Connect with us

Calédosphère

Actualité

Situation de la Calédonie : avis de tsunami

Les métallurgistes sont au bord de l’abime et ne cachent plus leur inquiétude quant à l’avenir. C’est dans ce contexte que le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a entamé un cycle de rencontres budgétaires. Il souhaite informer les élus et les collectivités de la réalité budgétaire et financière du pays et faire le point sur les solutions possibles. Mais en clair, le temps est au cataclysme…

Cette année, les métallurgistes vont perdre 25 à 30 milliards de francs. Lorsque l’on a la surface financière de Glencore ou Vale, on peut essayer de limiter les dégâts, mais c’est plus problématique pour un groupe de taille moyenne comme Eramet. D’autant que les analystes financiers prédisent tous un marasme prolongé et n’envisagent pas de remontée significative des cours du nickel avant au moins trois ou quatre ans ! On comprend qu’aucun groupe industriel au monde ne peut se permettre des pertes aussi lourdes à répétition. Le nickel va être confronté à une crise sans précédent dans son histoire qui va faire ranger l’affaire des rouleurs et des mineurs calédoniens au rayon des accessoires.

Réduction des investissements

Dans le monde entier, les groupes producteurs de matières premières, dont le nickel, ont déclenché la sonnette d’alarme. Ils sont d’autant plus pessimistes que le dollar est à un niveau acceptable et que les prix du baril de pétrole sont bas, or ce contexte favorable n’empêche pas l’effondrement des cours et des pertes colossales. Dans ces conditions et pour éviter la ruine, les groupes n’ont d’autres solutions que de réduire leurs actifs et suspendre leurs investissements et la Nouvelle-Calédonie est concernée au premier chef. Eramet vient de décider de ne pas financer la centrale C de la SLN et l’hypothèse de l’arrêt d’un des fours Demag est envisagée, Glencore pourrait remettre en cause le financement de la réparation des fours de KNS, quant au brésilien Vale, il s’interroge sur le devenir de l’usine du Sud et ce qu’il compte en faire, des rumeurs de vente circulent. Pas besoin d’être économiste pour comprendre les implications que ces décisions vont avoir sur l’emploi et la sous-traitance. La crise économique du nickel est la préfiguration d’une crise sociale et de l’emploi et cela à une encablure du terme de l’accord de Nouméa !

Et il n’y a plus d’argent !

L’extrême fragilité des métallurgistes aura des conséquences financières, les rentrées d’argent vont être moindres, sinon nulles et cela à un moment où les caisses de la Calédonie sont vides. Le gouvernement a déjà pris des mesures comme la réduction de 18% des budgets des établissements publics et des directions, de 50% des subventions à toutes les associations et surtout des dotations aux provinces. Ces dernières vont également devoir suppléer le gouvernement dans l’aide financière aux communes. Tous ceux qui, dans les Institutions, travaillent à l’élaboration des budgets s’arrachent les cheveux devant l’ampleur des économies à réaliser, car le recours éventuel à l’instauration de taxes ou des augmentations fiscales ne suffira pas ! Puisque la Nouvelle-Calédonie ne peut plus dépenser un argent qu’elle n’a pas, elle devra réduire non seulement ses investissements, mais aussi ses dépenses de fonctionnement et avec elle, toutes les institutions à laquelle elle reverse des budgets. Et l’on ne parle pas des dépenses de santé ni des régimes sociaux soit qu’on ne peut plus financer soit qui connaissent des déficits récurrents. La Nouvelle-Calédonie ne pourra bientôt plus financer sa politique médico-sociale.

C’est la France qui paye plus !

Les Calédoniens ne semblent pas non plus avoir pris en compte le fait que l’État, dans la situation financière et sociale que l’on sait, n’est plus en mesure d’assurer tous ses financements à la Nouvelle-Calédonie. L’État a priorisé ses actions en revenant sur certains de ses engagements ou tardant à les financer, ce qui ne fait pas l’affaire des collectivités qui bénéficient de ces financements, notamment les communes. Les négociations sur les contrats de développement ou les contrats d’agglomération seront âpres et la voilure sera réduite. Certains projets, qui ne pourraient voir le jour sans l’aide de l’État, seront peut-être remis en cause, on pense ainsi à la piscine de Magenta dont le coût a été réévalué de 300 millions à 1,1 milliard de francs, ou le projet Néobus. Sans compter qu’un risque pèse sur le maintien de la défiscalisation-État, ce qui aura des conséquences notamment pour le BTP et la construction, on se demande, pour l’anecdote, si la tour Caillard de 100 mètres de haut prévue à l’entrée de Nouméa verra le jour…

