Connect with us

Calédosphère

Actualité

L’indépendance selon l’UC, ça donne quoi ?

Dans son projet pour « l’après 2018 », que très peu de personnes semblent avoir pour l’instant lues ou étudiées, l’Union Calédonienne présente pour la première fois par écrit sa vision d’une Nouvelle-Calédonie indépendante. Attendu depuis tellement longtemps que ça en était devenu l’Arlésienne, voici enfin le projet de « Kanaky ».

Espérons que ce document n’a pas encore fait parler de lui seulement parce que nous sommes en pleine période de vacances estivales ? Car dans le cas contraire, cela voudrait dire qu’aucun journaliste du territoire n’a pris la peine de s’intéresser au projet de l’Union Calédonienne ou, plus grave, que personne n’a rien trouvé à y redire. Le parti de Daniel Goa a en effet profité de son dernier comité directeur à Pouébo pour rendre public un document d’une vingtaine de pages, censé présenté l’ensemble de ses propositions pour la Nouvelle-Calédonie si jamais une majorité de Calédoniens votaient en 2018 pour l’indépendance. Du côté des médias, Nouvelle-Calédonie 1ère n’en a pas parlé. Le quotidien les Nouvelles Calédoniennes a seulement évoqué le fait que des « outils ont été préparés [par l’UC] tels qu’un document sur le projet de société ». Les autres médias ou organes de presse ont seulement partagé le document en question et laissé leurs lecteurs en prendre connaissance. Voici donc quelques-unes des propositions phares des indépendantistes de l’UC, lesquelles ont pour titre : « Après 2018, Notre vision de la nation ». Le document dans son intégralité est disponible au bas de cet article et nous invitons bien sûr tous les lecteurs à en prendre connaissance par eux-mêmes afin de se faire leur propre avis sur la question.

Naturellement, comme dans tout programme politique (puisque c’en est un), celui-ci comporte toutes les formulations éculées que personne n’imaginerait remettre en cause tel que « la lutte contre les inégalités », « la protection des personnes vulnérables », « le respect de l’environnement » etc… Si l’Union calédonienne n’explique pas comment atteindre ses objectifs, elle fixe en revanche – et pour la première fois – un cap et les principes sur lesquels reposerait l’indépendance. Et c’est justement cela qui est intéressant. Nous présentons donc ici ces propositions (de façon non-exhaustive) sous la forme d’un classement parmi les catégories qui semblent devoir être mis en avant et connues de l’opinion publique calédonienne.

Parmi elles, celles qui pourraient pour un esprit lambda être sujettes à questionnement ou paraitraient simplement incohérentes mais aussi celles qui risqueraient bien de mettre fin à l’idée même de « Vivre Ensemble » et de « Destin Commun » et qui n’augurent, en fait, rien de bon pour l’avenir…

Plus de devoirs, mais des obligations

En République Française, on a l’habitude de dire qu’un citoyen a des droits mais aussi des devoirs. Mais dans le projet de l’UC, les futurs citoyens auront surtout des obligations. Tout d’abord, celui de voter :

« Le vote sera obligatoire lors des scrutins de la vie politique (page 5 ; l’indépendance selon l’UC) »

Nous savons que l’Union calédonienne fait encore pression sur l’Etat pour que l’ensemble des kanaks soient inscrits automatiquement sur les listes électorales même quand ceux-ci n’ont jamais voulu l’être ou n’ont simplement pas effectué les démarches administratives en ce sens. Demain, si la Calédonie devenait indépendante, l’UC souhaite que tous les kanaks soient donc dans l’obligation d’aller voter à chaque scrutin. Après l’obligation d’être inscrit, l’obligation du vote. De même, s’agissant de l’école, la grande réforme proposée s’applique aux langues kanakes :

« Dans le secondaire, les langues kanakes deviennent seconde langue vivante obligatoire ; les autres langues d’enseignement sont optionnelles (page 11; l’indépendance selon l’UC) »

Adieu Anglais, Espagnol et Allemand au collège et au lycée. Place au Xanacuu pour tout le monde ? De même, si l’UC n’oblige pas les lycéens à continuer leurs études, elle prône néanmoins la fin de toute sélection après le baccalauréat, quelle que soit la filière :

« L’accès à l’université et aux formations supérieures ouvert à tous (page 11; l’indépendance selon l’UC) »

Cette proposition laisse donc entendre qu’el en sera fini des sélections en classe prépa, en BTS, en école de commerce ou en médecine. En la matière, privilégier la quantité aux dépends de la qualité pose évidemment question.

