Connect with us

Calédosphère

Actualité

Affaire Tamaï : la vérité va-t-elle éclater au procès ?

Le procès sur la mort de Guy Tamai devrait enfin avoir lieu devant la cours d’assise. Mais Seleone Tuulaki, mis en examen pour homicide depuis juin 2014, sera le seul à comparaitre. D’ores et déjà, les premiers éléments de l’enquête font apparaitre de nombreuses zones d’ombre. Anthony Lecren n’est pas mis en cause et aucune reconstitution des faits n’a été organisée… Parodie de justice ?

A la fin des années 80, suite aux assassinats ô combien retentissants de Jean-Marie Tjibaou et de Yeweiné Yeweiné, la justice avait organisé une reconstitution des faits, d’abord pour faire la lumière sur les circonstances exactes du drame et ensuite pour éclairer les magistrats chargés de l’affaire. Dans l’impossibilité de l’effectuer sur l’île d’Ouvéa où les deux hommes venaient d’être tués par Djubelly Wéa, ce fut à la gendarmerie de Normandie que la reconstitution eu lieu et ce devant la presse locale et nationale afin de démontrer une transparence totale sur l’évènement mais aussi pour informer l’opinion publique métropolitaine et internationale inquiète suite au décès des deux leaders indépendantistes. Si la mort de Guy Tamaï au soir de l’élection du gouvernement Ligeard n’a naturellement pas eu le même impact, il n’en reste pas moins que, cette fois-ci, les premiers éléments rendus publics par le parquet et entourant la mort de l’ancien secrétaire général de l’UPM peuvent faire s’interroger les connaisseurs du fonctionnement de l’appareil judiciaire.

Plusieurs mis en cause, un seul accusé dans le box !

Au lendemain des élections provinciales, la réunion pseudo-politique organisée ce jour-là s’était en effet terminée en beuverie généralisée sur les baies huppées de Nouméa. L’ancienne procureure de la République avait ainsi affirmé que le membre du gouvernement Anthony Lecren, alors en état avancé d’ébriété, avait lui-même raccompagné en voiture, après la mort de Guy Tamai et tard dans la nuit, celui qui sera dès le lendemain mis en examen pour homicide involontaire, en l’occurrence Séléone Tuulaki. Ce dernier s’était rendu de lui-même au commissariat après minuit. Or si on sait que, vers 23h, Anthony Lecren l’a raccompagné au congrès de la Nouvelle-Calédonie, on ignore ce que les deux hommes (accompagné semble-t-il de plusieurs collaborateurs du gouvernement) ont fait durant ce laps de temps. Quand bien même, alors que l’autopsie du corps a démontré qu’il existait « un lien direct mais non exclusif » entre les blessures reçues par Guy Tamaï et sa mort par arrêt cardiaque, Seleone Tuulaki se défend aujourd’hui en expliquant « n’avoir porté qu’un seul coup de pied à Guy Tamaï ». La question est donc de savoir si la rixe n’a opposé que les deux hommes ou si d’autres se joints à ce tabassage en règle et surtout si des preuves ont été masquées ou bien nettoyées. Etrangement, Anthony Lecren, présent sur les lieux, ne se sera rendu au commissariat que le surlendemain pour être entendu en garde à vue. Mais cette année, il ne sera convoqué par le tribunal que comme simple témoin et la reconstitution n’ayant pas été effectuée, les juges et les jurés de la cours d’assise ne pourront s’appuyer que sur les propres déclarations du membre du gouvernement pour faire toute la lumière sur ce drame.

La défense fera-t-elle le procès de l’instruction ?

Comme il l’avait fait durant le procès des frères Konhu (concernant le retentissant meurtre d’une touriste japonaise à Kanumera), il est à prévoir que Jean-Jacques Deswartes, l’avocat de la défense, aura beau jeu durant les débats de pointer du doigt les possibles erreurs liées à l’instruction ou à l’enquête. Déjà, dans un post diffusé sur son compte Facebook, Séléone Tuulaki a récemment mis en avant ce qu’il considère comme des manquements dans la procédure :

« Si j’ai demandé une reconstitution des faits, gestes techniques, et des analyses sur les marqueurs cardiaques, c’est pas pour le plaisir, mais bien pour rendre une partie de la vérité, et si je suis libre à ce jour, c’est aussi parce que les magistrats n’ont pas l’intime conviction que la chaine de causalité est complète ! J’attends donc les preuves de la reconstitution de pied ferme (Seleone TUULAKI, 18/05/17 ; sources : FB) »

Le colistier de Roch Wamytan, toujours collaborateur politique du groupe FLNKS au congrès, ne manque pas en effet d’intervenir sur les réseaux sociaux calédoniens, notamment sur des sujets politiques, mais aussi pour évoquer l’affaire Tamaï dans laquelle il reste, à ce jour, le seul accusé. Inculpé pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, Séléone Tuulaki risque une peine de quinze années de réclusion criminelle. Quand bien même, comme certains l’affirment depuis l’origine, si le tribunal en vient à lui faire porter l’entière responsabilité de la mort du responsable politique, il est possible que Séléone Tuulaki modifie sa ligne de défense et fasse appel, en faisant cette fois-ci des révélations sur les circonstances exactes de ce décès et sur les personnes qui pourraient, elles aussi, avoir frappé le vieil homme ce soir-là.

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

37 Commentaires sur "Affaire Tamaï : la vérité va-t-elle éclater au procès ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Un intervenant a dit:

“Et pour couronner le tout: la manie insupportable de Seleone , de continuer à se pavaner sur internet et ailleurs, est un manque de dignité et de respect de la part d’un mis en cause. Rien que pour ça, je chie sur ce connard. Coupable ou pas, c’est un vulgaire salaud.”

On sera DEUX…….

Des gens au piano bar d’à côté ont affirmés avoir vu Tony La Bouteille Carré les deux mains sur le poteau (pour se tenir) entrain d’écraser à coups de bottes la tête de son copain, et le maire de Canala de non intervention sur personne en danger de mort…. La reconstitution paraît évidente, pourquoi n’a t elle pas été faite pour mettre en évidence certain faits et gestes ??? D’autre part, le principal intéréssé s’y prend très mal pour sa défense en voulant noyer le poisson dans l’eau avec des notions de pathologie cardio-vasculaire !!! Il va ou là, le… Lire la suite »
pigeon vert

lamentable cet homme tué, à cause de l’alcool, et par des gens qui prétendent être des dirigeants …..

Bon alors, les assises commencent souvent vers le mois d’août, la date devrait être connue bientôt je pense ?
M’enfin, vous me direz, avec tous les violeurs et assassins en stockage au camp est, la justice doit être bien encombrée, pauvre d’elle.
Vous me direz aussi, si Christiane Taubira avait mené à terme son projet de loi sur la non prononciation de peines de prisons pour les attouchements sexuels dans le cadre familial, ça aurait fait de la place au Camp Est, non ?

pigeon vert

histoire d’alcool ….lamentable …..et ça veut diriger …

Crabe de cocotier

Querelle d’ivrognes indépendantistes, on s’en fout.

Journaliste

Il manque des invités dans votre publication et donc des témoins : Hélène …. et les graçons. http://archives.caledosphere.com/2014/06/06/meurtre-sordide-a-lorphelinat/

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top