Connect with us

Calédosphère

Actualité

Lettre à nos (très) chers fonctionnaires de Nouvelle-Calédonie

Chers, très chers fonctionnaires,

En cette période troublée, continuer à vous mentir apparaît comme un acte de non-assistance à personne en danger. Aussi, même si elle se veut la plus courte possible, comme l’amère vérité, cette missive vous paraîtra bien longue et très difficile à avaler. Cependant, pour notre bien à tous, prenez une grande respiration, informez-vous des éléments suivants, forgez-vous votre propre opinion et soyez forts.

Le mur du réel

En premier lieu, vous devez comprendre qu’aucun de vos dirigeants, qu’il soit syndicaliste, élu ou bien haut-fonctionnaire ne vous tiendra un tel discours de vérité. Si vous vous interrogez, aucun ne sera apte à vous aider ou à vous éclairer. D’abord parce que face à une mauvaise nouvelle, le déni est toujours la plus prévisible des réponses humaines et ensuite parce que l’immense majorité de vos dirigeants ignore totalement comment fonctionne le système économique. La plupart n’y comprennent absolument rien. Ils sont donc parfaitement incapables d’appréhender ou même de concevoir les conséquences de la crise que traverse le territoire. Tout simplement parce qu’ils sont comme vous : ce sont des fonctionnaires. Ce qu’un carreleur et une boulangère comprennent en l’espace de deux minutes est impossible à appréhender pour un agent des services publics. Tout simplement parce que le carreleur et la boulangère vivent tous deux dans le monde réel. Si le premier ne réalise pas suffisamment de chantiers durant un mois et si la seconde ne vend pas suffisamment de pains au chocolat à sa clientèle, aucun des deux ne pourra se rémunérer. Cette différence entraine toutes les autres.

Comme vous, chers fonctionnaires, tous vos politiciens, tous vos syndicats et tous vos dirigeants sont en fait des rentiers. C’est-à-dire que l’argent des autres leur est versé tous les mois à une date fixe contre le service qu’ils sont censés effectuer. Qu’il pleuve ou non. En confinement ou en période de guerre. En hiver ou en été. Comme vous, ils peuvent ne pas aller bosser pendant plusieurs semaines voire même durant plusieurs mois sans que cela n’ait aucun impact sur leur rémunération ou sur leur niveau de vie. A l’instar des retraités qui sont rémunérés via les cotisations des actifs, vous ne créez aucune richesse mais vous dépendez totalement de celle qui est générée par les autres. Dure à avaler, vous dis-je.

La fabrique de rentiers

Pour autant, les contribuables et le secteur privé vous rétribuent parce que votre rôle est fondamental : c’est celui d’assurer nos services publics. Cependant, si beaucoup de ces derniers sont indispensables au bon fonctionnement de notre société (sécurité, santé, etc.) ou à son devenir (éducation, formation), beaucoup d’autres services publics totalement inutiles ont été créés et inventés depuis ces quarante dernières années uniquement par clientélisme et parce que notre modèle social pouvait se le permettre. Confrontés à un problème, vos élus et vos dirigeants font toujours la même chose : ils créent un nouveau service public chargé de le résoudre et ensuite une taxe pour financer son fonctionnement. C’est ainsi que pour combattre la Vie Chère, nos dirigeants ont créé naguère une autorité de la concurrence. Face à notre dette abyssale, le gouvernement de Louis Mapou a créé une « Agence de la dette ». De même, pour lutter contre la hausse du chômage, vos élus ont créé en début d’année un tout nouveau « Service Public de l’Emploi et du Placement (SPEP) » (1). Et si elles permettent aux politiques de se déresponsabiliser, chacune de ces structures – toutes plus inutiles les unes que les autres – accroît la dépense publique et le nombre de fonctionnaires. C’est l’une des principales raisons pour laquelle le budget de fonctionnement de nos différentes collectivités est passé de 253 milliards en 2017(2) à 330 milliards en 2023(3). Une augmentation de près de 30% des dépenses alors que la population a diminué et qu’aucun calédonien ne peut estimer avoir aujourd’hui de meilleurs services publics qu’il y a cinq ans…

