Connect with us

Calédosphère

Actualité

Faut-il brûler les maisons de quartier ?

En moins d’une semaine, la maison de quartier Artigues a été la proie de vandales qui y ont opéré par le feu de sérieuses dégradations. Les dégâts se comptent en dizaines de millions de francs.

Et cela repose toute la question de ces infrastructures de proximité, mais parfois trop isolées, et installées dans des quartiers dits difficiles. Ça n’est pas la première fois que ce genre de faits se produit, ainsi depuis plusieurs années, Montravel n’a plus de maison de quartier, ayant été elle aussi la victime de jeunes délinquants. Pour la municipalité, qui a du faire face il y a quelques jours encore à des dégradations commises dans des écoles de Kaméré, ce problème semble insoluble ou en tous les cas, les réponses apportées ne seront peut-être pas les bonnes. En effet, soit la ville répare les dégâts en espérant que les dégradations cessent, soit elle ne les répare pas et les quartiers sont privés de ces structures qui néanmoins rendent bien des services aux habitants.

Des gangs connus de la police

Ces dernières années, les actes de vandalisme perpétrés dans la ville ont pris une ampleur inquiétante et dramatique. Que l’on se souvienne de la destruction du mur d’escalade de Magenta. D’une manière générale, les infrastructures municipales, en particulier les terrains de sport et les établissements scolaires, connaissent des dégradations récurrentes. Elles sont le fait de gangs, parfois fort bien identifiés par la police, composés généralement de mineurs dont certains récidivistes et qui, malgré de multiples interpellations, se retrouvent encore et toujours dans les rues. N’y a-t-il donc aucune solution ? Sans doute que si, et tout d’abord dans une implication encore plus grande des habitants des quartiers dans des actions significatives auprès de leurs jeunes à la dérive. Car les premières victimes de cet état de choses sont bien les quartiers qui, si cette situation devait perdurer, verraient peu à peu les quelques infrastructures dont ils disposent être soit détruites soit fermées.

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

35 Commentaires sur "Faut-il brûler les maisons de quartier ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
中国娘

faut interdire la vente d’allumette, pas plus de 4 allumettes par pyromanec’est CE et Gomès qui ont libéré la vente de générateur pyrotechnique portatif ?

bruler quelque chose en caledonie  n’est pas comme on le pense  de fait de delinquant commun  .En effet ici bruler c’est une arme ,un acte de combat ideologique.Quelque  souvenirs   : Cote d’est    biens d’europeens,metis ,melanesiens profr brulés pour les chasser et de chasser toute opposition.- Les batiments historiques ou colonial par exemple.- Et maintenant les maisons de quartier  de Noumea pour empecher les familles de “faire collabo avec la mairie”

Tu veux dire comme le Club Med à l’Ile des Pins? …Ou comment scier la branche sur laquelle on est assis…

 “les reponses apportées par la ville ne sont pas les bonnes , soies elle repare en esperant que cela cesse , soies elle ne repare pas ” ,euh  hubert je croies que vous oubliez une action visible actuellement c est : elle multiplie les effectifs de police et les rondes en leur permettant d avoir des armes chargées a balles réelles , vous devriez rajouter ceci dans les actions mises en oeuvre et qui s averent inutiles . a moins que vous ne considerez que la reponse doit etre : ENCORE plus de kepis et de flingues ????

du calme samael , du calme , on est dans le pacifique rien ne sert a s exciter comme ca . bon , “ferme la” tout d abord je te remercie pour ta question qui est claire je vais donc te repondre clairement . tout d abord je vis en caledonie mais je ne suis pas kanak , donc je n ai pas le méme lien a cette  terre ce qui ne m empeche pas d aimer la caledonie pour toutes autres raisons : la qualité de vie , la gentillesse de ses habitants (quoiqu en disent les medisants) le… Lire la suite »

T’inquiète donc pas pour mon calme, je sais le garder.

