Connect with us

Calédosphère

Actualité

Surveillant massacré au Camp Est : ses collègues appellent l’Etat à l’aide

Alors qu’un surveillant vient d’être roué de coups par plusieurs détenus, les surveillants de la prison de Nouméa demandent le transfert des prisonniers les plus dangereux vers la métropole ainsi que des effectifs supplémentaires et la mise en conformité du Camp Est avec les normes françaises et européennes. Que fait l’Etat ?

« On ne nous écoute pas. Notre administration met volontairement notre vie en danger » Juste avant le réveillon de Noël, le Syndicat Pénitentiaire des Surveillants et Surveillants Brigadiers (SPS-NC) a lancé un cri d’alerte sur leur situation de travail alors qu’un de leur collègue, toujours en soin au médipôle, souffre d’un traumatisme crânien et de multiples fractures et contusions. En effet, tôt dans la matinée de vendredi, parce qu’il avait auparavant saisi le téléphone portable d’un détenu, celui-ci (placé en isolement pour des faits de violences) lui a sauté dessus par surprise et l’a immobilisé. Lui volant ses clés, il a ensuite libéré deux de ses codétenus avant, qu’à trois, il ne le roue de coup, utilisant un axe de ventilateur pour le frapper à la tête. Pour le syndicat local affilié à la Fédération Générale Autonome des Fonctionnaires (FGAF) la volonté de tuer était évidente, sachant que le prisonnier en question avait promis par le passé de se venger en « tuant le surveillant ». Le syndicat évoque ainsi dans son communiqué « des coups d’une rare violence » et un acharnement des trois individus menant la victime « jusqu’à l’article de la mort ». Or, par manque d’effectif, ce surveillant avait été obligé d’effectuer seul l’ouverture du quartier disciplinaire pour veiller au contrôle effectif obligatoire. Et il n’a dû sa vie sauve qu’à l’arrivée de ses collègues et des pompiers venus le secourir.

“L’Etat souhaite-t-il qu’un surveillant se fasse tuer pour agir ?”

Dans son communiqué, le SPS-NC apostrophe donc directement l’Etat, seul compétent en matière de gestion de la prison du Camp Est. Très critique, le syndicat estime que l’Etat n’a pas « pris au sérieux l’insécurité » qui sévit au sein du centre pénitentiaire :

« Ce drame est trop grave pour que notre administration ferme encore les yeux sur nos conditions de travail : Manque d’effectif et une prison en carton (…) car OUI, c’était dans ce même quartier il y a quelques années, que des détenus ont tenté d’étrangler un surveillant, que plus récemment, en 2015, une vingtaine de détenus ont pris en otage et tabassé un surveillant qui faisait sa ronde de nuit, et c’est encore dans ce quartier, qu’en avril 2017, 8 détenus ont tenté de s’évader durant le cyclone COOK et que douze autres ont recommencé en novembre 2017, dont 2 sont toujours en cavale ! (SPS-NC, 23/12/17 ; sources : communiqué de presse) »

Car si le ministère de la justice a entrepris depuis quelques années des aménagements de la « prison en carton » du Camp Est et a annoncé l’envoi de nouveaux personnels, le SPS-NC demande « à ce que les détenus auteurs de cette tentative d’assassinat soient sévèrement condamnés » et surtout « immédiatement transférés sur la métropole » à l’instar de Brice Kamodji. Ce dernier avait, comme l’auteur des coups sur le surveillant blessé, été identifié comme un détenu particulièrement signalé (DPS), c’est-à-dire violent et dangereux. D’ailleurs, un autre détenu a lui aussi été molesté vendredi dernier par les trois individus et il s’en est sorti avec une entaille au crâne. Le SPS-NC demande également « la mise aux normes de la prison », la « présence REELLE de certains officiers dans leur quartiers » et enfin l’organisation d’un concours local en 2018 pour le recrutement de nouveaux agents. Car, selon le syndicat, l’arrivée de la nouvelle promotion promise par le ministère sera « inévitablement absorbée par les accidents de travail suite aux agressions de plus en plus fréquentes ».

Les parlementaires Calédoniens demandent des renforts

Dans un communiqué diffusé au lendemain de l’incident, le député Philippe Gomes s’est joint aux revendications des surveillants affirmant que « rien ne peut justifier une telle situation ». Le leader de Calédonie Ensemble à part ailleurs rappelé qu’avec Philippe Dunoyer, ils avaient tous deux déjà interpellé l’Etat « au plus haut-niveau sur les difficultés de fonctionnement du Camp-Est et la situation explosive à laquelle doit faire face, au quotidien, le personnel pénitentiaire ». Ainsi, les deux députés calédoniens plaident pour que l’Etat mette « tout en œuvre » pour préserver l’intégrité physique des agents et « maitriser pleinement et en tout temps » la prison nouméenne.

