Connect with us

Calédosphère

Actualité

Présidentielle 2017 : quels choix pour les Calédoniens ?

Comme leurs compatriotes métropolitains ou ultramarins, 165.000 électeurs Calédoniens sont attendus ce dimanche dans les bureaux de vote à l’occasion du 1er tour de l’élection présidentielle. Mais, parmi les 11 candidats à la magistrature suprême, que proposent-ils spécifiquement pour la Nouvelle-Calédonie ? En parlent-ils seulement ? Revue d’étape.

Si malgré les derniers heurts en Guyane, l’outre-mer n’est pas devenu un enjeu de cette campagne, les principaux candidats ont pratiquement tous présenté dans leur projet pour la France un chapitre spécifique attribué aux outremers français, lesquels rassemblent tout de même plus d’un million d’électeurs. Afin d’aider les Calédoniens dans leur choix, nous présentons donc ici un résumé de leurs différentes propositions (pour l’outre-mer) et avons mis en avant les points concernant stricto sensu la Nouvelle-Calédonie lorsque ceux-ci existaient. Territoire sui généris (de son propre genre), le caillou est en effet compétent dans de très nombreux domaines, raison pour laquelle les réformes et les mesures prochainement entreprises par le futur chef de l’Etat n’y seront pas appliquées, à moins que dans certains domaines elles soient étendues à la Nouvelle-Calédonie par l’Assemblée Nationale ou que le congrès s’en empare.

1/ Les propositions de François Fillon qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le programme du candidat de la droite et du centre s’intitule « Mon projet pour la France ». François Fillon est déjà venu en Nouvelle-Calédonie, notamment en juillet 2010 quand il était le 1er ministre de Nicolas Sarkozy. Son projet est consultable ici. Voici quelques-unes de ses propositions pouvant intéresser le territoire :

• Augmenter dans les Outre-mer les moyens des forces de sécurité et ceux de l’autorité judiciaire et construire des places de prison dans le cadre du programme national.

• Assurer le retour de l’Etat dans le financement du dispositif de continuité territoriale et étendre le fonds de continuité territoriale au retour de jeunes entrepreneurs souhaitant créer une activité économique outre-mer.

• Prolonger la défiscalisation spécifique Outre-mer jusqu’en 2027 et la simplifier résolument, en déconcentrant et en accélérant le dispositif, mais aussi en limitant l’appréciation en opportunité de l’administration.

Dans son programme, François Fillon développe une partie spécifique à la Nouvelle-Calédonie. La voici en intégralité :

• Restaurer l’autorité de l’Etat pour assurer la sécurité de tous en nommant un préfet de police délégué auprès du Haut-commissaire pour diriger l’action des services de police et de gendarmerie dont les moyens seront renforcés ;

• Organiser des « Etats généraux de l’avenir » pour donner la parole directement aux Calédoniens avant le scrutin de 2018 et leur proposer une feuille de route pour l’après-accord de Nouméa ;

• La citoyenneté actuelle, qui prive plus de 25 000 électeurs nationaux du droit de vote aux élections provinciales, prend fin avec l’Accord de Nouméa : défendre l’idée d’une citoyenneté plus ouverte qu’aujourd’hui pour permettre aux femmes et d’hommes durablement établis en Nouvelle-Calédonie de participer à la vie démocratique locale ;

• Atténuer, pour les Calédoniens, l’impact des soubresauts mondiaux qui affectent le secteur du nickel : l’Etat devra prendre sa part à la sécurisation à court-terme des trois grands opérateurs et lancer une consultation de l’ensemble des acteurs du nickel pour définir une stratégie industrielle commune qui profite davantage aux Calédoniens ;

• Faire pleinement jouer à l’Etat et à ses opérateurs (AFD, BPIfrance) leur rôle, aux côtés des institutions de la Nouvelle-Calédonie, pour permettre un développement économique vigoureux.

