Connect with us

Calédosphère

Actualité

Néobus, une catastrophe annoncée ?

Le Néobus prend l’eau. Des bus Diesel vont remplacer les bus hybrides et dans le plus grand secret, les chauffeurs de bus menacent de bloquer les travaux si la mairie de Nouméa ne leur verse pas deux milliards de francs… D’un autre côté, par manque de communication, les collectifs et les pétitions se multiplient contre des travaux non prévus et mettant en péril des commerces. Vous le voulez avec quelle augmentation et combien de temps de retard ?

Si, hier, les retards, les malfaçons et les dépassements de budget liés à l’agrandissement de l’aéroport de la Tontouta ont fait couler beaucoup d’encre. Demain on parlera certainement beaucoup autant du Néobus. Car, il sera certainement beau ce nouveau bus, et plus moderne mais en tout cas, une chose est sûr, c’est qu’il ne sera pas vraiment écolo. Puisque selon nos informations, et au désespoir des associations environnementales et des habitants qui ne le savent pas encore, la solution pour des bus hybrides vient d’être abandonnée cette semaine au profit du diesel, le marché ayant été rendu infructueux et relancé pour mieux choisir des motorisations diesel. Fini l’électrique ou l’hybride ! Du côté du SMTU, responsable du projet, on objecte que l’insularité pénalise une solution écologique, la gestion du parc nécessitant des moyens et des hommes pas forcément disponibles sur le territoire qui renchériraient d’ailleurs le prix du transport et donc le prix du ticket aux voyageurs. Reste qu’on nous a bassiné pendant des mois par l’intermédiaire de belles conférences de presse sur la pertinence d’un choix « respectueux de l’environnement ». Mais ne croyant plus la belle histoire qui était racontée à longueur de conférences de presse par le Président du SMTU Marc Zeizel, et accessoirement 13ème adjoint de Madame la Député Maire de Nouméa, il faut s’intéresser au reste du réseau de transport juste pour s’assurer que le magnifique carrosse du conte de fée Néobus ne se transforme en citrouille avariée.

Les chauffeurs veulent 20 millions chacun

Les derniers évènements pourraient en effet carrément faire douter de la capacité du Président du SMTU actuel à estimer la volatilité d’une situation extrêmement préoccupante qui met en danger la réorganisation de tout le réseau de transport du Grand Nouméa. La gouvernance éclairée pourrait en effet virer rapidement à la catastrophe organisationnelle au détriment des riverains et usagers des transports en commun. Mais pour démêler la pelote, il faut remonter quelques années en arrière à l’époque où le très honorable Jean Lèques officiait en tant que maire de Nouméa. Fort de son autorité morale incontestable, notre édile d’alors, aidé voire activement secondé (ou substitué selon la proximité que l’on a avec l’un ou l’autre) par un très estimable 1er adjoint expert-comptable, avaient fait rédiger un contrat par lequel les représentants du GIE KARUIA (les bus qui desservent Nouméa) se voyaient attribuer une licence et des prérogatives exubérantes à retardement. En clair : les chauffeurs de bus de Karuïa avaient obtenu, comme des chauffeurs de taxi, une licence pour exercer, qu’ils comptaient d’ailleurs bien revendre un jour. La chose était illégale, mais à cette époque-là, personne n’avait eu l’idée d’en parler.

Car lorsqu’on parle de retardement, on fait bien allusion à un engin explosif doté d’un mécanisme permettant une explosion ultérieure. Pour poursuivre par une autre métaphore c’est un peu comme un joueur de foot qui ne sachant pas quoi faire du ballon qu’on lui a transmis, va, d’un tir puissant, le mettre carrément en touche laissant aux autres le soin de gérer la suite et la fin de la partie… Bref, la bombe, le ballon ou la patate chaude furent transmis à l’exécutif suivant, c’est-à-dire l’actuel. S’en suivit une réhabilitation du projet Néobus redevenu après la campagne électorale un projet de mandature. Disposant dans son équipe municipale d’un leader dont le charisme équivalait à sa notoriété populaire et ayant une expérience en matière de transport, Sonia Lagarde imposa son fidèle Marc Zeisel fraîchement débarqué de métropole comme président du SMTU. Pour surprenant que cela puisse paraître, l’homme se prit d’emblée d’affection pour les abribus au point d’y consacrer un temps particulièrement significatif puisque – nous dit-on – il a, naguère, travaillé pour l’une des sociétés justement chargées bientôt de les aménager (comme le monde est petit !)

