Connect with us

Calédosphère

Actualité

Gouvernement : et si c’était en fait le Palika et LKU qui ont eu la peau de l’Eveil Océanien ?

Alors qu’ils sont minoritaires au congrès, les partis indépendantistes ont réussi à obtenir la majorité dans le futur gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Victime collatérale des tractations entre les différents partis présents au congrès, l’Eveil Océanien s’est vu, pour l’heure, éjecté du gouvernement. Fort d’un 3ème membre, Louis Mapou du Palika réclame la présidence et du côté de Thierry Santa (le futur-ex-président) et de Samuel Hnepeune (l’ex-futur-président) il se dit que les deux hommes pourraient démissionner de l’exécutif calédoniens s’ils ne sont pas élus à sa tête… Rebondissements ?

“Ce n’est pas forcément le résultat que nous attendions” Comme il l’a déclaré aux Nouvelles Calédoniennes après le vote du congrès sur la composition du futur gouvernement, Samuel Hnepeune ne s’attendait pas du tout à ça pour son premier jour dans le grand bain de la politique calédonienne. L’ancien patron d’Aircal, qui était encore jusqu’à peu le président du MEDEF-NC, a en effet été surpris de constater que si la liste UC-FLNKS-EO qu’il présentait a bien obtenu les voix escomptées (UC +EO), en revanche, la liste de son adversaire indépendantiste Louis Mapou (de l’UNI-Palika) a, elle, obtenu davantage de suffrages. Or, au regard de la composition du congrès de la Nouvelle-Calédonie, et de par le mode de scrutin désignant les membres du gouvernement, il ne fallait qu’une seule voix de plus à la liste de Louis Mapou afin que celle-ci gagne un 3ème élu, mais au détriment de la liste de l’UC-FLNKS, qui en a perdu un : le siège de Vaimu’a Muliava. Ainsi, après s’être présenté sur la liste des Loyalistes en 2019, puis sur la liste des indépendantistes en 2021, l’Eveil Océanien se voit finalement éjecté du gouvernement…

Bienvenue dans le pire de la IVème République !

Du fait de son mode de scrutin très particulier (et unique au monde), le gouvernement « collégial » de la Nouvelle-Calédonie vit depuis la signature de l’Accord de Nouméa sous le régime des partis. Ce sont en effet ces derniers qui – s’ils sont représentés au congrès – décident, proposent et votent pour une liste de candidats pour l’exécutif. Et ce n’est qu’une fois que les 11 membres du gouvernement ont été élus que ces derniers, dans un second temps, doivent élire en leur sein un président. Les tractations, les mésalliances et les alliances sont donc inhérentes à ce genre de mode de scrutin (c’est-à-dire à la proportionnelle). Mais il faut bien remarquer que, ce coup-ci, il semble qu’il y ait eu pas mal de tractations, de revirements et de négociations, notamment du côté du bloc indépendantiste. Car les chiffres sont clairs : avec 12 élus au congrès, la liste de l’UNI-Palika a récolté 2 voix supplémentaires que prévu. Or, tout comme la liste UC-FLNKS (16 voix), celle de Calédonie Ensemble a fait le plein de ses voix (6 élus). En conséquence, une simple soustraction permet de constater qu’un(e) élu(e) Loyaliste a voté pour la liste de l’UNI (certainement un retour de bâton suite aux revirements de l’EO) mais que, surtout, l’élue indépendantiste du Parti Travailliste (qui siège en non-inscrite) n’a pas voté pour la liste de l’UC mais bien pour la liste de l’UNI-Palika, entrainant ainsi la modification des forces en présence au sein du gouvernement local. En effet, grâce à ce bulletin supplémentaire, et pour la première fois depuis 2009, les deux principaux partis indépendantistes, Union Calédonienne et Palika, ont le même poids politique au gouvernement et peuvent à eux deux, et pour la première fois depuis l’accord de Nouméa, prendre sa présidence s’ils réussissent à s’unir autour d’un candidat commun.

LKU le syndicaliste Vs Hnepeune le patron des patrons ?

