Connect with us

Calédosphère

Actualité

Saint-Louis : visé par un tir, l’Etat demande à l’automobiliste de ne rien dire

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, un habitant du Mont-Dore témoigne sur un tir dont il a été la victime le mois dernier. Encore traumatisé, Stéphane affirme face à la caméra que les services de l’Etat lui ont demandé de ne rien dire sur l’incident et qu’ils lui ont menti en expliquant que son silence devait permettre une intervention des forces de l’ordre… qui n’est en fait jamais venue. Une Omerta organisée par l’Etat ?

Une fois de plus c’est par le biais des réseaux sociaux que la parole se libère et que l’information circule. Dans une vidéo diffusée ce lundi, un automobiliste explique dans le détail les faits qui se sont produits le 19 février dernier, lesquels n’ont jusqu’alors pas été rendus publics. Et pour cause, puisque que ce sont des membres des services de renseignement qui auraient pris contact avec lui pour lui demander de ne pas les révéler. Stéphane a en fait été la cible d’un tir dans la matinée du dimanche 19 février sur la route provinciale aux abords de la tribu de Saint-Louis alors qu’il revenait de Nouméa. Et c’est uniquement par chance qu’un drame ne s’est pas produit, puisqu’au moment du tir, il s’était penché pour prendre un chewing-gum… Il raconte :

« Le dimanche 19 février 2017, j’ai emmené mon fils à son travail à Ducos. De retour de Ducos, après avoir passé Thabor, sur la route étant tout seul vers 8h du matin à peu près, je circulais très tranquillement (…) j’ai voulu prendre un chewing-gum, côté passager dans ma sacoche, donc je me suis penché pour attraper mes chewing-gum et là d’un seul coup j’ai senti une douleur, comme une brulure sur le dessus de la tête. J’ai porté ma main sur ma tête et là j’ai vu que j’avais plein de sang sur la main. Panique. Je me suis dépêché de refermer les vitres de la voiture et je me suis dépêché d’arriver sur le rond-point de la coulée pour aller voir les gendarmes (Stéphane, 14/03/2017 ; sources : vidéo Coeur Mondorien ) »

Une fois à hauteur des gendarmes qui stationnent dans la zone, Stéphane leur explique ce qui vient de se produire et leur montre sa blessure. Jusqu’ici, le protocole s’applique et les gendarmes appellent leurs collègues situés plus loin pour savoir ce qu’il en est :

« J’ai signalé le fait (…) eux ont appelé leur collègue de St-Michel leur disant qu’ils n’avaient connaissance d’aucun blocage sur la route ou de problème significatif sur la route donc il n’y avait pas lieu de s’inquiéter outre-mesure. Les gendarmes ont pris une première déposition verbale en me disant qu’ils allaient repasser chez moi dans la matinée suite à cet acte qui était dû probablement soit à un caillassage soit à un tir. Sur le coup on savait pas trop (Stéphane, 14/03/2017 ; sources : vidéo Coeur Mondorien ) »

Après la première déposition verbale, les gendarmes lui fournissent une réquisition judiciaire pour aller consulter le médecin. Celui-ci ausculte la blessure et confirme son témoignage :

« Après les questions le médecin vous ausculte. Là il constate sur le dessus de mon crâne une abrasion d’environ 15 mm de long sur 2 mm de large. Donc une abrasion c’est de forte probabilité que ce soit dû à un projectile à grande vitesse (…) donc il confirme que c’est compatible avec mes dires (Stéphane, 14/03/2017 ; sources : vidéo Coeur Mondorien ) »

La solidarité jouant à plein désormais entre les habitants du Mont-Dore, Stéphane se rend le lundi chez le responsable de l’Association Citoyen Mondorien et c’est là qu’ils reçoivent des coups de fil d’agents des services de renseignement*, or ces personnes auraient, selon ses dires, demandé à la victime de ne rien dire et spécifient surtout de rien divulguer sur les réseaux sociaux de cette histoire !

