Connect with us

Calédosphère

Actualité

“Nation Calédonienne” : Philippe Gomes dans les pas de Jacques Lafleur ?

A un an du référendum sur l’autodétermination, le leader de Calédonie Ensemble a affiché ses ambitions pour le “jour d’après” et a tracé les grandes lignes des propositions de son mouvement quant au devenir de la Nouvelle-Calédonie après le référendum. En l’occurrence, Philippe Gomes s’est largement inspiré du discours que Jacques Lafleur avait prononcé lors de la création du RPC. De 1977 à 2017…

Je règle mes pas dans les pas de mon mentor ? Voire. Même si les rapports entre feu jacques Lafleur et Philippe Gomes sont loin d’avoir toujours été au beau fixe (le second ayant été l’un des plus virulents adversaires politiques du premier durant les années 2000), le député de la seconde circonscription a choisi de « revisiter » le discours du signataire des accords que ce dernier avait prononcé lors de la création de son mouvement politique, le Rassemblement Pour la Calédonie (RPC), il y a maintenant quarante ans de cela. Lors du dernier colloque de l’université sur l’avenir institutionnel et ensuite durant le congrès de Calédonie Ensemble de samedi dernier, il s’est ainsi inspiré du « Manifeste du Rassemblement Pour la Calédonie* » pour évoquer ses ambitions sur le futur de la Nouvelle-Calédonie. Et si ses propos ont depuis créé la polémique, reste qu’un simple comparatif permet de mettre en évidence la ressemblance – voire même le quasi-plagiat – entre les propos de Philippe Gomes d’aujourd’hui et ceux de Jacques Lafleur d’hier. En effet, dans le cadre de l’élaboration du « patrimoine commun » que Calédonie Ensemble souhaite proposer aux autres formations politiques du territoire avant le référendum, on retrouve les principaux thèmes que l’ancien président du RPCR avait abordés lors de la création de son mouvement, bien avant la période des évènements et les différents accords successifs.

Petite nation : quarante ans après…

Il y a quarante ans maintenant, le 17 avril 1977, lors d’un grand congrès à Nouméa qui s’était déroulé – dit-on – dans une ambiance très festive, Jacques Lafleur avait ainsi évoqué l’idée d’une petite nation calédonienne et pas un calédonien « loyaliste » n’avait rien trouvé à lui redire. Une autre époque ? Pour autant, ses mêmes mots ont été récemment utilisés en public par le député Philippe Gomes, d’abord à l’université, puis face à ses militants et sympathisants de Calédonie Ensemble :

 

Sur la “petite nation” calédonienne dans la nation française

Jacques LAFLEUR (1977)

Philippe GOMES (2017)

« Disons-le tout net, nous refusons fermement et combattrons toute action ou tentative visant à faire primer la notion de race ou de couleur de peau sur celle de nation. Nous constituons une collectivité pluriraciale au dosage harmonieux, véritable petite nation au sein de la nation française et nous lutterons pour la conserver en tant que telle »

« J’ai utilisé le concept de petite nation, le 11 octobre 2008 lors de la création de Calédonie Ensemble en disant que la Nouvelle-Calédonie avait vocation à devenir une véritable petite nation au sein de la République Française (…) Aujourd’hui, la Nouvelle-Calédonie est une petite nation au sein de la France, de la même manière que l’Ecosse est une nation au sein du Royaume-Uni, ou que le Québec est une nation au sein du Canada »

 

Or, peu de temps après avoir tenu ces propos, le leader de Calédonie Ensemble a été vertement attaqué et critiqué par ses opposants au sein du camp non-indépendantiste, mais aussi par des militants indépendantistes qui lui reprochent de « chasser » sur leur terre. Cependant, il semble que dans la bouche de Jacques Lafleur (qu’on peut accuser de tout sauf d’être indépendantiste) et de Philippe Gomes, le concept de “nation” apparait bien comme politique et non pas comme institutionnel ou juridique. En cela, les deux hommes s’inscrivent (peut-être sans le savoir ?) dans la lignée de la pensée française du 19ème siècle lorsqu’Ernest Renan décrivait la nation dans un célèbre discours comme « une âme, un principe spirituel (…) L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Une grande agrégation d’hommes, saine d’esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s’appelle une nation ». En d’autres termes, le concept de nation est apparenté par les juristes (qui comprennent peu ou pas du tout le symbolisme) et par les indépendantistes (qui y voient un intérêt) comme un statut de pays pleinement souverain ou indépendant alors que selon la conception française de la chose (et semble-t-il partagée par Jacques Lafleur et Philippe Gomes) une nation se base avant tout sur la simple volonté d’un peuple à la voir exister. Dans la même veine, la Chambre des communes du Canada a voté, le 27 novembre 2006, à une majorité écrasante, en faveur d’une motion qui reconnait que « les Québécois forment une nation au sein d’un Canada uni », même si cette démarche se voulait surtout symbolique et que le Quebec (nation) fait toujours partie intégrante du Canada (Etat).

Singularité et personnalité calédonienne

De même, toujours dans la foulée des propos tenus jadis par Jacques Lafleur, le leader de Calédonie Ensemble s’est attaché à mettre en avant la singularité de la Nouvelle-Calédonie et de ses habitants :

 

Sur l’affirmation de la singularité de la Calédonie au sein de la République

Jacques LAFLEUR (1977)

Philippe GOMES (2017)

« L’affirmation de la personnalité calédonienne doit être l’âme de notre combat et la voie de notre salut (…) Pour nous résumer, nos relations avec la France doivent être empreintes de fidélités et de loyautés. Mais notre attachement à la à la nation française ne doit pas être inconditionnel. L’affirmation de la personnalité calédonienne reste notre impératif majeur »

« Nous sommes un peuple souverain sur l’avenir de notre pays. Nous sommes le seul territoire de la République française à disposer de ce droit (…) On est des Français pas comme les autres : on est des Français du Pacifique, des Français du bout du monde et ces Français-là avec leur propre histoire, leur propre culture, leurs propres institutions, constituent une petite nation et on est fiers d’être Calédoniens, on n’en a pas honte. »

 

Alors qu’en 1977, quelques jours avant le discours de Jacques Lafleur, l’Union Calédonienne avait officiellement pris position pour l’indépendance et, se faisant, avait bouleversé le paysage politique calédonien, et alors qu’aujourd’hui, la date du référendum se rapproche, à 40 ans d’intervalle, l’objectif des deux hommes semble le même : à savoir s’opposer aux ambitions indépendantistes en proposant de mieux prendre en compte les spécificités du territoire. Le tout en faisant l’apologie de la personnalité ou de l’identité calédonienne. Un nationalisme contre un autre, jugé celui-là moins réducteur puisque prenant en compte les populations non-kanak.