De quel flingue tu parles? Ceux de la Police Nationale, ou les tasers de la Police Municipale? Parce que dans le dernier cas il ne s’agit pas d’arme à balle réelle. Attention à ne pas faire de la désinformation. De plus j’aimerai rajouter que ceux qui usent le plus d’armes à feu au Pays, ce ne sont pas les policiers, mais bien les citoyens, cf l’actualité. 

de la desinformation ? samael sans vouloir vous vexer je m apercois qu avec vous mieux vaux bien expliquer les choses , savez vous que mme lagarde a demandé a ce que la police municipale de nouméa puisse etre armée avec de vrais flingues (donc a balles réelles) si vous me comprenez jusque la je continue : je faisais allusion a un oubli dans la reponse de la ville aux degats sur les maisons communes , cet oubli c est encore plus de repression et je precise que c est ironique puisque je pense que plus de repression ne sert… Lire la suite »

Le soucis ce n’est pas ma compréhension des choses, même si je ne prétend pas toujours tout comprendre, mais le fait que tu avances des faits, sans apporter de preuve. Où sont les déclarations de Mme Lagarde concernant ces armes à feu? Commence par là et on avise pour la suite. 
Après concernant la répression il y a plusieurs écoles, je dirai simplement que le laxisme n’est pas non plus une solution viable.

Ferme-la
Je vous copie/colle ici ma question posée dans un autre article, merci de votre réponse : Gadjo, vu que vous prônez l’indépendance comme une délivrance à tout bout de champ, est-ce que, contrairement au sous-homme seleone dont j’ai posé la question sans réponse intelligente de sa part en retour, vous pourriez nous expliquer, à nous non-indépendantistes, ce que la Nouvelle Calédonie et ses habitants (de première et de seconde zone, référence au corps électoral gelé et aux radiations) va gagner à être indépendante sans bien sûr nous rabacher l’éternelle « identité Kanak » qui, vous savez très bien, ne veux plus dire grand… Lire la suite »

C’est l’éternelle question qui demeure sans réponse de la part des pro indépendantistes. Même leurs têtes pensantes n’arrivent pas à trouver une réponse viable. 

“Et si vous alliez jouer à la maîtresse ailleurs ? […] vos corrections grammaticales ?”

Eh déb.le, réfléchissez (?!) 5 minutes (plutôt 5 heures) et vous comprendrez* (??) qu’il ne s’agissait pas d’une correction grammaticale, abr.ti !
Vous venez de perdre votre énième occasion de la f.rmer, Fer.me-l.a.

* j’ai pitié de votre pauvre cervelle, une piste : ironie sur le nombre riquiqui de têtes pensantes dans les partis calédoniens en général et indépendantistes en particulier

Ferme-la

Eh l’âne de l’info ! Et si vous alliez jouer à la maîtresse ailleurs ? Gros lourdingue que vous êtes. Cela ne vous suffit il pas de vous rendre ridicule à chacune de vos contributions avec vos copiés/collés des pensées, des articles des autres ainsi que vos corrections grammaticales ?

“Même leurs têtes pensantes”

Voilà un pluriel bien singulier.

Des centres pour jeunes délinquants avec une discipline militaire et un apprentissage obligatoire d’un métier en plus d’études générales. Levé tous les jours à 6h : douche; appel; corvée;  petit dèj; rassemblement en rang; levée des couleurs; rappel des consignes et des règles disciplinaire; éducation physique; douche; cour; déjeuner; 1h de repos; reprise des cours; goûter; sport; douche; étude; dîner; temps libre; extinction des feux à 22h.Pourquoi chercher midi à 14h quand il suffit de se référer à ce qui existe déjà !