Comme le prophétisait Honoré de Balzac il y a plus de deux cents ans : « la bureaucratie grandit toujours pour répondre aux besoins croissants de la bureaucratie grandissante ». Parce que l’être humain préférera toujours la rente à l’effort, nos sociétés développées essaient toujours désespérément d’accroître le nombre de rentiers (et donc de fonctionnaires) au détriment des créateurs de richesse (car tout le monde veut être rentier, c’est-à-dire être payé à ne rien faire). Notez là que la notion de travail ne rentre pas en ligne de compte. Les plus de 25 000 fonctionnaires de Nouvelle-Calédonie travaillent, et ils travaillent parfois beaucoup. Simplement, pour l’immense majorité d’entre eux, en termes économiques, ce travail ne sert strictement à rien. Car il ne crée aucune richesse, aucune sorte de plus-value, il ne produit rien et tout cela coute un fric fou. Les fonctionnaires de l’autorité de la concurrence, de Scalair ou du CESE pourraient voir leur nombre doubler ou bien carrément tous disparaître demain matin, cela ne changerait rien au PIB de la Nouvelle-Calédonie ni à la vie de ses habitants.

Exemple 1 : en 1984, les plus anciens se souviennent que la Nouvelle-Calédonie bénéficiait d’une autonomie alimentaire d’environ 90%. Les agriculteurs Calédoniens produisaient à l’époque de quoi nourrir environ 130 000 personnes. La chambre d’agriculture comptait alors 17 salariés. En 2024, quarante ans plus tard, la Nouvelle-Calédonie a une autonomie alimentaire équivalente à 15% de ses besoins. Nos agriculteurs ne produisent plus désormais que de quoi nourrir environ 40 000 personnes. Mais, aujourd’hui, la Chambre d’agriculture compte 76 salariés et coute quatre fois plus cher en argent public qu’à l’époque… Comprenez-vous via cet exemple ce que nous avons tous collectivement accepté de faire ? Nous avons remplacé des créateurs de richesses et des entrepreneurs (qui se payaient eux-mêmes) par des fonctionnaires (payés par les autres) pour, soi-disant, aider et accompagner les premiers à se développer. C’est la définition même d’une économie socialiste. Or, comme disait une très grande dame du siècle dernier : « Le socialisme, ça s’arrête quand on est à court de l’argent des autres. »

Retraités et fonctionnaires

Il en résulte que la dépense publique représente désormais 62% de notre PIB, c’est-à-dire les deux-tiers de la richesse produite en Nouvelle-Calédonie (4). C’était 35% dans les années 60 et c’était 50% au début des années 2000. Autrement dit, votre grand-père travaillait un jour sur trois pour payer les services publics, votre père un jour sur deux, et vous-même deux jours sur trois. Grâce à cet afflux d’argent public, de nouvelles rentes ont été créées. Les deux-tiers des retraités de la fonction publique territoriale ont pu partir à la retraite à taux plein avant 55 ans et leurs pensions représentent en moyenne plus de deux fois le SMG soit 330 000Fcfp/mois (5). Quant aux fonctionnaires encore en exercice, leur rémunération moyenne s’établit sur le territoire à 467 083 Fcfp/mois (3 905€/mois), soit trois fois le salaire minimum (6). Fonctionnaires et retraités ont, en vérité, été les deux grands gagnants de la période dite des Accords. Il est donc parfaitement cohérent qu’ils soient les deux grands perdants de la nouvelle ère qui commence. Car, c’est là où le bat blesse. L’effondrement du secteur privé calédonien n’entrainera pas pour autant sa destruction. Comme la vie, l’économie trouve toujours un chemin. En effet, une entreprise peut cesser d’exister, sa fermeture ne remettra pas en cause le fonctionnement de l’ensemble du secteur dans lequel elle évolue. Au contraire, sa disparition créera de nouvelles opportunités et de nouveaux besoins. Le capitalisme est en effet mue par une force de création-destructrice, laquelle le rend souvent détestable puisque, en perpétuel évolution, il détruit ce qu’il a lui-même créé. En revanche, l’effondrement d’un pan entier du service public entraine des effets systémiques qu’on observe parfaitement bien en Nouvelle-Calédonie.

