Connect with us

Calédosphère

Actualité

Gouvernement indépendantiste : le FLNKS se déchire pour la présidence

L’élection d’une majorité indépendantiste au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie fait apparaitre en pleine lumière les dissensions idéologiques au sein du FLNKS. Disposant du même nombre d’élus au gouvernement, les deux principaux partis indépendantistes (UC et UNI) s’écharpent désormais sur le nom du futur président de l’institution, mais surtout sur la ligne politique que le FLNKS entendrait proposer aux Calédoniens.

« Incompétents », « irresponsables », « coups politiques », « propos mesquins », « insinuations mensongères », « calculs politiciens », … Depuis l’élection du gouvernement à majorité indépendantiste, et alors que les représentants de l’UNI et de l’UC n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un candidat unique, leurs partis respectifs s’affrontent dans les médias, sur les réseaux sociaux et via leurs différents communiqués de presse. Premier à avoir dégainé : Pierre-Chanel Tutugoro sur la radio Djiido. Au lendemain de la non-élection de son candidat Samuel Hnepeune (ex-patron du MEDEF-NC) à la présidence de l’exécutif, le secrétaire général de l’Union Calédonienne a violement mis en cause les responsables de l’UNI, coupables selon lui de « calculs politiciens et de coups politiques ». Selon ses dires, ces derniers se seraient, en fait, alliés au Parti Travailliste de Louis Kotra Urégei afin d’obtenir une voix supplémentaire et un siège de plus au sein du gouvernement (au dépend de la 4ème place de la liste UC, dévolue à l’Eveil Océanien). Il n’en fallait pas plus pour que Victor-Ben-Tant-Pis-Tutugoro, secrétaire général de l’UPM (parti membre de l’UNI avec le Palika) réponde vertement au secrétaire général du plus vieux parti de Nouvelle-Calédonie :

« Ce résultat marque surtout l’échec de la stratégie mise en place par le secrétaire général de l’UC de vouloir installer l’ex-dirigeant de l’organisation patronale à la tête du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ; stratégie fortement contestée en interne (…) l’UNI avait préconisé le dépôt d’une liste commune (…) proposition refusée par les gens de l’UC (Victor TUTUGORO, Communiqué UPM, 20/02/21 ; source : FB) »

Le lendemain, c’est le Parti de Libération Kanak qui, après la réunion de son bureau politique élargi, a tenu à dénoncer les propos et la stratégie de l’Union Calédonienne. Le mouvement de Paul Néaoutyine a également réaffirmé son soutien inconditionnel à son propre candidat, Louis Mapou :

« Le Bureau Politique Elargi a déploré et dénoncé le dénigrement, les propos mesquins et les insinuations mensongères dont le PALIKA et l’UNI ont été l’objet de la part du Secrétaire Général de l’Union Calédonienne. Le Bureau Politique Elargi a confirmé la confiance de l’ensemble des structures du PALIKA à la candidature du camarade Louis MAPOU »

De plus le Palika considère que « les conditions ne sont pas idéales pour que le congrès du FLNKS se tienne ce samedi 27 février comme prévu à Lifou » et le mouvement indépendantiste « demande par conséquent son report à une date ultérieure » Est-ce à dire à la Saint Glin-Glin ? Rien n’est moins sûr. Reste que les coups les plus durs et les attaques les plus violentes sont venus du parti dont le vote a provoqué « la petite surprise du 17 février », à savoir le Parti Travailliste.

Loulou n’a pas répondu au SMS de Pierre-Chanel mais il lui a écrit une lettre…

Interpelé depuis lors par les responsables de l’Union Calédonienne, le président du Parti Travailliste a pris sa plus belle plume pour dézinguer la stratégie de l’UC et expliquer pourquoi il avait voté pour la liste de l’UNI conduite par Louis Mapou, afin de lui octroyer un siège supplémentaire. Dans une lettre rendue publique, LKU explique ainsi les détails des évènements ayant précédés l’élection du gouvernement :

