Connect with us

Calédosphère

Vu sur le Web

UNC : « Je constate que le niveau d’entrée est de plus en plus bas »

Nouvel invité des « éditos de Kenny », le président de l’Université dresse un portrait de la situation sur le campus de Nouville. Bilan de son action, avancées, classement de l’UNC, niveau des élèves, vie sur le campus et transfert de la compétence, Gaël Lagadec parle clair et sans langue de bois. Cours magistral ?

Élu en juillet 2013, Gaël Lagadec évoque au micro de Kenny quelques-unes des actions qu’il a participé à mettre en place depuis qu’il a accédé à la présidence de l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC). Parmi celles-ci la mise en commun des objectifs et des moyens des organismes de recherche, la création du fameux IUT (Institut Universitaire de Technologie) qui a ouvert à la rentrée 2015, la création d’un Centre de Formation des Apprentis pour tendre à la « professionnalisation » des cursus ou encore la mise en place d’un centre de production numérique pédagogique capable de créer, diffuser et relayer des enseignements adaptés aux étudiants calédoniens via internet. De quoi, selon son président, permettre à l’université de réussir son « tournant numérique ».

Calendrier Austral et niveau du Bac

Après avoir évoqué l’accord-cadre passé avec Paul Néaoutyine – lequel devrait permettre une délocalisation de certaines formations en Province Nord – le président de l’UNC a répondu à la question qui fâche : à savoir, pourquoi l’UNC figure à la dernière place dans le classement des universités de France ? Selon Gaël Lagadec le principal critère de ce classement est en cause, c’est-à-dire la proportion d’étudiants inscrits et réussissant leur licence trois ans plus tard.

Le problème c’est que dans notre calendrier austral il est inversé par rapport à la métropole, et de très, très nombreux étudiants s’inscrivent à l’UNC en 1ere année et, à mi-année, partent en métropole (…) évidement ces étudiants sont comptés en échec (…) de plus ils sont très souvent des bacheliers scientifiques ce qui nous pénalise d’autant plus (Gaël Lagadec) 

Or, l’UNC est la seule université de France à avoir un calendrier austral. Une exception qui ne jouerait pas en sa faveur. De plus, rompant avec un discours normalement plus policé au sein du monde de l’éducation, Gael Lagadec insiste sur le niveau des élèves qui entrent dans l’enseignement supérieur et notamment sur le niveau de leur bac.

Les exigences pour obtenir le baccalauréat diminuent année après année (…) Il y a un écart qui augmente entre ce qu’il faut pour réussir le Bac et ce qu’il faut pour réussir à l’université (Gaël Lagadec) 

Pour ce maître de conférences en économie le problème est important, certains élèves présentant des difficultés avec les notions de base alors que le corps enseignant de l’UNC refuse de diminuer son niveau d’exigence pour ne pas fournir des diplômes « sans aucune valeur » :

Je constate que le niveau est de plus en plus bas(…) je fais parfois de l’enseignement au niveau collège (…) L’université est le révélateur ultime des failles du système parce que nous sommes en bout de chaine et que nous n’avons pas pris le parti d’effondrer le niveau de nos exigences (Gaël Lagadec) 

Revenant sur la vie du campus qui héberge 650 jeunes et rappelant que ces derniers sont majeurs et que les responsables n’ont « pas le droit d’entrer dans les chambres, il faut le savoir », Gaël Lagadec confirme qu’il y a déjà eu des débordements divers, généralement causés par l’alcool, mais que les responsables (la SIC et la Maison de l’Etudiant) démontraient leur volonté d’améliorer le climat et les conditions de vie des étudiants. Concernant le transfert de la compétence enseignement supérieur (dit de l’article 27), Gaël Lagadec botte en touche :

 L’université n’a pas de position dans ce débat qui est un débat politique, qui doit être tranché par les élus du congrès de la Nouvelle-Calédonie

Cependant, affirmant que « Si on transfert au maximum (…) ça signifie que l’université ne peut plus délivrer de diplôme de l’Etat », le président de l’UNC rappelle que « c’est quand même une inquiétude car le risque c’est d’aller dans un transfert insuffisamment pensé pour lequel tous les problèmes se poseraient après coup ». Raison pour laquelle Gaël Lagadec demande aux membres du congrès intéressés par ce transfert de demander directement l’avis des principaux concernés : et donc aux étudiants.

[Concernant ce transfert] Ce serait bien que les élus entendent ce que souhaitent les jeunes (Gaël Lagadec)

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

11 Commentaires sur "UNC : « Je constate que le niveau d’entrée est de plus en plus bas »"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Quand on voit la difficultés pour nos jeunes pleins de bagages a trouver du boulot c’est compréhensible :/

En gros nos eleves caledoniens sont loin d’être les scientifiques de demain…

Pour quoi faire le bac ou des études supérieures??? Pour être chômeur? Pour être homme ou femme politique? Pas besoin d’études pour cela, un esprit bien tordu et une malhonnêteté notoire suffiront… Regardez le nombre de marchands/es de produits en tous genres dans nos institutions!

…et puis pour beaucoup pourquoi s’emmerder avec des études? Quand les papas ont mis de côté ce qu’il fallait (volé aux habitants du Caillou, ou à la France, souvent…) au Vanuatu, à Singapour, enfin “off shore”, quoi…

DECENNIE

la caledonie est devenu maitre en médiocrité et il n’y a pas un secteur d’activité qui soit épargné, heureusement qu’il reste les 400 cadres et la promotion familliale pour abreuvé plus rapidement qu’un réel cursus universitaire nos belles institutions, mais qui a leurs tours renforceront la médiocrité ambiante.n’ayons pas peur de l’élèvation du niveau des oceans, la médiocrité nous aura noyée bien avant elle.

C’est bien la preuve que la question de la correction locale du Bac … est un faux problème.

Allez, réfléchissez !

serpentar

on lui demande pas de réfléchir mais d’assurer l’intérim avant l’indépendance … ses états d’âme il les exprimera quand il sera muté et muré dans un lycée de seconde zone parisien

Très sympa comme commentaire. Les parents d’élèves, de toutes origines, qui souhaitent le meilleur pour leurs enfants apprécieront. Pour quelqu’un qui souhaite l’indépendance, c’est également très étonnant. De là à penser que vous souhaitez vous retrouver devant un troupeau d’ignares pour mieux les contrôler, il n’y a qu’un pas. Encore une belle démonstration de ce que serait l’indépendance de la Nouvelle Calédonie aux mains de quelques fous furieux. Vive les EPK … Salam Alikoum

???
Quel intérim Serpentar ???
C’est le Boss et puis c’est tout…
Quand au constat, encore heureux que le patron de l’UNC nous parle vrai. Y manquerait plus qu’il nous raconte des salades…!!!
Et pourquoi voudrais-tu qu’il soit muté en métropole ???

… ‘faut dire que l’niveau d’entrée (et de travail) du Congrès n’est pas bien terrible non plus.
Alors… Bof !

Ben c’est ça aussi Sagamore … et que dire le jour où ils auront leurs diplômes “cocotier” ?

wpDiscuz

Voir plus dans Vu sur le Web

Tendances

Les derniers comm’s

To Top