Le fait que la fonction publique calédonienne soit pléthorique n’est pas non plus le sujet. Le vrai sujet est double : d’abord, copiée-collée de celle de métropole, notre fonction publique dépense chaque année plus qu’elle ne gagne. Ensuite, notre fonction publique est assistée, c’est-à-dire qu’elle dépend pour exister des transferts financiers de l’Etat. Or, depuis 2015 et face à la baisse de la population et donc du nombre de contribuables et de consommateurs, nos administrations ont continué leur croissance comme si de rien n’était, entrainant des déficits publics qui n’ont été partiellement résorbés que via de nouveaux impôts et de nouvelles dettes.

Exemple 2 : en 2014, la Nouvelle-Calédonie dépensait environ 100 milliards de francs pour son système éducatif qui scolarisait près de 70 000 élèves. Dix ans plus tard, nous dépensons environ 120 milliards de francs pour moins de 63 000 élèves (il y a 7 000 élèves de moins car la population a chuté de 10% en quelques années). Moins d’élèves, mais ça coute 20% plus cher. Idem pour la santé : il y a moins de malades, mais ça coute beaucoup plus cher… Tout est à l’avenant.

Gabegies et déni

Parallèlement à ces augmentations de budgets, nos gouvernants font et disent n’importe quoi. En premier lieu, ils nient les évidences. Pas plus tard qu’en novembre 2023, la Fédération des Fonctionnaires jugeait « fantaisistes » les chiffres de l’ISEE selon lesquels le territoire avait perdu plus de 10% de sa population en 5 ans (7). Pas vraiment bons ni en mathématiques ni en calculs, ces organisations syndicales vivent il est vrai au crochet du système actuel et refusent par principe tout évènement ou toute information qui pourrait remettre en cause le statut quo. Tout ce qu’ils racontent est donc nul et non avenu. Du côté des politiques, c’est encore pire. Au-delà du déni qui les caractérise, ceux-ci n’ont jamais cessé d’accroître les dépenses publiques et ce, quel que soit le parti politique au pouvoir. Depuis l’avènement du gouvernement de Louis Mapou, le nombre de fonctionnaires territoriaux est ainsi passé de 10 942 à 11 184. Alors que la Nouvelle-Calédonie est en pleine crise budgétaire, économique et en cessation de paiement, le gouvernement indépendantiste a créé 242 nouveaux postes de fonctionnaires (8). Ces derniers coutent à la collectivité 120 millions de francs supplémentaires par mois, soit 1,4 milliards par an. Or, chers fonctionnaires, ces prises de position et ces décisions toutes plus stupides les unes que les autres vont immanquablement avoir un impact sur votre avenir ainsi que sur votre futur niveau de vie.

Naturellement, cela fait des années qu’on vous le dit. Depuis 1993, plusieurs rapports ont démontré que le système de retraite par répartition local ne pourrait pas tenir dans la durée et qu’il s’effondrerait vers 2025. De plus, depuis une dizaine d’années, nous nous sommes habitués à recourir à l’emprunt, aidés en cela il est vrai par des taux d’intérêts stupidement bas. Pour nos dirigeants, la dette est devenue une drogue et ils nous endettent pour exister et continuer à croître. Or, que cela vous plaise ou non, il vient toujours un temps où il faut payer ses dettes. Et ce jour se rapproche.

Les solutions

Cela va mal se passer mais rassurez-vous, comme disait Bainville « Dans l’histoire, tout s’est toujours mal passé ! ». Aussi, pour que cela se passe le moins mal possible, il va vous falloir faire des choix difficiles qu’on peut résumer ainsi :

