Connect with us

Calédosphère

Actualité

Ils ne mangent pas, mais ils trinquent !

À Dumbéa, la municipalité a décidé de sévir contre les mauvais payeurs. Les enfants des écoles primaires dont les parents n’ont pas payé les frais de cantine, seront considérés comme externe et ne mangeront donc plus à l’école.

Avant cette mise en demeure, le total des impayés se montait à 9 millions et elle aura eu de fait un impact puisque la municipalité a annoncé que 3 millions avaient déjà été récupérés. Mais cette décision, qui concerne plus de 500 enfants de la commune, dont 200 boursiers sur 3900 enfants scolarisés, suscite bien des commentaires. Une grande majorité approuve cette politique de fermeté jugeant qu’effectivement il convient, à un moment où à un autre, de faire payer les mauvais payeurs. Le corps enseignant, en particulier les directeurs des 16 écoles primaires de Dumbéa est, semble-t-il, plus mesuré. Il faut dire qu’à Dumbéa, le débat sur le coût de la cantine ne date pas d’hier.

La délicate gestion des cantines

C’est lors du vote du budget 2015, en fin d’année dernière, qu’un train de hausse a été adopté qui visait en particulier le secteur scolaire, ainsi les transports et la cantine. 450 millions par an sont consacrés aux cantines et la commune verse 160 millions de subventions. La province Sud apporte une aide non négligeable d’un demi-milliard alloué aux trois communes de l’agglo, permettant d’assurer la gratuité des repas pour les enfants demi-pensionnaires boursiers et des tarifs aussi raisonnables que possible pour les autres. Mais pour 2015, Dumbéa a augmenté les tarifs de la cantine et réclamé des parents des élèves boursiers une quote-part de 100 francs par repas. Cette participation des parents de boursiers a contraint réglementairement la province Sud à supprimer sa subvention ce qui a eu pour effet immédiat que la commune doit maintenant payer 700 francs de plus par repas. L’autre conséquence directe de la décision de la municipalité de Dumbéa d’augmenter les tarifs et de faire payer tout le monde aura donc été aussi un accroissement des impayés.

Et maintenant ?

Cette affaire, qui n’est peut-être pas terminée, ne va pas contribuer à améliorer le climat délétère qui règne aujourd’hui dans les écoles de Dumbéa, fortement affectées par les restrictions financières. Et au-delà, elle cristallise l’opposition entre les tenants des actions énergiques contre ceux dont ils estiment qu’ils profitent du système et ceux qui prônent un règlement social de la question. Ces derniers mettent en avant que parmi les mauvais payeurs de Dumbéa, on retrouve un volet non négligeable de parents dont la situation financière ne leur permet pas de faire face aux hausses des tarifs. Il y a ceux enfin pour qui les enfants n’ont pas à être otages d’une situation qui ne les concerne pas, soulignant que pour les plus pauvres d’entre eux le déjeuner de la cantine est bien trop souvent l’unique repas de la journée. Ces mêmes dénoncent également la manière dont Dumbéa à géré humainement cette affaire, stigmatisant les enfants des mauvais payeurs en les faisant manger en dernier, et en donnant parfois des consignes de ne leur octroyer qu’une petite collation !

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

62 Commentaires sur "Ils ne mangent pas, mais ils trinquent !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tema

Bon moyen de lutter contre le diabète

DECENNIE
je comprend pas ! personne ne relève le fait que c’est bien la faute du maire et de ses adjoints si aujourd’hui TOUTE les familles se voient augmenter le cout de la cantine “La province Sud apporte une aide non négligeable d’un demi-milliard alloué aux trois communes de l’agglo, permettant d’assurer la gratuité des repas pour les enfants demi-pensionnaires boursiers et des tarifs aussi raisonnables que possible pour les autres. ” si le financement de ses cantines etaient pèrenne pourquoi cette mairie a t’elle augmenter les tarif pour la plupart et demander une participation au boursier sachant que “Cette participation… Lire la suite »
serpentar
Decennie : et si la mairie a pris la descision de faire payer les boursiers et ainsi perdre la dotation de la province sud pouquoi faire payer cette énorme connerie aux plus démunis ? Moi ossi g pas bien compris leur feinte de merde, d’une institution “contraint règlementairement” (la belle aubaine pr les potes sensés être arrosés par cette manne tombée du ciel que l’on soutire de la bouche de nos enfants – ils ont le sens de la formule en plus d’être cyniques ces salopards) à faire crever la dalle de ses futurs petits citoyens de 4 et 5… Lire la suite »
serpentar
inforetif : un gosse n’est pas responsable s’il a des parents irresponsables surtout s’il a que 4 ou 5 ans. la solution c quoi pour toi ? … garder le gosse à la piaule parce qu’il ne peut pas manger le midi comme ses autres petits copains ? l’école est OBLIGATOIRE jusqu’à 16 ans il me semble non ? la solution c quoi pour toi => couper les allocs du petit ?! elle est belle ta mentalité de zor à la con ! dans les écoles en tribu ce problème n’existe pas parce que la solidarité océanienne s’applique naturellement parce… Lire la suite »
“garder le gosse à la piaule parce qu’il ne peut pas manger le midi comme ses autres petits copains ?” Voila de quoi vous clouer le bec, démagogique serpentar : http://www.lnc.nc/article/noumea/la-fin-a-justifie-les-moyens-0 Extraits : “Avec neuf millions de francs d’impayés cumulés depuis le début de l’année scolaire, la Caisse des écoles était dans le rouge. En 2014, pour la même période, les impayés étaient largement inférieurs. Et se chiffraient à deux millions de francs. « Face à cette hausse exponentielle, on est passés à la vitesse supérieure, car il fallait tirer la sonnette d’alarme. Depuis que la mesure est effective, on… Lire la suite »
“la solution c quoi pour toi ? … garder le gosse à la piaule parce qu’il ne peut pas manger le midi comme ses autres petits copains ?” serpentar tu sais parfaitement que les parents, mis enfin devant leur obligation de parents (subvenir aux besoins basiques de leur enfant) par l’unique moyen possible de leur faire entendre raison, se sont pliés à la loi et ont payé la participation SYMBOLIQUE de 100 francs : personne de va manquer l’école ni crever de faim, faut arrêter ton cinéma. “la solution c quoi pour toi => couper les allocs du petit ?!”… Lire la suite »
le paiement de la cantine est ce qu il y a de plus simple comme fonctionnement , il n y a méme pas lieu a polemiquer ; ceux qui n ont pas les moyens ont droit a la bourse , ceux qui ont les moyens de payer n ont pas droit a la bourse . point barre . si on a les moyens de payer et qu on prefere utiliser l argent a autre chose c est qu on fait peu de cas du bien etre de notre propre enfant , ce n est pas aux institutions a se substituer… Lire la suite »