Sécurité, continuité territoriale, stratégie nickel et préparation de la sortie de l’Accord de Nouméa sont en effet des thèmes propres à la droite française concernant le territoire. A noter que François Fillon est le seul candidat qui évoque dans son programme la fin du gel électoral pour les 25.000 électeurs privés du droit de vote aux élections provinciales (le Front National n’évoque pas le sujet dans son programme)

2/ Les propositions de Jean-Luc Mélenchon qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le projet de Jean-Luc Mélenchon est intitulé « Le programme de la France insoumise et de son candidat ». Dans celui-ci, une partie « l’égalité réelle pour les outre-mer » concerne les collectivités ultramarines. Il y affirme que « Les Outre-mer sont la chance de la France. Ils pourraient être des pointes avancées de la planification écologique et du progrès humain ». Jean-Luc Mélenchon ne s’est jamais rendu en Nouvelle-Calédonie. Voici quelques-unes de ses propositions pouvant intéresser le territoire :

• Faire vivre la République, l’égalité, le métissage et le droit du sol contre le racisme et l’ethnicisme,

• Supprimer les exemptions fiscales bénéficiant aux ultra-riches pour les investissements outre-mer (notamment sur l’ISF),

• Étendre la laïcité dans les Outre-mer, en appliquant la loi de 1905 là où elle ne l’est pas,

• Soutenir l’enseignement des langues et cultures d’Outre-mer pour ceux qui en font la demande, et mettre en valeur avec les populations la diversité des patrimoines culturels et linguistiques qu’apportent les Outre-mer,

• Garantir la continuité territoriale (desserte de service public à tarifs réglementés), l’interconnexion régionale et le désenclavement intraterritorial (en Guyane notamment),

• Engager un plan pluriannuel d’investissement et de développement des services publics (transports, éducation, santé, logement, culture),

• Construire des points d’appui des combats écologiques d’intérêt universel : appui à la préservation des forêts (Guyane pour l’Amazonie) ; appui aux populations du Pacifique et de l’océan Indien menacées par la montée des eaux ; défense des fonds marins contre la prédation pétrolière et la pêche industrielle,

Concernant la Nouvelle-Calédonie, le territoire est cité une seule fois dans ce programme au sujet de la sortie de l’accord :

« Il faut assurer la tenue démocratique du référendum d’autodétermination prévu en Nouvelle-Calédonie en 2018 »

3/ Les propositions de Marine Le Pen qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le programme de Marine Le Pen s’intitule « Mes 144 Engagements présidentiels ». Parmi ceux-ci, un programme spécifique pour l’outre-mer est décliné. Celui-ci est consultable via ce lien. Marine Le Pen s’est déjà rendue en Nouvelle-Calédonie durant sa tournée outre-mer. Voici quelques-unes de ses propositions pouvant intéresser le territoire :

• Créer un grand ministère de l’Outre-mer et de la Mer afin de valoriser la dimension maritime de la France et développer un vaste plan stratégique d’investissement autour de l’économie de l’or bleu. Augmenter les moyens de la Marine Nationale.

• Revaloriser le minimum vieillesse (ASPA) partout en France, y compris Outre-mer

• Défendre l’unité et l’intégrité du territoire français en réaffirmant le lien indissoluble entre la métropole et l’Outre-mer.

• Augmentation des places de prison pour lutter contre l’explosion de la délinquance et de la criminalité (Mayotte en particulier, mais aussi la Guadeloupe, Saint-Martin, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie).

• Les étudiants ultramarins doivent, en métropole, bénéficier notamment d’une priorité d’accès aux logements étudiants.

• L’accord de Nouméa doit être pleinement appliqué, dans toutes ses dispositions, et jusqu’à son terme.

• L’Etat doit exercer pleinement ses compétences régaliennes, et d’abord garantir la sécurité des personnes et des biens et maintenir l’ordre public, comme partout sur le territoire national : la violence n’est, pas plus en Nouvelle-Calédonie qu’ailleurs, un moyen de règlement des différends politiques.

Concertant le scrutin d’autodétermination, il est prévu spécifiquement pour la Nouvelle-Calédonie que :

« Si, à l’occasion des scrutins d’autodétermination qu’il prévoit, les Calédoniens décident de demeurer au sein de la France, alors il faudra leur proposer un statut constitutionnel nouveau, au terme d’une démarche fondée sur de larges discussions politiques, la recherche du consensus et le respect mutuel. Ce statut devra concilier les légitimes aspirations des uns et des autres »

Ainsi, la principale caractéristique politique de ce programme est le changement de ligne du Front National qui, désormais, prône le respect de l’Accord de Nouméa jusqu’à son terme et, après le référendum, la proposition d’un nouveau statut qui confirmerait une Nouvelle-Calédonie française. A noter que Marine Le Pen est la seule candidate avec François Fillon à développer une partie spécifique à chaque territoire d’outre-mer et donc à la Nouvelle-Calédonie.

