Connect with us

Calédosphère

Actualité

Elon Musk investit dans le nickel calédonien !

Alors qu’un accord sur la vente de l’usine du Sud au consortium Trafigura/Prony ressources vient d’être conclu, un nouvel actionnaire prestigieux doit faire son entrée parmi les repreneurs : Elon MUSK ! Le PDG de la multinationale Tesla est en effet en négociation avec les autorités calédoniennes car il souhaiterait maitriser davantage l’approvisionnement en minerais de ses fameuses « batteries du futur ». Bienvenue sur le caillou Elon !

La rumeur s’amplifiait depuis quelques jours : la multinationale Tesla prépare en effet un protocole d’entente avec le consortium Prony Ressources/Trafigura, dans le cadre de la reprise de l’usine de Goro qui vient d’être conclue ce mercredi 4 mars 2021. Ainsi, le Mémorandum Of Understanding (M.O.U) en cours de négociation précise les contours d’un accord commercial entre l’entreprise d’Elon Musk et l’usine du sud pour la livraison de minerais de nickel et de cobalt ainsi que les modalités visant à une prise de participation prochaine du géant Tesla dans la nouvelle entité industrielle. Une arrivée non sans conséquence puisqu’avec une valeur en bourse de 770 milliards $, le mastodonte TESLA Inc. dépasse de bien loin les capitalisations boursières des autres multinationales déjà présentes en Nouvelle-Calédonie ou concernées par le nickel calédonien, à savoir GLENCORE, TRAFIGURA, POSCO ou encore ERAMET. De quoi en tout cas rassurer le FLNKS, le collectif ICAN et les coutumiers du sud qui ont estimé dans un communiqué que la « mobilisation active sur l’ensemble du pays » (c’est-à-dire les actes de terrorisme réalisé par l’ICAN et encouragé par le FLNKS) avait porté leurs fruits et qu’un accord était en cours avec la présidente de la province Sud :

« Faut-il accepter Trafigura ou faire rentrer un autre industriel et quels sont les verrous à faire sauter ou à mettre en place (…) Au bout de quinze jours de discussions, nous pouvons annoncer publiquement que des points d’équilibres ouvrant la voie d’une solution négociée entre les deux parties est en voie de consolidation entre l’ICAN/collectif d’un côté et de l’autre la présidente de la province Sud (Communiqué USUP-ICAN-FLNKS, 02/03/21) »

Ne s’attardant pas sur la flambée de violence et les conséquences des nombreuses exactions commises par ses membres depuis décembre 2020, les leaders du FLNKS semblent, dit-on, ravi de l’entrée de ce nouvel investisseur pour deux raisons principales. Premièrement, la capitalisation boursière de Tesla dépasse les PIB conjugués de la Nouvelle-Zélande et de la Suisse, ce qui rassure quant à ses capacités d’achat et d’investissement mais aussi quant à ses capacités « d’accompagnement » des populations du sud… Secondo, la multinationale américaine proclame vouloir exploiter les matières premières en respectant davantage l’environnement, ce qui était une demande forte du collectif USUP et des associations environnementales. C’est ainsi que le site Bloomberg avait expliqué en aout 2020 pourquoi Elon Musk aurait tant de mal à trouver du « clean nickel » pour construire ses batteries, attendu que les producteurs chinois, indonésiens ou encore russes n’ont pas véritablement le respect de l’environnement chevillé au cœur :

« Elon Musk promet un « contrat géant » avec le mineur qui pourra lui fournir du nickel pour les batteries de Tesla Inc. à faible coût avec un impact environnemental minimal, mais les antécédents désordonnés de l’industrie peuvent rendre cet accord difficile à conclure (Elon Musk Is Going to Have a Hard Time Finding Clean Nickel 20/08/20 ; sources : BLOOMBERG.com)

En revanche, l’avantage de la Nouvelle-Calédonie est que les collectivités publiques (en l’occurrence ici la province Sud) ont la compétence leur permettant d’octroyer ou non les autorisations d’exploitation selon des normes environnementales plus contraignantes pour les industriels, et ce afin de préserver au maximum l’environnement. De plus, l’une des avancées de l’accord qui vient d’être signé sur le rachat de l’usine de Goro, prévoit que les titres miniers autrefois octroyés à la multinationale Vale seront désormais détenus par une société calédonienne, appartenant à la Province Sud (via une filiale de Promosud). Il est donc clair que la maitrise de cette ressource et sa valorisation seront contrôlées par les autorités publiques, ces dernières étant plus enclines (du fait de la pression des opinions publiques) de faire respecter les règles environnementales que des multinationales ou des organismes privés.