Comment comprendre le vote soudain pour l’UNI de Kadrilé WRIGHT, l’élue du Parti Travailliste ? On se souvient que suite aux élections provinciales de 2019, le fondateur et homme fort de l’USTKE et du Parti Travailliste, Louis Kotra Uregei, avait choisi de ne pas participer à l’élection du gouvernement Santa, préférant s’absenter le jour du vote. De la sorte, l’ancien syndicaliste connu comme un indépendantiste « radical » n’avait pas eu à choisir entre les listes des deux frères ennemis du FLNKS : l’UC et le Palika. Mais, cette fois-ci, deux ans après, il l’a fait. Alors, qu’elle peut être la raison d’un tel revirement ? Pour répondre à cette question il faut aller chercher du côté du candidat en tête de la liste de l’UC-FLNKS (laquelle était soutenue par l’Eveil Océanien). Car si Samuel Hnepeune constitue une véritable « prise de guerre » pour l’Union Calédonienne, attendu que cette personnalité issue du patronat devait rassurer les milieux économiques, l’ancien patron des patrons calédoniens n’a pas vraiment bonne presse du côté de l’USTKE, un syndicat indépendantiste affilié à la gauche radicale, voire même révolutionnaire, qui est notamment soutenu en métropole par le parti d’Olivier Besancenot ou encore par des personnalités comme José Bové… Autant dire que pour un homme comme Louis Kotra Uregei, il n’était pas question de faciliter l’élection de l’ancien patron du Medef à la présidence du gouvernement. D’autant plus que, très récemment, Samuel Hnepeune avait critiqué les blocages de Goro et de la SLN, expliquant les conséquences dramatiques de la fermeture éventuelle de ces deux usines sur l’économie calédonienne :

« La SLN, c’est 2100 salariés, c’est 15 milliards de masses salariales redistribuées. En termes de retombées économiques, c’est 60 milliards. Pour Vale, c’est 1300 employés, 6.3 milliards de masses salariales distribuées, 200 entreprises, donc près de 25 milliards de contrats. Tout autour de Vale, c’est 9 000 employés en tout, avec en termes de retombées économiques, ça pèse 50 milliards. Donc, ces deux sociétés, ça représente plus de 110 milliards d’impacts économiques sur le pays, ça serait un peu dommage que ça, ça disparaisse (…) La situation est extrêmement préoccupante. (Samuel HNEPEUNE, 09/02/21 ; sources : RRB) »

Déclarant (avant sa candidature au gouvernement) qu’il craignait une « véritable bombe sociale » en cas d’arrêt prolongé des deux usines et d’absence de solution sur la vente de Vale NC, Samuel Hnepeune avait même menacé les pouvoirs publics de « désobéissance citoyenne », notamment concernant le paiement des impôts des entreprises :

« On en est presque à des solutions extrêmes, à dire, et si on appelait les entreprises à une désobéissance citoyenne en disant, puisque personne ne réagit, ben on va arrêter de payer et on va arrêter de financer l’ensemble du système, on a engagé des actions pour vérifier si, par exemple, on ne pouvait pas ouvrir un compte séquestre à l’IEOM, et plutôt que d’être dans l’illégalité et ne pas payer, on paye, mais on paye sur compte séquestre, comme ça, malgré tout, on paye mais on ne finance plus le système, pour que nos responsables réagissent (Samuel HNEPEUNE, 09/02/21 ; sources : RRB) »

Des propos qui n’ont pas forcement dû plaire aux élus du Palika ET du Parti Travailliste, tous deux situés beaucoup plus à gauche sur le plan économique que l’ex-président du Medef-NC… De plus, chacun se souvient que l’USTKE a pris position contre la vente de Vale NC et que les salariés de l’usine affiliés à ce syndicat ont tous soutenu cette position (quand bien même ils pourraient tous perdre leurs emplois en cas de fermeture). LKU est également un homme d’affaires dont certaines sociétés travaillent pour l’usine du Nord, ce qui a certainement dû faciliter ses rapprochements avec le Président de la province Nord, Paul Néaoutyine, lequel avait également tout intérêt à voir son parti gagner un membre supplémentaire au gouvernement. Car, désormais, l’UNI-Palika est en droit de demander la présidence de l’exécutif, ce que n’a d’ailleurs pas manqué de faire par voie de presse Louis Mapou, la veille du scrutin :

« Le 17 février, en donnant la possibilité au candidat UNI d’accéder à la présidence du prochain gouvernement de la NC, les conseillers afficheront ainsi leur volonté de sortir du statut quo et du conservatisme ambiant (Communiqué du PALIKA, 16/02/21) »