Lafleur aussi était pour la calédonisation de la fonction publique…

Si cette partie de son discours a très certainement été oubliée par ses successeurs, le signataire de l’accord de Matignon plaidait n’empêche en son temps pour que les élus calédoniens soient associés aux décisions relevant des compétences de l’Etat, c’est-à-dire aux compétences régaliennes (défense, justice, affaires étrangères, monnaie, ordre public) :

 

Sur la participation aux compétences régaliennes, avec l’Etat

Jacques LAFLEUR (1977)

Philippe GOMES (2017)

« Nous souhaitons d’abord que les affaires relevant de la compétence de l’Etat, fassent l’objet de mesures de déconcentration au profit de ses représentants locaux et que les élus du Territoire participent, même à titre consultatif, à la prise de certaines décisions. »

« Calédonie Ensemble souhaite que la singularité du pays, de ses populations, de sa position géographique en Océanie et de son histoire soient davantage pris en compte dans l’exercice par l’Etat des compétences régaliennes »

 

Enfin, si le fait de voir davantage de calédoniens exercer des postes à responsabilité dans les administrations régaliennes fait aujourd’hui débat, la « calédonisation » de la fonction publique d’Etat est en fait une vieille demande de Jacques Lafleur, reprise là-encore par Philippe Gomes :

 

Sur l’emploi des Calédoniens dans les administrations de l’Etat

Jacques LAFLEUR (1977)

Philippe GOMES (2017)

« Nous estimons, d’autre part, que les postes de responsabilité dans la fonction publique devraient être attribués en priorité à des Calédoniens présentant l’aptitude requise. Les emplois réservés aux fonctionnaires d’Etat devraient être limités à ceux comportant des compétences techniques où économiques spécifiques »

« Moi je veux plus de gendarmes calédoniens, je veux plus de juges calédoniens, plus de greffiers calédoniens, plus de militaires calédoniens, c’est un gros mot ça ? (…) Calédoniser les administrations régaliennes et participer à leur exercice, c’est aussi une manière de se les approprier, même si elles restent encore sous l’autorité de l’État. »

 

Enfin, les deux hommes ont – toujours à quarante ans d’intervalle – mis en avant leur souhait de voir la Nouvelle-Calédonie gérer ses « propres affaires », et donc à se gouverner elle-même, mais tout en privilégiant l’appartenance à la République :

 

Sur la volonté de voir la Calédonie gérer elle-même ses affaires

Jacques LAFLEUR (1977)

Philippe GOMES (2017)

« Dans le cadre institutionnel de Territoire de la République et dans l’attachement de ses ressortissants à la Nation Française, la collectivité Calédonienne manifeste sa volonté d’affirmer sa personnalité, avec ses particularismes et ses spécificités et, en tant que telle, d’assumer la responsabilité véritable de gérer ses propres affaires, dans la cohérences et l’efficacité. »

« Il faut que la capacité à nous auto-organiser fasse partie d’une compétence du pays (…) Nous portons le projet d’une émancipation pleine et entière dans la gestion de nos propres affaires, tout en restant au sein de la République»

 

A savoir que dans ce domaine Jacques Lafleur allait, lui, encore plus loin puisqu’il estimait que lorsque la population kanak aura été associée à l’exercice de la gestion du territoire, la Nouvelle-Calédonie devra assumer davantage de compétences :

« Dans l’avenir, quand notre Société se sera rééquilibrée, que les Mélanésiens se seront mieux intégrés à la vie collective, nous demanderons plus de responsabilités. Mais, dans l’intervalle, nous devons faire la preuve de notre capacité de gérer nos affaires (Jacques LAFLEUR, discours du 17 avril 1977) »

Lafleur : ses héritiers ne connaissent pas ses discours ?

Pour autant, la polémique née au lendemain des propos prononcés par Philippe Gomes prouve qu’une partie de ses adversaires (qui lui reprochent d’avoir cité les mots de Jacques Lafleur) ne connaissent tout simplement pas ni les discours, ni parfois les idées du signataire de l’accord de Nouméa… C’est ainsi que les propres enfants de l’ancien leader ont diffusé un communiqué sommant Philippe Gomes de ne plus utiliser, ni même citer les propos de leur père, disparu en 2010 :

« Philippe Gomes a pris ces derniers temps l’habitude de se référer à Jacques Lafleur en citant un bref passage de son discours de 1977 lors de la création du Rassemblement pour la Calédonie et en utilisant même son image (…) Nous lui dénions formellement le droit d’utiliser les propos et l’image d’un homme qu’il a trahi puis vivement combattu dans le seul but de prendre le pouvoir (Isabelle et Pascal LAFLEUR, 28/11/17) »

Adversaires politiques acharnés de Philippe Gomes, les deux héritiers du défunt patron du RPCR (dont l’une siège au congrès de la Nouvelle-Calédonie dans le groupe d’Harold Martin) oublient peut-être que les paroles, les mots et les écrits de Jacques Lafleur appartiennent désormais à l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et donc à tous les Calédoniens, qu’ils aient, ou non, été ses affidés. La moindre des choses en effet lorsque l’on veut rendre hommage à un homme ou à son action étant d’étudier et de comprendre son parcours, pourquoi pas d’ailleurs en se replongeant dans ce discours fondateur que la rédaction de Caldosphère met à la disposition des internautes. Le discours du 17 avril 1977 de Jacques Lafleur ayant été retiré de tous les sites internet de ceux qui se prévalent aujourd’hui d’être ses successeurs… Coïncidence ?

