Connect with us

Calédosphère

Actualité

Affaire Lecren : notre réponse à Patrick Blain

Suite à notre article s’étonnant du parti-pris des Nouvelles Calédoniennes concernant le scandale politico-judiciaire créé par Anthony Lecren, le rédacteur en chef du journal a exercé son droit de réponse. Cher Monsieur Blain, souffrez que nous vous répondions.

Après avoir essuyé une flopée de critiques de la part de ses lecteurs mais aussi de la rédaction du Blog, Patrick Blain a aujourd’hui essayé dans un édito à charge de défendre deux de ses journalistes, accusés par un grand nombre d’internautes d’avoir complaisamment défendu – dans plusieurs articles – le membre du gouvernement arrêté cette semaine pour violences volontaires, ivresse et insultes à agent. S’il est parfaitement normal (et justifié) qu’un rédacteur en chef protège et soutienne ses collaborateurs, il n’en reste pas moins que c’est sur ses arguments qu’on doit juger de la pertinence de sa plaidoirie. Alors, examinons-là :

Les Nouvelles fustigent l’anonymat

Vieille antienne des médias traditionnels en mal d’argument, le rédacteur en chef du journal monopolistique semble juger un « papier » non pas aux informations qu’il contient ou à sa pertinence mais seulement à la plume qui l’écrit. Or l’information qui fait l’actualité reste bien la nouvelle arrestation d’un membre du gouvernement une semaine après que celui-ci ait déjà été condamné à deux mois de prison avec sursis. Comment expliquer alors que le seul souci de ses collaborateurs soit de le décrire comme « bel homme », « intelligent », « bien né », « fin politique » ou encore « créatif » au lendemain de son passage en cellule de dégrisement ? Dans un territoire où l’alcool et la maltraitance faite aux femmes ont été érigés au rang de cause quasi-nationale, comment expliquer une telle complaisance ? Les lecteurs des Nouvelles ont – les premiers – su réagir le jour même et témoigner de leur désapprobation sur le site internet du journal.

Pour autant, Patrick Blain – comme bon nombre de ses collègues – crache sur les contributeurs de Calédosphère qu’il nomme les « lyncheurs anonymes », les « nains », les « bucherons de l’écriture » n’ayant aucun « soupçon de compétence » (c’est à se demander pourquoi il consulte quotidiennement Calédosphère comme l’ensemble de sa rédaction…). Reste que les Nouvelles Calédoniennes sont très mal placées pour parler d’anonymat. En effet, les journalistes des Nouvelles signent leurs articles… sauf lorsque ceux-ci attaquent une personnalité ! Nous en voulons pour preuve un article à charge daté du 27 février 2014. Pour une fois, la rédaction des Nouvelles formulait alors un avis qui n’était ni un publi-reportage à la gloire d’un élu, ni un filet d’eau tiède. Il s’agissait d’attaquer Jean-Jacques Brot. Dans cet article intitulé « A fond kalolo avec JJB », les Nouvelles avaient attaqué et s’étaient moquées des milliers d’internautes qui soutenaient alors l’ancien Haut-commissaire de la République en expliquant que leurs « profils étaient trop récents pour ne pas sembler suspects ». Le journaliste (bien caché derrière son anonymat cette fois-ci) évoquait des « raccourcis saisissant » une « propagande surannée » qualifiant même ce mouvement de soutien comme étant une vulgaire « agitation ». On cherche encore la signature qui aurait dû accompagner cet article.

Autrement dit : lorsque les Nouvelles font les louanges des responsables publiques, ils signent leurs papiers. Lorsqu’ils les maltraitent, ils se protègent derrière l’anonymat. Mais cela n’empêche pas Patrick Blain de donner aujourd’hui des cours de déontologie journalistique…

Les Nouvelles perçoivent de l’argent des institutions

La rédaction de Calédosphère maintient et persiste : le financement des Nouvelles Calédoniennes dépend pour partie des collectivités locales. Lorsque Patrick Blain soutient que son journal ne perçoit « aucune subvention indirecte sous la forme de plans médias » des institutions politiques c’est soit un mensonge (et ce serait inquiétant) soit la preuve d’une ignorance manifeste (et ce serait grave). Pour ne citer que le cas d’Anthony Lecren, les lecteurs des Nouvelles Calédoniennes se souviennent parfaitement que des encarts publicitaires annonçant, par exemple, l’opération « un arbre, un jour, une vie » avaient été publiés dans le quotidien ainsi que des publicités pour l’évènement Océania 21. Une dispendieuse manifestation qui coutait chaque année une quarantaine de millions au contribuable calédonien. N’est-ce pas le Gouvernement via le cabinet de Monsieur Lecren qui l’avait financée ? Cet argent public n’est-il pas justement allé dans la « commercialisation d’espaces publicitaires » qu’évoque Monsieur Blain ? Les lecteurs des Nouvelles connaissent déjà les réponses à ces différentes questions. N’en déplaise au rédacteur en chef des Nouvelles, les lecteurs et les internautes ne sont pas stupides.