En déclarant par la voix de son bureau politique que l’efficacité du futur gouvernement « suppose aussi une rupture avec les politiques publiques partisanes dictées par le patronat et les multinationales », il apparait évident que le Palika visait nommément l’Union Calédonienne en lui reprochant à mots couverts d’avoir voulu placer à la tête de l’exécutif du territoire le président du MEDEF et donc « le patronat et les multinationales ». En effet, au sein du monde politique indépendantiste, l’Union Calédonienne est davantage à droite de l’échiquier politique alors que le Palika est fondamentalement socialiste… Enfin, parce que l’Union Calédonienne dirige déjà le congrès de la Nouvelle-Calédonie (grâce à l’Eveil Océanien), le Palika s’estime, au sein de la mouvance indépendantiste, parfaitement légitime à revendiquer maintenant la présidence de l’exécutif local.

Milakulo n’a rien vu venir !

Le jeune président de l’Eveil Océanien a déclaré en découvrant les résultats du vote qu’il était « un peu surpris ». Mais n’ayant pas totalement réalisé l’ampleur de ce qui s’était produit, son discours s’est tourné essentiellement vers les élus Loyalistes, seuls responsables selon lui de l’éviction de son mouvement du gouvernement :

« C’est de l’arithmétique électorale (…) Ça change rien que ce soit Génération, l’Avenir en Confiance… C’est des Loyalistes quoi ! Donc ils ont décidé de faire ça, pour nous écarter de la route (…) aujourd’hui, y-a six membres indépendantistes, alors que dans le cas où y-aurait pas eu le troisième membre de l’UNI, y-aurait 5 membres indépendantistes et 1 Eveil Océanien. Donc ça c’est leur responsabilité aujourd’hui, l’AEC, les Loyalistes ou Génération, peu importe ; donc chaque calédonien prendra acte de la situation qui vient de se dérouler aujourd’hui (Milakulo TUKUMULI, 17/02/2021 ; sources : LNC) »

Il semble donc que, pour l’instant, Milakulo Tukumuli n’a pas réalisé que le Parti Travailliste avait voté contre la présence de son parti au gouvernement avec l’assentiment, semble-t-il, du Palika. Car, en vérité, la voix qui semble s’être « perdue » chez les élus loyalistes ne change rien au vote* puisqu’il n’en fallait qu’une de plus à l’UNI pour ravir le siège de l’Eveil Océanien et que tout démontre que Louis Mapou savait, la veille du scrutin, qu’il serait le lendemain en position de force. De plus, du côté des Loyalistes, la perte de la présidence du gouvernement était certaine puisque l’Eveil Océanien avait finalement choisi de rallier l’Union Calédonienne au dernier moment et de voter pour un président indépendantiste…

Et le futur président ?

Trois candidats sont sur les starting-blocks parmi les onze membres de ce 17ème gouvernement : Thierry Santa (le président sortant), Samuel Hnepeune de l’UC et Louis Mapou du Palika. Le premier dispose de 4 voix (Thierry Santa, Christopher Gygès, Isabelle Champmoreau et Yoann Lecourieux), auxquelles ne se rajoutera pas celle du représentant de Calédonie Ensemble (Joseph Manauté), le parti ayant fait savoir dans un communiqué qu’il s’abstiendrait lors du vote. Quant au second et au troisième, ces élus indépendantistes disposent tous les deux de 3 voix chacun (Samuel Hnepeune, Gilbert Tyuienon et Mickael Forrest pour l’Union Calédonienne et Louis Mapou, Yannick Slamet et Adolphe Digoué pour l’UNI-Palika) Ainsi donc, il est clair qu’après la surprise de ce scrutin, les deux mouvements indépendantistes, UC et UNI-Palika, vont certainement se donner un peu de temps avant de se mettre d’accord. En effet, Samuel Hnepeune et Louis Mapou sont tous les deux en lice et, l’un comme l’autre, estiment à juste titre être le meilleur candidat pour briguer le poste. Si, à cette heure, on ne peut faire que des supputations, il apparait néanmoins probable que le poids politique d’un Louis Mapou surpasse légèrement celui d’un Samuel Hnepeune. Affaire à suivre !

* Les membres du gouvernement sont élus à la proportionnelle, selon la règle de la plus forte moyenne sans adjonction ni suppression.