4/ Les propositions d’Emmanuel Macron qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le projet de d’Emmanuel Macron est intitulé « Emmanuel Macron président. » Dans celui-ci, c’est la partie « Les Outre-mer : un potentiel à libérer » qui concerne nos collectivités ultramarines. Assez succin, ce programme affirme en introduction que « notre projet d’émancipation pour la France est aussi un projet pour l’émancipation réelle des Outre-mer au sein de la République ». Emmanuel Macron ne s’est jamais rendu en Nouvelle-Calédonie. Voici quelques-unes de ses propositions pouvant intéresser le territoire :

• Nous reconstruirons une politique de mobilité plus juste et porterons à 200 000 le nombre de billets aidés chaque année pour la mobilité des ultra-marins en France et dans leur environnement régional.

• Nous consacrerons 1 milliard d’euros sur 5 ans au financement des investissements collectifs des territoires ultra-marins, dans le cadre du plan d’investissement.

• Nous renforcerons l’activité de BPI-France dans les Outre-mer.

• Nous organiserons en partenariat avec les collectivités territoriales et le milieu associatif un réseau de structures d’accueil capable de mettre en œuvre la réponse pénale en direction des mineurs.

• Nous demanderons à l’Autorité de la Concurrence d’évaluer l’efficacité des mesures prises pour réduire les écarts de prix.

Dans ce programme, la Nouvelle-Calédonie n’est citée qu’une seule fois, au sujet du référendum d’autodétermination. Il s’agit de la dernière phrase du projet :

« Nous mènerons à bien les consultations institutionnelles prévues en Nouvelle-Calédonie. »

5/ Les propositions de Benoit Hamon qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le programme du candidat du Parti Socialiste étonne au premier regard car l’outre-mer n’y est pas traité comme un sujet spécifique. Celui-ci se situant dans un chapitre plus général intitulé « Territoires ». De plus, malgré le fait que les socialistes partagent une longue histoire avec la Nouvelle-Calédonie (Rocard, Jospin,…), le territoire n’est pas nommé, pas cité et aucune mesure spécifique ne le concerne ni du reste les collectivités du pacifique. Le candidat Benoit Hamon n’est jamais venu en Nouvelle-Calédonie. Dans son programme consultable ici, on peut néanmoins retenir quatre propositions qui pourraient intéresser les habitants du caillou :

• Je doterai les outre-mer d’un fonds pour l’égalité réelle de 2,5 milliards d’euros sur 5 ans, principalement affecté à la construction d’infrastructures structurantes et en fonction des priorités définies par les plans de convergences de chaque territoire.

• Dans les outre-mer, je maintiendrai la sur-rémunération des fonctionnaires, et j’assurerai l’égalité dans l’accès aux services publics dans ces collectivités en tenant compte des spécificités de chaque territoire.

• L’histoire des outre-mer sera ajoutée aux programmes scolaires de tous les élèves. Je financerai une chaire d’excellence consacrée aux outre-mer. Je soutiendrai le projet de Mémorial national des victimes de la traite négrière et de l’esclavage à Paris.

• Une prime en zone de sécurité sera attribuée à l’ensemble des gendarmes et policiers en zone prioritaire, ainsi que dans les outre-mer.

Réalisé semble-t-il un peu rapidement, et bien que plusieurs élus locaux lui apportent leur soutien, le programme du parti Socialiste reste cependant, parmi les principaux candidats à l’élection présidentielle, le plus pauvre s’agissant des outremers. Preuve, peut-être, que Alain Christnach ne l’a pas aidé à le réaliser et que ce dernier s’est plutôt rapproché d’Emmanuel Macron… à l’instar de beaucoup d’autres « socialistes ».

6/ Les propositions de Nicolas Dupont-Aignan qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le candidat de Debout la France a intitulé son programme pour l’outre-mer « Outre-mer : vive la continuité territoriale ». Dans celui-ci, disponible via ce lien, sept propositions pourraient intéresser à des degrés divers les Calédoniens. Pour autant, Nicolas Dupont-Aignan qui s’est déjà rendu sur le territoire ne le cite pas dans son projet présidentiel, pas plus qu’il ne donne son avis ou sa vision du référendum de 2018 ou de l’après. Voici quelques-unes de ses propositions :

• Augmenter les moyens de la Marine Nationale visant à la surveillance, la préservation et la possibilité d’action de rétorsion concernant la ZEE

• Mener des campagnes de recherches d’énergies fossiles le long de nos côtes,

• Reprendre l’exploitation des terres rares, abandonnées dans les années 1980,

• Restaurer les ports d’outre-mer,

• Améliorer la continuité territoriale en divisant par deux le prix des billets d’avion et plus largement le coût du transport entre l’Outre-mer et l’hexagone, dans les deux sens et pour tous,

• Augmenter le nombre de places offertes par le service militaire adapté,

• Concentrer et renforcer la défiscalisation pour les investissements réalisés outre-mer.