Les insultes, c’est du côté des journalistes des Nouvelles

Calédosphère est un média d’opinion libre et gratuit et le revendique. Autrement dit, les papiers des différents contributeurs sont le reflet des avis de ceux qui les écrivent et nul n’est obligé de payer pour avoir à les consulter. Et si les opinions des contributeurs et des commentateurs sont souvent tranchées elles ne sont pas insultantes. Comme le prouve la copie d’écran au bas de cet article, ce n’est pas le cas en revanche des écrits du journaliste Web de LNC qui traite sur les réseaux sociaux de « fils de pute », de « raclures » et de « pourritures », les contributeurs et les chroniqueurs de Calédosphère. La véritable question à se poser est plutôt comment Monsieur Patrick Blain, rédacteur en chef respectable dont la carrière est désormais derrière lui, peut-il accepter qu’un de ses journalistes déclare vouloir « nous crever les yeux et bouffer le bout de cerveau qui nous reste » ?

Les photos de nos articles sont publiques

Comme le prouve la copie d’écran au bas de cet article, les photographies illustrant notre papier sont parfaitement publiques. Encore une fois, plutôt que de regarder le doigt, les Nouvelles devraient regarder la lune que celui-ci désigne. Est-il acceptable qu’un journaliste d’une importante rédaction fasse sur son profil public l’apologie du cannabis dans une photographie sujette à caution ? Et c’est ça qui veut donner des leçons à la terre entière ? Quel est exactement le sens que Patrick Blain donne au mot “déontologie” ?

Conseils aux Nouvelles…

Connaissant les mauvais chiffres de vente des Nouvelles Calédoniennes, il n’est pas étonnant de voir leur rédacteur en chef « partir en vrille » lorsqu’un autre média met en exergue l’indigence de certains de ses articles. Une indigence qui explique en grande partie la lente diminution du tirage journalier du seul quotidien calédonien. Car ce n’est pas – de notre point de vue – que depuis l’avènement des nouveaux moyens de communication que les Nouvelles sont en perte de vitesse. Il y a quelques années encore, ce journal tirait à près de 20.000 exemplaires alors qu’aujourd’hui il atteint péniblement les 9000 ex/jour. Pour expliquer cette chute vertigineuse (sur laquelle nous reviendrons chiffres à l’appui, comme nous l’avions déjà fait auparavant) il est clair qu’il faut aussi aller chercher dans les suffisances, l’aveuglement et le manque de bon sens dont font preuve ceux qui se piquent d’être justement les deux experts du monde politique calédonien. Deux journalistes qui ont décidé cette semaine de tresser des lauriers à un homme politique lié depuis ses débuts à des scandales politico-judiciaires (dont l’affaire Tamaï), condamné par le tribunal de Nouméa à de la prison avec sursis, alcoolique notoire, et ayant été « chopé » cette semaine en train d‘étrangler une femme de 20 ans sa cadette. A l’évidence, les Calédoniens, qui n’ont pour s’informer qu’un seul journal de presse écrite, méritent certainement mieux…

La rédaction


 chatel 2


chatel 1


chatel 3


Continue Reading

La rédaction de Calédosphère



Laisser une réponse

72 Commentaires sur "Affaire Lecren : notre réponse à Patrick Blain"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Just-In

Moi je dis : “Calédosphère vainqueur par K-O technique” BRAVO !

Salut… mouais… balle au centre… Vous êtes à donf les mecs (tous) mais l’info, la vrai… quid ?

nomorsatu

Salut…..et on fait comment pour insérer une photo les gars????

Va sur http://photobucket.com/browse . Tu peux copier/coller les liens “Direct” de plein de pics (jpeg/gifs) et/ou créer ta propre “library” et faire la même chose. Simple et rapide. Bonne chance.

nomorsatu

think you bien

Janloupe Pahune

Antonneau est issu d’une grande lignée…Millésimée ? Son père l’appelait son petit bouchon !

CHLAK

Même en commettant des crimes, ils garderont toujours leur poste. Ce qui est difficile à admettre, c’est que les gens de leur entourage politique ou familial prennent toujours leur défense même au risque de perdre leur réputation…Incroyable mais vrai.
Et Lecrein n’est pas le seul dans ce cas. Frogier c’est pareille et j’en passe.
Ils doivent fréquenter des “marabouts” ces pauvres malheureux types.

Roger77

tout le monde n’est pas parfait , qui peu me dire qu’il est parfait ?

Ouais, mais y’en a qui sont plus parfaits que d’autres.

DECENNIE
“la liberté de la presse est le meilleur garant de la démocratie” arrêtons nous une minute sur cette phrase qui résonne comme les bombardements humanitaires US de la liberté. c’est quoi “la presse” ? une industrie qui a les mêmes impératifs que toutes industrie faire du pognon et ce malheureux Pierrick machin est l’un de ses VRP aucunement journaliste juste un petit pigiste qui fera très exactement ce que la direction lui ordonne de faire selon Serge Halimi, “L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché… Lire la suite »
lebaron

quand on se veut donneur de leçons il faut être sûr de ne pas avoir un retour de boomerang !!! il a les nerfs fragiles !!!!!

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top