Afficher la suite
Hubert B

Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »

0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
193 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Alika-antitra
Alika-antitra
22 mai 2021 20:28

https://www.lnc.nc/article-direct/nouvelle-caledonie/faits-divers/paul-neaoutyine-agresse-par-un-homme-en-etat-d-ebriete

Il y a vraiment besoin de faire intervenir la justice coloniale ?

Le sénat ne pouvait pas arranger un coup de coutume ?

Led Zep
LedZep
Répondre à   alika-antitra
22 mai 2021 20:38

Alik
Paul Neaoutyine agressé par un homme en état d’ébriété

Regrettable et plus que navrant.

le président de la province Nord, Paul Neaoutyine, fait des courses dans un magasin de Koné, un autre client, visiblement en état d’ivresse, lui demande de lui offrir une bouteille d’alcool.”.

Une connaissance, une rencontre “fortuite” devant le même rayonnage ?

ditou
ditou
Répondre à   alika-antitra
23 mai 2021 08:18

Alika antitra Franchement cette histoire est une affaire comme tant d’autres. Mais ce qui me révolte le plus, c’est d’abord que monsieur Paul Neaoutyine s’adresse à la justice française et non coloniale comme tu l’écris. Alors qu’ils ont une justice coutumière. Ensuite ce qui m’énerve au plus au point, c’est que le procureur de la République puisse dire: “Une atteinte intolérable à l’intégrité physique d’un élu de la République.” Non, monsieur le procureur de la république Yves Dupas, monsieur Neaoutyine n’est certes pas un élu de la République, car être indépendantiste, c’est être contre la République. Il n’a jamais été… Lire la suite »

Mister Eric
Mister Eric
8 mars 2021 06:34

Communiqué de presse: Tukumuli a dit qu’il était ni pour ni contre le confinement.

Alika-antitra
Alika-antitra
Répondre à   Mister Eric
8 mars 2021 07:12

Au fait c’étaient qui les “ministres” en charge du transport et de la santé lors de la validation de la bulle NC-WF ?

Mister Eric
Mister Eric
Répondre à   alika-antitra
8 mars 2021 07:40

Tu sais très bien que pour les indépendantistes, ce n’est jamais de leur faute.
C’est la faute aux loyalistes.
C’est la faute à l’État.

Quand on ne veut pas être capable de prendre sa part de responsabilité, c’est qu’on est en dessous de tout.

C’est comme cela que les politiciens indépendantistes s’ illustrent et pire, consolident leur popularité, auprès de leur électorat.

Alika-antitra
Alika-antitra
Répondre à   Mister Eric
8 mars 2021 08:15

Mister Eric : “Quand on ne veut pas être capable de prendre sa part de responsabilité, c’est qu’on est en dessous de tout.”

Rêvons un peu.
Et si T. Santa arguait de l’urgence sanitaire pour insister lourdement sur une nouvelle convocation (cas de nécessité impérieuse valable) pour l’élection du président …
Et si en séance T. Santa retirait sa candidature et que l’AeC n’en présente pas d’autre …

ditou
ditou
Répondre à   Mister Eric
23 mai 2021 08:33

Mister Eric

Comme toujours il ne sait pas ou se positionner, comme son parti.
Un NI, NI comme notre président Macron pour son élection en 2017, ni de droite ni de gauche. On en voit le résultat aujourd’hui.
Donc on est prévenu avec l’EO, qui semble marché sur les pas de MACRON.

Dorade Coryphène
Dorade Coryphène
2 mars 2021 09:43

Samedi, à la réunion des “loyalistes wallisiens et futuniens” (en fait ceux AEC), un méla a conclut son intervention par “Vous les wallis vous avez activement participer à la construction du pays… et nous les kanaks on le détruit !

ditou
ditou
22 février 2021 19:54
Eric
Eric
Répondre à   ditou
23 février 2021 08:55

T’as juste 5 jours de retard…!!!
Comme d’hab

ditou
ditou
Répondre à   Eric
23 février 2021 09:50

Eric
Non pas 5 jours, vu l’article, je l’ai posté le 3ème jour.
Il ne faut pas exagérer les choses.
Mais que ce soit 3 ou 5 jours, le sujet est toujours d’actualité. Ce n’est pas comme si c’était des mois plus tard.

