Connect with us

Calédosphère

Actualité

Économie : les deux écoles

Les récents débats au congrès sur les mesures STOP d’interdiction d’importation ont mis en évidence les divergences économiques profondes entre les uns et les autres. Comme l’a souligné en séance le conseiller Metzdorf, ce sont bien deux écoles qui s’affrontent.

Les mesures dites « STOP », dont l’adoption ne date pas d’hier, ont pour objet d’interdire, de manière définitive ou temporaire, toute importation de tel ou tel marchandise, afin de soutenir la production locale. La petitesse du marché calédonien fragilise son économie et contraint les pouvoirs publics, quelle que soit leur philosophie économie, a prendre des mesures, sinon dirigistes, tout du moins interventionnistes. Notre tissu industriel et commercial n’a pas suffisamment de force pour se développer en totale autarcie. Dans ce contexte, des choix se posent pour accompagner le développement et la croissance et l’option des mesures « STOP » clive le débat sur deux thèmes : la consommation ou l’emploi.

La consommation

Les opposants à ces mesures de restriction se posent en défenseurs de la consommation, élément majeur il est vrai d’une reprise de la croissance, au titre qu’elles créent des monopôles de fait puisqu’elles suppriment la concurrence extérieure. À cela s’ajoute le risque de prix plus élevés et d’une qualité moindre, comme par le passé nous en avons eu la preuve entre autres, avec les jeans locaux ou la pâte à tartiner fabriquée en Calédonie. Les tenants de l’ouverture béante du marché calédonien au motif que les consommateurs vont s’y retrouver, dénoncent dans le même temps, l’interventionnisme régulateur des pouvoirs publics dont ils jugent que l’action peut-être à la fois inefficace et perverse. En cela ils se rapprochent du libéralisme économique.

L’emploi

Face à eux les tenants des protections de marché capables de soutenir la production locale, créatrice d’emplois et de richesses. Leurs arguments soulignent l’importance pour la Nouvelle-Calédonie, au contraire du reste de l’outremer français, de posséder un tissu industriel en mesure d’assurer au pays la plus large émancipation économique possible. Cela passe par un soutien fort aux entreprises locales, notamment en cette période d’accroissement du chômage. Il y a là les fondations d’une sorte de protectionnisme calédonien.

Le choix

Cette affaire STOP pose la question de savoir si nous voulons, et si nous avons les moyens, de disposer d’une manufacture calédonienne apte à assurer l’approvisionnement du marché local dans des conditions optimums de prix et de qualité. C’est en effet un choix économico-politique majeur, dans un contexte prégnant de vie chère, et à l’heure où la Nouvelle-Calédonie cherche à s’extirper de l’économie de comptoir qui la régie depuis la colonisation et qui, à l’heure de la mondialisation, n’a plus de raison d’être.

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

51 Commentaires sur "Économie : les deux écoles"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
apox
à ERIC : je ne suis pas 5,5 mais bien calédonien, retraité, mais je tiens à cette liberté de choix! j’ai horreur des monopoles, et du reste, les monopoles sont dans le collimateur de l’UE, et nous on est français et européens, donc suivons certaines règles. Car on est heureux de recevoir des aides de l’UE. Et je ne pense pas que ce soit des clichés, il faut y regarder de près! C’est une situation bien réelle, voilà tout! Que l’on contrôle, je veux bien, mais qu’on interdise ou qu’on instaure des taxes exorbitantes, là je ne suis pas du… Lire la suite »
apox

à corriger sur le post précédent: “Allez dans les magasins quand des produits d’importation courants arrive en rayon”…

apox
Je suis un inconditionnel partisan de la liberté dans le domaine économique. Donc contre toute forme de protection des industries locales. Ces dernières n’ont qu’à essayer l’exportation, ceci les OBLIGERAIENT à faire de la QUALITE. Mais les tenants de l’économie calédonienne tirent les ficelles et les marionnettes sont une partie de nos chers élus. Cette politique protectionniste fait que beaucoup ici n’achète que de l’importation, quelque soit le prix pour protester face à cette situation qui dure, dure, dure, jusqu’à quand???? Allez dans les magasin quand des produits courants arrivent en rayon, ça se vide vitesse Grand V! Comme je… Lire la suite »
Pfffff…!!! Encore des clichés toujours des clichés ??? Comment qu’une petites îles comme la nôtre puisse concurrencé le reste du monde ? Les exportations existent, mais elles sont pour ceux qui exportent un complément.. Un chocolatier de la place exporte environ 20T de chocolat par an, il reste extrèmement cher et le restera sans doute encore longtemps, mais il exporte parce que sa qualité est reconnu par sa clientèle en l’occurrence le Japon principalement… Non Aprox, les Porsche Cayene ne se trouvent pas en majorité dans le secteur de la prod, mais dans les services et le commerce…!!! Au même… Lire la suite »

