Connect with us

Calédosphère

Actualité

CAFAT-MEDEF : mais il est où José ?

Le président de la CAFAT a disparu ! Enfin, il n’est plus là. L’absence prolongée de José Aparisi plonge la CAFAT dans des abimes de réflexion et l’expectative, et c’est peu dire. Le MEDEF préconise que le président du conseil d’administration de la caisse démissionne…

Les Nouvelles révèlent dans leur édition du 16 décembre que le MEDEF a pris position sur l’affaire Aparisi. Il préconise que José Aparisi, représentant l’organisation patronale au conseil d’administration de la Caisse, se retire de la présidence de la CAFAT :

« Le Medef a décidé, lors d’un de ses derniers comités directeurs, que déontologiquement, il était préférable que monsieur Aparisi démissionne de la présidence » (Éric Durand – LNC – 16 décembre)

Une préconisation qui ne cache pas dans quel embarras le Medef s’est fourré. Dans cette affaire, les Nouvelles ne livrent qu’une version édulcorée des faits. José Aparisi a été élu à la présidence de la CAFAT le 7 aout 2017 pour un mandat d’un an, au titre du MEDEF. Dès sa prise de fonction, le nouveau président affichait la couleur et ne cachait rien de son ambition de sauver la CAFAT :

« Je vais consacrer tous mes efforts pour ramener le système de protection sociale des Calédoniens sur la voix de l’équilibre financier en invoquant la nécessaire contribution de tous les acteurs (José APARISI, 08/08 ; sources : NC1ère)

Tout ça s’est fracassé sur le mur d’une réalité dévoilée par Calédosphère le 30 octobre 2017. Nous révélions en effet, ce que pourtant personne à la CAFAT et au Medef ne pouvait ignorer, que José Aparisi dont les sociétés étaient en difficulté, avait ici et là quelques « ardoises » dont l’une de 52 millions de francs à la CAFAT qu’il présidait. Personne, sinon les syndicats, n’a vraiment bougé ni ne s’est offusqué de cette situation, le Medef se réfugiant derrière le fait qu’un plan de remboursement avait été acté et que le président de la CAFAT s’était engagé à régulariser sa situation.

Disparu !

Ben oui, mais José Aparisi semble n’avoir respecté ni son engagement ni les clauses du plan et la CAFAT attend toujours les sommes que son président lui doit. L’affaire, qui avait donc pris une singulière tournure, a connu un nouveau rebondissement lorsque fin novembre-début décembre, José Aparisi est parti sans prévenir personne et ne sait qu’en reviendra ! Selon le MEDEF, le président de la CAFAT est en Espagne pour régler des affaires familiales, mais apparemment aucune date de retour n’est connue. À la mi-décembre la CAFAT a tenu une réunion de crise pour savoir ce qu’il convenait de faire sans que rien de concret ne sorte de ces conciliabules, sinon qu’il valait mieux s’en tenir à une grande discrétion. Mais l’absence du président de la CAFAT se prolongeant, il a bien fallu rendre publique l’information sans trop s’appesantir, d’où le bref commentaire du Medef. On notera d’ailleurs que l’organisation patronale recommande que José Aparisi démissionne de ses fonctions de président, mais demeure membre du conseil d’administration de la CAFAT !

L’affaire Aparisi devient le feuilleton de l’été dans lequel la CAFAT prend les coups et le MEDEF tient le mauvais rôle. Alors que les Calédoniens sont très au fait de la situation catastrophique dans laquelle se trouvent certains des régimes sociaux comme le Ruamm et les retraites, mais qu’ils subissent également la pression de la Caisse lorsqu’ils accusent de légers retards de paiement, cette histoire écorne sérieusement l’image de la CAFAT et du MEDEF.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



182
Laisser une réponse

avatar
18 Comment threads
164 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
plus récents plus anciens plus de votes
Alikantitra

Hubert B : “Le président de la CAFAT a disparu”

C’est un homonyme, ou il est réapparu ce soir au JT de NC1ère ?
“président de la fédération calédonienne du BTP”, ceux qui demandent au territoire des commandes publiques, sinon ils licencient.

Dawamama
Dawamama

On va nous augmenter les cotisations au train où ça va , par contre l’autre zig aura toujours son ardoise à casquer . On la fait quand la manif de ras le bol devant les grilles de la Cafat ?

NAUTILE

Moi ce qui m’étonne c’est que monsieur DURAND du Medef , et son air suffisant,soit d’une discrétion de violette sur ce sujet. Lui qui l’ouvre à tous vents sur les retraites, se posant en grand spécialiste du sujet, et donnant des leçons quotidiennes au Gouvernement, ne pouvait ignorer le montant de la dette de son ami APARISI envers la Cafat. Nautile

Eric

Nautile,
Durand, c’est celui qui parle de déontologie…???
Ah ah ah… Coluche aurait, voilà un type qui parle d’une don il n’a même pas un échantillon sur lui…!!!

Citoyen du monde
Citoyen du monde

Merci a nos délégués syndicaux d’avoir mouillé leur chemise. On constate encore une qu’ ils sont tenus par les c. Je me demande pourquoi 😂.

Inforétif

“répondre”, ouvre-toi ! ““tu n’as pas compris qu’il ne s’agissait pas d’une question mais d’une provocation ?!” Parlez vous bien de la question d’Eric : “je me demande bien ce que vous foutez encore ici ???” Si oui, j’y vois bien de l’agacement et non de la provocation.” Donc tu n’y vois finalement pas, toi non plus, une question ! CQFD. ————— ““tu te demandes pourquoi les 280 000 habitants de la NC ne la quittent pas ?” Personnellement je ne me l’a [la] pose pas pour les natifs.” C’était de la provocation pour titiller ta xénophobie profonde, fermela, pas… Lire la suite »

Dawamama
Dawamama

Il aurait pris la tangente que ça m’étonnerai pas . On croit rêver : laisser un chef d’entreprise accumuler une ardoise de plus de 50 millions et le mettre à la tête d’un organisme aussi important que la Cafat alors qu’il a prouvé par son manque de rigueur que c’est un incompétent dangereux Maintenant pour les récupérer les 50 patates , ça va pas être facile , c’est même voué à l’échec. On aurait dû lui retirer son passeport comme à un autre zigoto HM , qui accumule les casseroles et qui risque lui aussi de se carapater sans demander… Lire la suite »

josyppin

Il est passé par ici, coucou
Il repassera par là.
(chanson de B.B.)
Le titre ? Je vous le donne en mille.

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top