Connect with us

Calédosphère

Actualité

La gueule de bois des loyalistes, l’espoir des indépendantistes

Malgré l’avance « sans appel » du non à l’indépendance, la victoire est amère pour les loyalistes et les résultats du référendum sont ressentis comme une défaite pleine d’espérance par les partisans du oui. En cause, la surprise du scrutin : le vote pour ou contre l’indépendance a été presque partout communautaire, les kanaks se déplaçant en masse pour voter l’avènement de la « Kanaky », quand les non-kanaks ont de manière unanime choisi la France. Un pays, deux peuples ?

« C’est fini le peuple calédonien ». Âpre, la sentence a été prononcée par le président de la fédération des pionniers au lendemain du référendum. L’association regroupant les vieilles familles calédoniennes et les descendants des pionniers considère ainsi que le scrutin de ce 4 novembre a réveillé le vieux clivage existant au sein de la population calédonienne : celui de la communauté d’appartenance, entre les kanaks d’un côté, disposant d’un statut coutumier distinct et les autres citoyens (non-kanak) dits de droit commun :

« C’est fini le peuple calédonien. Issus d’un corps électoral très restreint ,composé de 54% de citoyens de droit commun et 46% de citoyens de droit coutumier soit environ 175 000 électeurs, ils se sont prononcés à 56,4% pour le maintien des liens avec la France et 43,6% en faveur de l’indépendance (…) Ce vote confirme le clivage qui existe, au sein de la population du Pays avec la permanence, depuis 1947, après la fin de l’indigénat, de ces 2 statuts civils qui la cantonnent dans des postures dignes d’un apartheid que l’on ne veut surtout pas voir (Raymond GUEPY, président de la fondation des pionniers, 05/11/18 ; sources : FB) »

Il faut dire que, les sondages aidant, et connaissant l’abstention inhérente à la vie politique calédonienne, les non-indépendantistes avaient avalisé le fait qu’une proportion minoritaire mais importante de personnes d’origine kanak choisirait de voter pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République ou décideraient, bon an mal an, de s’abstenir lors du scrutin. Mais à la surprise des leaders politiques (qu’ils soient indépendantistes ou pas d’ailleurs), le vote a été une démonstration de force de la communauté kanak qui a su faire le plein de ses électeurs : 43.6% de votants pour le oui à l’indépendance sur 46% d’électeurs de statut coutumier inscrits sur les listes. Un constat qui n’a échappé à personne même si les responsables politiques et les médias l’ont seulement suggéré sans pour autant le souligner ou le démontrer. Chose qu’il est pourtant aisée de faire.

Corrélation totale entre le vote et la communauté d’appartenance

Car à contrario de la métropole ou des autres territoires d’outre-mer, les statistiques ethniques sont autorisés en Nouvelle-Calédonie. Cette possibilité existe depuis la signature de l’accord de Matignon et avait été faite à la demande des responsables du FLNKS qui souhaitaient connaitre l’évolution de la part des kanaks dans la population au fil du temps. Certains se souviennent qu’en 2003, lors de sa venue sur le territoire, cette pratique qu’il découvrait alors avait été jugée « proprement scandaleuse » par l’ancien Président de la République Jacques Chirac et le dispositif avait été annulé. Mais pour s’opposer à sa décision, les indépendantistes avaient appelé au boycott du recensement de 2004 et le gouvernement local avait dû revenir sur la décision du chef de l’Etat afin que l’Institut de la Statistique et des Etudes Economiques de Nouvelle-Calédonie (ISEE-NC) puisse ré-entreprendre un recensement ethnique basé sur la « communauté d’appartenance » des uns ou des autres. C’est ainsi que, depuis lors, l’ISEE dispose des informations concernant les communautés auxquelles appartiennent les habitants du caillou et celles-ci sont désormais publiques sur son site internet. Ces informations étant classées par communes et par provinces, il est ainsi très facile de faire une corrélation entre la proportion de personnes d’origine kanak (disposant donc d’un statut civil coutumier) dans chaque commune et les résultats du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie précisément dans ces dernières.

