Connect with us

Calédosphère

Actualité

Référendum : le FLNKS compte-t-il faire voter les bébés et les enfants ?

Les dirigeants du FLNKS viennent d’affirmer que le nombre de mélanésiens inscrits sur la liste référendaire représentait 109.892 personnes et donc 63% du corps électoral. Mais ce chiffre correspond en fait au nombre total de personnes kanak vivant en Nouvelle-Calédonie. En fait les leaders indépendantistes ont compté aussi tous les moins de 18 ans… qui ne peuvent pas voter. Oups.

Les mathématiques étant une science exacte, il est toujours un peu casse-gueule pour les hommes politiques d’utiliser des chiffres pour appuyer une démonstration à vocation électoraliste. En effet : les chiffres, ça s’étudie et ça se vérifie. Or, dans une conférence de presse vouée à galvaniser leurs électeurs (lesquels pourraient être tentés par l’abstention ou pour le vote du « NON » à l’indépendance), les dirigeants du FLNKS ont souhaité rassurer leurs troupes en expliquant que les kanaks étaient devenus ultra-majoritaire sur la liste référendaire. L’objectif étant d’expliquer à l’opinion publique calédonienne que le vote « OUI » à l’indépendance pourrait facilement l’emporter si tous les électeurs kanaks allaient voter en ce sens. Selon leur « recoupement », 109 892 Kanaks figureraient ainsi parmi les 174 154 électeurs appelés à voter le 4 novembre prochain. Les élus du FLNKS obtiennent ce résultat en additionnant les 80.120 électeurs inscrits qui relèvent du statut coutumier (dont il ne fait aucun doute qu’ils soient kanaks) à un autre chiffre : celui de 29.772 qui correspondrait selon eux aux mélanésiens de droit commun, que personne n’avait identifié jusqu’alors, lesquels auraient donc abandonné leur statut coutumier. Or, à contrario des autres, ce chiffre de 29.000 n’a pas été validé par les services du Haut-commissariat, ni par les services administratifs de la Nouvelle-Calédonie, ni par les observateurs de l’ONU, ni même par le groupe de travail réunissant l’ensemble des partis politiques calédoniens travaillant depuis deux ans sur l‘organisation du référendum. Pour tout dire, ce chiffre sort complètement de nulle part. Mais si les dirigeants du FLNKS n’expliquent pas d’où il provient, en revanche, on sait d’ores et déjà que leur calcul est faux et que l’affirmation selon laquelle « 63% du corps électoral est constitué de personnes d’origine kanak » est un énorme bobard qui pourrait malheureusement avoir de sombres répercutions.

Le FLNKS veut-il donner le droit de vote aux enfants ?

C’est ainsi que dans une analyse rédigée récemment par le chercheur Pierre-Christophe Pantz, celui-ci explique qu’avec 39.1% de personnes mélanésiennes en Nouvelle-Calédonie (chiffres du recensement ISEE de 2014) et en tablant sur un accroissement stable de la population, la population kanak totale avoisinerait aujourd’hui les 110.000 personnes, c’est-à-dire le chiffre retenu par le FLNKS. Mais celui-ci comprend également les moins de 18 ans :

« En 2014, l’ISEE faisait état de 104958 Kanak, dont environ 89000 en âge de voter (si on se réfère à la pyramide des âges), soit 51,5% (théoriquement) de la LESC. Faute de recensement plus récent (le prochain aura lieu l’année prochaine), pour 2018, on peut tenter d’estimer la population kanak. En reprenant par exemple l’hypothèse d’un accroissement stable par rapport à 2009-2014. Pour 2018, nos calculs évaluent donc la population kanak dans une fourchette comprise entre 108000 et 110000 personnes, pour (environ) 91000-93000 kanak en âge de voter (soit respectivement entre 52,3% et 53,4% “théoriques” de la LESC) (Pierre-Christophe PANTZ, 17/09/18 ; sources : FB) »

Rédacteur d’une thèse sur la “Géopolitique des territoires kanak”, le docteur en géographie précise également prendre en compte dans ses calculs les 10.120 inscriptions d’office (pour les natifs de droit coutumier) décidées lors des derniers comités des signataires suite aux polémiques sur le corps électoral. C’est ainsi qu’il estime, lui, que le nombre de kanak inscrits sur la liste référendaire tournerait autour de 92.000 personnes (sur 174.000 électeurs au total), soit dans la fourchette haute 53% de la Liste Electorale Spéciale Consultation (LESC). Or le FLNKS utilise le chiffre de 63%, soit dix points de plus, représentant un différentiel dizaines de milliers de personnes qui apparaissent comme par magie… Pour expliquer cette (petite) différence : il n’y a donc qu’une seule solution : les dirigeants du FLNKS ont comptabilisé les bébés, les enfants et les adolescents kanak dans leur calcul. Le problème, c’est que ces personnes n’ont pas 18 ans, n’ont donc pas le droit de vote, ne sont inscrits sur aucune liste et qu’elles ne participeront pas au référendum.