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

93 Commentaires sur "Situation de la Calédonie : avis de tsunami"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jose Paldir

tiens une nouvelle qui vient de tomber Posco annonce sa plu grosse perte semestrielle depuis 5 ans…

ptdr

moi je me suis bien gavé pendant toutes ces années
les autres s’ils sont nuls, c’est le fruit la sélection naturelle divine de jésus dans nos coeur
je pense qu’il faut revenir à l’esclavagisme de toute façon y a plus d’argent pour faire les salaires,

jose Paldir
sale temps vent d’ouest un pays dont les recettes au 2/3 proviennent d es impôts indirects va poser des problèmes sérieux aux prévisionnistes budgétaires un pays qui a imité la France ,en pire , par le nombre de ses emplois publics cad par le poids de ses charges récurrentes vogue directement vers l’iceberg des dépenses immenses à couvrir au moment ou la masse éligible à l’impôt diminue… un pays qui refuse d’admettre que l’indexation de ses fonctionnaires est trop important par rapport au coût de la vie expertisée ( 33%) en calédonie au nom de la parité avec les fonctionnaires… Lire la suite »
gil

Tres bonne analyse. . Quand on regarde ce qu’il se passe en métropole, on a l’impression d’assister à la chute de l’empire romain. La chute n’en sera que plus brutale quand la France constatera qu’elle n’a plus les moyens d’entretenir la nouvelle caledonie.

Pour les usines c’est le moment de les racheter pour le franc symbolique alors ??? José, je crois que tu te trompes sur un point majeur concernant la mine. En effet, tu ne vois que la crise, la difficulté actuelle, mais quand est-il de la réalité celle qui fait que dans le temps, sur la durée c’est une rentabilité gigantesque…??? Le problème c’est que comme beaucoup de gens vous vous faites enfumer par ceux qui ne veulent pas que nous gérions nous même notre ressource stratégique, de peur que cela nous fasse mettre un pieds dans l’indépendance… Je pense moi… Lire la suite »
jose paldir
Tu sais la crise de 29 s’est terminée avec la guerre mondiale…combien va durer la crise actuelle ? Ensuite reprendre les usines pour un franc ?comment fais tu? avec une kalach à la main ? les usines valent zero moins que zero elles travaillent à perte… pendant combien de temps ? tu prends la SLN (en supposant que tu puisses le faire) à 51% ;tu fais quoi des pertes monstrueuses de la société tu déposes le bilan? qui te prête de l’argent pour continuer à payer les employés? moi je vois bien des néo bridés le faire mais pas contre… Lire la suite »
Jose paldir, le franc symbolique c’était une boutade…!!! Le problème de la SLN et des autres, ce n’est qu’un problème passager, dans quelque temps tout rentrera dans l’ordre… Je veux dire par là qu’ils recommenceront à gagner du fric et nous ben on aura toujours peau de balle… La SLN elle a distribué les dividendes alors qu’elle aurait du mettre du fric de coté, non ??? C’est pas à nous d’apporter des garantis, mais à ERAMET, nous on a la ressource, non ??? La première des choses à faire c’est effectivement de réduire nos dépenses publiques bien entendu, mais il… Lire la suite »
Jose Paldir
La terre nickel vaut que dalle , elle vaut quelque chose si on peut la transformer en un produit métallique qui sert à l’industrie à un prix ou il y a des acheteurs intéressés et qui permet aux transformateurs de gagner de l’argent sinon il n’y a pas de transformateurs. quelque soit le majoritaire dans l’usine de transformation son problème reste le même il doit gagner des sous … vouloir être majoritaire d”usine en perditions économiques est un non sens Tu penses que la crise actuelle est de faible durée ,moi pas;il n’ y a plus de moteurs économiques dans… Lire la suite »

T’as raison vaut mieux tout leur laisser…

Cela dit, dans le monde des affaires c’est le moment idéal pour acheter une boîte. En effet, c’est quand elle est en difficulté qu’elle vaut le moins cher…

Mais bon ne changeons rien, ne bousculons rien, les règles sont établis et nous ben on a qu’à continuer à se faire tondre…

PS : la crise va durer ca ne fait pas de doute. Moi je dirais encore deux ou trois ans minimum…

José Paldir

si tu veux payer plus d’impôts pour faire la paye des usines en quasi faillite c’est ton droit-:)

obelix
Ca me rappelle une autre histoire, apprise quand j’étais petit: “La Poule aux œufs d’Or”. Merci à tous ceux qui ont engrangé des milliards pendant des décénies sans rien mettre de côté pour le temps des vaches maigres. Merci les industriels… merci les politiciens qui ont soutenu, pendant ces années-là, les affairistes ultra libéraux qui affament la Nouvelle Calédonie, et qui continuent d’ailleurs en toute impunité. Et maintenant, ce fameux Fond Nickel… comment va-t-il être approvisionné? avec des bananes? avec des tarots? avec l’eau du plus beau lagon du monde? La réponse est: avec du vent !!! J’ai bien reçu… Lire la suite »
Jose Paldir

pourquoi ils doivent aussi investir et travailler à l’oeil?

Et ben je ne dis pas autre chose…???
Et là on ne parle pas des exportations de minerai ou le ratio est encore plus indécent…!!!