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



371
Laisser une réponse

avatar
47 Comment threads
324 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
cibi0447
cibi0447

La petite nation dans la grande : Un slogan mensonger
Voir http://politique-nc.blogspot.com/2018/01/la-petite-nation-dans-la-grande-un.html

XXX
XXX

Selon le JT de la 2, la polémique enfle suite à l’accident bus/train qui a eu lieu en fin de semaine dernière du côté de Perpignan sur la question de savoir si le bus est passé barrière ouverte ou barrière fermée.

Comment un bus peut-il franchir un passage à niveau barrière fermée sans la casser ?

J’imagine que cela doit être possible compte tenu justement de la polémique, mais comment cela est-il possible matériellement ?

Je connais le goût immodéré des Français pour la polémique, mais là quand même…

Kolere

TROP TRISTE, XXX, je pleurais… j’en pleure encore (et nous n’avons même plus l’église pour nous consoler, depuis que leurs curés -enfin, un petit nombre de curés, et autres frères, prêtres, et j’en passe…- violent nos gosses (!)….. Maintenant, la réaction de Trump quand l’un de ses trains ( à “grande” vitesse: 111 km/h !!! ) déraille aux USA: IGNOBLE, le mec, et son tweet… et il ose déclarer -le gros con- que les USA seront sur Mars en 2030! In the meantime, la Californie brûle, et il n’a -de toute évidence- PAS les moyens d’assurer la défense de cet… Lire la suite »

Kolere

NO COMMENT (Source Bella Dinh-Zarr, un membre du comité du ‘National Transportation Safety Board’ aux USA): le train de la compagnie Amtrak qui a déraillé au sud de Seattle, tuant trois personnes et en blessant plus de cent, allait à une vitesse de 128km/h (80m/h) dans une zone limitée à 48km/h (30m/h). C’était son premier voyage sur une section de rails qui venait d’être remise en état pour un montant de 181 million de dollars.

Kolere

Quant au fameux premier Tweet d’Etrump Fou Leloulouteintenblond(QUI va trouver le pourquoi de ce surnom pour la grosse merde américaine?) : http://edition.cnn.com/2017/12/18/politics/trump-tweet-seattle-train/index.html

Kolere

Un tuyau pour la réponse: seuls les amateurs de bonne musique (de rock dit “progressif”, pas celui de feu Jaunie, donc) connaîtrons le “pourquoi” de ce surnom… A GAGNER: un pot de confiture de goyaves -entamé- de l’Entreprise Silone, préparez le burin et le marteau (non fournis)…
Quelques uns de leurs titres pour vous aider: “Lavabo” 1984, “Lavés à la machine” 1985, “C’est pas bien” 1984, etc., etc. …

Kolere

Allez, LA REPONSE (pas forts en musique française les petits… Pas de ‘béton à la goyave façon Silone’ pour qui que ce soit, donc): https://www.youtube.com/watch?v=CJ_N8FbqEK8 OU AUSSI
https://www.youtube.com/watch?v=FAHmLOeYKRY OU ENCORE, ET BIENTOT D’ACTUALITE AVEC TRUMP, dit Etrump Fou Leloulouteintenblond: https://www.youtube.com/watch?v=OML8zqIYY3U ETC.

Kolere

BONUS (j’allais -presque- l’oublier): https://www.youtube.com/watch?v=L__2ALQFGug (avec, en Anglais, l’histoire du groupe)

XXX
XXX

Dans son édition de ce jour à 11h 30, RRB a titré sur “la salle comblée ” lors la réunion du Rassemblement-Les Républicains qui s’est tenue hier soir au Mont Dore.

Il y avait beaucoup de monde apparemment, mais de là à ce que la salle soit “comblée”, il y a un pas bien difficile à franchir.

A moins que le sénateur ne marche (enfin !) dans les pas de son illustre prédécesseur. Mais là, nous changeons de registre.

Eric

XXX,

En même temps çà dépend de la salle ???
C’était ou ?

XXX
XXX

@Eric – Je n’en sais rien. C’est le lapsus du journaliste qui m’a “chatouillé” l’oreille.

XXX
XXX

Un journaliste qui confond une “salle comble” avec une “salle comblée”, ce ne peut être qu’un… militant.

XXX
XXX

Et quand Pierre Frogier affirme que la République ne reconnait qu’un seul peuple, le peuple français, qui croire ?

Le sénateur ou le préambule de l’accord de Nouméa ?

Alikantitra

XXX : “… la République ne reconnait qu’un seul peuple, le peuple français, qui croire ? |
Le sénateur ou le préambule de l’accord de Nouméa ?”

Ce n’est pas contradictoire.
Il suffit d’admettre que les citoyens calédoniens occupent une place entièrement à part au sein du peuple français, et que, par la voix de leurs élus, ils ont manifesté clairement leur volonté de ne pas partager leurs privilèges avec le reste de ce bon peuple.
Ces privilèges ne sont-ils pas officiellement reconnus par les lois de la République, votées par les représentants de l’ensemble du peuple ?
Duralex …

XXX
XXX

@ Alikantitra – Dans le préambule, il s’agit du peuple kanak.

Alikantitra

XXX : “Dans le préambule, il s’agit du peuple kanak.”

Autant pour moi.
Mais le PM parlait bien des citoyens calédoniens qui seuls …
Le terme de “peuple calédonien” n’était pas le plus heureux. Surprenant que le haussaire n’ait pas pressenti l’erreur.

