Connect with us

Calédosphère

Actualité

Cannabis : Fléau ou Enjeu ?

Alors que les choses bougent dans de nombreux états sur la question de l’encadrement législatif autour du cannabis, depuis de nombreuses années la classe politique française se divise sur ce sujet sociétal épineux. En Nouvelle-Calédonie cela reste encore aujourd’hui un tabou. Faire tourner ?

La beuh, la pacalolo, la weed, le zamal, le shit. Le vocabulaire n’est qu’une question de lieu, de culture ou de conditionnement, reste la substance, partout présente. C’est dans des groupes très populaires qui rassemblent, pour l’un d’entre eux plus de 6000 jeunes calédoniens sur Facebook, que le débat est particulièrement animé autour du cannabis. Car oui, il existe des groupes parfaitement publics sur les réseaux sociaux calédoniens créés uniquement pour cela : discuter de cette drogue qu’on dit « douce » et partager des infos. Leurs membres en parlent pour la plupart sous couvert de l’anonymat grâce à des pseudos, histoire de se rappeler qu’en Nouvelle-Calédonie comme souvent, la vente et la consommation du chanvre sont interdites par la loi. Si dans ces forums improvisés certains avouent ne pas « consommer » ils semblent tous d’accord pour dire que « le cannabis est un sujet majeur en Nouvelle-Calédonie ».


Capture d’écran 2015-02-24 à 14.53.14


Les « pistes » des consommateurs

Et chacun s’interroge quant à savoir comment ou lutter contre ses excès ou bien limiter ou encore faciliter la consommation. Au cœur des débats, quatre pistes de solution reviennent globalement dans l’ensemble des discussions :

Ø Le renforcement des sanctions actuelles. Il se traduit par davantage de répression et surtout d’accompagnement psychologique et médical. Certains évoquant des « cures de désintoxication » soutenues par des traitements médicaux drastiques.

Ø Continuer tel que. Car pour une seconde partie des intervenants, la législation actuelle encadre correctement les trafics et la consommation et tout va très bien Madame.

Ø La légalisation. Souvent mélangée à tort avec la dépénalisation, la législation défendue par une écrasante majorité des commentateurs consisterait à donner un cadre légal au produit et à l’activité qu’il englobe. Ce cadre pourrait être restrictif et le type de consommateurs limité. Généralement, les pouvoirs publics instaurent alors un monopole de vente comme pour le tabac et cherchent à contrôler toutes les étapes, de la production à la vente. (cette option permet l’ouverture de lieux de consommation tels qu’on les retrouve en Hollande, et dans certains états Américains)

Sur les réseaux sociaux, quelques-uns multiplient les arguments pour plaider cette cause :

La calédonie s’enrichirait comme avec les cigarettes ou l alcool (…) Ça casserait le traffic et toutes les violences qui va avec*

D’autres en revanche sont franchement critiques et y voit l’ébauche d’une situation qui irait en s’empirant :

Et après quand ces personnes pourront s’en procurer, ne seront-il pas attiré par des produit plus fort qu’on ne trouve pas encore en Nouvelle-Calédonie ?*

Ø La dépénalisation. Défendue par les « consuméristes moyens ou occasionnels », cette option consisterait à renoncer à punir pénalement l’usage du cannabis ou – au minimum – à baisser le niveau de l’infraction et des peines pour les consommateurs. Si le produit resterait illégal, sa vente et son trafic demeureraient des actes répréhensibles. D’aucun effectuant la comparaison avec l’alcool, une autre drogue nocive, arguant que l’ivresse n’est pas un délit mais que l’ivresse publique et l’alcool au volant restent réprimés par la loi. Pas de quoi là aussi susciter pour autant l’unanimité dans les commentaires :

Ça réglerait rien au problème du trafic !?!! au contraire, ça l’augmenterait puisque ce serait toléré de consommé du cannabis*