“ce n’est pas aux institutions a se substituer au rôle des parents”

C’est pourtant bien l’orientation que prend notre société. Regardez autour de vous sur d’autres sujets brûlants, nous allons vers la société de la déresponsabilisation.
Et le plus souvent, ceux qui poussent dans ce sens s’appellent des “progressistes”. Marrant, non ?

Tu me surprends gadjo, je te trouve vachement …. “réactionnaire”…. Du moins c’est ce qu’on m’aurait répondu si j’avais écrit ça.

mister eric , entre deresponsabilisation et solidarité collective il n y a souvent qu un pas (infime) a franchir , par contre en ce qui concerne la paiement de la cantine on est dans quelque chose de plus basique puisque les parents qui n ont pas droit a la bourse ont donc les moyens de payer et ils choisissent deliberement de laisser leur propre enfant en quarantaine parcequ ils ont decidés d employer leur argent autrement . les enfants des mauvais payeurs mangent quand méme mais ils sont mis a part et du coup sont montrés du doigt par les… Lire la suite »

Comme quoi on peut parfois être d’accord, gadjo.

trés certainement inforetif , et ce n est qu un debut ,vous verrez qu un jour vous serez certainement d accord avec moi sur tout , il faut juste laisser le temps . mdr .

“un jour vous serez certainement d accord avec moi sur tout”

Probablement, puisque vous évoluez dans le bon sens depuis quelques semaines …
(mais laissez tomber ces expressions à la mode et donc puériles telles que “mdr”, je vous en prie)

DECENNIE
je voudrait bien savoir a combien s’élève les frais de bouches de nos chères institutions, juste comme ça, dans ce pay une partie de la population se gave d’argent public tout en stigmatisant les enfants de pauvres, bein moi je veux bien en prendre une partie a ma charge si on me les défalquent de mes impots ça fera moins d’argents pour toutes ses crasse de meule qui les dépensent sans compter et des repas decent aux enfants les plus démunis.dans un pay ou l’on dépense plus de 20 milliards pour des sportifs de niveau départemental on devrait pouvoir subvenir… Lire la suite »

“des repas decent aux enfants les plus démunis.”

Mais c’est le cas, et pour la valeur SYM-BO-LI-QUE de 100 francs !

DECENNIE

et symboliquement ils payent combien nos politique a 800 kf et plus par mois ? ça fait combien de repas a 100 balles un aller retour en première classe, hotels de luxe et frais de bouche de nos décideurs ?

“et symboliquement ils payent combien nos politique a 800 kf et plus par mois ? ”

DECENNIE on peut être à la fois scandalisé par cette gabegie ET par l’attitude de parents qui pour 100 francs (généralement consacrés à du superflu) foutent la honte à leurs enfants, ce n’est pas du tout incompatible.

DECENNIE

et si la mairie a pris la descision de faire payer les boursiers et ainsi perdre la dotation de la province sud pouquoi faire payer cette énorme connerie aux plus démunis ?

X

Si des élus trouvent “normal” de pénaliser des enfants, à cause de la connerie de leurs parents, alors les premiers sont aussi irresponsables que les derniers…

Mais d’un autre côté, si les parents n’étaient pas aussi cons, les élus ne le seraient pas!

Conclusion: il faudrait droguer les parents, pour les rendre intelligents artificiellement, au moins durant les élections.

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top