Un pouvoir central qui pourra exproprier et utiliser la répression !

Selon le projet de l’UC, les institutions de la Nouvelle-Calédonie indépendante seraient organisées autour d’un « parlement national » (le congrès d’aujourd’hui) et ses membres deviendraient chacun des « députés nationaux » (page 5). De plus, le gouvernement serait élu par cette assemblée mais aussi par le sénat coutumier, d’ailleurs un sénateur coutumier serait choisi par les chefs coutumiers pour faire partie du gouvernement. Le gouvernement sera dirigé par un 1er ministre qui disposera de l’ensemble des pouvoirs exécutifs. Ce dernier pourra même dissoudre l’assemblée qui l’a élu si ça lui chante !

« Le gouvernement, collégial, sera issu à la proportionnelle des groupes de l’assemblée nationale et aura un représentant désigné par le sénat coutumier (…) Le gouvernement dispose de l’essentiel des pouvoirs exécutifs. Il est présidé par le 1er ministre, qui disposera du droit de dissoudre l’assemblée nationale (page 11; l’indépendance selon l’UC) »

L’UC décrit donc les institutions futures du pays indépendant. On note que la collégialité, dont on sait les limites et les manques, demeure dans le projet. La question se pose par ailleurs sur le membre du gouvernement désigné par le Sénat coutumier, c’est-à-dire hors de tout circuit démocratique puisque l’électeur n’aura pas son mot à dire sur la question.

S’agissant de l’épineux sujet du foncier, le projet de l’Union Calédonienne manie quelque peu la contradiction. Il semble maintenir le principe de la propriété privée, tout en expliquant clairement que l’expropriation sera renforcée « pour cause d’intérêt public », lui-même défini par le futur gouvernement :

« Les cessions foncières au titre du lien à la terre seront maintenues. Elles se feront sur les terres du domaine de l’Etat (…) L’expropriation pour cause d’intérêt public majeur, et son équivalent sur terre coutumière, sera renforcée (page 8; l’indépendance selon l’UC) »

Bien évidemment, toute la question tient aux moyens et aux conséquences de cette capacité « renforcée » d’expropriation. De la même manière, page 10 du document, l’Union Calédonienne précise comment le pays, une fois indépendant, entendra faire participer les citoyens à ses projets. Et l’UC écrit noir sur blanc que l’un de ces moyens sera « la répression »…

« La participation active des citoyens sera systématiquement recherchée, par l’action combinée de l’éducation, la mobilisation populaire et, quand il le faut, la répression (page 10; l’indépendance selon l’UC) »

Alors que jusqu’à présent l’UC s’interrogeait sur la nécessité pour le futur pays de se doter d’une force armée, il semble que sur ce point, on note une évolution. Le parti de Daniel Goa rappelle qu’il est pour la création d’un corps d’armée, et que ce dernier pourra être chargé de gérer « l’ordre public » :

« Une petite force armée nationale (…) qui pourra venir en appui aux forces de sécurité intérieure, en cas de menaces graves (…) à l’ordre public (page 14; l’indépendance selon l’UC) »

Naturellement le projet stipule (page 14) que l’ensemble des forces policières et armées ne sera constituée, sauf exception, que de « citoyens » du pays :

« Ses forces sont composées des polices urbaines et rurales, de la police des frontières, ainsi que des divers corps de sécurité civile. Elles recruteront sauf exception des citoyens (page 14; l’indépendance selon l’UC) »

Car en parlant de citoyens et de non-citoyens, l’Union calédonienne expose très bien sa vision des choses.

Les citoyens et les proscrits

Dès les premières pages, l’Union Calédonienne s’attache à définir qui pourraient être citoyens/nationaux de la Nouvelle-Calédonie indépendante c’est-à-dire (page 12 du document) « seront des nationaux du pays indépendant les personnes légalement citoyennes avant la consultation de 2018, et celles pouvant y voter ». Les autres seront des non-nationaux, avec toutes les conséquences que cela implique :

« Le principe de la préférence à l’emploi pour les nationaux sera renforcé. Les non-nationaux pourront travailler au pays, pour autant que leur emploi ne porte pas préjudice à l’emploi des nationaux, et qu’il soit utile au pays »

En page 12, le projet de l’UC reprend un des thèmes majeurs de la revendication indépendantiste : le contrôle à l’entrée des frontières.

