Connect with us

Calédosphère

Actualité

Scandale financier au SMTI: les sous-traitants lancent l’alerte

Plusieurs prestataires du réseau RAI attendent depuis des mois d’être payés. L’organisme chargé du réseau de transport en commun, le Syndicat Mixte des Transports Interurbain, serait en fait dans une situation financière catastrophique. Les entreprises du secteur évoquent une gestion défectueuse et même des malversations…

Les Calédoniens connaissent bien désormais les autocars du RAI (Réseau d’Autocars Interurbain) basés à la gare routière de Port Moselle. De couleur orange, ils sont près d’une cinquantaine à sillonner chaque jour le territoire. Cependant, mis en place il y a moins de dix ans par plusieurs collectivités calédoniennes, les responsables du SMTI semblent accumuler les critiques de la part des entreprises du secteur, et notamment de leurs différents prestataires. Il s’avérerait que la plupart d’entre eux ne sont tout simplement pas payés et que le SMTI semble pour une raison encore indéterminée dans l’incapacité de le faire. C’est ainsi que l’une des plus importantes d’entre elles (créée par Jean-Charles Dubois) s’est récemment plainte de voir une société obtenir la desserte d’une ligne de bus qui la concurrence, et ce sans appel d’offre public. Mais elle se plaint également de ne pas avoir été payée depuis… 2014.

« [Les dirigeants du SMTI] ont attribué un autre horaire à un concurrent Mr MONEFARA Jean-Charles, horaire qui porte préjudice au Lot 1 Témala-Koné-Nouméa exploité par la Sté TRANSPORT DUBOIS (…) et au détriment de la Sté TRANSPORT DUBOIS (…) Je vous prie de trouver en pièces-jointes les mémoires en réclamation qui doivent être déposé prochainement à la SMTI pour un montant de 95 912 079 Ffs (impayé 2014 à 2017) (courrier de la Sté Dubois au SMTI, 17/03/17) »

Si une centaine de millions impayés sont en jeu, l’année dernière déjà, l’ensemble des entrepreneurs chargés d’exploiter pour le compte du SMTI les lignes territoriales avaient fait part à l’organisme de leur intention de déposer un préavis de grève générale car elles n’étaient toujours pas rétribuées :

« Nous souhaitons que s’ouvrent de véritables négociations en vue du règlement de notre demande de paiement de nos factures impayées (Courrier des transporteurs routiers ; 30/03/16) »

Dans sa réponse, Gilbert Tyuienon, le président du conseil d’administration du SMTI, évoquait « à propos du paiement de certaines de vos factures en retard », « une erreur matérielle sur les marchés » et expliquait que c’était le Trésorier Payeur Général qui n’avait pas fait les paiements nécessaires. Ensuite, Gilbert Tyuienon affirmait dans son courrier aux entreprises que le conseil d’administration « n’avait pu siéger faute de quorum » car ses membres n’étaient pas présents et qu’il avait donc fallu le « convoquer à nouveau ».

Des soupçons de malversations

Depuis cet épisode, il s’avère que les langues se délient du côté des prestataires du SMTI. Certains n’hésitent plus à mettre en cause Patrick Holéro, l’actuel directeur adjoint de l’organisme. Ancien maire de Sarraméa, l’élu FLNKS traine en effet derrière lui une image douteuse. Condamné pour prise illégale d’intérêt et corruption dans les années 2000 pour avoir octroyé des marchés municipaux sans appel d’offre à des proches alors qu’il dirigeait sa commune, il a été placé par Gilbert Tyuienon au SMTI lorsque ce dernier en a pris la présidence, d’abord comme chargé de mission puis comme cadre de direction. Selon les transporteurs, il aurait soumis une « idée » surprenante aux chauffeurs de bus : à savoir, récolter eux-mêmes la recette de la vente des billets aux usagers en payant ainsi leur salaire « en direct ». C’est ainsi que le SMTI permettrait à des chauffeurs du RAI de conserver leur caisse et de rendre au SMTI en fin de semaine ou en fin de mois une partie de celle-ci… Une pratique tout à fait illégale sur laquelle la chambre des comptes serait bien inspirée de s’intéresser.

Quoi de mieux en effet pour empêcher les critiques de la part des rouleurs que leur dire qu’il peuvent se payer grâce à l’argent des usagers ? Si cette affaire est vraie, elle pourrait expliquer pourquoi le SMTI est dans l’incapacité aujourd’hui d’honorer certaines de ses dettes vis-à-vis de ses différents prestataires. Car en ce cas, entre l’argent perçu et celui qui rentre dans ses caisses, certains se serviraient au passage… Et on parle là de plusieurs centaines de millions de francs envolés, qu’in fine, l’usager ou le contribuable devra bien rembourser d’une façon ou d’une autre. Affaire à suivre ?