Les moins de 18 ans ne sont pas des abstentionnistes…

Toujours selon les données de l’ISEE-NC, on sait qu’environ 4500 naissances ont lieu en Nouvelle-Calédonie chaque année. Parmi ces naissances, en vertu de la proportion de la population, en moyenne 40% sont kanak, soit entre 1700 et 2000 chaque année (en Nouvelle-Calédonie, le nombre de naissances s’est stabilisé depuis le milieu des années 90 pour atteindre un taux de natalité de 15,4 ‰, supérieur à la métropole mais proche des pays voisins tels que l’Australie ou la Nouvelle-Zélande). Un chiffre à multiplier par 17 : puisque toutes les personnes nées ces 17 dernières années ne pourront pas voter (elles sont trop jeunes ou sont encore des enfants ou des bébés) ce qui représenterait environ 31.000 personnes. Preuve en est qu’en 2014, l’ISEE-NC recensait 35.000 personnes d’origine kanak ayant entre 0 et 18 ans. Il s’avère donc qu’une simple projection de tous ces chiffres permet de retrouver les 80.120 inscrits de droit coutumier (correspondant peu ou prou aux 89.000 personnes kanak en âge de voter selon le recensement) et quant au différentiel de 30.000 personnes (entre les chiffres du FLNKS et la réalité des listes), il est dû à l’existence des moins de 18 ans. Les dirigeants du FLNKS ont donc fait une petite boulette puisque ces gens-là sont trop jeunes pour voter et ne sont pas concernés par le scrutin.

Pourquoi les dirigeants du FLNKS racontent n’importe quoi ?

La réponse est toute simple : puisque le référendum s’annonce perdu pour les indépendantistes, il leur faut d’ores et déjà trouver un coupable. Au lendemain du 4 novembre, il sera bien entendu hors de question pour les leaders du FLNKS de reconnaitre que la majorité de la population calédonienne ne veut pas de l’indépendance puisque l’ensemble de leur combat politique et de leurs intérêts personnels tournent autour du discours d’accès à la pleine souveraineté, d’autant plus que, semblerait-il, ils ne comptent pas en changer (les élus indépendantistes militent d’ailleurs toujours pour un deuxième puis un troisième référendum soulignant ainsi le fait qu’ils savent qu’ils vont perdre le premier). En outre, si leur projet est rejeté par le peuple, il leur sera également difficile de s’atteler à l’autocritique. C’est ainsi que le futur coupable a donc été choisi par les élus indépendantistes : il s’agit de l’abstentionniste. Aidés en cela par l’appel au boycott du référendum du Parti Travailliste et de l’USTKE, les leaders du FLNKS vont vraisemblablement expliquer la défaite du « OUI » par la non-participation trop importante des populations kanak. De façon caricaturale, l’idée sera de dire : « L’indépendance était possible mais bande de brêles, vous ne vous êtes pas déplacés pour l’obtenir. Honte sur vous. C’est pas notre faute, on n’est pas responsable. Merci de continuer à voter pour nous. »  Car en installant l’idée qu’un électeur sur trois est kanak, la conséquence directe sera qu’un refus de l’indépendance par le peuple calédonien signifierait que ce sont les personnes kanak qui n’ont pas été au « rendez-vous de l’histoire » et que ce sont donc ces électeurs-là qui ont trahi leurs élus puisque « l’indépendance était possible ». L’abstentionniste étant le coupable, les leaders du FLNKS se placeront ainsi, à bon compte, dans le rôle de victime expiatoire de leur propre troupe. C’est la raison pour laquelle le président du RDO se réjouit du fait que les kanaks seraient majoritaires sur les listes électorales et insiste maintenant sur ce point :

« C’est une bonne nouvelle. C’est bien pour cela qu’on s’est battus pour geler le corps électoral, parce qu’il y a eu cette politique de mettre en minorité les Kanak. Eh bien, en bloquant le corps électoral, on voit maintenant apparaître les Kanak en majorité et ça, c’est salutaire pour le pays (Alosio Sako, 18/09/18 ; sources : NC1ère) »