Dans le tableau présenté ci-dessous, les résultats sont présentés sous trois formes : en vert lorsque la part des kanak dans la population correspond peu ou prou (+ ou -5%) au vote pour l’indépendance, en orange lorsque le différentiel est compris entre 5% et 10% et en rouge lorsque ce différentiel dépasse les 10%. (Sources : Hautcommissariat et www.isee.nc )

Il ressort donc de l’analyse de ce tableau qu’il a bien existé pour le référendum une correspondance quasi-parfaite entre le vote pour le oui à l’indépendance et la part de la population d’origine kanak ce qui valide l’analyse « à chaud » de la fondation des pionniers. Sur les 33 communes du territoire, il n’en existe ainsi que cinq où la différence entre le vote indépendantiste et la proportion de personnes d’origine kanak dans la population est supérieure à dix points (mais jamais supérieur à vingt). Conséquence : dans ces territoires (notamment aux îles loyautés et à l’île des Pins), le vote pour le oui n’a pas fait le plein des voix kanak. En revanche, dans toutes les autres communes (qui regroupent 80% de la population) le vote indépendantiste correspond stricto sensu à la population kanake qui y réside, selon les statistiques du recensement effectué en 2014 par l’ISEE. Il en résulte que pour connaitre les résultats d’un autre référendum portant sur le même sujet, il suffira de connaitre la participation et de superposer les statistiques ethniques par commune ou par province pour connaitre d’avance le résultat. Pour preuve, avec 36.52% de personnes d’origine kanake habitant à Koumac, le oui à l’indépendance y a obtenu dimanche 36.47% des voix…

Un Bug dans le destin commun

Or, c’est ce vote « communautaire » qui avait échappé à tous les observateurs de la vie politique locale et qui a été ressenti comme un coup de massue par les élus loyalistes mais aussi comme une grande bouffée de fierté par les élus indépendantistes. Sous-estimant le clivage ethnique qui aurait pu (dû ?) s’être amoindri durant les trente ans de la période des accords, les non-indépendantistes ont en effet négligé la force du sentiment identitaire dans la communauté kanak. C’est ainsi aujourd’hui le retour de ce clivage, magnifié et exalté par les résultats de ce premier référendum, qui fait émettre des doutes quant à la capacité de la société calédonienne a dépassé cette épreuve et à se projeter vers l’avenir. D’où l’exaspération des « calédoniens de souche » qui préemptent et redoutent le maintien du statu quo, notamment s’agissant du gel du corps électoral ou de l’existence de deux statuts civils différents suivant l’origine des habitants :

« Au sens de l’ONU, le principe « un homme , une voix » n’a pas été respecté, car 35 000 électeurs, soit environ 16,74% d’un corps électoral total d’environ 209 000 personnes ont été écartés de ce scrutin d’autodétermination (…) Le clivage constaté dû à cette différence de statuts civils, fait douter de l’utopie de la création du Destin Commun, ou alors il faudra prendre le taureau par les cornes et créer, dans des délais raisonnables, un statut civil unique pour tous les citoyens calédoniens (Raymond GUEPY, président de la fondation des pionniers, 05/11/18 ; sources : FB) »

Cependant, s’agissant du clivage indépendantiste/non-indépendantiste, la photographie a été prise et chacun connait les forces en présence. Reste à savoir comment unifier demain celles et ceux qui se sont séparés dans ce scrutin uniquement semble-t-il sur la base de leur appartenance ethnique et culturelle. Car quoi qu’il arrive, et les statistiques le démontrent, les indépendantistes ont fait le plein de leur voix (et pour cause !). Les résultats d’un second et d’un troisième référendum risquant d’être, peu ou prou, les mêmes d’ici 2020 et 2022, le chemin du destin commun s’annonce donc bien escarpé dans les années qui viennent

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



238
Laisser une réponse

avatar
42 Comment threads
196 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
Eliot Nenesse

Le prochain referendum: en saison fraîche comme ça la bourgeoisie des quartiers Sud ira voter au lieu d’aller passer le week end sur les îlots en se disant que les autres votent pour elle.

ted
ted

Caledosphere pourriez-vous enquêter sur les morts non enregistrés des tribus qui ont voté par procuration?! Est ce à la marge ou un vrai phénomène…
Un article également sur ce calédoniens arrivés avant 1994, qui sont partis quelques années (étude etc.))) et sont exclus du vote. Génération qui voterait massivement NON

apox
apox

Les pourcentages issus du 04 novembre correspondent en gros aux 2 sondages faits par un organisme local de avril 2017 (le non = 54%, le oui = 27%, indécis = 24%) et en avril 2018 (le non = 59%, le oui = 22%, indécis = 17%), la directrice de cet organisme était venue à la TV où étaient présents Wamytan et Dunoyet. Emission de mai 2018. Quelqu’un sait ce qui s’est dit à Koné lors de la visite du 1er ministre et de P Néaoutyne?