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

37 Commentaires sur "Scandale financier au SMTI: les sous-traitants lancent l’alerte"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
XXX
Peu convaincant le cri d’alerte de la Sauvegarde de l’enfance (ASEANC) dans le quotidien de ce jour. L’absence de moyens ! le traditionnel argument opposé aux pouvoirs publics par les associations gestionnaire de missions de service public et d’équipements souvent conséquents. Le recours au non moins traditionnel registre du caritatif comme argument ultime quand d’évidence il s’agit d’une question de gestion (Matérielle, humaine, de qualité des prestations fournies…). 140 emplois menacés ! Une capacité de 70 places en placement spécialisé et… seulement 20 personnes accueillies actuellement. Quelle entreprise pourrait y résister !! Qu’elle soit à but lucratif ou non lucratif… Lire la suite »

Y’en a quelques uns qui se gavent au passage…

Toujours! Bigfoot, c’est la “règle” sur le Caillou, tu les vois les Cayenne, Grossen Audi, etc. en ville: c’est ton (notre) fric qu’ils ont piqué, demande-leur les clefs pour faire un petit tour avec, c’est un peu aussi le tien de Cayenne, d’Audi… et après leur bagnole, fais-toi les Îles avec leur gros bateau…

Ca va être pire quand on sera Kanaky ils ont tout fait pour devenir indépendants-associés-autonomes parce qu’avec la France plus de magouilles plus de Cayennes des Cléos à la place plus de Galactica Supernova des Bombards à la place

Sais-tu au moins ce qu’ils vendent ces milliardaires, NCFrançaise? Non? Tu donnes ta langue au chat?
Du chocolat, des salades, des tomates, etc.

:

Cayenne.jpg

@ Kolere

Enco Exklusive Gladiator 700 GT Biturbo
Modèle 2009

Tu dates, il y a la Macan maintenant.

Les pilotes de chasse aiment la vitesse, je roule en véhicule de course: une Ligier
(de course… enfin, pour les faire les courses… un véhicule sans permis, tu connais, ceux qui te font chier sur les petites routes, plus bruyante qu’un Rafale, moins rapide qu’un tracteur agricole… j’allais trop vite…)

XYY

Bonjour Kolere, où roulez vous sans permis dans votre Ligier ? Parce qu’ici en NC, il vous faut un permis, même pour un Solex … Ah , les Velosolex , nostalgie, nostalgie…

!

Bateau.jpg

Proposition de futur nom pour notre beau pays : “BANANA ISLAND”

L’abondance est difficile à gérer, que ce seras-ce lorsque la pénurie viendra … il y aura toujours quelques charognards malicieux pour se repaitre sur les restes … mais le petit peuple se contentera d’assister au festin commun

Donkey Shoot : “Proposition de futur nom pour notre beau pays : “BANANA ISLAND””

Pas d’accord, compte-tenu du prix et de la rareté des bananes.

Dans ce pays aux particularismes si endémiques, les GIE, les SEM, les SMT machin, ça finit toujours en eau trouble.

Mettre fin à ces mafias politico-affairistes qui privatisent les profits mais socialisent les pertes.
Faut arrêter ces modèles économiques de merde et ne valoriser que l’initiative privée et indépendante.

Ce qui est sûr c’est que les kanaks indépendantistes qui veulent gérer le pays n’ont pas fait leurs preuves, bien au contraire !

Bonjour.

J’aime ce poète, Paul-Jean Toulet (1867-1920) qui n’est pas un poète seychellois, mais de passage à Mahé, en 1886, il a écrit ce poème, image convenue de l’île à cette époque (pourrait-il avoir écrit la même poèsie sur Nouméa?):

Mahé

Mahé des Seychelles, le soir :
Zette est sur son dimanche,
Et sous la mousseline blanche
Brille son mollet noir.

Les cases aux fraîches varangues
Bâillent le long des quais ;
Dans les branches d’un noir bosquet
Etincellent les mangues.

Tandis qu’en ses jardins fleuris
Mystérieuse et belle,
Rêve une pâle demoiselle
Aux chapeaux de Paris.

Paul-Jean Toulet, 1886 (publié dans “Contrerimes”, 1921, et “Nouvelles contrerimes”, 1936)

oui il pourrait remplcer Mahé par le Nouméa de cette époque; merci pour ce poème de toute beauté monsieur Ethos ça change des horreurs que l’ont peut lire ici

MAX

C’est un super moyen de transport pour nous les habitants du nord, le matériel semble récent, comment peut-on manquer de rigueur à ce point. Messieurs, c’est ça votre vision de l’intérêt général

MAX, la réponse à ta question a été donnée ci-dessous par bendidon.

bendidon

Gestion indépendantiste des dossiers. Incompétents et voleurs!

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top