Les débateurs vont très loin dans ce groupe puisque, tel un sujet du bac, ils l’ont étudié et ont même établi des petites règles en cas de légalisation : limiter le nombre de grammes que l’on pourrait acheter ou encore interdire le droit à la revente et la consommation sur la voie publique. Mais pour eux le problème majeur serait de prohiber la vente aux moins de 18 ans. Ce qui semble très difficile à envisager :

On fume dès l lycée et de tte façon l’interdiction de vente de cigarette aux mineurs ca marche pas*

Pour beaucoup il faudrait également effectuer des campagnes de prévention comme pour la cigarette « à consommer avec modération ». Les personnes qui constituent ces groupes ont, semble-t-il, des idées très claires sur ce sujet :

Une partie des sommes qui serai gagner par le gouvernement servirai pour les campagnes*

Ces pages de plus en plus populaires sont aujourd’hui devenues de véritable « coffee shop » en ligne sur Facebook. Il faut bien entendu connaître le langage codé qui est utilisé, mais dès lors qu’on le comprend il devient très facile de se procurer un « 5 MiLL » ou un « 10MiLL » correspondant à des parts de drogues produites sur l’ensemble du territoire et revendues en toute illégalité un peu partout dans le Grand Nouméa. En revanche, certains sujets n’y sont pas du tout évoqués : les effets néfastes sur la santé par exemple et entre autre les conséquences sur les facultés mentales, la mémoire et les risques de troubles psychiatriques ou neurologiques. Il faut dire aussi que les commentateurs sont presque tous des consommateurs réguliers…

Un choix de politique publique

L’année 2014 fut celle d’une évolution législative importante pour le cannabis puisque dans certains états américains (Colorado ou Washington) a été légalisée la vente dans des commerces spécifiques où tout résident âgé de plus de 21 ans peut acheter jusqu’à 28 grammes de produit. Conscient de la faillite de la politique de prohibition, ces états font preuve de pragmatisme – certains diraient de cupidité – et se lancent sur la voie de la légalisation contrôlées. En France, aucun parti politique à l’exception des écologiques ne prônent la dépénalisation.

En Nouvelle-Calédonie, l’achat et la possession de cannabis constituent donc une infraction pénale. En 2012 le gouvernement avait lancé son plan ISA (informer, sensibiliser, agir) contre le cannabis que l’exécutif avait placé comme l’alcool et le tabac dans la catégorie des « fléaux » pour la jeunesse. Sur le territoire, la consommation de cannabis commence dès l’âge de 11 ans et selon une étude de 2008, un jeune sur six en classe de 4ème a déjà fumé du cannabis au moins une fois au cours de sa vie. A l’âge de 17-18ans près d’un jeune sur deux déclare avoir déjà consommé du cannabis et 8% sont des consommateurs très réguliers.

Si la consommation d’alcool est répertoriée comme le problème n°1 des Calédoniens, la consommation de cannabis constitue elle aussi un fléau important. La Nouvelle-Calédonie compterait près de 40 000 consommateurs de cette herbe avec, selon des estimations, un chiffre d’affaire au noir qui tournerait autour du milliard de Fcfp chaque année. Ce produit est également souvent impliqué dans les accidents de la route. Du côté des politiques, les discussions se font rares sur ce sujet. Pour Gérard Reignier secrétaire général de l’UC qui s’exprimait récemment sur le sujet « le problème ici est la difficulté des excès » et pour le dirigeant indépendantiste « il faut casser le marché du cannabis autrement ».

10998881_368253986693247_446869540023911316_o

La Nouvelle-Calédonie productrice de cannabis ?

Cela reste encore dans le domaine d‘une l’hypothèse ou différents enjeux viennent s’entrechoquer. Si dans divers états américains certains ne savent plus quoi faire de l’argent engrangé grâce aux taxes sur la consommation de cette drogue, certains ici pensent que de telles sommes seraient utiles pour notre système social bien moribond et les régimes sociaux dans le rouge. Cependant, nos politiques ne semblent pas prêts à franchir le Rubicon. Au cœur de leurs discours, la santé des jeunes calédoniens ; même si ceux-ci semblent, dans une large part, ne pas vouloir vraiment s’en soucier.

