresponsable dans un petit territoire avec une faible population, ou , en plus les gens se connaissent.
bravo au calme & sang froid du maire et de l’état…..car il y aurait pu avoir dérapage sanglant ….avec engrenage ….

Vavouto

Vous pouvez les rassurer, ces tueurs en puissance, l’Etat les as entendus, 500 millions, voilà comment on achète la canaille ! – Les arguties du responsable de l’Etat, du Maire sont lamentables. La touche finale sera d’autant plus meurtrière.
Que les coutumiers commencent par désarmer ces vauriens. A faire respecter l’ordre dans leur tribu, enfin à se montres des KANAK pas des indigènes que l’on achète !!

memory
memory

Il suffit simplement de faire respecter l’Ordre.Il y a des endroits en Calédonie où la présence d’une gendarmerie rassure tout le monde et surtout les habitants du lieu ( Houailou, Canala…). D’autre part, faire de saint Louis une tribu comme certaines, qui mettent un point d’honneur à être d’une présentation irréprochable Petit Coulis, pour n’en citer qu’une. Moi même, je suis fier d’y emmener des gens de passage… .C’est sûr que la population ne doit pas simplement le souhaiter: des inconnus dans la tribu, on s’en inquiète et même on le signale. Une nouvelle voiture les responsables désignés demandent les… Lire la suite »

ditou
ditou

memory

“Il y a des endroits en Calédonie où la présence d’une gendarmerie rassure tout le monde et surtout les habitants du lieu ( Houailou, Canala…).”
Pour tout te dire la gendarmerie rassure peut être les habitants de ces lieux, mais pas les gendarmes.

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top