Rhooooo Eric… “Quand aux Calédoniens ils sont fière de leurs produits pour la grande majorité d’entre eux. Il n’y a guerre qu’un cinq cinq pour se jeter sur ces fameuses importations…!!!”

cinq cinq dis tu ? Tu veux dire Zoreil non ?

Donc quand je critique les pieds-noirs c’est pas bien, mais toi tu tacles des “cinq cinq” et leurs mentalités de “tout-ce-qui-vient-d’ailleurs-est-meilleur”, c’est bien ça non ?

T’es un taquin toi.

Et pour être un peu plus précis, le cinq cinq ce n’est pas n’importe quel métro, c’est uniquement celui qui vient en NC pour le fric, celui qui n’a aucun intérêt pour nous, pour la NC.
Alors tu vois, à aucun moment t’es horreurs sont en rapport avec mon propos…

Oui c’est ça, moi je tacle, mais je ne fais que tacler…
Toi tu as été odieu en plus d’être malhonnête.
Je m’étonne que tu puisses comparer mes propos aux tiens…

Cela dit, mon intervention faisait référence à une étude qui a été réalisé et confirme ce que j’ai écris…
Ce n’est donc pas “un sentiment”, mais bien une réalité. Je reviens à l’essentiel car c’est tout de même ce qui nous intéresser…

Seleone

Débat intéressant ouvert par la FINC ce soir au Surf, par Mr Xavier Benoist, sur les potentiels de l’industrie calédonienne, son modèle, ses limites et ses attentes..”Souveraineté Economique” vous dites? c’est encore embryonnaire avec 10% d’autosuffisance, 200 Mds CFP, une plus value de 6% du PIB, les perspectives semblent prometteuses, promis j’achète calédonien ..émoticône smile

Quand tout le monde aura compris qu’une économie forte c’est une NC forte on avancera vraiment…!!!

Sarkosi (via Bolloré) veut supprimer “Les guignols”…

[Normal ! Chez les républicain’s, on n’y comprend rien : Trop intellectuel !

Janloupe Pahune

Si Sarkozy supprime les guignols, Frogier va disparaître ? Il m’intéresse, ce Sarkozy…

C’est pourtant partiellement si il a été élu en 2007, non ?

Je ne souhaite pas polémiquer, simplement donner un exemple récent. j’ai besoin d’acquérir des matériels électriques (disjoncteurs, vigi, etc). Demande de devis en NC, on m’annonce entre 3.5 et 3.8 millions Cfp. Effaré, je cherche un peu en métropole, je demande un devis: incluant la livraison chez un transitaire, le transport, les frais et taxes divers: 1.3 millions Cfp. Comment justifier un tel écart? Les revendeurs locaux payent, au pire, le montant qu’on me demande, et probablement moins par économies d’échelle. Quelle valeur ajoutée, à part la réception sur place et la distribution? Ca justifie une marge brute de 200%??… Lire la suite »
Janloupe Pahune

Pour confirmer vos dires : bougies pour un Freelander V6 : Satma : 3.200cfp la bougie, X 6 soit 19.200cfp. Concessionnaire Land Rover Paris : 3 euros la bougie (360cfp) X 6 : 2.160cfp… Pas de TGI, et 600 cfp de port. Total : 2.760cfp… soit une marge du concessionnaire local de 880%. Record à battre ?

C’est donc bien un problème de marge, pas de protection de marché ni de monopole, vu que le matériel peut entrer sans restriction !!!
Un secteur où la concurrence joue à plein, et pourtant c’est cher, très cher et même trop cher…!!!