  1. Si vous êtes fonctionnaire, vous pouvez quitter la fonction publique et travailler dans le privé, à votre compte ou pour une société. (NDLR : pour les retraités de la fonction publique il est trop tard. Ils sont désormais dépendants des décisions des autres) ;
  2. En tant que citoyen, vous pouvez plaider auprès de vos décideurs pour une baisse drastique des dépenses publiques. Cela passera par l’arrêt immédiat de tout nouveau recrutement de fonctionnaire ou de contractuel et par le non-remplacement des départs à la retraite. Cela passera par la suppression de tous les organismes publics créés depuis la signature de l’Accord de Nouméa. Cela passera également par la suppression de toutes les primes et de tous les avantages dont vous bénéficiez par rapport au secteur privé. Il est probable également que vous deviez renoncer à une part de l’indexation de vos salaires… Il vous appartient de plaider, là où vous êtes, pour des plans d’économies drastiques au sein de l’administration locale. Gouvernement, provinces, communes, organismes publics : Il est nécessaire que ceux-ci diminuent leur coût de fonctionnement de 25% afin de retrouver le plus rapidement possible une part dans les dépenses publiques équivalente à 50% du PIB (soit une diminution d’environ 150 milliards de francs/an). Il nous suffit pour cela de dépenser et de vivre comme nous le faisions en 2017 ;
  3. Il n’apparait pas nécessaire et pourrait même être contre-productif de toucher aux transferts sociaux, c’est-à-dire aux prestations sociales et aux retraites (environ 350 milliards/an). Il suffit de s’attaquer aux coûts de fonctionnement (330 milliards/an) car la fonction publique calédonienne a démontré par le passé qu’elle pouvait faire mieux avec beaucoup moins d’argent public ;
  4. Si les solutions précédentes ne vous plaisent pas, vous pouvez collectivement plaider pour l’intégration de toute la fonction publique calédonienne ainsi que du système de santé et de retraite local dans le système métropolitain. Cependant, cette sorte de « départementalisation » remettrait profondément en cause tout le travail d’émancipation que vos élus ont patiemment mis en œuvre depuis plus de soixante ans (dans leur seul intérêt il est vrai). Vous aurez donc contre vous toutes les forces indépendantistes et autonomistes ainsi que tous les responsables des structures locales qui vivent de votre argent. Vaste programme…

*     *

*

Vous savez, chers fonctionnaires, lorsqu’un pays traverse une crise grave, il se passe toujours la même chose. On cherche les coupables généralement où ils ne sont pas. On se rassure en se disant qu’on va spolier ceux que l’on considère comme étant plus riches que nous. On se fait plaisir en dénonçant l’assistanat et donc l’aide aux plus démunis. On se convainc que tout va bien se passer. On vote pour les uns, puis pour les autres. On croit à tous les complots, à toutes les facilités. Mais au final, il faut passer à la caisse.

Le mur de la dette

D’un point de vue budgétaire et financier (voire même politique), la situation de la France semble similaire à celle de 1788. Comme à l’époque, une classe de privilégiés a pris le contrôle du pays pour garantir ses intérêts et son train de vie. Comme à l’époque, l’Etat dépense deux fois plus qu’il ne gagne et sa dette est supérieur à ses revenus. Il n’arrivera bientôt plus à emprunter ce dont il a besoin pour fonctionner. L’effondrement français qui adviendra avant la fin de cette décennie doit donc nous presser, nous Calédoniens, de trouver rapidement des solutions pendant ce court laps de temps où l’Etat est encore apte à nous aider et à nous accompagner. Le temps presse. Il est l’heure de sortir du déni et d’agir comme des adultes. Une fin dans l’horreur vaut toujours mieux qu’une horreur sans fin.

Bien respectueusement,

SIRIUS

Sources :

Afficher la suite
0 0 voter
Évaluation de l'article
guest
50 Commentaires
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Clarkounet Gaybeulounet
Clarkounet Gaybeulounet
28 juin 2024 12:52

Tiens j’ai oublié de vous en parler, mais j’ai vu Seleone Tul’adiaki Se fendre d’une de ses analyses juridiques personnelles sur Facebook…

Le mec expliquait la veille des transferts que jamais on n’enverrait les membres de la CCAT en Métropole, en utilisant les bases juridiques qu’il a sans doute apprises par ColdKat…

Raté!

En plus j’ai vérifié: on en pense ce qu’on veut mais ce dépaysement d’une affaire judiciaire est parfaitement légal.

