Connect with us

Calédosphère

Actualité

Aérodrome de Magenta : mais qu’est-ce que c’est que ce binz ?

Parce que le gouvernement et l’État ont été incapables d’anticiper, la pénurie de contrôleurs aériens à Magenta coûte des centaines de millions. Mais qui est responsable de cette situation déplorable ?

La situation est assez simple à comprendre. Jusqu’à ces derniers temps, 12 contrôleurs aériens étaient affectés à la tour de contrôle de Magenta, ce qui permettait d’assurer le trafic aérien domestique et intérieur en toute sécurité. Or aujourd’hui, ils ne sont plus que 7 à effectuer cette mission, ce qui dans des horaires normaux de travail, ne garantit plus une sécurité maximale. Il a donc fallu réduire les plages horaires d’autorisation de l’espace aérien pour la compagnie Air Calédonie et les compagnies privées de transport par avion ou par hélicoptère. Pour Aircal comme pour ces compagnies privées, la réduction d’horaire signifie des pertes financières importantes puisque l’on parle de 300 millions pour AirCal. Sans compter que les usagers, notamment les Loyaltiens, sont les premières victimes de cet état de fait. Selon ce qu’a indiqué le gouvernement, cette situation devrait se prolonger encore six mois, le temps de renforcer les effectifs des contrôleurs aériens à Magenta.

Le transfert impossible

La situation aurait pu ne pas être celle-ci, si l’on avait fait preuve d’anticipation. La question de la composition des équipes de contrôleurs à Magenta et de son renouvellement s’est en fait posée à partir de 2013. La Direction de l’Aviation Civile alerte le gouvernement de l’époque sur la nécessité de maintenir les effectifs. Or le président du gouvernement Harold Martin et le membre du gouvernement en charge des transports, Gilbert Tuyienon ont en tête le projet de déménagement de l’activité aérienne de Magenta sur la Tontouta. Il est alors précisé à l’Aviation Civile que ce transfert aura lieu en 2018. Le maintien en l’état des effectifs de Magenta n’est donc plus à l’ordre du jour et des contrôleurs aériens de Magenta sont même déjà mutés sur Tontouta. Mais le dossier n’avance pas, notamment sur le volet financement, et en 2014, l’Aviation Civile est informée que le déménagement de Magenta est repoussé et en tout état de cause n’aura certainement pas lieu en 2018. Si l’aviation Civile prend acte, elle rend compte qu’il ne lui est plus possible de former, de nommer ou de recruter des contrôleurs aériens dans les temps, pour empêcher le sous-effectif. Et voilà comment on en est arrivé là !

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

46 Commentaires sur "Aérodrome de Magenta : mais qu’est-ce que c’est que ce binz ?"

avatar
plus récents plus anciens plus de votes
Anonyme

on fait le point 1 an après ?
On en est où de ce sous effectif ?

On va faire très simple:

situation actuelle de pertes financières (300 millions voire plus)/saturation des vols (et absence de service public) + grogne des loyaltiens =conséquence de l’incompétence de Gilbert TIUYENON et Harold Martin.

CQFD

Ça me fait marrer cette histoire. Lorsque les contrôleurs on fait grève pour dénoncer le fait qu’ils étaient en sous-effectif ils se sont fait traités de nantis, fainéants etc…
J’avais même lu que le sous-effectifs n’était pas réel, qu’ils cherchaient juste à avoir plus de primes; les communiquant des institutions sous pseudo s’en sont donné à cœur joie pour les discréditer
Au final les contrôleurs avaient raison de tirer la sonnette d’alarme, et Aircal est en train de payer plein pot les errements de nos politiques. (Je vous rassure, au final ce n’est pas Aircal qui va payer, mais nos impôts).