XXX
XXX

@ Alikantitra – Et le Sénateur dit une connerie quand il affirme dans son argumentation contre le peuple calédonien, synonyme pour lui d’indépendance association, que la République ne reconnait qu’un seul peuple, le peuple français.

Jusqu’à preuve du contraire, depuis 1998, la République reconnait deux peuples, le peuple français et le peuple kanak.

Alikantitra

XXX : “Jusqu’à preuve du contraire, depuis 1998, la République reconnait deux peuples, le peuple français et le peuple kanak.”

Et les Polynésiens ne sont pas jaloux ?
Faudrait peut-être rappeler ce détail à Moetai Brotherson.

Inforétif

“Et les Polynésiens ne sont pas jaloux ?”

Si j’avais mauvais esprit (heureusement ce n’est pas le cas), je dirais que faire peuple, ça se mérite.
Les Corses ont failli y parvenir, mais un seul représentant de l’ordre (fut-il préfet) au tableau de chasse des 40 dernières années n’a pas suffi.

A noter aussi la stricte mono-ethnicité recouverte par l’expression de “peuple kanak”, à l’opposé de ce qu’est (et de plus en plus) le peuple français.

Alikantitra

Inforétif : “A noter aussi la stricte mono-ethnicité recouverte par l’expression de “peuple kanak””

Ben justement, c’est aussi le cas en PF, d’autant que les traditions d’accueil multi-séculaires font que, me semble-t-il, les “demis” se considèrent (et sont considérés) comme Polynésiens (il n’est que de voir les patronymes des hommes politiques), et que la quasi unicité de la langue (quoi que tu dises de l’importance de son usage) est un profond ciment.
Et en plus ils ont un drapeau incontesté (sans référence à la puissance tutélaire), et des vrais ministres, eux.
Et ils (et elles) dansent si bien …

Inforétif

“Et ils (et elles) dansent si bien …”

Sans parler de chants et d’amours.
Tout cela est bel et bon, Alik, mais il y manque le critère essentiel que j’ai suggéré plus haut, non rempli par nos amis polynésiens, et qui seul peut amener la France à se résigner à faire une entorse à l’un de ses plus chers acquis révolutionnaires de 1789.

Eric

A mon avis, vous vous trompez de débat…

En fait vous confondez, le nationalisme “international” avec l’appartenance régionale…
Dans toutes les régions de France, qu’elles soient hexagonales ou Outre-mer, il y a une forte appartenance à sa région d’origine…

C’est quand même pas difficile à comprendre, non ???

La seule différence, c’est qu’en NC il y a une possibilité de se détacher de la nation par un vote de la population qui a été reconnue comme étant légalement en droit de le faire…

Alikantitra

Eric : “”il y a une forte appartenance à sa région d’origine…”

De moins en moins, surtout autour de Paris.
Et on passe d’une région à l’autre en deux heures de bagnoles (sauf pour la Corse).
Et même la Caraïbe, dans mon souvenir, ne protège pas l’emploi lokal d’une façon aussi bêtement agressive.

Eric

Alikantitra,

Je dois te dire que j’ai un peu de mal à comprendre ta réponse…

Contrairement à ce que tu dis, il y une très forte dose de “chauvinisme” régionale, ne serait-ce que pour la bouffe ou le pinard…!!!
Les Bretons, les Corses, les occitans, mais aussi toutes les autres régions qui revendiques leurs identités, leurs qualités particulières…
Si çà c’est pas du régionalisme…???

Pour ce qui est du boulot c’est autre chose, ici nous sommes sur la mise en place des ADN, qui n’ont d’ailleurs pas de lien direct avec mon propos…

Le régionalisme, c’est plus la fierté de sa région tout simplement…

Alikantitra

Eric : “Contrairement à ce que tu dis, il y une très forte dose de “chauvinisme” régional” Personnellement, je n’en suis pas convaincu, en dehors de quelques régions bien individualisées (Corse et Pays Basque surtout, Catalogne, Bretagne bretonnante, Alsace, Pays Ch’ti), toutes aux frontières, et où des langues locales se maintiennent plus ou moins bien. Mais d’une façon générale, les campagnes se dépeuplent au profit principalement des grosses agglomérations et de leurs centres commerciaux et administratifs. Ne restent parfois que les “vieux” (et les services qui vont avec), et les résidents secondaires. Je crains que ce ne soit pas suffisant,… Lire la suite »

Fermela
Fermela

“Bien entendu, tout ceci n’engage que moi, et je revendique le droit à l’erreur”

Et vous avez bien raison…

” (à défaut d’autres …).”

Spécial dédicace à l’âne de l’info je présume 😆

Alikantitra

Fermela : “Et vous avez bien raison”

Alik.jpg
Kolere

Bien sûr, p’tit singe, la salle, de + ou – 45 mètres carrés… “comble”, un comble…

Gazaouette
Gazaouette

Notre grande journaliste et plus grande girouette aussi « En fait, il reprend globalement la démarche prônée, depuis des années, par Pierre Frogier qui, demande inlassablement à l’Etat de prendre les choses en main, d’inscrire ses pas dans ceux de Michel Rocard, et de retrouver les principes qui ont amené aux accords de Matignon et de Nouméa, de manière à créer les conditions d’un dialogue apaisé et confiant entre les deux légitimités pour préparer, au mieux, l’échéance 2018. A dix mois de ce rendez-vous crucial, on peut penser que c’est le sentiment de l’urgence qui a inspiré le Premier ministre et… Lire la suite »

XXX
XXX

Vu sur la page Facebook “La politique Calédonienne” sous la plume d’un certain Yves Quillien : “…/ Du temps de Jacques Lafleur, RRB défendait en tout premier lieu le maintien de la N-C dans la France. RRB était de droite. Pas d’extrême droite. Aujourd’hui RRB souhaite probablement toujours le même objectif. Mais ce n’est plus sa priorité. Sa priorité c’est le soutien inconditionnel à Gomès. Pour survivre. Le mâle dominant de la meute c’est lui. Le mâle Frogier est vieillissant, fatigué. Désormais il faut se soumettre à Gomès. C’est lui le mâle “Alpha”.” Avec une question subsidiaire pour rester dans… Lire la suite »

Floyd

“Qui, qui c’est chez Les Républicains Calédoniens qui voudrait bien occuper le rôle du plus couillu des loyalistes ?”