Cependant, cet énième soubresaut du FLNKS ne présage rien de bon. D’abord parce qu’il démontre que – pour ces élus du FLNKS – le choix de société sur lequel les Calédoniens sont appelés à s’exprimer se résume exclusivement à un clivage ethnique. Pour eux, un kanak serait forcément un indépendantiste. Une vision biaisée et ethnicisée, pour ne pas dire raciste, du débat politique qui semble témoigner d’une certaine régression dans le discours indépendantiste puisque c’est celui qui était en vogue au début des années 80. Secondo, cette sortie illustre un certain amateurisme dans le maniement des chiffres, ô combien sensible, de la démographie qu’il faut savoir manier avec prudence. Enfin, ce discours suggère que ces leaders indépendantistes vivent dans le déni de la réalité. Celle-ci est pourtant on ne peut plus simple et elle est démontrée par les faits au travers de toutes les élections de ces trente dernières années, mais aussi au travers des différents recensements ou même des sondages et du vécu de chacun vivant sur cette terre : en effet, quelle que soit leur appartenance ethnique, culturelle ou religieuse, une majorité de Calédoniens considère que l’indépendance n’est pas une bonne chose pour la Nouvelle-Calédonie.

En métropole, face à l’abstention, les chercheurs intéressés par le comportement des populations lors des différents scrutins évoquent désormais  le fait de « Voter avec ses pieds ». Il s’agit-là d’une l’expression consacrée, aussi bien pour signifier que des gens ont déménagé par désaccord avec les propositions qui leur sont faites lors des élections, ou qu’ils se sont abstenus de participer à un vote, ou plus généralement que des gens ont choisi de ne pas participer à quelque chose. Or, ce « vote avec les pieds » est, en lui-même, un acte politique. En démocratie, un citoyen, électeur, conscient, a parfaitement le droit de refuser de participer à une élection ou de voter blanc s’il considère que le choix qui lui est proposé ne correspond pas à ses attentes. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celles et ceux qui souhaitent s’accaparer ce choix pour des raisons bassement politiciennes ne sont pas à la hauteur des enjeux du moment.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



215
Laisser une réponse

avatar
31 Comment threads
184 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
ditou
ditou

“Pourquoi les dirigeants du FLNKS racontent n’importe quoi ?”
Peut être parce que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde qu’eux.

ditou
ditou

Cette photo est marrante, mais peut être énigmatique. Si l’on regarde les chiffres. On constate que les couleurs associés de même couleur sont : pour le orange 3 et 9 donc impairs comme le rouge avec 7 et 1 impairs aussi mais tous les deux couleurs CHAUDES. Tandis que les chiffres pairs sont eux de couleurs froides comme : le vert donc le 2 et 8 et le bleu 0 et 4. Par contre deux autres association de même couleur font entrée une nouvelle donnée. Donc le jaune associé au 6 le % ET le violet 5 lui avec le… Lire la suite »

Alikantitra

Ditou : “Cette photo est marrante, mais peut être énigmatique …
Un mystère à décrypter le plus vite …
Désolé mais j’ai déménagé, donc le temps de faire les cartons …”

Ah Ditou, c’est bon de te retrouver, identique à toi-même après ces quelques mois loin de nos cœurs.

(Clark, tais-toi !)

ditou
ditou

Une couleur est une intruse, c’est le bleu qui n’est pas dans le drapeau indépendantiste. Que veut dire ceci?

ditou
ditou

“Les bébés et les enfants.”
Cela me rappelle quelque chose.
C’est au Québec que les enfants ont droit d’aller aux urnes et depuis le 1er octobre 2018.
https://www.lesoleil.com/actualite/politique/le-1er-octobre-les-enfants-pourront-aussi-voter-24857d57f7888a84257f89ec6221239b

melchisedek

@ Hubert : Référendum : le FLNKS compte-t-il faire voter les bébés et les enfants ? Et bien non, vous vous êtes trompé sur la tranche d’âge !! En revanche T Lataste vient de nous livrer l’analyse suivante :+ de 12 000 coutumiers de plus de 90 ans et 9900 centenaires dans le fichier coutumier, (16 000 centenaires en Métropole) -> beaucoup de décédés parmi eux peut être 😉 ? Ou peut être que les morts devraient avoir le droit de voter s’ils sont de statut coutumier selon Rock Wamytan (qui est au choix un menteur ou un incompétent pour… Lire la suite »

Mister Eric

Votre 2) illustre un point particulièrement choquant de notre société : il faut que les gens expriment haut et fort leur mecontentement pour que l’Etat fasse son boulot…

Peut-etre qu’avec un peu de courage, certains juges se sont fait souffler dans les oreilles.

melchisedek

Le FLNKS à l’université de la NC aujourd’hui…
75 présents à l’amphi 400 soit un taux de remplissage de 18,75 % : un présage pour le pourcentage du OUI au référendum ?
Camarades, encore un effort pour atteindre la barre des 30%, éviter le hara-kiri et enfin changer de paradigme dialectique.