Pourquoi la stratégie d’Elon Musk passe par le nickel calédonien ?

Selon les analystes de BloombergNEF, en 2015, le prix de la batterie d’une voiture électrique représentait plus de la moitié du coût de production du véhicule (57 %). Mais les économies d’échelle liées au développement du marché du véhicule électrique ont fait depuis chuter le tarif du kilowattheure. Ainsi, en 2010, le kilowattheure atteignait 1 037 euros en moyenne, alors qu’en 2018, il tombait sous la barre des 160 euros. Il pourrait donc passer sous les 90 euros en 2024… Or, les batteries pour automobile électrique représentaient l’année dernière environ 2 % de la demande mondiale de nickel mais elle devrait s’équilibrer à hauteur de 15 % à 20 % d’ici seulement 5 ans. C’est pourquoi les observateurs du marché du nickel avaient suivi avec attention le Tesla Battery Day du 22 septembre 2020. Dans un show à l’américaine, très similaire aux « Keynotes » qui avaient fait la renommée d’Apple, Elon Musk avait dévoilé son projet de nouvelle génération de batteries qui devraient équiper les véhicules de sa marque TESLA dans les toutes prochaines années. Et parmi les innovations annoncées ce jour-là par la multinationale californienne, deux concernaient directement la Nouvelle-Calédonie. En effet, l’homme d’affaire américain avait tout d’abord déclaré que, désormais, une partie du cobalt contenu dans les futures batteries de la marque serait remplacé par du nickel (de même, le silicone serait susceptible d’y remplacer le lithium), ce qui entrainerait de facto un accroissement de ses besoins en « métal du diable ». De plus, outre l’annonce de nouvelles évolutions techniques permettant d’augmenter l’autonomie de ses futures batteries, Elon Musk avait laissé transparaitre sa volonté d’aller plus loin « en limitant sa dépendance dans la partie amont de la chaine de valeur ».

Pas de nickel = pas de batterie. Pas de batterie = pas de voiture.

Une façon de signifier que la multinationale cherchait maintenant à sécuriser ses apports en matières premières nécessaires à la fabrication de ses batteries : à savoir minerais et terres rares ? Voire. Reste qu’Elon Musk avait fait part de ses craintes en matière d’approvisionnement, car en l’état actuel de la demande du marché, le nombre de voitures électriques vendues dans le monde pourrait être multiplié par quinze d’ici dix ans… L’homme d’affaire estimant par ailleurs que « même si nos fournisseurs de cellules fonctionnent à une vitesse maximale, nous prévoyons toujours des pénuries importantes en 2022 et au-delà, à moins que nous ne prenions également des mesures nous-mêmes ». Raison pour laquelle le patron de Tesla avait ajouté que « Nous avons l’intention d’augmenter, pas de réduire les achats de cellules de batterie auprès de Panasonic, LG et CATL (peut-être d’autres partenaires également) »

Est-ce à dire que ces « autres partenaires » de Tesla pourraient être des acteurs de l’extraction directe des minéraux ? C’est en tout cas ce qui semble se vérifier avec l’annonce de cette signature d’un M.O.U entre la multinationale et les repreneurs de l’usine de Goro, un an après que Tesla ait montré son intérêt pour le site (puisque selon Newcaledonia-business, la direction de Vale New Caledonia avait rencontré Elon Musk en mars 2020 aux États-Unis). Une preuve s’il en est que, dans cette nouvelle guerre pour l’énergie, les Américains en général et Elon Musk en particulier, ont bien perçu que l’enjeu du moment était de de s’auto-suffire en production de batteries pour véhicules électriques pour ne plus être dépendant des entreprises asiatiques et notamment chinoises.

Vous avez dit souverainisme ?