Quand à demander une protection de marché, faudrait déjà qu’il y ait une production ??? Et vu les marges pratiqué on peut se demander si ce ne serait pas moins cher ???

“Un secteur où la concurrence joue à plein”? Le nombre de distributeurs n’est pas suffisant, il y à donc une forte présomption d’entente sur les prix. Il ne pourrait pas y avoir de telles marges en concurrence réelle (au minimum 4 opérateurs distincts sont nécessaires)

Le nombre de distributeur n’est pas suffisant selon toi. Mais c’est peut-être parce qu’il n’y a pas la place…???
Tu parles de 4 opérateurs pour vendre du matos électrique, mais y vient d’où ton chiffre ?
En tous les cas personne ne semble vouloir prendre part à ce marché, il doit bien y avoir une raison… Ah oui, peut-être la taille du marché ???

Une fois de plus je l’écris, le dis, le redis encore et encore, CE N’EST PAS UNE HISTOIRE DE CONCURRENCE MAIS DE MARGE…

DECENNIE
ha ! parce que tu peux Eric dissocier position dominante et pratique de (sur)marge ? l’un induit l’autre.Peut t’on demander a un chef d’entreprise d’etre raisonnable sur les marges d’un produit que l’on pourra par légifération se fournir uniquement chez lui ? aujourd’hui c’est ça a ce prix ou rien ! c’est ! ça la définition la concurrence calédonienne ? si par une loi on oblige une population a se fournir invariablement dans une société x ou y il serait normal que les marges soit controlées, on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre.si le control des marges… Lire la suite »

@ DECENNIE
Une dernière remarque juste pour rire…
Tu écris “si il y avait une vraie concurrence l’écrémage se ferait naturellement comme dans toute économie”…
Explique-moi alors pourquoi çà ne marche pas même en France ou la vie est devenue trop chère, alors que la concurrence devrait jouer à plein, puisqu’elle est le quotidien des français…???
Ben c’est simple, la marge encore la marge et toujours la marge…
On peut être un, dix, mille sur un secteur si tout le monde pratique une (sur)marge çà ne change rien…

DECENNIE

ha bon la France devenu trop chère ? la seul chose qui soit chère en france c’est l’imposition pour les biens de consomation je ne vois pas comment tu peux l’affirmer ! plus chère par rapport a quoi a qui ? demande a un touriste américain ou japonais si la vie est chère en France ! paye t’on 100 euro pour un bouquet canal +, 100 euros une connection internet ? paye t’on 1.5% d’un salaire minimum pour 16 yaourts nature ? il n’y a rien de probant dans tes dires.

Ben pour les français elle devenue trop chère. Elle l’est d’ailleurs aussi pour les entreprises, enfin celles qui survivent…!!!
La France est une énorme machine à taxer tout ce que ça peu. C’est un repoussoir et à investisseurs !!!
Alors oui il y a bien encore quelques produits abordables comme le yaourts, mais bon on ne peut pas vivre que de pain et de yaourts…

@ DECENNIE Les infos se croisent et je pense qu’on ne parle pas de la même chose… Je m’explique, bien entendu que je peux dissocier position dominante et (sur)marge. C’est totalement faut de croire que la multiplication du nombre d’opérateur apporte automatiquement des prix bas. On l’a vu avec les ententes dans la grande distribution, mais aussi dans d’autres secteurs. On a vu aussi des secteurs ou il y a peu d’opérateur comme les boissons. Franchement les limonades et autres jus et sirop ne sont pas particulièrement cher ici. Et pourtant y a pas cinquante opérateurs c’est juste qu’ils ont… Lire la suite »
C’est ça le rêve des RUM… non, de les républicain’s ? Au nom de l’escroquerie libérale, insulaire et déréglementée, continuons à tout céder aux ’tis copains et aux (pauv’) lobbies locaux, dans l’import, le commerce le bâtiment et la consommation dans la “promotion” immobilière, la mine, les matières premières… …et bientôt, gavés de Mc*do, on parlera tous un anglais de diabétique, avec les z’yeux bridés, supergras et chargé de cholestérol dès 35 ans, abruti de musique au casque ou de médias débiles, enfumés au charbon SLN, avec une Marlborough devant un lagon tout rouge plein de saloperies mazoutées, assis dans… Lire la suite »
wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top