Gazaouette
Gazaouette

@melchisedek Vous avez une drôle de façon de calculer! J’imagine que ceux sont les renseignements généraux qui vous ont enseigné cette méthode! Ne vous réjouissez pas trop vite. Il y’a quelques mois au château Royal réunion de l’ex Rpcr c’etait Pas terrible et toujours les mêmes têtes qui sont des vrais moutons de panurge. certaines sont maintenant en déambulateur ! Avec de tels chiffres expliquez pourquoi les gendarmeries du territoire se protègent barbelés et autres herses et murets, ouvrez les yeux. D’ici quelques jours des escadrons arrivent. Ouvéa un bateau dans le lagon pour protéger la gendarmerie et pouvoir rapatrier… Lire la suite »

Eric

Gazou,

Un peu d’excès de parano de ta part je pense…
Même si la défaite annoncée ne sera pas acceptée par tous, on est loin d’avoir des risques similaires aux événements…

Ce dont tu parles, ce sont juste des précautions…

Gazaouette
Gazaouette

@ Eric pas parano du tout simple constatation
Chacun est libre de penser du moins je l’espère.
http://cnrtl.fr/definition/précaution

melchisedek

@ Gazaouette,
On sera fixé dans 36 jours ….

Mister Eric

On a envie de croire ça pour se rassurer.
Mais pour l’évènement organisé par les Republicains au même endroit, même chose l’amphithéâtre était vide il n’y avait pas foule non plus; alors faut-il en tirer une conclusion ?

NoComment
NoComment

c’est sur qu’il y aura plus de monde a leur concert…pas pour les bonnes raisons

Eric

Ah ah ah,

La blague du jour par le FLNKS à l’université de la NC aujourd’hui…

En effet, on nous explique qu’au lendemain du oui à l’indépendance tout irait bien…
Et oui, dans l’esprit de ces gens les 1000 milliards de PIB actuel serait encore là demain…!!!???

A mourir de rire…
Le pire c’est qu’il y a toutes les chances que certains puissent y croire…

NoComment
NoComment

Le FNLKS se base sur 2 facteurs pour son OUI
– l’idéologie du 1er occupant
– le manque d’esprit critique d’une partie de son électorat cible

jose paldir
jose paldir

Nouvelles de la “fachosphere” dénoncée par Clark
http://www.atlantico.fr/fiche/xavier-raufer-1500194

Metropole plus pire que Caledonie

Mister Eric

José, tu vas effrayer les bien-pensants avec un tel lien. Eh oui, les choses sont ce qu’elles sont: devant les réactions des Français dans les urnes, il y a les courageux bisounours qui dénoncent le “populisme” le “racisme” — la connerie sémantique , ce sont leurs seuls “arguments” en fait– et tu as ceux qui n’ont pas peur de regarder les événements et les dénoncer pour ce qu’ils sont. Sur ces sujets je me suis déjà fait traiter d’ “oiseau de mauvaise augure” par un socialiste bien pensant il y a quelques années, un natif des terres de Martine Aubry,… Lire la suite »

Alikantitra

Mister Eric : “Avec ce grand artiste qu’est Buba et son “j’encule la France” … (ce qui n’est bien sûr pas du racisme, ni de l’incitation à la haine, mais de “la culture”)”

En cherchant un peu dans la facho-sphère on peut trouver mieux :
https://breizatao.com/2018/09/26/pendez-les-blancs-le-rappeur-nick-conrad-appelle-a-assassiner-tous-les-blancs-de-france-dans-son-dernier-clip-video/

A mettre sur la play-list de Radio Djiido ?

Mister Eric

Je suis sûr que si Christiane Taubira était encore Ministre de la Justice cet “artiste” Nick Conard aurait eu de gros problèmes… Le racisme anti-Blanc et anti-Francais n’existe pas : de grands penseurs qui viennent sur ce forum vous l’expliqueront. L’autre jour j’ai cru halluciner sur France 24 : un intellectuel de gauche (bien sûr 😆…) nous expliquait que c’était de l’expression musicale donc de la culture donc qu’il fallait prendre cela au deuxième degré… Ce sont les mêmes qui ont sauté sur la tête de MLP pour son “Daesch c’est ça” qui n’ont rien à dire sur les exploits… Lire la suite »

Gazaouette
Gazaouette
Mister Eric

Gazaouette,

Merci pour ce lien très intéressant.

Mais je te rassure : José a juste voulu imiter/caricaturer un certains parler français-caledonien en écrivant cela.

Pandora
Pandora

Mais comment ce Jose peut le dire

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top