« Je fais suite à votre SMS du mardi 16 concernant le vote du PT le lendemain en faveur de la liste UC-FLNKS et Eveil Océanien. Je ne vous ai pas répondu parce que j’ai trouvé votre démarche surprenante et inappropriée (…) il n’y a pas eu le minimum de concertation sur la composition surprise de votre liste (…) Vous sembliez considérer la position du PT comme acquise à votre groupe alors qu’on y fait pas partie (…) Si vous aviez eu ce respect vis-à-vis d’un partenaire (…) vous auriez entendu de notre part l’impossibilité de la représentante du parti créé à l’initiative de l’USTKE (…) de voter pour le président de la fédération patronale (Lettre ouverte de Louis KOTRA UREGEI au SG de l’UC, 18/02/21) »

Et dans un second temps, Louis Kotra Uregei s’en prend vivement à Samuel Hnepeune qualifié par lui de « grand économiste providentiel parachuté ». Mettant en exergue les différents postes qu’a occupé l’ex-président du MEDEF-NC, Louis Kotra Uregei évoque les « déficits quasi-permanents » des différentes structures dont Samuel Hnepeune a pris la charge au cours de sa carrière et a mis en cause la compétence et l’opportunisme d’un candidat inconnu « en tant que militant, ni de l’UC d’ailleurs, ni militant tout court » :

« Responsable [Samuel Hnepeune] d’abord de la SEM filiale à 100% de la PIL puis ensuite d’Aircal compagnie dont l’actionnariat est à plus de 90% publique, deux structures dont les déficits quasi-permanents ont toujours été épongés par l’injection répétée de subventions publiques, je ne vois vraiment pas où Mr Samuel HNEPEUNE aurait démontré ses qualités de gestionnaire, louées par des personnes plutôt sensibles au paraitre (…) préférant s’entourer d’un encadrement quasi-exclusivement métropolitain (…) contrairement à vous, ces déclarations et ce genre de personnages non militants ou incompétents et irresponsables n’amènent que du rejet de notre part (Lettre ouverte de Louis KOTRA UREGEI au SG de l’UC, 18/02/21) »

Profitant de l’opportunité pour régler d’anciens comptes, le président du PT s’en est également pris à l’autre membre UC du gouvernement, Gilbert Tyuienon lequel s’est fait rhabiller pour tout l’hiver austral :

« L’autre champion-ministre catastrophique des transports, en l’occurrence M. Gilbert Tyuienon, ministre sortant depuis 2011 puisque reconduit maintes fois grâce à l’UC (…) En tant qu’élu, j’ai eu affaire à une personne imbue de sa personne mais surtout condescendante et étanche à toute proposition (Lettre ouverte de Louis KOTRA UREGEI au SG de l’UC, 18/02/21) »

Enfin, le Parti Travailliste revient sur la raison principale de son vote, c’est-à-dire la position de Samuel Hnepeune quant à la vente de l’usine de Vale :

« Par ailleurs, Samuel HNEPEUNE s’est illustré récemment par des déclarations tonitruantes à propos du déficit du régime assurance-chômage de la CAFAT, indiquant que la situation dégradée de cette caisse était liée aux dégradations et aux pertes d’emplois occasionnés dans le cadre du dossier de la vente de l’usine de VALE et qu’il fallait faire payer les responsables de cette situation, en l’occurrence ceux qui dirigeraient la mobilisation du collectif USUP. Quelle outrance et quelle absence de considération pour les populations proches de cette usine directement concernées […] Alors que vous-même êtes dans le collectif Mr le Secrétaire Général ainsi que d’autres responsables de l’UC, ces déclarations ne vous font rien ? Ne vous empêchent pas de le choisir à la tête de votre liste ? (Lettre ouverte de Louis KOTRA UREGEI au SG de l’UC, 18/02/21) »

Ainsi, c’est avec fracas que le Parti Travailliste explique son « divorce » d’avec l’Union Calédonienne et son choix de privilégier désormais l’UNI-Palika. Un soutien qui a déjà eu pour conséquence l’éviction de l’Eveil Océanien du gouvernement ainsi que l’équilibre des forces entre le Palika et l’UC au sein de l’exécutif territorial. Une situation qui, selon le président de l’UC, n’était pas du tout prévue lorsque le mouvement a décidé de faire tomber le gouvernement.