Gazaouette
Gazaouette
22 février 2021 11:05

indépendantistes et loyalistes même combat. Ils s’en branlent du peuple. Eux c’est tous à la bonne soupe. L’indépendance ils l’auront et le loyalistes eux ont déjà planqué ailleurs donc leurs arrières sont assurés. La chronique de notre grande journaliste qui se prend pour Charlotte d’Ornéa ou Sonia Mabrouk bave encore ce matin. Elle a écouté les infos hier les accords de Nouméa jusqu’au referendum et mise en place d’un nouveau statut mais non elle dit il y a quelques chose de pourri dans les ADN qui selle aime bien prononcer les RRRR qu’elle continue avec ses petits copains et copines… Lire la suite »

Eric
Eric
Répondre à   Gazaouette
22 février 2021 12:17

Gaza,

Perso je ne pense pas que l’indépendance soit inéluctable.
Par contre l’autonomie des ADN, oui çà y pas de doute c’est la seule option possible…

C’est juste qu’il faut trouver un modèle statutaire qui puisse convenir à tous…
Mais on ne parle pas fatalement d’indépendance, fusse-t-elle associée…

Quand au rapatriement, ben non, j’y pense pas une seconde…
Qu’est ce que tu voudrais de je fasse sous la neige, et avec qui ???

ditou
ditou
Répondre à   Eric
23 février 2021 10:22

Eric
“Mais on ne parle pas fatalement d’indépendance, fusse-t-elle associée…”

Tu n’es pas au courant, mais la nouvelle date de plus de 5 jours, puisqu’elle date des vœux de notre ministre de l’outre mer. Monsieur lecornu, ( dont on a plus de nouvelle), avait bien dit que la France ne s’associera jamais avec ceux, qui ne respectent pas les droits de l’homme ( en parlant de nos indépendantistes). Une croix en gros pour l’association.

ditou
ditou
Répondre à   Gazaouette
23 février 2021 10:17

Gazaouette Un commentaire défaitiste. On voit que vous avez perdu l’espoir. “Le processus de décolonisation est en marche un point c’est tou.” Ce n’est pas une nouvelle, le processus de décolonisation est en marche depuis 30 ans, mais sans un oui au vote référendaire, il ne sera plus question de décolonisation. “Nos politiques et l’Etat Français doivent trouver une sortie convenable le jour J” Vous vous projetez sans raison, dans un futur qui n’existe pas encore. Pour l’instant Macron ne pense, qu’à sa réélection et rien d’autre. Faire campagne est son seul souci, avec le covid 19. “non comme des… Lire la suite »

Gazaouette
Gazaouette
Répondre à   ditou
23 février 2021 13:41

Macron pense à sa réélection tout à fait d’accord avec vous mais quel caillou dans sa chaussure 👞 ! Souvenez vous de 1988? La prise d’otage a eu lieu quand? Avez vous atterri à la TONTOUTA quand les guitounes de l’armée longeaient la piste de décollage, une fois que l’avion s’immobilisait, il était encerclé immédiatement par des gendarmes mobiles avec leur Famas? Pas une souris pouvait monter à bord un 747 d’UTA avait pris feu à Roissy! Quand au retour j’ai déjà mis en vidéo sur YouTube un oncle qui est parti de Bénisaf avec son chalutier toute avec les… Lire la suite »

john john
john john
22 février 2021 09:23

c’est triste à dire mais au vu du nouveau gouvernement qui se profile il va falloir engraisser quelques cochons maigres et cela coûte plus cher que les gras.

Alika-antitra
Alika-antitra
Répondre à   john tazar
22 février 2021 10:08

John John : “il va falloir engraisser quelques cochons maigres et cela coûte plus cher que les gras.

Ca se discute …

Les maigres pauvres mangent des noix de coco, les gras riches des truffes.
Mais la plupart engraissent.
.
.comment image

Dernière modification 5 mois plus tôt par
ditou
ditou
Répondre à   john tazar
22 février 2021 12:36

john john
Il faut m’expliquer l’histoire des cochons.
Car le nouveau gouvernement est indépendantiste en majorité donc kanaks.
Je sais que le cochon c’est plus dans les coutumes wallisiennes ou tahitiennes, mais là les kanaks je l’ignorais. C’est nouveau?. Ou bien est ce dû à leur amis de l’EO?.

john john
john john
22 février 2021 09:18

essai

Voir plus dans Actualité

Top du moment

Commentaires récents

To Top