Connect with us

Calédosphère

Actualité

CESE : le machin remarche !

Après un an de paralysie et d’absence totale des écrans radars calédoniens, le truc-qui-sert-à-rien-mais-qui-coûte-un-fric-fou a finalement pu reprendre ses réunions suite à l’élection de son président Daniel Cornaille. L’être et le hochet.

Dommage qu’il n’ait pas été présenté en public car c’est un bien beau bilan qui aurait pu être dresser de la dernière mandature du Conseil, Economique, Social et Environnemental. En effet, depuis mai 2015 les résultats de l’institution frisent la perfection : 0 avis, 0 décision, 0 réunion. Un Strike. En comparaison, les autres institutions du territoire affichent une productivité sans borne. Mais qu’on se rassure, les conseillers déjà nommés et la quinzaine de fonctionnaires qui sont affectés au CESE ont tout de même été rétribués. La farce aura néanmoins coûté l’année dernière quelques 169.230.000 francs* aux contribuables calédoniens. Car durant toute l’année les élus s’étaient montrés incapables de se mettre d’accord sur la nomination de ses 41 membres et aucun président n’avait pu être élu en remplacement d’Yves Tissandier et ce, dans l’indifférence quasi-générale. Aussi, le CESE n’avait rien fait.

Panade dans les commissions

Quoi qu’il en soit, le CESE a donc repris ses travaux ce mercredi avec deux saisines : l’une sur le code de l’urbanisme et l’autre sur la compétitivité des entreprises. L’institution a également finalisé la constitution de ses différentes commissions et c’est celle de l’environnement qui aura créé quelques remous. Candidate à la présidence de cette instance, Martine Cornaille n’a pas obtenu suffisamment de voix. Une situation qui, selon elle, découle de sa personnalité :

« C’est peut-être pas EPLP qui est mise à l’écart, c’est peut-être Martine Cornaille. Mais en tout état de cause, lorsqu’on me fait grief de mes méthodes, je dis, mais les gens qui ont recherché le consensus, qui étaient dans le mou, qu’est-ce qu’ils ont fait depuis 40 ans ? On ne serait pas dans la panade dans laquelle on est si leur stratégie avait été constructive (Martine Cornaille, 04/05/16 ; sources : RRB) »

Finalement c’est une personnalité du nord, à savoir Jacques Loquet, le président de l’association Patrimoine de Voh, qui a pris la tête de la commission environnement. De son côté la présidente de EPLP a fait savoir qu’elle n’entendait pas en rester là, notamment s’agissant de la trop faible proportion de femmes et d’écologistes nommés parmi les conseillères. Affaire à suivre.

* Dans les Nouvelles Calédoniennes de mars 2016, le journaliste Charlie Réné évoquait les nombreuses voix qui critiquaient l’inutilité du CESE et il affirmait que l’organisme « coûte chaque année à la Nouvelle-Calédonie entre 80 et 100 millions de francs ». En vérité, l’institution présente un budget moyen (Sources : Budget GNC) de l’ordre de 178 millions par an sur les quatre dernières années dont 55.2 millions uniquement pour les émoluments de ses 41 conseillers.

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

40 Commentaires sur "CESE : le machin remarche !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Moi j’aimerais savoir qui fait quoi au CESE, car, à part nous dire que Daniel Cornaille en est le président et que Martine Cornaille n’ a pas eu la présidence de la commission écologie, aucune information ne filtre sur les autres commissions qui existent, qui les président et qui en fait partie. Pourquoi cette opacité ?
Nautile

SCFX
Jacques Loquet à la place de Martine Cornaille pour la commission environnement du CESE c’est vraiment une mauvaise blague. Loquet recherche avant tout la reconnaissance personnel, pas la protection de l’environnement. Les collectivités et les industriels ont bien compris ça. Son CEK est chargé de “surveiller” KNS avec des moyens et du personnel mis à disposition par… KNS. La personne qui étudie les impacts de KNS et qui doit alerter Loquet est un employé de KNS. Jamais Martine Cornaille n’aurait accepté une chose pareille. Dans le Nord, nous avons surtout la chance que KNS est “plutôt bon élève” en matière… Lire la suite »
bendidon

Ce qui est amusant c’est la découverte du suffrage universel par EPLP. A quand une liste aux provinciales qu’on rigole encore plus!!!!

Le sauveur !

C’a y eat on a trouve le saucer! Alleluia !!! Merci Sagamore.

caledovrais

pourquoi tu te présentes pas Sagamore ? Votez Sagamore ! il va tout changer !!!!!

c’est quoi cette censure ??? ça fait deux commentaires que j’écris et c’est toujours en modération 48h après !!! faut être encarté à CE pour avoir droit de cité sur votre blog ???

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top