XYY .
XYY .
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
28 juin 2024 21:24

Clark.
“[le] dépaysement d’une affaire judiciaire est parfaitement légal.”.
Exact. Sauf qu’en l’occurrence il ne s’agit pas de dépaysement de procès mais de détention provisoire.
Et c’est de la responsabilité du JLD, qui est seul juge en la matière et à toute latitude pour le lieu de détention, selon les intérêts de la procédure.
https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006071154/LEGISCTA000006167427/
On voit mal comment Bichou Tein aurait pu séjourner aux 400, prison déjà surpeuplée ou à Koné.
Au moins à Mulhouse, il pourra savourer de l’estomac de pwaka farci ou un baeckeoffe.

Clarkounet Gaybeulounet
Clarkounet Gaybeulounet
Répondre à   XYY .
30 juin 2024 17:08

dépaysement d’une affaire judiciaire”
devient:
“dépaysement de procès”

Voilà pourquoi tu m’énerves.

Juste une question: certaines personnes étaient initialement assignées à résidence.
Tein et ses amis en faisaient-ils partie?

si oui: cette expatriation pourrait être une solution au non respect des assignations.

En réalité je ne sais pas.

Et les défenseurs de cette bande de salauds ne vont certainement pas nous renseigner.

C’est mieux d’en faire des martyrs.

C’est plus sexy.

XYY .
XYY .
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
30 juin 2024 20:07

Clark. “Voilà pourquoi tu m’énerves.”. Je n’y peux rien. Les mots (et notamment en droit) ont un sens. Pour le moment, le Bichou est mis en examen pour au moins 5 chefs d’accusation potentielle. Il n’est pas (encore) mis en accusation: ça n’est qu’à ce stade ultérieur qu’on pourra parler de dépaysement du procès (ou pas). https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006071154/LEGISCTA000006138108/#LEGISCTA000006138108 “certaines personnes étaient initialement assignées à résidence. Tein et ses amis en faisaient-ils partie”. Oui. Bichou et une vingtaine d’autres, mais bon, d’après les vidéos sur les pages FB CCAT, il se baladait comme il voulait, fallait juste qu’il pointe 2 fois par… Lire la suite »

Clarkounet Gaybeulounet
Clarkounet Gaybeulounet
Répondre à   XYY .
1 juillet 2024 09:10

“Les mots (et notamment en droit) ont un sens”…Putain mais ce que tu peux être con!

Donc pour que les mots correspondent au droit, tu les modifies.

C’est cela qui m’énerve!

Quand je te dis d’aller te faire ENCULER, tu me réponds que tu ne peux pas te faire BAISER par un homme parce que tu n’as pas de chatte…

Ensuite tu m’explique que BAISER ne peut se faire que de bite vers chatte.

Alors que je t’ai bien envoyé te faire enculer. ce que je réitère.

Alika Antitra
Alika Antitra
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
1 juillet 2024 09:47

Clark : “Putain mais ce que tu peux être con!

comment image

Clarkounet Gaybeulounet
Clarkounet Gaybeulounet
Répondre à   Alika Antitra
1 juillet 2024 09:48

Alors que je t’ai bien envoyé te faire enculer. ce que je réitère.

XYY .
XYY .
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
1 juillet 2024 11:31

Clark. “Donc pour que les mots correspondent au droit, tu les modifies.”. Je corrige tout simplement. Et je réitère : “Les mots (et notamment en droit) ont un sens”. “L’ affaire judiciaire”, comme vous dîtes, n’est pas dépaysée – pour l’heure -, elle relève toujours – pour l’heure – de la Cour d’Assises de Nouméa. Peut-être qu’il y aura application de l’article 664 du CPP (voir lien supra). A ce moment, il y aura effectivement “dépaysement”. “Quand je te dis d’aller te faire ENCULER, tu me réponds que tu ne peux pas te faire BAISER par un homme parce que… Lire la suite »

Clarkounet Gaybeulounet
Clarkounet Gaybeulounet
Répondre à   XYY .
1 juillet 2024 13:09

“la Cour d’Assises de Nouméa”

ça c’est justement l’enquête qui va le déterminer.

Et on peut donc procéder aux interrogatoires nécessaires ailleurs, pendant que l’enquête à lieu sur place.