La réponse est dans l’image.

valkyrie.jpg
Floyd

“A L’ATTAQUE”

Dernièrement en créant son propre parti, (on n’est jamais mieux servi que par soi même)…… la Chef de Guerre “new look” vient de lancer son vibrant cri de ralliement.

“Make Sonia Great Again”.

SBGA.jpg
Lolilol
Lolilol

Ta la haine que la salle soit + rempli que ton parti en perte de vitesse et de repere ?

Eric

Lolilol, Ne parlons pas de haine, c’est excessif…!!! Pour ce qui est de la salle, ma foi on ne peut pas nier qu’elle ne fût pas bien remplie… Cela dit, ce n’est pas obligatoirement tous des adhérents et çà ne change rien au problème du camp loyaliste… Ça ne donne pas plus de légitimité au LRC qui sont donc maintenant 6/7, comme avant la création officielle du mouvement… Moi ce que j’attends maintenant c’est de connaitre officiellement le projet de ce parti, ou de ce mouvement regroupant des partis, c’est pas claire… J’attends donc de connaitre les idées fortes, qu’on… Lire la suite »

Floyd

T’as raison, je n’aime pas les chefs de guerre, ils sont dangereux pour le Pays.

Don Calédone

ben oui Floyd, tout le monde aura compris que tu préfères les chefs de pets 😀

Omega

XXX

Pas d’chance, nada couillus, z’ont tout laissé à la “fumelle” !

XXX
XXX

En espérant que la campagne électorale sera suffisamment pédagogique pour mettre les “pendules à l’heure” et faire comprendre : – aux uns, que quel que soit le résultat du référendum, les « blancs » seront toujours là,(Il y a une bonne partie de la jeunesse kanak qui a été entretenue dans cette idée et c’est pas les mieux intégrés en tribu, comme en ville), – et aux autres, que, quel que soit le résultat, « la question kanak » restera d’actualité. La proposition de reposer à intervalles réguliers la question de l’indépendance comme le proposait Gil Brial hier, et Sonia… Lire la suite »

melchisedek

@XXX, “UC dans les 80 : l’indépendance, c’est pas notre truc, mais vous nous laissez pas le choix, vous n’entendez que vos discours ; la place des kanaks, vous vous en foutez, même les revendications foncières vous vous en foutez, mais quand on parle d’indépendance, là vous commencez à comprendre et à nous écouter.” A mon sens, cette analyse date et est définitivement caduque. En 30 ans, le concept d’indépendance a acquis une épaisseur qui désormais en fait plus qu’un prétexte ou un subterfuge, même si le foncier reste un problème épineux. Le domaine culturel, un peu laissé pour compte… Lire la suite »

XXX
XXX

@melchisedek – Bien sûr. En 2018, “la question kanak” (la question de la dignité) est toujours là et la question de l’indépendance est plus prégnante que jamais.

Et oui, depuis, il y a eu des morts pour l’indépendance.

Eric

XXX,

Tu dis çà et tu dis rien…???
Fondamentalement tu proposes quoi pour que le monde mélanésien “trouve” sa place dans cette société moderne…???

A moins que tu supposes que ce soit aux autres de se “fondre” dans un système “tribal” moderne qui soit ouvert à tous…???

J’imagine que tu as une idée, sinon tu ne ferais pas les intervention qui sont les tiennes depuis un certain temps…

Alikantitra

Eric : “Fondamentalement tu proposes quoi pour que le monde mélanésien “trouve” sa place dans cette société moderne”

Bonne question.
J’aimerais savoir comment ça se passe dans les autres pays mélanésiens (tous indépendants sauf l’Irian Jaya) de la région (Vanuatu, Salomon, PNG, Fidji) où le “monde moderne” n’est pas principalement représenté par des “non-océaniens”..
Comment s’articule la “coutume” avec l’administration (y compris la justice) et l’économie marchande, avec toute la gamme des situations.
J’avoue ne pas m’être intéressé réellement à ces aspects pendant mes trop courts séjours à Viti Levu.
Si quelqu’un peut faire un topo.

Eric

Ben en fait c’est l’économie et ses règles qui l’emportent tout simplement…
Et les pauvres sont toujours aussi pauvres voir plus, la richesse étant captée par une minorité, comme partout…

Et pour le social, c’est chacun sa merde, enfin plus ou moins, comme tu as pu le voir à Fidji…

XXX
XXX

@ Eric – Je vais essayer de vous répondre. Ce sera un peu long. La question est toujours la même : c’est la difficulté qu’a la classe sociale dominante (installée, garante du système socio-économique) d’entendre le message des autres (les classes plus populaires, les autres cultures, ici les descendants du peuple colonisé…) Et apparemment, vous en êtes un bon exemple. Il vous faut du concret et du concret qui rentre dans vos codes. C’est vrai que c’est moins déstabilisant. Alors l’indépendance, là y’a pas de problème, vous comprenez, c’est votre code. Y’a le référendum puis l’autonomie et les ADN (Et… Lire la suite »

Eric

XXX,

Désolé mais c’est pas une réponse qui peut être utile au débat…

On a besoin de concret quelque soit notre origine…!!!
Le concret c’est ce qu’on a dans l’assiette, qu’on vive à la tribu ou en ville…

Maintenant si tu peux étoffer ton propos ça va facilité le débat…
Faut pas non plus nous la faire trop philo non plus…
Je te vois venir avec tes « excuses nationales »…!!!