@ Max98 bien vu Max, j’ai été interne à Bourail encadré par des frères canadien, ça marchait à la baguette et le terme n’est pas galvaudé. Ben y avait aucun problème de discipline et aujourd’hui toutes ces générations qui sont passés par là sont tous sorti avec un bagage qui leur a permis d’avoir une situation. On va pas nous faire croire aujourd’hui que cette discipline d’antan a engendré des drames d’ordre psychologique, sinon nous serions tous à Nouville ou au C. Est. Donc, oui cela je l’ai vécu et je le revendique fièrement. Il n’était pas question de traîner… Lire la suite »
Une fois de plus sur calédosphère, ceux qui parlent n’ont pour la plus part, jamais mis les pieds en brousse ou aux îles. Ou ne s’y intéressent pas. Nouméa, centre de la NC, et son se demande pourquoi il y a des problèmes !!!Ce que vous venez de décrire est exactement ce qui se passe dans les internats dès Bourail. Dans les collèges et lycées les élèves sont à 80% internes. Quand à ce monsieur B, il mélange un peu tout. Lui aussi parle de quartiers qu’il ne connait pas, il parle de kaméré, de Tindu, P.Lanquette etc. où sont… Lire la suite »

La répression ça ne marche pas… Mais il faudra des siècles et des trilliards dépensés pour que nos cons de politiques politicards politiciens (j’ai lu ça ici) s’en inquiètent…Faudra peut-être un jour leur poser les VRAIS questions… La connerie humaine, elle est IMMENSE…

je suis contre la repression a outrance qui coute cher au contribuable et ne fait qu attiser encore plus la haine envers notre systéme judiciaire corrompu . par contre faire reconstruire la maison commune par le casseur ????? pas mal comme idée , voila ce que j appelle une repression constructive , et pourquoi pas au terme d une mission reussie brillamment ne pas enfoncer le clou de la reinsertion et l employer comme gardien de la méme maison commune ou animateur de quartier ? c est ca que j appelle une repression constructive , sinon je trouve la mesure… Lire la suite »

Pas de statut clair = bordel…

bientot , bientot il y aura un statut clair , on y arrives n ayez crainte

“Ah ben c’est simple : suffisamment longtemps pour y rencontrer les vraies vér…., ”
————-
Centre de détention pour mineurs = ne sont pas mélangés avec les majeurs criminels, donc il n’y aura pas de formation accélérée (la même formation qu’ils ont quand on les laisse dans la rue).
Tu les occupes tous les jours : obligation de faire le champ ( leur propre nourriture) obligation de suivre des cours. Le reste du temps cellule.
Renseigne-toi sur ce qui se fait ailleurs.

Une connaissance infirmière qui travailler avec des détenus me disait que les jeunes délinquants ( mineurs ) sont parfois pires que leurs aînés. 

Professeur Tournesol

Ce qui se fait ailleurs : je voudrais bien que tu nous dises où et que tu nous donnes les taux de délinquance dans ce ailleurs ou il fait si bon vivre.Les mineurs doivent être éduqués, formés, encadrés, tout ce que tu veux, et longtemps si possible. Mais la détention n’est pas une solution à long terme : c’est un pansement sur une jambe de bois. Et quand les pansements couvrent la jambe, on n’est pas loin de l’amputation (plus de pansement et adieu la jambe).

J’ai déjà précisé qu’il s’agit d’une détention qui s’accompagne d’une rééducation. Je suis pour des maisons de correction avec discipline, travail et cours. Je suis contre une détention oisive des mineurs. Mais je pense que pour ces jeunes la détention à la fois punitive et éducative leur rendra plus service que l’impunité et la rue. La détention (punitive et éducative) reste une sanction nécessaire dans la symbolique qu’elle porte : la faute, la mauvaise conduite délibérée est punie de privation de liberté; après, faut voir le contenu et la méthode qu’on y met. Relisez mes commentaires, relisez celui d’ Ad… Lire la suite »
XXX

L’histoire des colonies pénitentiaires en France dans la première moitié du XXème siècle (de leur création à leur fermeture)
a montré les limites du modèle sur lequel vous vous appuyez. Cette
référence est effectivement toujours très présente dans la tête de bien
des gens… entre “mythe et réalité” comme cela est souvent le cas sur les sujets de société. Mais, tout
n’était sans doute pas à rejeter ; leur histoire est un support à la
réflexion et peut certes, contribuer à éclairer une problématique
d’aujourd’hui.

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top