7/ Les propositions de François Asselineau qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le candidat de l’UPR a intitulé le sien « Le programme de libération ». Dans celui-ci, une partie « Outre-mer français » traite des collectivités ultramarines. François Asselineau est le seul parmi les candidats à avoir déjà vécu temporairement en Nouvelle-Calédonie (à la fin des années 80). Il n’est pas fait référence à la « Nouvelle-Calédonie » dans son programme qui comporte pour autant quelques propositions susceptibles d’intéresser directement les Calédoniens :

• Réaffirmer le principe de continuité territoriale et d’égalité des citoyens de l’Outre-mer et de la métropole ;

• Péréquation pour la téléphonie et Internet, comme pour l’énergie ;

• Baisse des billets d’avion ;

• Egalité de traitement dans les salaires ;

• Créer un compte individuel de continuité territoriale financé par l’État pour se rendre en Métropole.

• Présenter quotidiennement des informations et la météo de l’Outre-mer sur les chaînes de radio et de télévision nationales.

• Augmenter le numerus clausus et faciliter l’implantation de médecins sur place pour éviter les déserts médicaux.

• Apaiser les tensions communautaires et favoriser le mieux vivre ensemble.

8/ Les propositions de Philippe Poutou qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Fidèle à l’idéologie de sa famille politique, le candidat du Nouveau-Parti-Anticapitaliste ne fait ni référence à la Nouvelle-Calédonie, ni même à l’outre-mer dans son programme. Il est seulement fait état dans un seul article disponible sur son site de campagne aux « îles que l’on dit françaises » et aux « colonies françaises ». Ainsi dans le seul article traitant du sujet sur son site, la Nouvelle-Calédonie est appelée « la Kanaky ». Voici ce qu’il y affirme :

« Une consultation en Kanaky doit avoir lieu en 2018. Les colonialistes essayent de limiter l’accès des Kanaks (59 % des électeurs potentiels) à un scrutin dans lequel population colonisée et population colonisatrice auraient le même droit de vote (…) Nous soutenons la revendication d’indépendance de ces territoires. Nous exigeons le retrait de toutes les troupes et installations militaires françaises »

Rappelons à toute fin utile que selon le dernier recensement de l’ISEE-NC, la population d’origine mélanésienne est de 39.4% et que le vote indépendantiste oscille depuis trente ans entre 35% et 40% du corps électoral (aujourd’hui gelé).

9/ Les propositions de Nathalie Arthaud qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Il n’est pas fait référence à la « Nouvelle-Calédonie » dans le programme de Nathalie Arthaud et un seul article traite de l’outre-mer. La candidate de Lutte Ouvrière y prône pour l’ensemble des collectivités ultramarines :

• Un emploi et un salaire décent pour tous.

• Pas de salaire, pas de retraite, en dessous de 1800 € net. Quant aux allocations, aux minima sociaux, ils doivent être transformés en salaire.

• Interdiction des licenciements

• Partage du travail entre tous.

• Il faut que les travailleurs exercent un contrôle sur les comptes des entreprises, un contrôle sur la formation des prix.

10/ Les propositions de Jacques Cheminade qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Dans son programme intitulé « Cheminade 2017, mon projet », celui-ci a prévu une partie consacrée à l’outre-mer disponible ici. Il y propose « un pacte de progrès et de solidarité afin d’y balayer tout résidu de la République coloniale ». On peut citer parmi les généralités l’organisation d’un système durable de soutien aux investissements en mobilisant un secteur PME-PMI DROM-COM au sein de la Banque nationale d’investissement public et l’accès aux aides publiques et aux marchés publics aux seules entreprises locales. A noter que Jacques Cheminade propose un enseignement obligatoire de deux heures par semaines sur les « humanités kanak » dans les écoles calédoniennes. S’agissant spécifiquement de la Nouvelle-Calédonie, Jacques Cheminade propose :

• Nous devons préparer la mise en œuvre des mesures prévues par l’accord de Nouméa : transferts de compétences, rééquilibrage des moyens, de la formation, des équipements et des services publics au profit des populations fragiles, réduction des échanges directs avec la France pour abaisser le coût de la vie sur place, reconnaissance réelle de l’identité kanak. La France doit aider, si la Nouvelle-Calédonie le demande, à y développer un schéma industriel d’ensemble.