XXX
XXX

@ Eric – Mettons les choses au clair. La colonisation est un fait historique. A ce titre elle s’assume sans problèmes, sans excuses ni flagellation. Point barre. Et c’est vrai pour les uns comme pour les autres, les descendants du colonisateur comme du colonisé. Et la question des niveaux de vie est essentielle. Et je ne pense pas que l’indépendance soit la solution d’avenir, y compris pour les Kanak. Mais il y a une autre histoire à construire. Si nous la voulons dans la paix, nous ne pourrons pas continuer à la construire que sur un code. Boby Lapointe posait… Lire la suite »

Eric

XXX,

Mais bon sang développe, argumente, donne des exemples…
Fais quelque chose qui puisse être entendu…!!!

Quand au niveau de vie va falloir être plus claire là aussi…
Ben oui, c’est pas en faisant le forcing pour « intégrer » le monde mélanésien dans la société de consommation, en expliquant que c’est « le » modèle (c’est toi qui parle de niveau de vie) qu’on va solutionner le problème…!!!
Parce que c’est quand même ce qui se passe…

XXX
XXX

@ Eric – C’est bien là qu’est le problème, vous me demandez d’argumenter dans votre “code de compréhension” et moi je vous suggère d’essayer de faire l’effort d’entendre que les descendants du peuple colonisé, qu’ils soient indépendantistes ou loyalistes, comprennent notre code mais réfléchissent, pensent également dans un autre code : le leur.

Et que la question de l’indépendance, elle, elle est dans notre code. C’est pour cela que nous n’avons pas de mal à la comprendre et à la combattre.

Eric

XXX,

Et il est où le décodeur ???

XXX
XXX

@ Eric – Le décodeur ? Il est dans l’expérience que chacun de nous a fait ou non de l’altérité dans ce pays. Il y a plus de trente ans, je pensais connaître le monde mélanésien bien plus que ne le pense aujourd’hui. Dans le cadre de relations amicales, j’y avais passé du temps avec des gens accueillants, disponibles à la communication et soucieux de dire qui ils étaient. Un vrai parcours initiatique ; tout au moins le comprenais-je ainsi à l’époque. Jusqu’au jour où, je me suis rendu compte qu’en fait, au cours de ces années, j’avais au mieux… Lire la suite »

Eric

XXX, Sauf que ce n’est moi qui veux « intégrer » la société de consommation…!!! Moi j’ai pas le choix j’y suis déjà… Ce qui ne fonctionne pas dans cette fameuse remarque qui consiste à dire « qu’il » ne pense pas comme ça, et je l’ai entendu bien souvent, ce qui ne fonctionne pas c’est que ces règles de fonctionnement sont universelles…!!! Que l’on puisse être contre ces mécanismes ne fait rien à l’affaire… Ou alors on ne demande pas cette responsabilité… Ou plus simplement on dit clairement ce qu’on veut et basta… L’exemple du drapeau c’est pile poil le contre exemple de… Lire la suite »

Alikantitra

Eric : “ces règles de fonctionnement sont universelles” Eric, sur ce point je ne suis pas d’accord avec toi. Ces règles sont celles qui envahissent le “village global” et président à tous les échanges dès lors que l’on s’éloigne quelque peu de son lieu de naissance (quoique maintenant les naissances en NC auront majoritairement lieu dans les communes de Nouméa -les cliniques- et Dumbéa -le Médipole- pour le plus grand plaisir de Georges Naturel). Mais il reste encore au moins un milliard d’habitants (si pas plus) qui vivent en dehors de ces circuits et utilisent des façons de penser et… Lire la suite »

Eric

Alikantitra,

Qu’on soit claire…!!!
Je me suis sans doute mal exprimé…
Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’autres façons de vivre, je dis juste que si tu veux « consommer » t’as pas le choix…!!!
Ce n’est pas un jugement de valeur de ma part, mais un constat….

Alikantitra

Eric : “Qu’on soit clair … Je me suis sans doute mal exprimé” Mais non, Eric, je t’avais parfaitement compris, et je partage globalement ton point de vue. Simplement, je regrette que la “civilisation occidentale” soit en train d’écraser tout sur son passage, et impose ses “façons de vivre” dans le monde entier, façon bulldozer, avec les vêtements “made in Bengladesh”, les Smartphone “made in PRC” et les hamburgers sous licences américaines. Les peuples premiers (tribus des forêts d’Amazonie, d’Indonésie, du Congo …) sont joyeusement piétinés par les autorités de leur pays, en toute indépendance. Et les survivants sont condamnés… Lire la suite »

Eric

Alikantitra, C’est là ou on ne va sans doute plus être d’accord… Je suis bien désolé, mais en NC, ce n’est pas une volonté des non-mélanésiens “d’obliger” ces derniers à “s’occidentaliser”… Ben non, c’est la bonne pensée moralisatrice des gentils “humanistes” qui ont expliqué à ces pauvres opprimés qu’il fallait être riches à leur tour, comme les autres… Que la vie, c’était la réussite sociale et les “richesses” qui vont avec… Sauf que quand tu expliques que le bonheur c’est aussi de vivre sans les contraintes de la société de consommation, on te traite de colonialiste, de profiteur, et de… Lire la suite »

Alikantitra

Eric : “C’est là ou on ne va sans doute plus être d’accord” Au contraire, sur ce point, dans le principe, je suis d’accord avec toi, et peut-être mon expérience “mondiale” m’y aide-t-elle. A mon humble avis, lorsque deux façons de vivre très différentes coexistent, les résultats peuvent être variés : – élimination de la moins “évoluée” (technologiquement et culturellement parlant, avec les réserves d’usage) en cas de rapport démographique très déséquilibré (Australie ?) – éliminination de la plus “évoluée” si le rapport l’est tout autant, mais dans l’autre sens (Zimbabwe ?) – équilibre assez stable entre groupes d’importances comparables… Lire la suite »