D’où le terme “affaire judiciaire”, plus général.

Et donc c’est légal de toutes façons, quel que soit le mot que l’on attribue.

Et quand un imbécile vient me dire que ce n’est pas “l’usage”, je lui demande si les émeutes organisées par la CCAT sont “l’usage’?



Alika Antitra
Alika Antitra
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
1 juillet 2024 13:21

Clark : “… ce n’est pas “l’usage”, …

Pour rester dans ton ton :
https://youtu.be/KdvVvx8AhY4

P.S. : par chez moi, on disait “avec du beurre“.
Le beurre, ça sert à tout …

Dernière modification 12 jours plus tôt par Alika Antitra
XYY .
XYY .
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
1 juillet 2024 15:42

Clark. ” “la Cour d’Assises de Nouméa” ça c’est justement l’enquête qui va le déterminer. “. Euhhh… L’enquête est déjà en cours et releve de la juridiction de Nouméa. “Et quand un imbécile vient me dire que ce n’est pas “l’usage”. Qui ? Quand ? Comment ? 😊 Sinon “quel que soit le mot que l’on attribue.”… Pour vous, à l’entrée de Ouemo, ce sont des riverains vigilants ou des miliciens ? Les mecs qui ont pillé plus d’un demi-milliard dans kes DAB, ce sont des militants de la grande cause kanak ou des voleurs ( ou des criminels… quand… Lire la suite »

Nogius
Nogius
Répondre à   Clarkounet Gaybeulounet
30 juin 2024 20:30

Ah ça c’est sûr ils vont être dépaysés.

LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   Nogius
30 juin 2024 21:13

Nogius “Ah ça c’est sûr ils vont être dépaysés.” Et surement sevrés de… Faudra quand même, que les matons surveillent de près, les stocks de (*). Surtout si certains, de nos désaxés – dépaysés reçoivent, des colis et, demandent à faire des travaux de peinture au sein de leur nouveau lieu de vie. Je me suis laissé entendre dire que certains, là encore, dans des îles proches de nous sur cette bande de terre, étaient férus d’expériences de Chimie organique qui, associeraient les deux composants ci-après dévoilés, pour en exprimer une boisson quelque peu euphorisante mais plus que souvent, mortifère.… Lire la suite »

saoalcool.jpg
Dernière modification 13 jours plus tôt par LedZep4096
Alika Antitra
Alika Antitra
27 juin 2024 19:22
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   Alika Antitra
27 juin 2024 21:27

Alik “Des sous, Manu, des sous, Manu, des sous …” Oui mais, il y a aussi (*) Le combat de “l’UC – CCAT – Goa” contre l’Etat Français ! Ils sont de plus en plus déjantés, schizophrènes, paranoïaques… à “l’UC – CCAT – Goa”. Ont-ils conscience du poids des mots au point de signer, à la débotté, les écrits délirants du “Chaud Chat” : https://www.facebook.com/photo?fbid=788746146739887&set=pcb.788746230073212 Selon “le Larousse” qui fait autorité en la matière : “combat nom masculin 1. Engagement limité dans l’espace et le temps de formations terrestres, aériennes ou navales adverses. Synonymes : action – assaut – bataille… Lire la suite »

2024-06-27_203034.jpg
Dernière modification 16 jours plus tôt par LedZep4096
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   LedZep4096
27 juin 2024 22:05

Suite de mon commentaire du  27 juin 2024 21:27

“Oui mais, il y a aussi (*) Le combat de “l’UC – CCAT – Goa” contre l’Etat Français !”

(*) Le texte complet pour celles | ceux qui n’ont pas accès à Facebook.