Quelques temps plus tard, la Maire ayant pris la mesure des enjeux et donc des travaux à venir sonnait le tocsin et exigeait que l’information soit déployée tous azimuts suite à un blocage du GIE KARUIA. Et ce fut dans ces instants de grande instabilité nerveuse que la bombe, le ballon, la patate, furent vraiment redécouverts. En fait, la réorganisation du système de transport du Grand Nouméa impose un changement en profondeur avec une organisation centrale via une nouvelle société (TANEO) dont fera partie le Néobus. Les contractants KARUIA ayant compris que leurs contrats signés jadis par Fifils et son ex-adjoint Gaël Yanno une fois arrivés à termes (vers la fin 2017) feraient l’objet d’un nouvel appel d’offre, estimèrent qu’il était temps de faire valoir leurs prétentions c’est-à-dire 20 millions de francs par licence et par tête. Lesquels devront alors, selon eux, être payés par la ville et ses contribuables, avec comme cerise sur le gâteau : la reconduction de leur contrat sans appel d’offres. Les chauffeurs de bus souhaitent donc quitter Karuia, obtenir 20 millions et ensuite reprendre leur travail comme si de rien n’était dans la nouvelle société créée pour eux. Autrement dit : lancer les dés, toucher vingt mille francs et recommencer puisque c’est le contribuable qui paie le tout…

Dans le stress, et malgré quelques réunions et avis d’experts confirmant l’illégalité de certaines clauses juridiques du contrat de KARUIA, et avec la même acuité dans les services de la mairie qu’une meute de poules découvrant un couteau, il fut décidé d’un coup de génie la semaine dernière de sursoir à toute négociation. Paraphrasant le fameux « Je vous ai compris » en lui adjoignant un impécunieux « …mais promis, on en reparle plus tard… », la bombe a été rangée, le ballon dégonflé et la patate refroidie. Tout cela prêterait à sourire si la somme en jeu n’avoisinait les deux milliards d’argent public (calculez une centaine de licences à 20 millions chacune) sans oublier les capacités de blocages significatives du GIE qui n’entend pas laisser le projet aller à terme si leurs revendications ne sont pas entendues. Car il ne fait aucun doute que les contractants de KARUIA reviendront à la charge et aucun doute non plus que la ville de Nouméa ne sera pas la seule concernée car tout blocage des transports aura des conséquences dramatiques pour l’ensemble de l’agglomération du Grand Nouméa. La légèreté avec laquelle ce dossier est géré peut donc légitimement inquiéter les exécutifs des communes de l’agglomération mais aussi la province Sud. Quoi qu’il arrive : soit la mairie déboursera 2 milliards qui s’ajouteront aux 28 que coute déjà le Néobus, soit il y aura des blocages de la part des chauffeurs de bus et le réseau de transport ne pourra pas fonctionner.

Les riverains estiment ne pas être entendus

Mais il s’agit là de la face immergée de l’iceberg car le navire Nouméa risque une voie d’eau supplémentaire avec les inévitables retards de travaux de Néobus et la mise en œuvre de chantiers concomitants (carré Rolland, les tours de la Vallée du Tir, les quais, les trottoirs, …) qui vont transformer la ville en un gigantesque chantier pendant toute la mandature sans garantie de bonne fin à l’horizon des prochaines élections municipales. Déjà des pétitions sont en cours avec notamment celle des commerçants de la Vallée du Tir qui viennent de découvrir leur rue transformée du jour au lendemain en sens unique et des parkings très éloignés de leurs activités sans avoir été prévenus et sans volonté de négocier de la part de la ville. Les réunions publiques à l’initiative de la municipalité ont ainsi été de cuisants échecs (la dernière à la vallée du Tir en est le meilleur exemple, les représentants de la mairie ayant expliqué qu’ils n’avaient pas de réponses à apporter pour le moment). Alors si le Néobus demeure une bonne chose pour l’évolution des transports en commun, la gestion de ce projet par le président du SMTU semble de moins en moins en phase avec la réalité. On peut déjà prendre le pari que Néobus ne sera pas inauguré avant la fin 2019 et c’est là un pronostic optimiste. En attendant il faudra que les Nouméens prennent leur mal en patience et s’inventent de nouvelles habitudes de vie dans le grand chantier que devient la capitale.