« L’après-midi je me rends à l’association citoyen mondorien pour leur fournir les différentes copies des plaintes, plus le certificat du médecin (…) Le représentant de l’association reçoit deux coups de téléphone, le responsable RG et le deuxième coup de téléphone, l’adjoint, me demande d’absolument de ne rien dire, de ne pas faire état de cet acte de malveillance que j’ai pu subir. De ne pas le dire sur les réseaux sociaux parce qu’ils sont soi-disant en préparation d’une intervention pour ces jour-ci (…) On me dit de ne rien dire (…) moi j’acquiesce un peu encore sous le choc (Stéphane, 14/03/2017 ; sources : vidéo Coeur Mondorien ) »

Même si on ignore s’ils ont reçu des consignes pour le faire ou qu’ils ont pris d’eux-mêmes cette initiative, pour expliquer cette demande de silence, ces officiers des services de renseignement auraient expliqué à la victime qu’une vaste opération devait avoir lieu très prochainement sur Saint-Louis et que ses révélations (s’il les rendait publiques) pourraient porter préjudice aux préparations du GIGN, d’après eux, en cours. Pour autant, si une opération a bien eu lieu neuf jours plus tard, elle n’eut rien à voir avec Saint-louis puisque le 29 février c’est à Paita, à la tribu de Bangou, que des policiers et des gendarmes ont appréhendé des individus qui avaient tiré sur des gendarmes la veille ! En effet, aucune opération n’a été déclenchée au Mont-Dore sud où quatre individus bien identifiés, présumés tireurs, sont toujours activement recherchés depuis un mois.

“Il faut que la vérité soit dite”

Stéphane s’interroge également sur les propos du ministre de l’intérieur. En effet, Bruno le Roux, dans son interview de la semaine dernière, parue dans les Nouvelles Calédoniennes, déclarait qu’il n’y avait eu aucun incident ou tir sur la RP1 « depuis un mois », ce que contredit totalement le témoignage de la victime. Se voulant rassurant, le ministre de l’intérieur se félicitait ainsi il y a six jours à peine d’une « stabilisation » de la situation autour de Saint-Louis :

« Je remarque que, depuis un mois, nous n’avons pas été contraints de fermer la route. On ne peut donc pas dire que la situation n’est pas stabilisée (Bruno LE ROUX, 08/03/17 ; sources : LNC) »

Les faits sont donc simples : soit le ministre de l’intérieur n’a pas été tenu au courant de cet incident (et peut-être d’autres également), soit il en a été informé par ses services en Nouvelle-Calédonie et dans ce cas, il ment délibérément pour rassurer l’opinion publique… Quant à Stéphane, traumatisé depuis cet acte, il souhaite dénoncer à visage découvert ce dont il a été témoin et appelle les autorités « à ne plus cacher ce qui se passe » à Saint-Louis.

« C’est quelque chose de très dur à supporter, il y a ce choc post-traumatique, qui ne s’est pas arrangé du fait de mon silence puisqu’on me demande de ne rien dire. Trois jours après, moi le jeudi j’ai commencé a voir la psychologue à la permanence de Plum, psychologue que je vois depuis régulièrement car je suis resté vraiment prostré chez moi pendant quinze jours à ne pas pouvoir en parler et traumatisé (…) Il ne faut pas que les gens se taisent car on peut s’enfoncer très rapidement et il faut que la vérité soit dite et ne pas cacher ce qu’il se passe (Stéphane, 14/03/2017 ; sources : vidéo CoeurMondorien ) »

Indépendamment de l’acte en lui-même, la question du discours et des méthodes des services et donc du représentant de l’Etat en Nouvelle-Calédonie se pose. Thierry Lataste, Haut-commissaire, est-il au courant que ses agents demandent aux victimes de garder le silence lorsque des actes illicites sont commis sur la RP1 ? Ou bien l’Etat a-t-il pour seule politique en Nouvelle-Calédonie de faire taire celles et ceux qui, par leurs témoignages, démontreraient que la situation à Saint-Louis n’est en rien sous son contrôle ? Aux Calédoniens de juger.

* Les Renseignements Généraux, dits RG, n’existent plus. Ils ont été remplacés par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) qui regroupe désormais en métropole et dans les DOM-COM les RG et la DST.

