Connect with us

Calédosphère

Chroniqueurs

La lettre aux rouleurs de Madame Montravel

Cher Rouleur,

Me voici bloquée dans ma bagnole et je me mets à penser à toi (et bien oui, c’est à cause de toi car tu as installé un barrage filtrant sur la route de ma maison) Au début tu sais, j’appréciais ton style. J’irai même dire que je soutenais ton combat même si je savais pas trop pourquoi tu te battais. Ton gros camion, tes coups de klaxon dans tout Nouméa, tes coups de gueule contre tous nos abrutis d’élus. C’était rafraichissant. Même tes bitures devant le gouvernement avec tes potes, ça me faisait marrer. Tu avais un côté couillu et bon-vivant. Malheureusement aujourd’hui, tu montres surtout ton côté très con et mort-vivant. Parce que tu vois, j’en ai soupé de tes caprices. Je sais bien que tu veux du pognon pour payer les traites de ton camion 30 tonnes, mais, tu sais quoi ? Tout le monde en a besoin de pognon, pas toi plus que les autres. Par exemple, les nanas qui ont été virées après la fermeture du Surf, elles ont été bloquées une route, elles ? Et ben non, elles cherchent du boulot c’est tout. Les pauvres mecs qui tenaient les péages et qui sont toujours au chômage un an après, ils méritent pas eux-aussi que le gouvernement s’occupe d’eux ? Ils sont tout seul et ils se débrouillent. Et les lycéens agressés, les entrepreneurs rackettés, les patentés bloqués, les commerçants insultés ou volés, ils méritent pas un peu d’attention ? Tu crois qu’ils n’ont pas besoin d’aide eux-aussi ? Pourquoi tous ceux qui sont dans la merde – et ils sont nombreux – ne se comportent pas comme toi ? C’est-à-dire comme un gros con ? Y as-tu déjà songé? Peut-être parce qu’ils ont un peu d’éducation, de savoir-vivre et d’honneur. Mais sais-tu au moins ce que signifie ces choses-là ?

Je sais que tu vas dire que je suis vulgaire (comme toi parfois sur tes barrages lorsque les automobilistes que tu bloques t’engueulent) mais la vérité c’est que tu t’es comporté comme un gros con ces derniers temps. Tout le monde le pense, tout le monde le voit. D’abord tes opérations escargots qui ont fait suer uniquement les gens qui bossent (c’est-à-dire nous tous, mine de rien), puis tes blocages en veux-tu en voilà. Et puis tes barrages filtrant (tu t’es pris pour un videur de boite de nuit ?) Finalement tu as commencé à détruire le mobilier urbain, nos trottoirs et nos ronds-points, par colère, par bêtise et par orgueil. Par jeu aussi. Je crois que tu t’amuses bien à tout détruire avec ton gros Bull et tes pelleteuses. Tu t’es crû dans un film de Luc Besson ? Et tu sais quoi mon côn, et bien tout ça c’est pas toi après qui va payer les réparations : c’est nous. Dans six mois, dans un an, on nous dira que pour telle ou telle raison la taxe bidule ou l’impôt machin va augmenter. Et ça, ça sera uniquement pour payer tes conneries. Ça sera de ta faute si au lieu d’acheter un beau cadeau à ma fille pour Noël je lui offre un truc qui lui plait moins mais qui sera moins cher. Et ça, je ne peux pas te le pardonner. Soit-dit en passant, ma fille devait passer son Bac blanc demain matin. Et bien par ta faute il a été annulé, et les cours avec. Si elle rate sa terminale, tu la rembourses comment ma fille, hein ? Avec de la terre rouge ? Je sais pas quelles études tu as fait, cher rouleur, et je m’en fiche. Mais j’imagine aisément qu’en bon père de famille tu espères que tes enfants ne seront pas obligés de faire le même métier que toi, celui que tu estimes aujourd’hui « impossible à faire », « très dur » et en « voie de disparition ». Mais pour que nos gosses soient libres de choisir, faudrait peut-être qu’ils puissent déjà faire des études. Et toi mon côn, tu bloques les routes qui mènent à leurs écoles.