« L’entrée et le séjour des non-nationaux seront réglementés (…) Les arrivées et départs seront strictement répertoriés (page 12) »

De plus, toujours selon l’Union Calédonienne, si la Nouvelle-Calédonie devenait indépendante, les non-nationaux n’auraient plus le même accès à la propriété parce que « les nationaux auront priorité pour l’acquisition de biens immobiliers (page 8) ».

Pot-pourri de propositions pourries

• Le contrôle des médias

L’Union Calédonienne précise ainsi dans son projet d’indépendance le futur pouvoir en place « veillera à ce qu’aucun groupe ne domine l’information du fait qu’il dispose de moyens techniques ou/et financiers supérieurs (page 4) ». Cela pose évidemment le problème de Nouvelle-Calédonie 1ère dont le budget avoisine les 3 milliards de francs par an. Or, le budget de la succursale de France télévision est bien plus important que ceux des autres médias du territoire. L’UC voudrait-il donc fermer NC1ère ? Ou bien lui retirer son budget ? Voire. Même chose pour le seul et unique quotidien calédonien. Par sa position « monopolistique », le journal LNC domine en effet la presse écrite calédonienne. Mais alors, qu’est-ce que les dirigeants de l’UC ont derrière la tête ? Une prise de contrôle via une « nationalisation » ? D’autant plus que le document évoque des « sanctions » en cas de « fausses informations » relayées par les médias. Mais qui jugera que celles-ci sont fausses ?

• La fin de la désindexation et des transferts financiers de l’Etat

Dans le projet d’indépendance de UC, on trouve naturellement la vieille antienne des indépendantistes selon laquelle on dépense en Nouvelle-Calédonie beaucoup trop pour la santé des gens (Gérard Reigner, secrétaire général du parti, l’avait déclaré lui-même au cours d’une interview : En cas d’indépendance « on maintiendra pas le même train de vie » ). Raison pour laquelle l’UC veut diminuer :

« Une meilleure adéquation du système de santé sera recherchée, qui vise à la fois un contrôle plus strict de ses coûts, un service plus adapté aux besoins réels et la valorisation maximale des compétences locales (page 6) »

Le fait de souligner que le système de santé doit s’adapter « aux besoins réels des gens » démontre d’ailleurs que, selon l’UC, les malades soignés actuellement en Nouvelle-Calédonie présuppose-t-il que les Calédoniens n’auraient pas réellement besoin des soins qui leur sont prodigués. Car, à la vérité, l’indépendance version-UC a surtout besoin de faire des économies puisqu’elle entend renoncer aux transferts financiers de l’Etat :

« S’il est exact que la France apporte au pays une aide financière importante, ces financements artificiels amènent avec eux de nombreux défauts : hausse des inégalités, gaspillage, vie chère, surévaluation de la monnaie, et, pire que tout, une passivité de notre population envers son propre développement (page 7) »

Et pour lutter contre cette « passivité de la population », l’UC souhaite mettre en place la fin de la désindexation en prônant : « l’harmonisation progressive des salaires du public et du privé qui sera source de dynamisme économique, de modération des prix et de justice sociale (page 7) ».

• Payé pour rester à la tribu ?

Si elle reste vaporeuse, une autre proposition vise à créer de nouveaux jours de congés ou à mettre en adéquation les vacances scolaires avec les fêtes mélanésiennes ou les temps coutumiers. C’est là l’une des propositions défendues par l’UGPE depuis des années. L’organisation de parents d’élèves kanaks souhaite en effet que les élèves soient dispensés de cours durant les travaux des champs et pendant la période des mariages. L’UC a donc choisi de reprendre à son compte cette revendication :

« Le temps de travail, le rythme scolaire, intégreront mieux les temps culturels, pour que chacun vive en harmonie ces différents espaces (page 6) »

Enfin, dans son projet d’indépendance, l’Union Calédonienne prône une sorte de Revenu Minimum d’Insertion pour les personnes (kanak) désirant retourner vivre à la tribu, en aidant financièrement ce qu’elle appelle « un choix de vie » :

« Les choix de vie sur terres coutumières seront reconnus, et en fonction des besoins, aidés. (page 6) »

La place des femmes…

L’UC présente dans son projet pour la « Kanaky » l’idée qu’elle se fait de la place des femmes en prônant d’une part : « une place équitable des hommes et des femmes sera recherchée, dans tous les domaines politique, économique, social et culture » et en promettant que « la place des femmes sera renforcée, dans tous les secteurs de la vie politique et sociale (page 6) ».

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

96 Commentaires sur "L’indépendance selon l’UC, ça donne quoi ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Calcyt

Petite coquille semble-t-il : ” L’UC souhaite mettre en place la fin de la désindexation”… La fin de l’indexation, sans doute avez-vous voulu écrire.

