Connect with us

Calédosphère

LES CHRONIQUES DE CATON

L’île des enfants perdus

C’est une génération perdue… Des mômes qui, à Nouméa, Saint-Louis, Canala, Houaïlou et ailleurs, n’ont pour l’heure aucune perspective, pas de projet ni d’avenir et dont nous ne savons que faire. La justice est formelle, la délinquance des mineurs implose de manière exponentielle, atteignant des taux inégalés, décrivant une situation inquiétante, sinon catastrophique. La délinquance des jeunes est l’objet de tous les débats, la querelle des répressifs contre les préventifs, la diatribe entre ceux qui estiment qu’il y a encore quelque chose à sauver et ceux pour qui il n’y a plus d’espoir. On peut débattre longuement des causes et des circonstances, en larmoyant sur les statistiques et se plaignant des policiers, des gendarmes, de la justice, des coutumiers, de l’école, des parents, coupables d’avoir laissé faire, la question n’est pas là. En fait, comment en sommes-nous arrivés là ?

Je tiens que la paix et le progrès dans lesquels s’inscrit la Nouvelle-Calédonie ne se sont pas faits sans dommages collatéraux. Parce que Matignon-Oudinot puis Nouméa avaient des objectifs supérieurs de ramener la concorde en effet et de tracer des perspectives de développement, il fallait bien que certains passent par pertes et profits. La jeunesse a été de ceux-là. Puisqu’on lui construisait un avenir meilleur, la jeunesse prendrait ce qu’on lui donnerait sans rechigner. Mais ça ne s’est pas passé comme ça ! Le monde a évolué bien plus vite qu’on ne l’imaginait et les aspirations de la jeunesse, quelle que soit son origine, se sont imposées avec une vigueur que nous ne soupçonnions pas. Ça n’est pas que de la jeunesse à la dérive ou délinquante dont on ne s’est pas vraiment préoccupé, mais bien de toute une génération ! Nos systèmes de formation dans lesquels pourtant nous avons englouti des budgets colossaux n’ont pas franchement répondu comme il le fallait. Nous avons regardé notre système éducatif gangréné par la même maladie que celle qui fait mourir l’éducation nationale en métropole, sans vraiment tenter grand-chose. La coutume et les parents, emportés dans le maelstrom qui imposait le développement économique à tout prix et ses corolaires, n’ont plus répondu présents. Aux demandes de la jeunesse a répondu le vide…

Dans la formation, l’éducation, les loisirs, les perspectives, nous avons pêché et nous en payons aujourd’hui les conséquences. Le paradoxe tient à ce qu’il ne pouvait en être autrement au sortir de ces années d’Évènements, dont nous n’avons sans doute pas encore mesuré comme elles pèsent sur l’inconscient calédonien. Dès lors, tout est-il donc perdu ? J’entends d’ici les commentaires, vilipendant une classe politique qui se serait montrée incapable de mesurer l’ampleur du problème, mais je ne souscris pas à ces critiques. Les 30 années qui viennent de s’écouler et au cours desquelles au fil du temps, nous avons perdu le lien avec la jeunesse, nous ont vus nous occuper d’autres choses que nous pensions plus importantes comme de savoir de quoi demain serait fait. C’est en termes globaux, et non de manière sectorielle, que les politiques pensent à l’avenir, sans doute est-ce une erreur, mais comment faire autrement ? La délinquance des jeunes serait donc le prix à payer ! Accepter finalement que notre société, en phase de développement, contienne en elle une part sombre, abandonnée, mais dont on s’accommode vaille que vaille. C’est hélas il me semble, le mauvais pli que nous avons pris.

