Connect with us

Calédosphère

Actualité

Quand on arrive en ville

Les rouleurs ont installé leurs camions sur la baie de la Moselle. Descendus de brousse ou venus de la Côte est, ils vont y rester au moins jusqu’à vendredi prochain, dans l’espoir de faire plier le gouvernement.

Plusieurs dizaines de camions sont ainsi garés sur le parking et les rouleurs, à intervalles réguliers, se livrent à des concerts tonitruants de klaxon pendant de longues minutes. Les policiers, mais aussi quelques gendarmes mobiles, ont pris position aux alentours des bâtiments du gouvernement, au cas où. Les rouleurs sont en effet précédés d’une réputation qui fait craindre aux autorités des risques de débordement. Il faut dire que la dernière venue massive des rouleurs et leurs engins sur Nouméa avaient laissé quelques traces, dont se souviennent encore la province Sud et le haut-commissariat dont les grilles avaient été ravagées. Et le ton employé lors d’un AG improvisée organisée ce 5 juillet, n’est pas pour rassurer les autorités

On a pris de l’âge, c’est sûr. Avec l’âge, il y a un peu de sagesse, mais nous, notre sagesse, elle a des limites. Il y aura des limites parce que, quand on va dire, il y a assez, chacun va assumer. Et puis nous, on est prêts à assumer, on n’a pas peur d’aller en prison. On a déjà été en prison pour des choses pareilles (RRB-5 juillet)

Par cette démonstration de force, le syndicat des rouleurs entend peser sur le président du gouvernement pour qu’il accepte les exportations de latérite sur la Chine. Quelle est donc la vérité sur ce dossier ?

Le rêve chinois

Le véritable acteur dans cette affaire est le syndicat des exportateurs qui regroupe les six entreprises d’extraction minière, ceux que l’on appelle les petits mineurs et qui sous-traitent le roulage sur mine à des myriades de petits entrepreneurs, nos fameux rouleurs. Parce que les petits mineurs ont cru que l’arrêt des exportations de nickel indonésien allait faire remonter les cours, ce qui ne s’est pas produit, ils ont voulu renégocier leur contrat trentenaire avec leur principal client, Queensland Nickel (QNI) et son redoutable patron Clive Palmer. Mais ce dernier n’a pas cédé et n’a pas renouvelé les contrats avec les mineurs calédoniens. Comme dans le même temps, le principal trader mondial de matières premières, Glencore, annonçait à qui voulait l’entendre que des perspectives intéressantes s’ouvraient sur le marché chinois, les petits mineurs se sont persuadés que la perte éventuelle du marché australien pourrait être largement compensée. Mais les choses n’ont pas été aussi simples.

Pourquoi pas la Chine ?

Pour deux raisons essentielles. La première est défendue par les indépendantistes dont la stratégie est effectivement de prioriser l’approvisionnement en minerai des unités de production métallurgiques dans lesquelles les provinces Nord et Iles ont des participations, c’est-à-dire essentiellement KNS et l’usine sud-coréenne de Posco. La seconde est édictée par le schéma minier qui, en l’absence de stratégie nickel globale, tient lieu de code et qui stipule qu’il faut privilégier la valorisation locale du nickel, première richesse du pays. Or, les retombées économiques pour le pays de l’exportation de minerai brut sont très faibles et ne profitent, sans que cela soit immoral bien sûr, qu’aux seuls extracteurs et à leurs sous-traitants. Pour autant, le gouvernement calédonien estime que l’intérêt général doit également primer dans cette affaire. Concernant la préservation de l’emploi dont s’inquiètent les rouleurs, l’exécutif estime qu’en termes d’exportation, il est donc préférable de sécuriser d’abord l’existant avant de tenter des aventures. Une position qu’il défend d’autant plus fortement que le trader Glencore, au sujet du marché chinois, n’est plus aussi certain de pouvoir assurer ce à quoi il s’était engagé, notamment en termes de prix et de quantité !

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

111 Commentaires sur "Quand on arrive en ville"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

ATTENTION TERRAIN MINÉ !!!

Étrange cette balle qui vient à point nommé se figer dans une fenêtre tout de même …. Non ?

Étrange les sabotages sur les sites des petits mineurs et de Goro (concurrent de KNS) … Non ?

Il est vrai qu’au pays du matin calme il y a eu les noces, aujourd’hui nous payons la dote en attendant la dette de cette politique issu d’un putsch qui a trouvé son apogée le jour du poisson d’avril avec l’élection d’un pied nickelé. Mais hélas ! Non ce n’est pas une farce …

SCFX

Les politiques qui dénoncent les récentes violences (attaque à Nouméa et meurtre de Daniel Monteiro) ne peuvent pas en même temps soutenir les rouleurs. Il faut être cohérent. Le fond c’est quelque chose, mais la forme, la méthode des rouleurs, est violente. Comment expliquer à nos gosses de biens se comporter s’ils voient qu’on obtient les choses par le blocage et la menace?

ENI ANA

C’est pourtant ce qui se passe. Deux ex présidents du gouvernement au moins sont allés encourager les rouleurs. Et même l’un d’eux, le petit sang chaud qui sautille, les aurait poussé à monter investir le bureau du président.

Abdul

Les gars y’a une rumeur de blocage des centre de distribution des pétroliers…….y’a déjà une punaise de queue à chaques stations……font vriament iech ces rouleurs….ils emmerdent la population parce qu’ils n’ont pas ce qu’ils veulent……

les syndicalistes patrons,
la vrai question de tous ces bloquages, abdul a mis la main dessus.
Ce bloquage et tous les précédents

Qui a tiré un coup de fusil cette nuit dans la vitre du bureau du président du Gouvernement ? la photo circule sur FB …

Il a hurlé vouloir envoyer de “la merde de cochon” sur ces vitres, Max la menace, pas du plomb : donc c’est pas lui . . .
Un sacré excité le gars :
http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_nouvelle_caledonie.html
A partir de 1 minute.

Mais c’est quand même bizarre qu’il n’ait pas envoyé sa merde sur les vitres du gouv. comme il l’avait promis, qu’est-ce qui l’a fait reculer … la vitre ou le trou qu’il y a dedans ?

Janloupe Pahune

Il s’est rendu compte qu’il était très difficile de se jeter lui-même sur la façade du gouvernement…

Abdul

Comment pouvoir et vouloir discuter avec de pareilles excités ?

Janloupe Pahune

Je croyais que les engins miniers n’avaient pas le droit de rouler sur la route autrement que sur un camion porteur, et en convoi exceptionnel ? Et on voit “super débile” jouer avec ses gros pistons puisqu’il n’a pas de neurones devant la police… Retrait de permis et confiscation de véhicule. Normalement… On dit de la justice qu’elle est à 2 vitesses, la justice calédonienne a inventé la boite automatique…

Ca n’a rien à voir mais quel est le Connard qui a fait poser des dos d’âne en plein milieu du Trianon ??!!!

En effet … Attention danger !

Capitaine Haddock

Pour donner du boulot aux rouleurs sans bouziller un bien commun utile à tous?

(Ok babaille)

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top