Eric

Alikantitra, Pour les îles, ben comment dire, c’est juste qu’ils ont un énorme problème avec les jeunes qui s’en vont en nombre à Nouméa !!! Alors pour ce qui est de la transmission c’est juste un peu la merde… Concernant, les lumières de la ville, non ça ne date pas des telenovelas, mais bien de la fin des années 70 début 80… Les biens pensants leur ont expliqué qu’ils avaient eux aussi droit au confort et tout ce qui va avec… Qu’il était inadmissible qu’on ait laissé ces gens vivre dans conditions de vie dignes du moyen âge… Ont-ils pensé… Lire la suite »

XYY
XYY

Eric. “Les biens pensants leur ont expliqué qu’ils avaient eux aussi droit au confort et tout ce qui va avec…”.
En gros pour leur bien, il fallait les cantonner dans les réserves, leur interdire l’accès de Nouméa sans contrat de travail (comme en 1862) etc.
Bon, bon,vous irez leur expliquer à votre tour.

Eric

XYY,

Non c’est pas ce que j’ai dit, là tu fais le con…

J’explique juste une chose très simple, quoi que nous fassions on aura toujours tort…
C’est le prix de la colonisation…!!!

En fait, il aurait sans doute fallut insister un peu plus sur le risque de perte de repères des jeunes…

C’était couru d’avance, mais le dire c’était politiquement pas correct…!!!

Alikantitra

Eric : “Pour les îles … les jeunes qui s’en vont … à Nouméa … la transmission c’est juste un peu la merde”

Mais alors, si sur Lifou (10400 électeurs) ou Maré (6300), aux populations homogènes, ethniquement et linguistiquement, et où les règles coutumières me semblaient s’être bien maintenues, tout fout le camp, que peut-il en être à Hienghène (2300) où il y a un plusieurs langues et peu de locuteurs, dans des tribus faiblement peuplées et relativement isolées ?

XYY
XYY

Alik. “moins de délinquance organisée”. Pour entrer dans la statistique, il faut qu’il y ait plainte. On peut penser qu’une partie des actes délictueux se règlent coutumièrement et échappent ainsi à la statistique. “ajouter que ces violences n’épargnent aucune ethnie”. Alik, le commentaire ne vient pas en ajout immédiat aux propos du sous-préf’ et je suis certain que vous l’avez ainsi perçu. Il faut le dissocier et dans ce cas “ces violences n’épargnent aucune ethnie” vient en préambule au fait qu’en milieu tribal le silence sur ces violences est un poids supplémentaire pour les victimes c-a-d que le résultat est… Lire la suite »

Alikantitra

XYY : “je suis certain que vous l’avez ainsi perçu.”

Ben non, pas vraiment.
Pour moi le sous-préfet faisait allusion à la délinquance en bande, rare aux Loyauté, spécialité des pillards du Grand Nouméa surtout, bandes dans lesquelles ne se compromettent bien entendu pas les jeunes Loyaltiens vivant pour une raison ou une autre dans l’agglomération.
Toujours pour moi, l’allusion du commentateur, dans le cadre d’un reportage strictement loyaltien, était une façon de ne pas stigmatiser une ethnie, alors que le poids démographique des autres, aux Îles, est nul.

Mais, vous le savez déjà, j’ai l’esprit tordu.

XXX
XXX

@ Eric –
Dans toute communication, il y a un émetteur et un récepteur ; de toute évidence, il y a un registre qui, en tant que récepteur, vous est étranger.

Pour ma part, je ne pense pas que l’on puisse réduire la culture occidentale présente sur ce territoire à la seule société de consommation.
Des magasins bien achalandés, personne ne refuse, ici comme ailleurs.

Je ne pense pas que sur ce coup, il soit la peine d’aller plus avant.

Eric

XXX,

Tu pinailles, parce que tu n’as rien à proposer, rien à opposer à mon propos…

Comme je le dis plus bas, il ne s’agit pas d’avoir un jugement de valeur sur la façon de vivre des uns et des autres…

On peut très bien vivre dans les villages, les tribus ou à Nouméa…
La question est de savoir si les gens ont le choix…

XXX
XXX

@Eric – Je vous pensais moins binaire. J’ai du me tromper quelque part.

Il y a manifestement un espace que vous ne voulez pas comprendre.

Il n’ y a pas que les descendants du colonisé qui doivent modifier leur logiciel. De toute évidence, ça bloque chez vous.

Eric

XXX,

Je ne sais pas si je suis binaire…
Mais tu te débarrasses bien vite du “problème” de compréhension…

Mais toi tu reste dans le flou, et quand je dis flou je suis sympa…
Il n’en reste pas moins qu’il faudra bien trouver des “passerelles”, des décodeurs pour que ce message limite “ésotérique” finisse pas passer…
Enfin si c’est bien l’objectif…
Parce que même dans le monde mélanésien que je côtoie au quotidien dans mon travail et dans ma famille, personne ne sait de quoi il s’agit…!!!

XXX
XXX

@ Eric – Mais ce message, il n’est pas adressé aux kanak, ni d’ailleurs aux autres populations qui ont eu à subir d’une manière ou d’une autre la colonisation, et en ont encore la mémoire vive. Non, il s’adresse clairement aux descendants du colonisateur, les Européens. Ceux qu’il a fallu toujours écouter parce que par naissance, par filiation, par appartenance, par essence, ils ont toujours raison. Et quand ils ont tord, ils vous demandent de le leur prouver pour qu’ils puissent encore et encore vous expliquer que dans le fond, c’est encore eux qui ont raison. Ce sont bien eux,… Lire la suite »

XXX
XXX

Quel héritage laisserons-nous à nos enfants ? Il y a trente ans, le drame d’Ouvéa a servi de véritable catharsis à la société calédonienne de l’époque. La double reconnaissance, les provinces puis la citoyenneté calédonienne en 1998 en furent pour l’essentiel la traduction politique. On peut se demander aujourd’hui, 30 ans après, si la thérapeutique fut suffisante pour changer en profondeur et de manière durable les ressorts de cette société. Le passé et principalement le passé colonial, hante toujours les relations entre communautés au premier rang desquels les descendants bien évidemment du colonisé mais également, même si c’est souvent moins… Lire la suite »

Inforétif

“En 98, je me souviens toujours avec une certaine amertume du changement de comportements de nombreux collègues d’origine européenne (récemment arrivés pour le plus grand nombre) qui, soulagés sur leur propre sort au lendemain de l’accord, ont renoué sans vergogne avec leur représentations et leurs fantasmes les plus éculés sur la société kanak.”