LedZep
LedZep

@apox
“quelqu’un sait ce qui s’est dit à Koné lors de la visite du 1er ministre et de P Néaoutyne?”.
Je me pose aussi la question, sous toute réserve, il est bien silencieux notre Paul.

XYY
XYY

LedZep.
“Je me pose aussi la question”. Hypocrite… Nous étions là tous deux.
Edouard s’est dirigé vers Paul, la main tendue et il lui a dit : “Il est bon ou quoi ?”. Paul a tenté d’ouvrir de grands yeux, interloqué. Edouard a insisté: “Ben quoi, Paul, serres m’en 5, quoi !”. Paul a fermé les yeux, s’est tourné vers le bar et a commandé un double-double baby de Johnny Marcheur. Fin de l’histoire. Osez démentir.

LedZep
LedZep

@XYY
“Paul a fermé les yeux, s’est tourné vers le bar et a commandé un double-double baby de Johnny Marcheur” et lui a dit
“go ahead Edouard
make my day !”.
Moi finalement j’ai pris un “Single Barrel”.

https://www.youtube.com/watch?v=Flt9K8vlJGE

Inforétif

“le non = 54%, le oui = 27%, indécis = 24%”

Si tu attribues la moitié des indécis aux non, ça fait 66 % de non, comme dans les derniers sondages.
Décidément, le plus faible écart entre non et oui que prévu s’est construit en toute fin de campagne, et il serait utile d’en connaître les raisons, ne serait-ce que dans un but tactique avant le prochain référendum.

LedZep
LedZep

@Inforétif
“il serait utile d’en connaître les raisons, ne serait-ce que dans un but tactique avant le prochain référendum.”.

A tous les “Brutus”, filles et fils “putatifs en politique” de Jacques, unissez-vous enfin pour comprendre le pourquoi de cette “victoire à la Pyrrhus”. Proposez-nous enfin un vrai projet politique fédérateur qui aura l’agrément de tous, le peuple du “OUI” et celui du “NON”.

Inforétif

” (le non = 54%, le oui = 27%, indécis = 24%)”

Deuxième problème : le total ne fait pas 100 mais 105 !
Apox, si tu ne t’es pas trompé en donnant ces nombres, ça signifie que certains qui étaient décidés à voter oui ou non ont été comptés AUSSI parmi les indécis…

Une chose n’est pas indécise mais certaine : les sondages nuiront à nouveau gravement à la validité des 2 autres référendums, déjà bien entamée par le vote “dirigé” en tribus et autres fiefs à leaders indépendantistes.

XYY
XYY

Wawa nous fait de “l’humour” (à mi-temps)…

https://www.facebook.com/groups/162137817261074/permalink/1287210771420434/

LedZep
LedZep

Je n’arrive pas à trouver un document qui détaille avec précision la composition du corps électoral, pour la consultation locale qui a entériné l’accord de 1998 à 72% il me semble. Qui a été autorisé à voter pour cette consultation de 1998 en fait, les critères de sélection.
Merci à vous.

XYY
XYY
LedZep
LedZep

@XYY
TKB

ami
ami

Je suis satisfait de voir que le 1er ministre autant que les leaders indépendantistes aient remis Gomés à sa place au sujet de l’état associé, puisque c’était bien de cela dont il s’agissait. Tout ce bazar de jour d’aprés, de livre de valeurs etc….au panier: on vote 3 fois, on gagne et aprés on avise. Désormais, et si nos leaders loyalistes arrètent de l’ouvrir pour dire des conneries, on pourras peux être esperer s’exprimer lors du prochain réferendum sans que notre voix ne sois volée à d’autre fins. Quid du jour d’aprés et de toutes ces conneries, merci messieurs on… Lire la suite »

Inforétif

“le 1er ministre autant que les leaders indépendantistes aient remis Gomés à sa place au sujet de l’état associé, puisque c’était bien de cela dont il s’agissait.”

???
ami, je ne doute pas que tu te comprennes quand tu écris cela, mais je crains que tu ne sois à peu près le seul (malgré les 4 approbations dont tu as mystérieusement bénéficié).
On est donc tout ouïe.