Daniel Goa : “Nous risquons de payer quelque peu notre précipitation

Du côté de l’Union Calédonienne, c’est semble-t-il l’inquiétude qui domine comme en témoignent les propos de Daniel Goa, lequel a avoué la seule raison pour laquelle les membres indépendantistes avaient fait chuter le gouvernement, à savoir empêcher la réunion du Comité Consultatif des Mines et du Conseil des Mines (CCMCM), lequel est convoqué par le président de l’institution. En effet, la convocation de ce comité échoie au chef de l’exécutif et les indépendantistes espèrent qu’ils pourront désormais revenir sur sa décision de permettre la vente de l’usine du Sud au consortium Prony ressources-Trafigura :

« Il est clair qu’aujourd’hui nous n’en n’avons plus guère de temps. Et les raisons vous les connaissez, la nécessité de prévenir une décision sans appel du Comité Consultatif des Mines et du Conseil des Mines, une décision qui aurait jeté définitivement l’usine de GORO dans les bras d’Antonin Beurrier et TRAFIGURA (…) il y avait dedans tout un catalogue de bonnes raisons de faire ce qu’ils ont fait, même si nous risquons de payer quelque peu notre précipitation, ainsi que le vote de mercredi dernier a commencé de nous le montrer (Daniel GOA, Discours CoDir UC 20/02/21) »

Car il semble bien que les responsables de l’UC ne s’attendaient vraiment pas à une telle opposition de leurs partenaires indépendantistes du Palika, de l’UPM et du Parti Travailliste quant au choix de leur candidat. De plus, il apparait que, selon son président, l’Union Calédonienne ne dispose pas à ce jour de programme de gouvernement ni des « compétences » suffisantes dans les domaines « économiques, juridiques, techniques et financières » pour construire un « véritable projet alternatif pour la conduite de notre pays » :

« Nous nous réjouissons d’avoir fait tomber le gouvernement SANTA, mais mesurons-nous vraiment l’ampleur de la tâche qui nous attend ? Je n’en suis pas certain. Et je vous l’avoue, alors que des dirigeants de notre mouvement faisaient fortement pression pour qu’on fasse tomber le gouvernement SANTA. J’étais de ceux qui préféraient qu’on attende un peu. (…) J’étais de ceux qui préféraient qu’on attende un peu avant de démissionner et ce afin de nous donner le temps de mesurer pleinement l’ampleur de la crise actuelle et ses causes structurelles ; le temps de construire un véritable projet alternatif pour la conduite de notre Pays, le temps de discuter de ce projet avec nos partenaires du FLNKS et même avec des représentants d’autres sensibilités politiques. Je voulais du temps pour que nous soyons à même d’élaborer un véritable projet de reconstruction de notre pays qui va en avoir grandement besoin, du temps pour essayer de construire une alliance stratégique durable et la plus large possible, du temps pour rassembler des compétences qui ne soient pas uniquement politiques, mais aussi économiques, juridiques, techniques, financières. (Daniel GOA, Discours CoDir UC 20/02/21) »

C’est ainsi que Daniel Goa a décliné dans son discours quelques réformes, notamment fiscales, que le nouveau gouvernement devrait selon lui mettre en œuvre. Or, il s’avère que les réformes qu’il a jusqu’à présent proposées (suppression des exonérations fiscales dont foncières, augmentation de l’IRPP, taxation de 1% des flux financiers, etc.) sont toutes issues d’un rapport commandé par le gouvernement Santa auprès du cabinet conseil KPMG. Dans ce rapport de 70 pages – sorti en toute confidentialité en aout 2020 – les experts métropolitains mandatés pour cette mission ont listé l’ensemble des mesures fiscales (environ une vingtaine) permettant de faire rentrer de l’argent frais dans les caisses calédoniennes afin que nos élus (Indépendantistes comme Loyalistes) puissent le gaspiller dépenser. Ainsi, n’ayant pas préparé l’accession de son parti à la tête de l’exécutif, le successeur de Jean-Marie Tjibaou se voit obligé de se tourner vers les travaux et les préconisations de personnalités essentiellement libérales et… métropolitaines. Quand on sait que si le budget de la Nouvelle-Calédonie n’est pas voté avant la fin du mois de mars, le gouvernement sera placé sous la tutelle de l’Etat, on se dit que, décidément, comme disait Balzac « l’ironie est le fond du caractère de la providence ». Autrement dit : l’histoire, c’est de l’ironie en action et la politique calédonienne le prouve tous les jours…