Ça y est ça va être aussi de la faute à CALEDOSPHERE … Pour faire des conneries personne ne demande l’avis des blogueurs de CALEDOSPHERE …

Janloupe Pahune

Un si petit aéroport, de petits avions, un bon réseau radio, et les pilotes se passeraient facilement de ces fonctionnaires qui ne fonctionnent pas…

Ah ben bravo Gilbert, t’as assuré !! (tu t’en fous des iles ou quoi ??…) Bon ben y’a plus qu’à prendre des retraités de l’armée pour 2 ou 3 ans (et me dites pas que ce n’est pas possib’: volonté politique, c’est tout!)

contrôle aérien….militaires…..nantes 1973….68 morts…je pense pas qu’il y ait beaucoup de volontaires

On devrait sortir du bourbier syndicalo-français, virer ces contrôleurs et embaucher des contrôleurs australiens ou NZ; ils se feront un plaisir de travailler ici même pour des salaires bien inférieurs à ces fonctionnaires nantis surpayés.

Je le pense, point barre; si ça plait pas je m’en fous.

Egewa

http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/metiers/fiche-metier/controleur-aerien.html
il y a bien des jeunes chez nous qui sont capables de faire ca,mais faut-il encore les aiguiller…
en attendant comme les politiques ils ont mal géré avant ben c’est le bazar et c’est toujours les iliens qui trinquent!il y en a marre!

Les aiguiller ? et leur tenir la main aussi ?

Le dernier jeune calédonien issu des classes préparatoires de Jules Garnier ayant été recu au concours ICNA l’a ete en 2009 (voir site prépa Garnier).Le problème est que l’Aviation Civile n’avais pas jugé bon d’ouvrir le concours territorial cette année la (avec le temps de formation disponibilité 2014….cherchez l’erreur!!!!!!!!!!)
Celui-ci travaille donc dans la DGAC……….?

Bonobo
Ce constat pose deux questions: la première est que le chef de service de la direction territoriale de l’aviation civile (si il n’a pas changé entre temps) gère de manière admirable le personnel de l’AC en particulier les besoins à venir sur 1, 2 ou plusieurs années. La preuve c’est l’aviation locale (domestique) qui est dans la panade aujourd’hui. Il faut donc trouver en urgence du personnel qualifié pour ce genre de missions. Comment font les Vanuatais avec leurs système? La deuxième est que si on arrive pas à avoir des cadres de ce type pour faire marcher les aérodromes… Lire la suite »
Abdul

Ce qui est surtout étonnant c’est de voir le peu d’intérêt qu’ont les jeunes pour les concours de l’aviation civile et de la meteo……..à chacun de ces concours il y a environ une trentaine de candidats le 1er jour, et moitié moins generalement le 2eme jour d’epreuves………très étonnant surtout que l’Université est rempli de jeunes qui ont le niveau…

steak

As tu jeté un coup d’œil sur les sujets du concours ? (aussi bien niveau technicien que niveau ingénieur ?). c’est balèze. (c’est un ex matheux qui parle). Regarde aussi les stats au concours d’entrée à L’ENAC: un jeu de massacre

Abdul

Et bien oui c’est baleze et Alors parce que c’est balèze, on ne doit pas s’y présenter ? Cela veut il dire qu’aucun caledos n’a le niveau ? Allons allons un concours ça se prépare ……dernier concours météo, environ 30 inscrits, 11 le deuxième jour, 3 à l’oral……30% c’est un excellent ratio…..la seule chose dans un concours dont on puisse être sur, c’est que si tu ne te présentes pas, tu ne l’aura pas…….j’ai un pote qui s’est présenté plus de 5 fois avant de réussir un concours…….au moins lui a essayé….

steak

présenter plus de 5 fois un concours ? Je suppose que ça n’était pas le concours ICNA parce que à mon avis, ça doit pas être possible de faire prépa 9/2 ou 11/2

Et alors, çà doit leur permet ensuite de nous prendre pour des cons avec des salaires indécents (500 000cfp pour commencer…!!!) et des horaires de boulot insupportable, genre 6h24 minutes par jour ???

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top