Inforétif

-1, c’est tout ?
J’ai posé une question, c’est mal ?
ami, c’est quoi cette histoire d’état associé brandi par notre député, selon toi, et qui lui a valu sa “remise à sa place” ?

Eric

Inforétif,

J’avoue moi aussi ne pas avoir bien compris c’est quoi cette histoire d’Etat associé qui aurait été porté par PG…???

Si c’est une nouvelle position ce serait bien qu’on nous dise ou quand et comment…

Parce que moi c’est non, et c’est pas la première fois que je dis non…!!!

ami
ami

inforetif, soyez patient, je ne passe pas mes journées sur calédosphere, je ne suis pas dupe et j’ai trés bien compris quel genre de négociations ils veulent entamer en lieu et place des deux autres réferendums. A votre avis, quand ils parlent de négocier un statut qui nous donneras une autonomie au sens le plus large tout en restant à l’interieur de la France ??? Certainement pas le transfert du régalien, le mot état-associé est employé de plus en plus souvent, du coup frogier et gomés se tirent la bourre pour avoir la paternité de l’idée, oui mais voila ils… Lire la suite »

ami
ami

Juste deux choses concernant ce scrutin : Je ne sais pas si les résultats annoncés par l’institut de sondage ont joué un role sur le résultat, est-ce le 70/30 à eu un effet qui a poussé certains à se dire qu’au vu de l’écart c’est pas grave d’aller à la pêche au lieu de voter, mais je trouve que pour des professionnels du sondage ils ne sont pas trés sérieux pour se tromper à ce point la, ma petite fille de 13 ans aurait mieux fait et pour moins cher en plus. Autre chose beaucoup plus inquiétante : Mr Gomés… Lire la suite »

Tanko
Tanko

Comme dit le proverbe: un homme qui change d’avis en vaut deux! ^^

ditou
ditou

Tanko
” un homme qui change d’avis en vaut deux! “, je ne connaissais pas ce proverbe mais moi je sais qu’un train peut en cacher un autre. Et quand un train te passe dessus et bien tu trépasses.
Alors Gare au train car il sifflera 3 fois.
https://www.youtube.com/watch?v=Ty6E6lVqAk0

LedZep
LedZep

@ditou
Comme un air de référendum

XYY
XYY

ami.
“c’est pas grave d’aller à la pêche au lieu de voter”. Au fait, vous-même, êtes vous passé de l’intention à l’acte ?

Inforétif

“Au fait, vous-même, êtes vous passé de l’intention à l’acte ?”

Tout ouïe là aussi… Sachant que tu n’as cessé de faire la promotion des activités halieutiques pour le jour du référendum.

ami
ami

inforetif, oui j’ai voté, mais j’en veux à mort aux leaders loyalistes de m’avoir entrainé dans ce piège car ils savent trés bien qu’ils peuvent se permettre de détourner nos voix et qu’on iras voter quand mème.

ami
ami

XYY, hélas non, j’ai été voter, mais à contre coeur, nos leaders loyalistes se sont comportés comme des immatures, la campagne de CE sur le terrain était parfaite, dommage que sa traduction télévisée a été détournée, plus comme un plébiscite du travail accompli avec ce déroulé des dates et des lieux des réunions publiques, qu’un argumentaire en faveur du non, c’est lamentable. A la rigueur ça donnait envie de voter pour Gomés, mais je ne voies pas le rapport avec ce qui nous motiverait à voter non, ces dérives sont devenues insupportables. Quand à la course effrenée des loyalistes pour… Lire la suite »

Gazaouette
Gazaouette

Enfin un qui a compris les Mathématiques je n’osais pas relever pour passer pour un benêt
Merci à vous ami

ditou
ditou

“ma petite fille de 13 ans aurait mieux fait et pour moins cher en plus.” Moi je n’ai pas 13 ans et j’ai fait mieux que les sondages. Puisque dés que la date a été connu pour ce référendum j’avais calculé et écris ici sur ce site que déjà la date est favorable aux indépendantistes. Résultat, je ne me suis pas trompé, puisqu’ils sont heureux et même certains kanaks ont dit qu’ils avaient gagné. Un peu fou NON?. De plus, je vous ai écrit que ce serait plus du 50% contre 50 % résultat j’ai réussi a avoir un écart… Lire la suite »

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top