RAPPEL : la Droite et la Gauche, le Libéralisme et le socialisme, les conservateurs et les progressistes, l’UC et l’UNI.

Dans le monde politique français, il y a la droite, et puis il y a la gauche. Depuis la Révolution, c’est sous ce prisme que se comprend et s’analyse toute l’histoire et les soubresauts du monde politique national. Fondée principalement aujourd’hui sur l’opposition entre conservateurs et progressistes, cette bipolarisation marque chacun de ces deux grands courants de pensée qui s’affrontent dans le monde des idées d’abord, dans le monde politique ensuite et dans toutes les strates de la société enfin. Les personnalités “de droite” et les personnalités “de gauche” ne sont en effet pas d’accord sur les valeurs de liberté (libéralisme économique, liberté d’entreprendre), sur les thèmes de la propriété privée, sur le mérite, sur l’identité nationale, sur l’ordre, la sécurité, les traditions, l’autorité, la justice (pénale notamment), sur la non-intervention de l’Etat dans l’économie ; bref, des sujets traditionnellement « de droite ». Ils s’opposent aussi sur les valeurs de progrès, de liberté (fondamentales et libéralisme des mœurs), sur l’égalité, sur la solidarité, sur l’insoumission, sur la tolérance, sur la justice (sociale cette fois), sur la nationalisation des biens communs et des services publics ou encore sur la planification de l’économie ; des sujets traditionnellement « de gauche ».

Or, il s’avère qu’après 167 ans de présence française en Nouvelle-Calédonie, le monde politique kanak s’est lui aussi, par mimétisme, construit puis fracturé autour de ces deux masses quasi-égales, l’une davantage conservatrice, l’autre davantage progressiste. L’une davantage libérale, l’autre davantage socialiste. Or, au sein du peuple indépendantiste, l’un de ces courants de pensée est porté par l’Union Calédonienne et l’autre par l’UNI-Palika. Il existe donc une droite et une gauche au sein même du monde politique indépendantiste, et donc au sein des électeurs indépendantistes, et donc au sein du monde kanak.

En vérité, le seul point commun entre l’idéologie du Palika et celle de l’Union Calédonienne, c’est leur intérêt commun à voir la Nouvelle-Calédonie devenir indépendante. Par conséquent, maintenant qu’ils ont obtenu la majorité au gouvernement (artificiellement grâce aux voix de l’Eveil Océanien) et parce que les sujets du moment sont avant tout économiques et sociaux, les deux principaux mouvements politiques constituants le FLNKS vont devoir s’affronter pour décider quelle sera la ligne politique qu’ils choisiront, défendront et appliqueront (peut-être) ensemble. Car ces deux visions sont diamétralement antagonistes, comme le démontrent les importantes dissensions qui se font jour dernièrement au sein du FLNKS. Et derrière chacune de ces visions et de ces sensibilités, il y a un visage : celui de Samuel Hnepeune, candidat de l’UC, et celui de Louis Mapou, candidat de l’UNI.