• Dans le secteur du nickel, elle doit pouvoir aider à imposer un quota voire une interdiction, comme en Indonésie, d’exportation du minerai brut, au profit de sa transformation sur place, notamment auprès des acteurs chinois de plus en plus impliqués dans le capital des sociétés d’extraction. Dans le domaine de la santé, nous devons aider à la prévention et au traitement des épidémies de dengue.

11/ Les propositions de Jean Lassalle qui concernent la Nouvelle-Calédonie :

Le candidat de « Résistons ! » ne fait pas référence dans son programme à la Nouvelle-Calédonie ni aux outremers en général. Dans celui-ci, disponible via ce lien, il est fait référence uniquement aux moyens de la Marine Nationale :

• Surveiller dans les océans notre zone économique exclusive, en développant les moyens de la Marine Nationale (-1 800 M€)

Conclusions

Quoi qu’il en soit, il ne reste aux 165.467 électeurs Calédoniens que trois jours pour décider du choix de leur candidat. Dimanche 23 avril, 44 millions d’électeurs français inscrits sont appelés aux urnes pour l’élection qui enregistre généralement le moins d’abstention. Au niveau national, le taux de participation est généralement supérieur à 75%. En Nouvelle-Calédonie en revanche, du fait du vote indépendantiste, ce taux est plus faible. En 2012, 55.3% des électeurs seulement s’étaient exprimés le jour du 1er tour et 60% au second tour. Depuis plus de trente ans, le territoire vote majoritairement pour les candidats de la droite.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

175 Commentaires sur "Présidentielle 2017 : quels choix pour les Calédoniens ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
XXX
Après sa reculade sur la sortie de l’Euro, Marinella vient de reporter la retraite à 60 ans à la fin du quinquennat, autrement dit aux calendes grecques, en la liant en plus au retour du plein emploi. Rien que ça à trois jours du second tour. C’est sans doute cela le pragmatisme et le “bon sens” près de chez vous! Il suffit de croire… Qui sait que notre chère Marine a chanté le “Dio vi salvi Regina” après la Marseillaise dans l’île de beauté. Heureusement qu’en Calédonie la majorité des indépendantistes ait fait le choix de ne pas participer à… Lire la suite »

Le choix est clair au 2ème tour: le banquier, ou le candidat de Poutine (que Marine aidera à continuer de détruire l’Europe…). Je voterai pour Macron. La NC sans l’Europe, c’est fini…

J’y crois pas Macron l’imposteur, l’illuminé est passé.

ditou

Les résultats sont tombés :
Macron et Lepen.

Comme prévu, Ditou, le changement dans la continuité 😀 😀

ditou

simla
hé oui, surtout pour la Calédonie.

josé Paldir

de ce que j’ai vu les kanaks sont restés tranquilles faire un coup de sieste.A Maré c’ était champion du mande.Dans 9 mois va y avoir une flopée de naissances

Franck de Noumea

Si cette estimation de la participation est exacte, c’est vraiment triste de la part de la population locale. Il ne faut pas oublier que l’État est un partenaire incontournable et que l’État c’est avant tout son Président. Alors il ne faudra pas s,étonner si la prochain Président traite notre Territoire comme quantité négligeable. Il y a des milliers de personnes qui sont mortes pour que nous puissions faire notre DEVOIR d’électeur ….. mais ici comme ailleurs, tout le monde gueule mais peu se bougent le popotin pour faire avancer les choses

A propos de crapuleries…
Sur 11 candidats, Mr Fillon est le seul candidat
a ne pas avoir dit un mot de… l’EVASION FISCALE
(Source ? Non, c’est pas RRB, c’est Médiapart. ))
.
[Heureusement qu’il y a d’autres loyalistes honnêtes… ]

Disons que sur ce coup la il n’aura pas poussé le bouchon aussi loin que ce grand politicien socialiste, moralisateur pourfendeur de fraude. J’ai nommé Mössieu Cahuzac !!!

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top