* Tous les noms et pseudos n’ont pas été indiqués. Ils sont cependant visibles en public sur le groupe Facebook en question (texte d’origine)

[poll id=”50″]

Continue Reading

Jeune internaute tout frais sorti d'un œuf de la discorde, Machiavel à la plume alerte des jeunes pousses. Techno-connecté, s'exprimant sur tous les réseaux sociaux, Machiavel représente cette génération 2.0 qui occupe naturellement le Net. Marqué à droite, ses premiers écrits tranchent avec le politiquement correct habituel en Calédonie. A n'en pas douter, au fil du temps, le plus jeune de nos contributeurs saura prendre sa place parmi les "grands".



Laisser une réponse

93 Commentaires sur "Cannabis : Fléau ou Enjeu ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
alex

Tant d’argent gâché dans une répression qui plus que jamais montre son inefficacité.Les ricains l’ont bien compris, mais nous on reste campés sur des discours moyenâgeux.Tout cet argent + les taxes sur le cannabis pourraient être investis dans la lutte contre l’alcool ou le diabète… Les prisons , la justice et la police arrêteraient de brasser de l’air autour de tout ça…. Mais non, on préfère laisser comme ça.

Déjà qu’on a des champions de la paresse et de l’absentéisme en NC dans les entreprises….  Pas pour rien que les grosses boites se mettent de plus en plus aux contrôles surprises pour le cannabis. J’en connais plein des gens qui fument du cannabis.. pour la plupart, ils végètent, ils sont mous, aucune ambition etc… Ca ne donne pas envie de légaliser ça ici.

Chong

De toute façon avec les politiques antédiluviens qu’on a, c’est pas demain ni ds 3 mois ni même dans 10 ans que la réglementation risque de changer. Alors keep cool and keep talking 🙂 Les choses changeront qd on sera tous assez intelligents pour se permettre devenir idiot.

paco

Pourquoi ne pas faire comme en Espagne? Ce sont des associations “social club” qui peuvent compter 99 adhérents maximum. Les cout de production sont répartis sur chacun. Chacun recoit son rationnement mensuel. Tous ca dans un cadre et une surveillance du gouvernement. Ca devra pas empecher les parent d’eduquer leurs enfants, mais ca laisse cet espace de liberté au personne majeurs et vaccinées

Rigoberto

Le sondage montre que la majorité des votants calédosphère sont pour une évolution de la législation sur le cannabis vers une dépénalisation ou une légalisation.Etonnant non ?

Ca prouve que pas mal de jeunes ont voté pour ce sondage. 

Rigoberto

T’as pas voté ?

Ouais et toi?

alambic

moi je voudrai produire à la maison mon apéro alcoolisé préféré ..mais c’est pas légal ..pourtant consommer de l’alcool c’est légal ..pareil pour le tabac … la logique de ça c’est quoi ?

Clark
En fait, les premiers qui se feraient baiser par la légalisation, ce sont tout ces petits dealers qui se font un peu de sous en vendant leur herbe… Ceux-là même qui meuglent comme des cons aujourd’hui “legalize”… Peut-être d’ailleurs parce que leur petite cervelle encannabisée n’est plus capable d’analyser clairement la situation…  Comme c’est interdit aujourd’hui de zoner bourré sur un trottoir: ça resterait interdit de zoner avec des pétards… et ils ne pourraient pas plus fumer du cana que les fumeurs de tabac, dans les lieux publics fermés… Moins d’ailleurs, car le cannabis reste un produit dont on ne… Lire la suite »

Comme en Alaska :

“Police throughout Alaska were prepared to hand out $100 citations for anyone caught smoking pot in public”

Et aux US, les flics sont bêtes, ils appliquent la loi sans tergiverser ; si c’est $100 d’amende, c’est comme ça, tu paies point barre y a rien à négocier; c’est culturel chez eux… faudrait s’en inspirer.

T’as tout compris Clark.

http://www.nytimes.com/aponline/2015/02/24/us/ap-us-legal-marijuana-alaska.html?ref=us

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top