Nous avons donc la chance – nous autres observateurs attentifs de la vie politique locale – d’assister à un conflit idéologique uchronique, puisque celui-ci aurait normalement dû avoir lieu APRÈS une éventuelle indépendance de la Nouvelle-Calédonie, attendu que cela aurait dû être à ce moment de l’histoire que les indépendantistes auraient dû être dans l’obligation de choisir une ligne politique cohérente pour la « Kanaky ». Ainsi, avec la victoire prochaine (car inéluctable) d’un des deux frères-ennemis du FLNKS, les Calédoniens vont « savoir à quelle sauce ils risquent d’être mangés ». En effet, les responsables indépendantistes vont non seulement être obligés de décrire par le menu ce que sera leur politique mais également de la définir, c’est-à-dire de la choisir. Et, politiquement, cette quête pour « faire gagner ses idées » n’est rien de moins qu’une lutte à mort car chacune des deux factions, UC et UNI, sait que la victoire de l’une entrainera à terme la défaite politique de l’autre…

« Toute victoire idéologique et culturelle précède la victoire politique. »
Antonio Gramsci

Afficher la suite
Hubert B

Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »

0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
256 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
ditou
ditou
28 février 2021 18:25

Dernier jour du mois de février, qui se clôture par un mort à l’îlot maitre.
Finalement le vrai maitre c’est encore le requin.
Encore une publicité, qui fait fuir les touristes locaux. Fermeture de la plage etc…
Le pauvre homme il est mort d’un arrêt cardiaque et non de la morsure à la jambe.
On ne le dira jamais assez, méfiez vous les requins. Ils sont partout et même sur terre, mais ces derniers sont d’une autre espèce.

https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/province-sud/noumea/un-homme-attaque-par-un-requin-a-l-ilot-maitre-946291.html

ditou
ditou
28 février 2021 11:22

Le ministre Sébastien Lecornu. Il voudrait un nouveau statut pour la Calédonie en cas de NON au troisième référendum. On ne nous y reprendra pas de nouveau. Le seul statut possible en cas de NON, est celui que la France applique déjà dans ses départements et territoires d’outre mer. Je le vois venir, en donnant un nouveau statut favorable aux indépendantistes se seraient inévitablement vouer à l’échec. S’il a peur de dire à ces indépendantistes, qu’ils ont perdu, qu’il laisse la place à ceux, qui ont le courage de les informer. Je vous l’avez dit, qu’en cas de Non à… Lire la suite »

LedZep
LedZep
Répondre à   ditou
28 février 2021 13:08

Ditou “Si un nouveau statut nous est imposé, il doit être (en cas de Non à l’indépendance), à l’image et lois française et non nous mettre les volontés d’une minorité.“. Les “Nouvelles Calédoniennes” (https://www.lnc.nc/article-direct/nouvelle-caledonie/politique/sebastien-lecornu-favorable-a-un-nouveau-statut-de-la-nouvelle-caledonie-en-cas-de-non-au-referendum) ne font que rapporter un extrait d’une Tribune de Sébastien Lecornu, délivrée par le Journal Du Dimanche. L’article du JDD en attachement. Ce ministre, et sans aucun doute le Gouvernement Central, ont très bien compris la situation dans laquelle nous sommes. c’est sans concessions mais, il met plus qu’en évidence, selon moi, la vacuité de la mouvance indépendantiste (il faut faire l’effort, loin d’être insurmontable, de… Lire la suite »

IMG_3522.jpg
Dernière modification 14 heures plus tôt par LedZep
Alika-antitra
Alika-antitra
Répondre à   LedZep
28 février 2021 16:36

LedZep : “L’article du JDD en attachement.” Grand merci. J’avoue avoir du mal à comprendre pourquoi le ministre des Outre-mer réserve la révélation de sa pensée profonde aux lecteurs payants du JDD, dont je ne pense pas que la Calédonie, du moins pour la grande majorité d’entre eux, soit la préoccupation première. Je ne suis pas persuadé que cette façon de procéder ait été très appréciée, tant à l’état-major parisien de France-Info (au Portail des Outre-mer) qu’ici à celui de NC la 1ère. Ceci étant, le ministre enfonce des portes ouvertes. Il porte à la connaissance du public métropolitain :… Lire la suite »

Dernière modification 10 heures plus tôt par
LedZep
LedZep
Répondre à   alika-antitra
28 février 2021 17:42