JIBENE

Ça se voit que tu es tombée dans la marmite de potion magiqu quand tu étais petit. Faudrait en faire profiter d’autres si on veut faire changer les choses un jour ici…

gil

c’est vrai qu’on conpile tous les défauts possibles :L’inconvénient d’avoir une économie basée sur une matière première a prix fluctuant ; une administration pléthorique, un commerce concentré dans quelques mains , des politiques pour la plupart moutons de panurge de leurs chef de parti et d’une compétence limitée . Mais les caledoniens s’ en foutent. Tant qu’ils peuvent faire leurs coup de chasse, de peche et faire la fête avec leurs copains en vidant les packs de biere , ils dont heureux

badi

Il nous manque de vrais médias radio et télé avec des journalistes sérieux, indépendants qui informent objectivement sur les problématiques Pays, qui apportent les informations nécessaires à la compréhension du monde et de la Calédonie en particulier. Tant que la radio télé d’Etat se contentera de faire du copié-collé et de diffuser des programmes abêtissants comme ces télénovélas imbuvables et insupportables, on n’élèvera pas le niveau des consciences du bon peuple. Les autres médias occupent plutôt l’espace distractif.

badi
Même si je reste partisan d’augmenter la prise de participations dans la SLN, aujourd’hui la préoccupation majeure ça reste l’annonce faite par ERAMET de “suspendre” la construction de la nouvelle usine. On oublie que Sa centrale de Doniambo fournit aussi la Distribution Publique. La centrale actuelle avec ses 04 groupes fournissant 160 MW date des années 70 soit depuis 45 ans maintenant, elles ont un taux excellent de disponibilité grâce à la parfaite technicité d’Enercal mais peut, du jour au lendemain, lâcher. Eramet vient de fait de nous mettre une épée de damoclès sur la tête, si jamais un incident… Lire la suite »
Lassitude

Une nouvelle centrale, oui! Au charbon, non merci! Je le redis, y’a d’autres options que ce machin à la Germinal.

badi

Oui mais une fois que tu as dis ça, on fait quoi? comment?.. En attendant faut commencer à stocker les bougies et sortir les lampes koleman.

Et surtout on fait quoi des cendres ???
C’est déjà le bordel avec celles de Valé, imagine si on ajoute celles de la SLN ???

Lassitude

C’etait Tyty qui avait suggéré en commentaire d’un autre article (sur le ramassage des déchets verts):
“La ou nos élus sont des carnes, c’est qu’avec un système comme celui-là, on pourrait alimenter une centrale Bio-éthanol/Bio-gaz, en sachant exactement quelle quantité annuelle de déchet vert rentre dans la centrale.”
L’avantage de cette solution, c’est de regler à la fois le probleme de l’energie et des déchets. Ce biogaz peut contribuer à alimenter une centrale à gaz classique.

Lassitude

Je vous recommande cette page tres informative, qui comblera vos lacunes concernant l’éventail des possibilités en matiere des génération d’éléctricité:
http://www.assistancescolaire.com/eleve/3e/physique-chimie/reviser-une-notion/les-differentes-centrales-electriques-3pne10

badi
On connaît toutes ces différentes techniques de production, mais là il s’agit pas de parler du niveau de la petite dynamo qu’on installe sur un vélo, ou d’alimenter la petite cabane de jardin, non là c’est de mettre en place des moyens de productions capables de répondre à des niveaux de production qui correspondent à un Pays avec une population donnée et des industries (usines, commerces, administrations etc…), de la macroéconomie en somme. Il faut une énergie peu coûteuse, avec une puissance garantie, on parle là non pas en watt mais en Mégawatt ce qui n’est pas la même échelle!.Tout… Lire la suite »
Lassitude
Vous ne m’avez pas compris Badi, ou vous m’avez mal lu. Ou peut-etre ne voulez-vous pas comprendre? Une centrale à Methane produit tout autant que celles à charbon, mais l’avantage c’est qu’on peut aussi completer l’apport en carburant avec du biogaz. Les deux types de centrale (charbon et methane) sont absolument identiques en termes de coût ( 0,36-0,37 centimes d’Euro/kwh), de production energetique(55-60 MW/ha) et de durée de vie (40 ans). La grosse difference? Le rendement: 38% pour le charbon, contre 55% pour le méthane. Bonus du méthane: Production de CO2 divisée de moitié par rapport au charbon, et on… Lire la suite »

Argh ! Si nos néo-capitalistes du LRumpcr devaient encore gérer le minier du pays
comme ils l’ont géré pdt un siècle dans le passé,
les survivants du futur ne devront-ils pas

– bouffer du riz OGM chinois tous les jours*
– importer de l’eau douce du pôle Sud
– porter un masque jusqu’à 30 km de Néa
– souhaiter une bonne retraite et le nom d’une rue à Breteignier
– préférer les BD de Babar à la crétinisation des médias locaux actuels
– s’habituer à faire pipi tout rouge
– espérer un AVC à E. Nouar avant 2025…

*Ou des McDo de synthèse, importés évidemment…

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top