Ce week-end ya un jeune qui s’est crashé contre ton 20 tonnes en face de Kowe Kara. Bien sûr le gosse était saoul. Comme d’autres. Peut-être allait-il trop vite. Comme d’autres. Mais c’est toi qui l’a tué ce gosse. Parce que – et j’espère que s’il t’en reste une ta conscience te ronge – sans toi, sa mère aurait mangé avec son fils ce dimanche, plutôt que d’aller le pleurer à la morgue. Quand toi tu roulais un peu saoul dans les rues de Nouméa quand t’avais 20 ans, y-avait pas de camion sans lumière garé en plein milieu de la route. Dans le cas contraire, tu ne serais plus là pour lire ces mots.

Sinon, tu veux exporter plus ? Tu veux travailler plus ? Tu veux vendre du minerai à la Chine ? Tu veux aider Wilfrid Maï à construire son usine au Vanuatu ? Et bien écoute, c’est très bien de vouloir bosser davantage, ça veut dire que tu sais ce que ça veut dire : le travail. Alors commence déjà par respecter celui des autres. Et oui, nous aussi mon coco, on bosse dur et c’est pas toujours facile. Tu veux enrichir ton patron en pensant que tu pourras ensuite récolter une petite part de ses bénéfices ? Pas de souci pour moi. Les patrons ont toujours eu leurs idiots utiles, tu ne seras ni le premier, ni le dernier à te faire bananer. Mais alors débrouilles-toi pour que ça ne m’empêche pas de me déplacer moi ou mes proches. Débrouille-toi pour que ça n’ait pas d’impact sur mon compte en banque ou sur celui de ma famille. Parce qu’on a rien à voir avec tes galères nous. D’ailleurs, lorsque ça marchait bien ton business et les exportations de nickel, on vous entendait pas beaucoup vous les rouleurs. Quand il coule le pognon tu te le gardes pour toi n’est-ce-pas ? Là tu sais te taire ? Alors, apprends à faire pareil quand ça va pas. Ça s’appelle assumer. Ça s’appelle être un homme.

Y-a un mec plus intelligent que toi et plus syndicaliste que moi qui a dit un jour : « Il faut savoir finir une grève ». Comme on est arrivé au bout du bout, aujourd’hui je te prie de cesser ton bordel. Le combat tu l’as perdu. Tes soutiens, tu les as gâchés. On en a tous marre de vous, de vos méthodes et de vos putains de camion. Tu nous connais nous les Calédoniens : on accepte beaucoup de choses. Mais à un moment c’est stop, et trop c’est trop. Et ce moment, tu l’as déjà largement dépassé. Alors, fais pas l’idiot, m’oblige pas à appeler ta mère pour qu’elle t’en colle deux devant tes copains.

T’as beau faire le fier dans ton camion, une fois à terre, face à ta mère, tu feras moins le malin.

Afficher la suite

La politique vue de ma fenêtre. Anti-indépendantiste primaire et secondaire. Vice-présidente du 627ème parti loyaliste calédonien.



Laisser une réponse

39 Commentaires sur "La lettre aux rouleurs de Madame Montravel"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dada

bien vu ! Mme montravel.c bien dit sa!felicitation

Janloupe Pahune

Et une contre manifestation demain, avec comme mot d’ordre “non aux gros cons” ? Partants ?

Martin

Trop de monde vont se reconnaître dans ce slogan ! mais l’idée est bonne 🙂

HEADSHOOT !

antonini

MAGNIFIQUE voila c’est tout !!!

Vero

Ça c dit

Bigfoot
Et Vlan!, dans la gueule à mach 2!!! (Fallait vous y attendre…, le kf va être dur à boire demain matin…). C’est vrai que la 1ère semaine c’était “marrant”, la 2ème semaine on vous “comprenait” mais là le WE dernier, vous avez dépassé les bornes. 1/vous nous bloquez le WE (plus aucunes libertés…). 2/un jeune se plante dans un de vos bahuts (en plus des pneus et autres palettes, ne pouviez vous pas mettre vos triangles rouge de signalisation ??, surtout là sur cet axe à grande vitesse et en sortie de virage). 3/vous défoncez nos ronds points (ne pouviez… Lire la suite »
Martin

Je rajouterai aux propos de Mme Montravel : si tu n’a pu de nickel a exporter essai d’exporter ta connerie , apparemment tu es en surproduction

wpDiscuz

Voir plus dans Chroniqueurs

Tendances

Les derniers comm’s

To Top