Alik “Je ne suis pas persuadé que cette façon de procéder ait été très appréciée, tant à l’état-major parisien de France-Info (au Portail des Outre-mer) qu’ici à celui de NC la 1ère.“. Pour ce qui est de NC la 1ère, depuis quelques temps, elle me donne l’impression de naviguer à vue à vouloir faire plaisir “aux un et aux autres”, histoire de se refaire une virginité, après des années d’activisme pro indépendantisme (mon opinion). La peur de l’application de l’article 27 de la loi organique de 1999 (transfert de la compétence audio-visuelle à la NC) avec son inévitable chasse aux… Lire la suite »

unnamed.jpg
Dernière modification 9 heures plus tôt par LedZep
Alika-antitra
Alika-antitra
27 février 2021 08:29

Le club politique du 26/02 sur RRB :

https://rrb.nc/podcast/club-politique-26-02-21

En bonus, le communiqué de l’EO (6 pages) :

https://www.facebook.com/EveilOceanien/photos/pcb.1332632860438929/1332630230439192/

LedZep
LedZep
Répondre à   alika-antitra
27 février 2021 09:37

Alik “En bonus, le communiqué de l’EO (6 pages)“. J’aime bien, en guise de conclusion (entre autres) : “la voie du dépassement et du don de soi“. Un véritable Saint Augustin notre altruiste, compassionnel océanien. C’est à souhaiter qu’il fera aussi, don de soi, pour tous les métis de cette bande de terre y compris, envers certains relevant de l’un des trois royaumes Coutumiers, de l’Outremer français (souvenons-nous “sais pas si c’est un AEC ou juste métis Wallis“). Une apologie, un pro domo, une logorrhée… de plus sur le thème de la troisième voie, chère à feu la “Fédération pour une… Lire la suite »

2021-02-27_091106.jpg
LedZep
LedZep
Répondre à   alika-antitra
27 février 2021 14:47

Alik “En bonus, le communiqué de l’EO (6 pages) https://www.facebook.com/EveilOceanien/photos/pcb.1332632860438929/1332630230439192/” La réponse du berger à la bergère, comme l’on dit communément, ne s’est pas faite attendre (source https://www.lnc.nc/article-direct/nouvelle-caledonie/politique/les-loyalistes-wallisiens-et-futuniens-analysent-la-chute-du-gouvernement) : “Près de 200 personnes ont répondu à l’appel des élus loyalistes wallisiens et futuniens, ce samedi matin, au foyer de Magenta. Les représentants loyalistes de la communauté wallisienne et futunienne investis dans les différentes institutions organisaient une réunion publique, ce samedi matin, afin d’échanger et de livrer leur ” appréciation ” de la situation après la chute du gouvernement de Thierry Santa.”. ” Cette initiative de notre part est une première.… Lire la suite »

733450f9b9306a734bb345v_00013361_0.jpg
ditou
ditou
Répondre à   alika-antitra
28 février 2021 11:45

Alika antitra
Ce n’est plus l’Eveil Océanien, mais le sommeil océanien qu’il devrait prendre en nom de parti.
C’est la belle au bois dormant, façon Océanie.

Mister Eric
Mister Eric
Répondre à   ditou
28 février 2021 13:20

“Le sommeil oceanien”…. merci ditou j’ai bien ri.

Dernière modification 14 heures plus tôt par Mister Eric
Alika-antitra
Alika-antitra
27 février 2021 07:23

Petite intervention anodine de J.Z. Lalié au congrès ce 22/02 :

https://youtu.be/BrMkTiOv-j4?list=PL89rBNjWndwU76aufT0R-5nwP2ZK2zOJt&t=2585

LedZep
LedZep
Répondre à   alika-antitra
27 février 2021 08:15

Alik
Petite intervention anodine de J.Z. Lalié au congrès ce 22/02“.

Mes esgourdes n’en reviennent toujours pas, ça m’a donné envi de vomir ! Que dire d’autre.

A écouter vers les 44:45 https://youtu.be/BrMkTiOv-j4?list=PL89rBNjWndwU76aufT0R-5nwP2ZK2zOJt&t=2685

“sais pas si c’est un AEC ou juste métis Wallis“.