Continue Reading

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

41 Commentaires sur "Saint-Louis : visé par un tir, l’Etat demande à l’automobiliste de ne rien dire"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pourquoi ne parle t on pas de la balle ?? Je ne veux pas foutre la m…. mais où est l’impact ?? quelle trace sur le véhicule ?? puisque la balle n’a fait que l’effleurer. (ou alors, malchance pour la balistique, la balle est entrée côté conducteur, a touché sa tête et elle est ressorti côté passager. Waouh…). Il n’y a donc que cette explication puisque qu’il dit avoir refermé LES vitres. Quel est l’axe de l’abrasion ?? De gauche à droite alors. Enfin voilà, sans jeu de mot, çà manque de “précision” tout çà. (çà ressemble à l’histoire de… Lire la suite »
Stephane roques
Monsieur ou madame je ne vous ferais pas le détail de ma visite avec le médecin judiciaire, qui avant de vous ausculter vous demande toutes les conditions du drame, vitesse, vitres ouvertes ou fermées, position du conducteur, geste précis que vous avez fait…et seulement après on vous ausculte, et lá le médecin constate la blessure, l’angle de l’abrasion, sa longueur sa largeur et donc la possibilité que les dires soient confirmés. C’est donc effectivement sa conclusion” que les dires de la victime correspondent parfaitement à la situation décrite et que la blessure s’apparente bien á un projectile à grande vitesse”… Lire la suite »
kaya

heureusement qu’il y a des gens comme ça, pour qu’on sache ce qui se passe car l’Etat nous manipule depuis le début, comme si il aurait pas put régler la situation depuis le début au lieu de faire l’aveugle…..

Entendu ce jour, 16.03.2017 sur radio Djido autour de 12H15, le haut commissaire Kiri dire : “nous sommes satisfait , il n’y a pas eu de coup de feu depuis fin Janvier”. QUESTION n° 1 :QUI MENT ? Je répète : QUI MENT ??? ou, c’est qui le putain de menteur ??? Stéphane ou Kiri ??? QUESTION n°2 :Kiri a-t-il porté plainte pour diffamation ou manipulation de l’information ou propos mensongers ??? Il a rappellé aussi aux internautes de la fermer (dans des propos courtois , certe, mais de la fermer !). On ne lâchera pas…il y a un excellent… Lire la suite »
dramatique

On se croirait dans un film dramatique ou suspens quoi! Et si on vous tire dessus à Nouméa, peut-être que la police vous demandera de ne pas ébruité. Car elle va faire une descente spéciale. C’est vraiment prendre les gens pour des cons…….. Peut-être un film FBI – KGB – CIA ?????

Si l’Etat lui a demandé de ne rien dire, c’est parce que l’arme était munie d’un silencieux.

L’affaire est trop grave pour se laisser aller à de telles inepties invraisemblables l’ami…

dramatique

Et d’une balle mystique peut-être ????

dramatique

C’est ça aussi…..

Caledonienne depuis 150 ans depuis 1867
Caledonienne depuis 150 ans depuis 1867

Depuis plus de trente ans de tres nombreux cas sont restes inconnu par les silences, L’etat n’a rien fait pour l’assasinat de mon grand pere Auguste BLay en Aout 1981 et de nos jours ne fait toujours rien, c’est bien triste pour toutes les familles Caledoniennes qui ont ete touches par un drame.

Oui, Caledonienne depuis……, que l’Etat fasse preuve d’autant de laxisme dans la recherche des auteurs de tels événements tragiques, c’est un peu la double peine pour les familles 🙁

Daouï

Les méthodes employées par l’état socialiste en décomposition sont les mêmes que celles employées à une époque par la STASI et le KGB, c’est le moins que l’on puisse dire, ni plus ni moins.
Les sacrés sals socialeux se réclament de la démocratie, de l’égalité, de la vérité, pire , du cœur !!! En fait , se sont de véritables pourritures, ni plus , ni moins !
Il faut lancer une opération du type: “JE SUIS STEPHANE”

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top