2024-06-27_220233.jpg
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   Alika Antitra
27 juin 2024 23:58

Alik “Des sous, Manu, des sous, Manu, des sous …[ https://rrb.nc/podcast/les-jeudis-de-l-economie-l-etat-financier-de-la-caledonie ]” “La Calédonie connait de graves difficultés structurelles, et elle se retrouve aujourd’hui en situation de rupture de trésorerie. On sait par ailleurs que le président du gouvernement a écrit au président de la République pour solliciter une aide de 31 milliards de Francs. Nous ferons un point complet sur le sujet demain midi avec Yannick Slamet, membre du gouvernement en charge du budget et des finances.” Pour financer, le top 2025 de la bande des 4 [ Dany 🍷, WAllahMytan, Charly ☮️, Loulou ☁️], le chômage bien réel… Lire la suite »

Dernière modification 15 jours plus tôt par LedZep4096
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   LedZep4096
28 juin 2024 10:21

Suite de mon commentaire du 27 juin 2024 23:58 “Et avec çà, la déconnade intégrale du duo Goa – “Chaud Chat”.” Dans leur missive adressée à Jupiter [mais si, mais si… c’est la moindre des choses] et tant qu’à faire, à notre Monde [globalisé, multipolaire, poutinien,] nos braves Cheguevaristes de salon n’hésitent pas à déblatérer sur une soi-disant résolution, concernant la Nouvelle-Calédonie, qui aurait été adoptée par le “Machin”, alias l’ONU et plus particulièrement par le fumeux C24 le 21 juin dernier (*). J’ai beau chercher et rechercher sur le site du “Machin”… rien n’y fait. A preuve du contraire,… Lire la suite »

2024-06-27_222953.jpg
Dernière modification 15 jours plus tôt par LedZep4096
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   LedZep4096
28 juin 2024 20:19

Nième Suite [et non fin (?)] de mon commentaire du 27 juin 2024 23:58 “Et avec çà, la déconnade intégrale du duo Goa – “Chaud Chat”.” Ils font de plus en plus preuve de “cynisme déconcertant” notre couple “Chaud Chat – Goa”. Dernière lettre du Chaud Chat (*) disponible pour tous, de Dunkerque à Dau Ar, sur le site de l’UC. Sur sa page “Fesse Bouc”. Florilège. “Dimanche le peuple Kanak doit se lever et d’un pas uni, se diriger vers les Urnes.” Aux urnes citoyens [Kanaks] et allez-y… en bons enfants [de la future patrie] ! Laissez vos Tamiocs… Lire la suite »

UC-2024-06-28.jpg
Dernière modification 15 jours plus tôt par LedZep4096
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   LedZep4096
28 juin 2024 21:12

Complément à mon commentaire du 28 juin 2024 20:19

Plus lisible la la lettre de Goa – Chauchat (?).

aux-urnes-etc.jpg
LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   LedZep4096
28 juin 2024 21:20

Complément à mon commentaire du 28 juin 2024 20:19

Encore plus lisible (?)

441548458_789152516699250_5168286085164955618_n.jpg
XYY .
XYY .
Répondre à   LedZep4096
29 juin 2024 06:38

LedZep.
“lisible”.
Remonter à la source…
https://www.facebook.com/share/p/j5hCacKzTfaDPVBS/

Electron Libre
Electron Libre
25 juin 2024 18:59

A part ça, je précise que j’aime bien cet article, il est fouillé, bien construit et le dernier paragraphe qui fait office de conclusion replace les choses dans un contexte plus large et est le point d’orgue de la réflexion.

Dernière modification 18 jours plus tôt par Electron Libre
Naif
Naif
25 juin 2024 15:49

Nicolas Baverez le figaro.fr
La France n’a résisté à la vague populiste qui aurait dû l’atteindre dès la décennie 2010 que par la solidité de ses institutions et par la discipline républicaine des partis de gouvernement. Mais Emmanuel Macron a démoli ces digues pour préparer méthodiquement l’arrivée du RN au pouvoir.