Et dans ce cas, si cela est vrai, la même chose s’observant probablement et au moins autant dans les autres communautés non kanakes.

XXX
XXX

Nan

Inforétif

“Nan”

Ah ban ? Et pourquoi danc ?

XXX
XXX

@ melchisedek –

Il me semble qu’à l’époque le message essentiel était de mettre l’accent sur l’autisme du groupe dominant.

Les choses ont-elles vraiment changé en Calédonie sur ce point.

La question indépendantiste a été entendue et même très bien entendue. Mais qu’en est-il de la problématique de fond dont elle n’était à l’origine que le vecteur ?

melchisedek

@XXX, Aujourd’hui, on ne peut plus vraiment parler d’autisme (négation de la réalité) dans le groupe dominant qui a perdu une grande partie de son homogénéité de l’époque. A quoi avait-elle trait? probablement au pouvoir économique qui s’incarnait dans le pouvoir politique de façon “régalienne”. On retrouve cette tentative de revenir au passé mythifié des maîtres des forges dans la nouvelle alliance des RC pilotée par SB et ce n’est pas un hasard d’y retrouver côte à côte IL et DL, … voire en factotum GB. Cet outillage économique puissant se concentre désormais sur l’électorat frontiste et développe une pastorale… Lire la suite »

jose Paldir
jose Paldir

JMT ne parlait pas ce langage? heu ….quand on lui parlait d’économie et de compétitivité il répondait mais ça c’est des histoires de blancs.. Si on parlait de démocratie ;c’est des histoires de blancs;IL y’a 2 jours sur la chaine 8 il y avait une interview du grand grand chef Berger Kawa avec sa popinée qui disait être vanuataise ,ç’était clair net et précis ici c’est kanaky ,voila mon domaine que les blancs m’ont volé ,ils paient tout ce qu’il m’ont volé à un prix qui me convient et là ou peut commencer à discuter et sa popinée de dire… Lire la suite »

Floyd

La phrase qui revient souvent dans la bouche des indépendantistes (et des non-indépendantistes) est : “On n’est pas prêts pour l’indépendance”. Conclusion: Le timing du (ou des référendums) n’est pas le bon. Donnons à la majorité du Congrès la possibilité de déclencher nos propres référendums (sur tous les sujets y compris l’indépendance) sans que l’Etat joue le rôle du Père Fouettard sur le sujet. En gros, pour mettre de l’huile dans les rouages, la Calédonie a besoin d’un pouvoir législatif organique . Tout le monde gagnera en clarté et en franchise. Les discussions d’arrière boutique à Paris, plus personne n’en… Lire la suite »

2018.jpg
Alikantitra

Floyd : “La phrase qui revient souvent … est : “On n’est pas prêts pour l’indépendance” … Conclusion: Le timing … n’est pas le bon.” Mais par la barbe du prophète (que son nom soit béni), cela fait vingt ans que 2018 (au plus tard) a été choisi d’un commun accord, et en attendant, toutes nuances politiques confondues, les chicayas ont joyeusement continué, sans que des “projets” s’élaborent sérieusement. Et maintenant, le dos à un mur que vous avez vu se rapprocher très lentement, vous demandez à Maman de continuer à s’occuper de presque tout (aita pea pea) jusqu’à ce… Lire la suite »

XYY
XYY

Alik.”enfants gatés”. Et c’est rien de le dire… “Maman, donne moi mon argent de poche, mais dis toi bien que ce que j’en fais ne te regarde pas”; “J’ai un exposé à faire pour Octobre 2018, çà m’arrangerait bien que Maman m’aide à le rédiger… et tant qu’à faire, qu’elle le fasse à ma place”. Quand je pense qu’il a fallu au moins 10 ans pour pondre un Code du Travail lokal ainsi qu’un Code de la Route lokal (dont au moins 75 % des contenus ne sont que des resucées des Codes Nationaux), je ne sais pas s’il faut… Lire la suite »

jose Paldir
jose Paldir

on n’est pas prêt ..ouais c’est ce que lenormand a dit en refusant la communauté de la constitution de 58 ,et en disant qu’il voulait rester TOM:2 ans plus tard, toute la communauté était ‘indépendante” dans des conditions folkloriques et 3ans plus tard Lenormand était cocu et il faudra 40 ans de plus pour que la situation administrative de 1963 soit grosso modo rétablie…. faut du temps …surtout quand la partie colonisée fonce droit sur retour vers 1853 au nom des valeurs kanaks ,de la dignité kanake , de la récupération des terres kanaks et maintenant même de l’écologie et… Lire la suite »

Eric

Floyd,

Heu, c’est pas qu’on est pas prêt, c’est surtout qu’on en veut pas pour la plus part d’entre nous…

Floyd

Ah bon!? Moi j’avais compris que tous les non-indépendantistes (sauf Frogier) sont en faveur de ce référendum pour montrer au monde entier que la Calédonie est bien ancrée dans la France, même si au fond ça ne changera rien au problème de l’indépendance.
D’ailleurs je persiste à croire que les indépendantistes finiront par trouver encore une couille dans le manou pour ne pas participer à ce scrutin, (Boycotte). Politiquement parlant, ils n’ont rien a y gagner.

Don Calédone

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top