Machin

EN France les fillonneries consistent à présenter un programme sympa pour être élu, après les enculés ne respectent rien….

ICI, le monde “Epicerieindépendantiste” ne sait pas comment dire à sa base idéologique que l’indépendance régalenne n’est pas une bonne chose …

Alors , on a trouvé le subterfuge : présenter un programme Allah Fidgienne ou Vanuataise, un programme de va-nus-pieds afin d’éffrayer les indécis du camp indép.

Quant Allah bourgeoisie Mélanésienne, ça fait belle lurette qu’elle a choisie son camp.

OH le beau projet que voilà ! Bon, vous êtes prévenus maintenant, un avenir enchanteur pour tous… les citoyens mélanésiens qui se proclament “peuple premier” !
Les finances, ça se passe comment ?
Au fait, qui sait ce que sont devenus les “Lapitas” dont on trouve les traces sur le cailloux depuis plusieurs millénaires ?

Yvan La Méche
Tout est fait VOLONTAIREMENT pour dégouter les frangins de voter indépendance…. Suppréssion de l’anglais et de la sélection m’ont bien fait marrer !!! On va faire du biseness en langue ??? MDR Pire , tout le monde va pouvoir être toubib !!!!! Ils vont faire leurs études ou ??? ça marche pas comme ça les gars. Rien n’est laissé au hazard, tout est réfléchi,organisé, programmé….. Encore une fois , DG sait trés bien ou il va…ça me rappelle une petite conversation en privé avec feu Charlie : ” on va pas faire n’importe quoi” Et justement , on présente n’importe… Lire la suite »
Yvan La Méche : “Suppréssion de l’anglais … On va faire du biseness en langue ??? ” Yvan, au moins sur ce détail tu te trompes, parce que tu fais confiance à l’interprétation du sieur Hubert : “Adieu Anglais, Espagnol et Allemand au collège et au lycée.” J’ai commenté moi-même ce point. Je copie ci-dessous une partie de mon message du 30 janvier 2017 10:44 : [page 11 : « — Le français et les langues kanak sont langues officielles du pays, l’anglais sera première langue vivante : a) Dans le secondaire, les langues kanak deviennent seconde langue vivante obligatoire… Lire la suite »
NoComment

C sur que pour faire médecine vqut mieux faire langue kanak que latin

La très très grande majorité des profs knk ne veulent pas enseigner ni langue ni culture

No Cômment qui amplifie et balance des Stats surtout qu’il n est pas au VR..hum

Migrateur
Je me suis penché sur la partie économique… Lorsqu’on est un parti qui prétend conduire son pays à l’indépendance, comment peut-on sortir autant de contre-vérités, d’inepties pour ne pas dire de conneries ! Et si je dis ça, ce n’est par esprit de contradiction parce que serait contre l’indépendance. Au contraire, j’y suis plutôt favorable, mais pas avec un projet aussi nul ! Ridicule ! Sans déconner, ceux qui ont écrit ça n’ont aucune connaissance, même pas un début de culture économique… C’est un ramassis de principes idéologiques des années 60, d’idées mal maîtrisées et je ne parle pas des… Lire la suite »
Zéphyr
A lire tout ça, on comprend que de soi-disant projet n’a pas été rédigé par des lumières. Par exemple : faut être idiot pour écrire que “l’entrée et le séjour des non-nationaux seront réglementés”… Ben ouais, comme dans n’importe quel pays ! Ensuite on nous explique qu’il y aura plus de réference à l’indexation ? Ben c’est la moindre des choses : quel pays devenu indépendant a continué à payer ses fonctionnaires en fonction des salaires des fonctionnaires de la puissance colonisatrice… Complètement idiot de dire ça… Par contre, si ça veut dire que les fonctionnaires seront payés 70% moins… Lire la suite »

Risible leur projet tant au point de vue politique que sécuritaire. Economiquement je ne trouve pas les mots devant autant d’incompétence. Quand à l’éducation, le droit des femmes et des “étrangers” j’ai failli me pisser dessus…
Qu’ils commencent à appliquer aujourd’hui même leur beau projet… (Lecren, LKU, droit des femmes, coutumiers un peu moins illétrés, élus beaucoup plus travailleurs (Déwé t’es où depuis 20 ans) -quoi que sur ce dernier point ils ne sont pas seuls !!!)
Bonne soirée

La mesure du degré de satisfaction d’un projet ne se fait qu’après sa réalisation, hein Raleur ? tu estimes le papier toi …

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top