Naif
Naif
25 juin 2024 10:45

Source : TF1 Info Tous les jours jusqu’aux élections législatives, l’Ifop-Fiducial mesure les intentions de vote des Français pour LCI, “Le Figaro” et Sud Radio. Élections législatives 2024 Voici les résultats de ce dimanche 23 juin. Le RN creuse l’écart À une semaine jour pour jour du premier tour, le duel entre le Nouveau Front populaire et le Rassemblement national se confirme. Dans cette campagne éclair, le parti porté par Jordan Bardella continue toutefois sa course en tête. Les candidats investis par le parti d’extrême droite récoltent 35,5% des intentions de vote (+0,5). Ils continuent de creuser l’écart avec l’alliance… Lire la suite »

Naif
Naif
25 juin 2024 09:30

Article du jdd
Ancien président du Conseil constitutionnel, gaulliste historique qui travailla aux côtés de Michel Debré – le père de la Constitution de la Ve République –, Pierre Mazeaud affirme qu’Emmanuel Macron « va devoir démissionner ». « Pour arrêter cette situation grave pour notre pays et par là même ses répercussions sur l’Europe et même dans le monde, je suis de ceux qui pensent que le président de la République se doit de démissionner », tranche Pierre Mazeaud qui reproche à Macron d’avoir fait un « coup de poker » avec la dissolutio

Clarkounet Gaybeulounet
Clarkounet Gaybeulounet
Répondre à   Naif
25 juin 2024 09:35

Arrête de te masturber là-dessus c’est dégueu.

On n’en a rien à foutre de ce qui te fait jouir.

Minie
Minie
Répondre à   Naif
25 juin 2024 10:22

Et? C’est qui Mazeaud ? Parce qu’ en plus du bazar à l’AN il faudrait des élections présidentielles à la suite ? T’es pas Mazeaud mais t’es maso?

ditou
ditou
25 juin 2024 07:13

En ce moment c’est une mode chacun y va d’une lettre. Pour Macron c’est deux lettres, l’une aux français et l’autre aux calédoniens.
J’ai appris, qu’il ne réunirait pas le congrès pour le dégel électoral, mais qu’il établera lui même le nouveau statut, puisqu’aucun accord n’a été trouvé issus en parti soit disant du document martyr.

Minie
Minie
Répondre à   ditou
25 juin 2024 10:26

Add: j”ai trouvé : Mazeaud, 94 ans ! tu m’étonnes que je ne le connaisse pas et pourtant je suis une senior!

ditou
ditou
Répondre à   Minie
25 juin 2024 11:11

Hors sujet

Minie
Minie
Répondre à   ditou
25 juin 2024 12:54

Mais pas du tout hors sujet! Il a bien cité Mazeaud et je répond bien à sa citation ! Et je ne réponds pas par la recette du couscous royal !Mets tes lunettes mamie ditou! Qui se soucie de l’opinion d’un vieux papi de 94 ans retiré de la politique depuis des lustres et inconnu des générations du XXI s? C’est ta réponse qui est hors sujet. Et ne fais pas ta maligne ,je suis sûre que tu ne connaissais pas ce personnage!🤣

Minie
Minie
Répondre à   ditou
25 juin 2024 13:17

Hors sujet C’était à Naif en effet que j’aurais dû répondre et pas à toi ditou,erreur de ligne! Pour le coup cest moi qui devrait mettre mes lunettes!

Alika Antitra
Alika Antitra
Répondre à   Minie
25 juin 2024 16:03

Minie : “Mazeaud, 94 ans ! tu m’étonnes que je ne le connaisse pas et pourtant je suis une senior!

Gamine !
Moi, si …

Il est un peu sourd (moi aussi, mais un peu moins), mais pas gâteux (comme le devient le polyvacciné plus vraiment à jour …) :
https://www.youtube.com/watch?v=LDXqcerJgJQ

Minie
Minie
Répondre à   Alika Antitra
25 juin 2024 18:07

Bon. Il a fait de l’alpinisme. Mais 1929! C’est la fêeete !

LedZep4096
LedZep4096
Répondre à   ditou
25 juin 2024 12:55

ditou “J’ai appris, qu’il ne réunirait pas le congrès pour le dégel électoral, mais qu’il établera lui même le nouveau statut, puisqu’aucun accord n’a été trouvé issus en parti soit disant du document martyr.”

Tout ceci dans une étable, sous la houlette de Perette et son :

comment image

Aller, musique d’époque (la tienne ? 👍) : Marcel Amont https://youtu.be/yO1SxcPiEoI

Dernière modification 18 jours plus tôt par LedZep4096

Voir plus dans Actualité

Top du moment

Commentaires récents

To Top