Chacun d’entre nous, au fait de la Politique de cette bande de terre, comprendra très bien à qui il faisait allusion.
Lamentable, honteux. Etait t-il sous l’effet d’une substance euphorisante quelconque ce triste individu pour oser tenir un tel propos.

Alika-antitra
Alika-antitra
Répondre à   LedZep
27 février 2021 08:26

LedZep : “Mes esgourdes n’en reviennent toujours pas

La pêche aux perles est un exercice difficile et ingrat, mais parfois …

LedZep
LedZep
Répondre à   alika-antitra
27 février 2021 09:01

Alik “La pêche aux perles est un exercice difficile et ingrat, mais parfois …“. Grand merci. Et quel patiente ! Un jour se lâchera t-il sur d’autres métissages Nôtre Président ? Je pense à certains comme par exemple celui d’un Maire d’une petite commune de la Côte Est, celui d’un Président de Province. Un autre celui d’un Président d’une vénérable institution politique locale, descendant de colons blancs etc. etc. “sais pas si c’est un AEC ou juste métis Wallis“. Effroyable mais hélas, tellement révélateur de l’affect de certains ! Voilà donc le futur de la Kanaky. Un pays raciste, xénophobe, haineux… Lire la suite »

Dernière modification 1 jour plus tôt par LedZep
JFG
JFG
Répondre à   LedZep
27 février 2021 11:31

Le problème lorsqu on abuse de l eau de feu, c est que ce que l on a au plus profond de soi a la fâcheuse tendance à sortir avec beaucoup de spontanéité.
Quant au président metis blanc/kanak « excusé », espérons qu il fera bien sa quatorzaine à l hôtel à son retour de voyage!!

Eric
Eric
Répondre à   JFG
27 février 2021 17:56

L’eau ferrugineuse oui l’alcool non !!!

Alika-antitra
Alika-antitra
26 février 2021 18:14
Alika-antitra
Alika-antitra
26 février 2021 17:57

Alerte rouge : la Tamtam Travel Bubble entre le Vanuatu et la NC est prévue par leur gouvernement pour le mois d’avril : https://dailypost.vu/news/vanuatu-new-caledonia-travel-bubble-open-by-april/article_290e7cba-7499-11eb-afc6-efb0276c5d81.html https://dailypost.vu/news/gov-t-begins-implementation-of-tamtam-travel-bubble/article_771bc6b0-77be-11eb-8e8d-079319133f33.html Extraits : “Initially, only Port Vila and Efate will be included. Only when authorities are fully satisfied that all precautions and protocols are working will it be expanded to include the rest of the country. Certain groups will be given priority to travel under the Vanuatu-New Caledonia Tamtam Travel Bubble. Initially, it will be limited to people travelling for compassionate reasons, as well as those travelling for health care, education, employment, to provide technical assistance,… Lire la suite »

Dernière modification 2 jours plus tôt par
john john
john john
Répondre à   alika-antitra
26 février 2021 21:50

voila encore un dossier qui va nous surprendre.Un nouveau feulleton en perspective.
Sorry Mr prime minister ,could we wait a litte

Dernière modification 2 jours plus tôt par john tazar
JFG
JFG
Répondre à   alika-antitra
27 février 2021 05:55

Excellente idée, malheureusement Wanaham International Airport n est pas encore opérationnel.

Il ne restera plus aux coutumiers de Païta qu à aller bloquer et saccager l aéroport de Tontouta puis à caillasser les bus qui emmèneront tout ce « beau monde » en quatorzaine à Nouméa (et à leurs frais bien sûr…).

ditou
ditou
Répondre à   alika-antitra
27 février 2021 11:22

Alika antitra
Si j’ai bien compris, le Vanuatu enverrait ses malades, ses étudiants, et ses demandeurs d’emploi,”

Ce vous l’ai dit beaucoup d’arrivée en 2021, sur notre territoire. Et la ronde des arrivées n’est pas fini, car les jockey aussi sont concernés.
https://www.lnc.nc/article/nouvelle-caledonie/sports/hippisme/des-jockeys-en-route-pour-le-caillou

Voir plus dans Actualité

Top du moment

Commentaires récents

To Top