Connect with us

Calédosphère

Actualité

Agressions et vandalisme : on va au théâtre ?

Le week-end dernier, le théâtre de l’île a été la cible de vandales. Vitres brisées, poubelles incendiées et les pourtours du bâtiment devenus un vrai dépotoir à canettes de bière et de bouteilles de Johnny Walker. Sans parler des violences…

Le week-end dernier aura été mouvementé aux abords du théâtre. Outre que des locaux y ont été dégradés, un couple d’origine kanak qui circulait en voiture a été victime d’un caillassage en règle en passant devant le bâtiment, avant d’être agressé par une bande d’une vingtaine d’individus. Sérieusement blessé, l’homme a du être hospitalisé.

Insécurité chronique

Théâtre de l’île, structure culturelle installée dans un magnifique bâtiment du bagne rénové, souffre de l’insécurité. De manière régulière les bureaux administratifs sont l’objet de dégradations et le parking, situé un peu plus loin, est dans un état tel que l’on n’ose plus y garer son véhicule. Les responsables de l’établissement ont alerté les autorités compétences, notamment la mairie, à plusieurs reprises, sans que pour l’heure une réponse satisfaisante ait été apportée. Certes les soirs de représentation, les patrouilles de police sont plus nombreuses, mais le reste du temps, le théâtre de l’île est ouvert à tous les vents et tous les délinquants. Il a été proposé d’installer des grilles condamnant l’accès aux bureaux et au bâtiment du théâtre proprement dit, mais l’idée d’encager la structure, ce qui l’enlaidirait quelque peu, pose question.

Que fait l’UNC ?

La proximité avec la résidence universitaire est un des problèmes. Le week-end en effet, cette résidence est souvent le site de fêtes et l’on sait, malgré les mises en garde de l’Université, que l’alcool y circule. Qui plus est le week-end, la résidence reçoit des visiteurs extérieurs à l’Université ce qui a tendance à accroitre les débordements. Sans parler des squats alentour dont certains habitants trouvent dans l’enceinte du théâtre le bon réceptacle aux beuveries et autres. Malgré les alertes, la situation n’a guère évolué d’où le souhait du théâtre d’une mise au point, notamment avec l’Université pour voir de quelle manière des solutions pourraient être apportées.

Nouville…

Le théâtre de l’île n’est pas le seul point de crispation dans cette zone si particulière de Nouville. Véritable terre promise sur laquelle des projets conséquents pourraient être menés, notamment en matière de logements, Nouville croupit. La présence de squats importants que l’on a laissés proliférer sans jamais rien faire, des revendications coutumières pour le moins fantaisiste et l’incapacité d’une action concertée et cohérente des propriétaires terriens que sont l’État, la province et la mairie, sont cause de la déshérence dans laquelle se trouve l’île Nou, aux multiples possibilités. Le chantier de la polyclinique et ses avatars sont là pour nous le rappeler.

cdg

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

28 Commentaires sur "Agressions et vandalisme : on va au théâtre ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Com-unication Univ-nc
Que fait l’UNC ? Au nom de l’université nous souhaitons apporter des éléments de réponse à votre article qui pointe une problématique dont notre établissement est également victime. En tout premier lieu, l’université n’a pas été contactée par le théâtre de l’île pour aborder les sujets de sécurité publique qui relèvent de la compétence de l’État et de la mairie. Pour ce qui concerne notre campus, nous avons instauré la politique “campus sans alcool” depuis l’année dernière, aucune tolérance vis-à-vis de l’alcool sur le campus y compris dans les éventuelles réceptions organisées pour les colloques ou autres événements de la… Lire la suite »
Abdul

En tout cas ce qu’il y a de bien quand il pleut, c’est que les cafards ne sortent pas……..

ENI ANA

3 choses gangrènent la vie nocturne, ou la vie tout court, des nouméen(ne)s : l’alcool, l’alcool et encore l’alcool. Qui rend fou, qui rend violent, qui rend bête. Que fait-on des fous? On les enferme. Des violents? On les enferme. Des bêtes sauvages? On les enferme. En un mot, on les empêche de nuire. Mais on ne le fait pas. LAXISME quand tu nous tiens!

L’alcool ne rend pas bête: il rend fou les gens assez bêtes pour trop en boire!
L’alcool a bon dos: quand on est con, on est con.
Avec de l’alcool c’est pire, c’est tout!

Et quand on ajoute le kana+l’alcool: on obtient des monstres!

SOL

Et bien nous sommes allés au theâtre et la salle était pleine §
Le spectacle était tout à fait d’actualité, puisqu’il était question de l’autre et de soi-même .
Bravo à tous ceux qui nous ont permis de profiter de ce beau spectacle

RABS

On ne pourra pas dire que c’est une agression raciste! Comme quoi nos agneaux lorsqu’ils sont à jeun deviennent des chiens enragés dès que l’alcool fait effet…

Abdul

Le terme hyènes serait plus appropriés…..

ENI ANA

Ils ne boivent pas. Ils ingurgitent jusqu’à devenir des bêtes. Ainsi ils ne savent plus ce qu’ils font. Et sont pardonnés.

La “mairesse” ne branle rien sauf son cul en avion !!

Pourquoi les pouvoirs public ne font rien… C’est pourtant d’une évidence ! Depuis 30 ans tout est fait pour pousser la Calédonie vers l’indépendance non ? Les institutions en place doivent maintenant prouver qu’elle sont capable de faire respecter l’ordre public, comment on fait… ? Et bien on laisse la délinquance s’installer et on ne fait rien… l’état française ne fait surtout rien, juste le strict miminum, et on attend. On attend que le peuple en ait vraiment marre et que la situation arrive à la limite de la révolte (ça prend du temps parce-qu’on est des veaux). Et dès… Lire la suite »
ENI ANA

Deux peuples antagonistes : les cafards et les fourmis.

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top