Caton

Afficher la suite

Observateur attentif de la société, Caton n'est dans ses analyses ni obtus ni extrémiste. Appartenant à une génération calédonienne qui en a vu d'autres, féru d'histoire, ce contributeur tranche au scalpel d'une plume acerbe et aiguisée nos idées reçues sur la vie politique locale. Adepte du Old School, Caton transmet au blog, depuis la fin de l'année 2012, par courrier postal une contribution portant sur un thème d'actualité qui est mise en ligne chaque semaine. Cité par Elisabeth Nouar, dans une de ses chroniques, Caton est l'un des "Sept salopards du net"



Laisser une réponse

36 Commentaires sur "L’île des enfants perdus"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Pour  mettre nos  ” chères têtes  blondes  ”  au  taf  , développons  la  petite  culture  de cannabis  , plantons la  canne à sucre   en  masse , de  belles  distilleries  . HOP direct  au consommateur  ! avec du  70°  GARANTI !!

NITRAM

Sauf erreur de ma part (car j’ai un peu voyagé) il ne me semble pas que les chiffres et les commentaires de la délinquance de l’année écoulée aient été à ce jour (fin mars 2015) présentées comme à l’accoutumée ,à la presse (et donc à l’opinion) en réunion conjointe du Haut commissaire et de la Procureure de la République ….Sont-ils donc aussi mauvais que cela? Attend-t-on ici comme ailleurs l’aval parisien,pour après les élections départementales? Ou bien n’a -t-on pas encore terminé de définir les éléments de langage et de confectionner les artifices à travers lesquels ces données nous seront délivrées? Votre commentaire

janloupe Pahune

Souvenez-vous le bateau rempli de chinois qui a atterri à Nouméa : 3 ans après, ils parlent français, et 2 ans après, ils ouvrent commerces et restaurants… Aujourd’hui ils sont tous intégrés et ont fondé des familles. Pourquoi ? Parce qu’ils ont du courage et de la volonté, et qu’ils sont respectueux des autres… Ce ne sont pas des qualités locales….

Sauf qu’aux p’tits chinois on ne leur a pas promis qu’ils auraient tout sans faire d’effort “quand y aura l’indépendance” …   Ben oui c’est ça, la mauvaise graine a été semée dans des esprits faibles alors en attendant que le Père Noël arrive “ces jeunes en perdition”  patientent en boissons et autre cochonneries illicites ou se déchaînent en emmerdant le peuple à coup de cailloux ou en cassant et volant …    c’est le résultat d’ignobles promesses …    faut pas que ceux qui ont allumé la mèche viennent maintenant se plaindre …    Tous coupable …  et le chat en premier …   

Tout est résumé ici, rien à ajouter …

C’est le résultat du troc de valeurs séculaires contre des idées farfelues…

Ferme-la

J’ai fait le con plus jeune mais pas à ce point. Ils sont arrivés à un niveau où la défonce pour la défonce, heureusement pour nous que nous sommes plus ou moins “préservés” de l’héroine et autre merde de ce genre qui ne courent pas encore les rues…

Ferme-la

Certaines ont des membres de leur famille, dont leur mère parfois, en amie sur FB et cela ne lui fait rien de voir sa fille, nièce… comme ça ?

Et après tu as les abrutis de la secte de l’ugépéeux qui viennent tous les ans nous dire que l’échec scolaire chez les kanak c’est la faute des Blancs qui leur tiennent la tête sous l’eau. 
Un “peuple”, des parents qui ne sont pas capables de reconnaître leurs torts, leurs erreurs, et les rectifier n’ont aucun avenir.
Les soutenir dans cet esprit d’auto-déresponsabilisation et d’auto-enfoncement pour en faire des victimes des “autres” est une posture idéologique à vomir; il y en a qui le font sur ce site; en général, ils se disent “socialistes”.

Ferme-la

Vous n’allez pas me dire que quand elles rentrent dormir (enfin si elle rentrent), ces gamines (certainement mineure) ne sentent pas l’alcool et le cannabis à plein nez et que leurs parents ne s’en aperçoivent pas ? ou sont ils dans le même état ?

wpDiscuz

Voir plus dans LES CHRONIQUES DE CATON

Tendances

Les derniers comm’s

To Top