Pendant ce temps-là, pour conserver l’accès à son marché intérieur, et tenter de contrer l’hégémonie asiatique, l’Union Européenne a créée l’Alliance Européenne pour les Batteries (ou European Battery Alliance (EBA)) en 2017, dotée de 3,2 milliards d’euros d’aides publiques. Souvent surnommée “l’Airbus des batteries”, cette initiative a débouché en France sur la naissance d’une société commune entre PSA, Total (via sa filiale Saft), BASF, Solvay, Renault, avec pour objectif à moyen terme la création de plusieurs « gigafactories ». Comprenant un peu tard que le développement d’une telle filière allait de pair avec la maitrise des approvisionnements, l’UE devrait faire modifier avant la fin de l’année 2021 la réglementation européenne, afin « d’obliger les industriels européens à mieux contrôler leurs chaînes d’approvisionnement ». Mais sachant qu’il n’y a pas de relance de l’extraction minière sur le continent européen et compte tenu du retard accumulé en amont de la chaine de valeur dans cette partie du monde, il est clair que le match pour l’hégémonie des batteries électriques se jouera entre la Chine et les USA. Or, avec l’arrivée imminente de Tesla sur le caillou, la Nouvelle-Calédonie a, semble-t-il, déjà choisi son camp.

Afficher la suite
Hubert B

Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »

0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
572 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Jose Ecuador
Jose Ecuador
21 septembre 2021 00:08

Trafigura est l entreprise la plus corrompue qui existe. Sa seul raison d’etre et maniere de faire du business est D’ETRE SPECIALISTE EN PAIEMENT OFFSHORE DE POTS DE VINS.

Si Trafigura est dans le deal la seul question a se poser est:

A QUI SONT VERSE LES POTS DE VINS??

Faite une recherche basique”trafigura bribe (ou corruption)” et vous trouverez que TRAFIGURA est dans tous les deals pourris des pays a institutionnalisme faible depuis des decades.

Dernière modification 2 mois plus tôt par Jose Ecuador
ditou
ditou
10 mai 2021 10:36

Cette usine de Donianbo, dont vendredi j’ai posé la question suivante à mon mari :
Pourquoi y a t il en image une femme, qui semblerait être une wonder woman? Quel est le lien avec cette usine ?.
Est ce qu’elle est là pour les tensions qui pourraient venir? et voir cette image pourrait dissuader de tout acte malveillant.
En tous cas, çà na pas empêché une explosion à la centrale.

https://www.lnc.nc/article-direct/nouvelle-caledonie/grand-noumea/noumea/faits-divers/mines/societe/doniambo-explosion-a-la-centrale-une-personne-grievement-blessee

RLM
RLM
Répondre à   ditou
12 août 2021 23:09

Et alors ? Il y a pire dans la vie.

Alika-antitra
Alika-antitra
27 avril 2021 17:33

Elon Musk est sur tous les fronts :

https://www.rt.com/usa/521319-nasa-spacex-moon-landing/

C’est pas pour dire, mais, sauf erreur de ma part, “$2.89 billion“, ce n’est jamais que le double de ce que la métropole gaspille annuellement … (air connu).

Alika-antitra
Alika-antitra
27 avril 2021 08:17

Jeudis de l’économie du 22/04 sur RRB : le cycle de travail Nickel.nc

https://rrb.nc/podcast/les-jeudis-de-l-economie-22-04-21

Sourire en coin (audible) des invités sur la faisabilité d’un “fond pour les générations futures” alimenté par les excédents budgétaires liés aux bénéfices du nickel …

ditou
ditou
25 avril 2021 15:14
ditou
ditou
23 avril 2021 06:44

Demain 24 avril 2021, grande manifestation à la Moselle, pour le droit de choisir contre ou pour la vaccination, mais aussi contre le passeport vaccinale. Nous les calédonien on est très fort, on ne veut pas de la vaccination mais on réclame un remède qui n’existe pas encore. Donc demain , certainement une journée d’embouteillage, mais pire le haut commissaire n’est pas content de la croix jaune, que cette manifestation déploie sous ses yeux. Mais que peut il bien y faire?. Va t il interdire cette manifestation ? Ou bien va t il envoyer ses forces de l’ordre qui sont… Lire la suite »

Voir plus dans Actualité

Top du moment

Commentaires récents

To Top