« Nous demandons une nouvelle fois que, face à ce nouveau signal d’laerte qui s’ajoute aux agressions et autres évasions récurrentes des détenus, des mesures soient prises sans délai pour renforcer les effectifs du personnel pénitentiaire (Philippe Gomes & Philippe Dunoyer, 23/12/17 : sources : FB) »

Alors que 13 nouveaux postes sont attendus (dont deux affectés à la sécurité), le Camp Est compte aujourd’hui 122 surveillants pour 504 détenus, dont deux sont toujours en cavale dans la nature et activement recherchés. Jugé « indigne » par l’ancien Gouvernement, les conditions de vie au Camp Est sont désormais qualifiées de « convenable » par l’administration pénitentiaire suite à d’importants travaux de rénovation. Pour autant, la surpopulation carcérale est toujours estimée à 125%. Lors de sa visite en décembre dernier, l’ancien ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas avait remis à 5 surveillants la médaille pénitentiaire pour acte de bravoure. Ces derniers avaient en effet empêché une tentative de mutinerie organisée par des détenus…

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

16 Commentaires sur "Surveillant massacré au Camp Est : ses collègues appellent l’Etat à l’aide"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Yvan La Méche

Un détenu coûte 15.000F par jour (gardiennage cafat intendance 500 par 15000 = 7.500.000 (7.5 MILLIONS) par jour = 2.735.000.000 (2.735MILLIARDS) par an !!!
J’ai une solution radicale et économique.

Yvan La Méche : “Un détenu coûte 15.000F par jour … (2.735MILLIARDS) par an”

Purée, et sèkikipè kipè ?

Va falloir sacrément réduire la voilure après l’indépendance !
Remarque, déjà rien qu’en renvoyant tous les détenus non-citoyens dans leur pays de départ …

caledovrais

Merde ! on aura tout vu !!! l’USTKE qui demande l”aide de la France !! A mourir de rire .

josé Paldir
je reviens sur le sujet la Presse métro en parla avant les médias locaux .Curieusement les premières rédactions indiquèrent qu’ après avoir sévèrement battu le gardien ,les assaillants prirent les clefs pour ouvrir une autre cellule et battre un autre détenu…alors vrai ou faux? si c’est vrai comment s’appelle le détenu,? la calédonie est un petit pays bizarre,pas moyen d’avoir une info carrée dans les quelque mois qui viennent de s’écouler il y a 2 mecs qui étaient soi disant après Mato qui ont coulé on a rien retrouvé sauf je crois une GO PRO à la baie……Ma…. heu sacré… Lire la suite »
XYY

XYY : “Question en effet: qui était ce détenu passé à tabac ?”

José, tu exagères (uniquement pour le détenu), j’avais entendu ça aussi.

Yapluka attendre le reportage exclusif de l’envoyé spécial de Calédosphère au Camp Est.

Yvan La Méche

Si l’état ne prend pas ses responsabilités que les politique les prennent et qu’on décide de pendre haut et court cette vermine, après vous allez voir que MACRON va bouger son cul….

Charli

Y a plus e sou, en métropole la vache a lait est trop maigre , essayez de pleurer sur l’Europe critiquée mais vache a lait encore sur touts les fronts . Après l’autonomie la Kalédonie résoudra le souci à coups d’asticage ! La route pour le Mont Dore sans risquer sa vie en passant St Louis est plus urgente que la prison.

Yvan La Méche : “qu’on décide de pendre haut et court cette vermine”

Pas avant le transfert des compétences régaliennes, Yvan, sinon le haussaire va faire les gros yeux.

Des délinquants Kanaks abattus par les gendarmes, il y en aura d’autres. ils ont choisi leur modèle à suivre, la faute à qui? Aux grands frères et leur bonne influence. http://www.lnc.nc/article/pays/justice/ecroue-pour-avoir-fonce-sur-les-policiers
ils prennent des risques, vu leur dangerosité il faudra qu’ils en assument les conséquences après faudra pas venir pleurer et baver des conneries du genre c’est la faute à l’état colonial.

Eliot,

Pourquoi tu dis “des” délinquants abattus…???
Y en a eu plusieurs ???

…”la faute à qui? ” : la faute à R. W. !

Basta! La République de Nauru pour eux svp. Les premiers colons britanniques l’appelèrent Pleasant Island (“Île Agréable”). L’apprentissage de l’Anglais sera obligatoire et la participation au développement de l’île aussi (c’est une prison à ciel ouvert). Le coût -à “bien” négocier- pour nous sera moindre, le pays a besoin d’argent et à en juger par les ressources existantes, les prisons ont de l’avenir sur Nauru (surtout quand les réfugiés que devrait accueillir l’Australie -emprisonnés sur Nauru- sont maintenant “expédiés” aux USA…)… : https://www.curioctopus.fr/read/12503/l-enfer-de-nauru-l-ile-prison-dans-le-pacifique-ou-les-refugies-sont-confines

Kolere : “Basta! La République de Nauru pour eux svp.” Totalement invraisemblable du strict point de vue juridique. La République ne peut en aucun cas confier le soin de gérer la détention hors de son territoire de ses citoyens condamnés par sa justice pour des délits commis sur son territoire aux services administratifs d’un état étranger et sur le territoire de ce dernier . On ne peut même pas parler dans ce cas précis d’extradition. Et dans le temps, quand on déportait, transportait ou reléguait, c’était aux colonies, à l’ombre du drapeau. Ce que tu proposes, Kolere, est con, con,… Lire la suite »

Tu es le grand expert en “TOUT”, Aleak.. no further comment.

Kolere : “Tu es le grand expert en “TOUT”, Aleak.. no further comment.”

Pas en tout, et pas en particulier dans le domaine de la navigation, maritime ou aérienne.
Mais j’ai beaucoup vu, beaucoup lu, beaucoup écouté, et j’essaie de réfléchir avant d’écrire des conneries (sur les joutes nautiques ou la culture des pommes de terre, par exemple).
Et quand ça m’arrive, je le reconnais plutôt que de m’en tirer par des pirouettes et des insultes.

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top