Afficher la suite


Laisser une réponse

28 Commentaires sur "Néobus, une catastrophe annoncée ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
C’ n’est pas clair….les licences attribuées aux chauffeurs étaient-elles gratuites ou comme les chauffeurs de taxis assez chères ? Si tout ceci est avéré, l’exigence des chauffeurs de bus actuels d’une indemnisation de 20 millions chacun plus le réemploi à la clé….c’est vraiment hallucinant ! Donc, si je comprends bien, ce ne sont pas des salariés comme je le croyais auparavant ? Mais dans quelle compagnie de bus sévissait le chauffeur qui piquait dans la caisse, qui a été licencié et lourdement indemnisé..;récompensé devrais-je dire…il y a quelques années ? Je pense qu’il s’agissait d’un salarié, non ? Si une… Lire la suite »
DECENNIE

a ma connaissance les licences de taxi sont gratuites, les mairies les attribue sous numerus clausus elle limite ainsi le nombre de licence qui se revendent en deuxième main a prix d’or ! c’est pourquoi il y a tant de mort sur nos routes, allez donc appeler un taxi un samedi soir après minuit ……merci la mairie .

Désolé de foutre la m…. mais:
-Des bus diesel ??! Euh, faut aller en AUD ou en NZ, y’a des bus au gaz et sinon, quelle boite locale vendra ces bus diesel ??…..
-Des chauffeurs qui veulent la crémière et le moulin ??! Euh non les mecs, vous prenez vos bus actuels et vous remplacez l’autocollant Karuia par celui de Néobus et vous dites merci d’avoir du boulot et c’est tout. (y’a pas, y’a pas !).
-Livraison du Néobus ??, Euh ouais, peut être en 2020…… Son coût ??: exponentiel….
Rappel: les Américains avaient construits un chemin de fer…… A méditer.

dit donc Gadjot Gay et Naturel qui sont associés au projet sont CE tu crois !

Ssonia lagarde n est elle pas elue caledonie ensemble ? ah ah caledosphere qui se tire une balle dans le pied

Jérémy

Effectivment, le trajet du bus passera sur la grosse conduite d’eau qui alimente Nouméa à partir du barrage de Dumbéa, il va pas falloir qu’elle explose pendant les travaux…

Crabe de cocotier

Et, financièrement, faut pas oublier non plus, payé par les contribuables, le déplacement des réseaux opt, eec et cde, le néo bus étant prioritaire. Et pour info, la femme recrutée à la mairie pour s’occuper du néo bus est l’épouse d’un des dirigeants de la boîte métro qui a proposé le neobus, comme par hasard.

On te l’a dit dans l’article crabe de cocotier..le monde est petit 😆

caledovrais

arrivera t’on en Caledonie un jour à ce qu’un projet qui améliorerait la vie des Nouméens ne soit pas torpillé avant d’avoir vu le jour ! Que proposent les détracteurs à la place ? On est vraiment dans un monde de guignols !

DECENNIE

“arrivera t’on en Caledonie un jour à ce qu’un projet qui améliorerait la vie des Nouméens ne soit pas torpillé avant d’avoir vu le jour ! ” bein on attend toujours “ce” jour ! a si ! y’a la deux voies Nouméa Tontouta… les enfants de mes enfants le verront “ce” jour…..peut être

Loulou

Pourquoi pas un téléphérique qui ne réduirait pas la largeur des rues déjà très étroites pour le trafic actuel, ne serait pas polluant et serait nettement moins cher?

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top