Connect with us

Calédosphère

Didier Guénant-Jeanson

Actualité

Buzz : le coup de gueule de Didier Guénant-Jeanson

Invité de la matinale de NCI, l’ancien leader syndicaliste s’est livré à un véritable réquisitoire contre les lobbys économiques actuellement en campagne contre le vote de la loi compétitivité et productivité. Evoquant la vingtaine de grandes entreprises qui « pillent la Calédonie », Didier Guénant-Jeanson cite des noms, dénonce des pratiques et explique la censure dont il est victime dans les médias contrôlés par les lobbys. Attention, ça balance…

On n’avait pas entendu pareil coup de gueule depuis celui de Jean-Jacques Brot à l’inauguration de l’aéroport de la Tontouta en 2013. Mais il faut dire que Didier Guénant-Jeanson parait être très en colère. On croyait en effet le membre du CES national éloigné des médias depuis qu’il avait laissé sa place à la tête de l’USOENC et on ne l’avait pas entendu s’exprimer quant aux futures réformes fiscales et à la mise en place de la TGC. En vérité, Didier Guénant-Jeanson serait tout simplement censuré ! Dans une interview d’une vingtaine de minutes accordée à la Web-TV NCI, celui qui aura été pendant 17 ans le leader de la principale force syndicale de Nouvelle-Calédonie assure que le seul quotidien du territoire, les Nouvelles Calédoniennes, refuse désormais de couvrir ses déclarations :

« Ya un mois et demi un journaliste des Nouvelles m’a demandé de faire une interview (…) J’ai passé plus de deux heures avec lui, cet article devait sortir le lendemain ou le surlendemain et il est toujours pas sorti (…) c’est de la censure comme ça a toujours existé en Nouvelle-Calédonie (…) On a un quotidien qu’a un monopole depuis 50 ans et qui fait ce qu’il veut, donc il sort quand il veut, il sort pas si ça le dérange, la preuve que mon interview dérangeait, dérangeait le monde économique, dérangeait ces gens qui sont aujourd’hui à rameuter le pays à vouloir remettre le désordre parce qu’on essaie de faire ce qui a été acté dans les négociations contre la vie chère (Didier Guénant-Jeanson ; sources NCI ; 26/07/16) »

Curieusement, 24h00 après ce coup de gueule, l’interview est finalement diffusé ! A la question de savoir pourquoi son interview aurait pu déranger les propriétaires du journal, Didier Guénant-Jeanson explique que c’est parce qu’il y donne, entre autres « les noms » des commanditaires de la campagne menée actuellement par une partie du MEDEF contre la loi TGC et la loi compétitivité et productivité. Des noms qui n’apparaissent d’ailleurs pas dans l’interview de Didier Guénant-Jeanson paru dans le journal ce 27 juillet !

“Ils pillent les Calédoniens, voilà ce que je disais dans cet article et effectivement ça dérange”

Visiblement en colère, le leader syndical tire à boulet rouge sur ceux qui, selon lui, se sont associés pour faire échouer les réformes fiscales négociées lors des accords contre la vie chère et prochainement discutées par les élus du congrès :

« Ils pillent les Calédoniens, voilà ce que je disais dans cet article et effectivement ça dérange. Et c’est toujours les mêmes depuis 20 ans, enfin pour certains depuis 50 ans, si je parle de la Maison BALLANDE (…) Ils sont dans la grande distribution, ils sont dans l’import et c’est depuis 150 ans qu’ils font leur loi dans ce pays (Didier Guénant-Jeanson ; sources NCI ; 26/07/16) »

Expliquant que le système « d’économie de comptoir » actuellement en place permet à un petit nombre d’entreprises de faire « beaucoup, beaucoup, beaucoup d’argent sur le dos des Calédoniens », le désormais retraité affirme que le refus de voir s’appliquer la réforme de la compétitivité n’est partagé et encouragé que par moins d’une vingtaine d’entreprises spécialisées dans l’import et la grande distribution :

« Les ¾ des petites entreprises de Ducos ne bénéficient de rien dans tout ça, eux ils triment comme tout le monde (…) Mais il y a un petit lot d’entreprises, moins d’une vingtaine d’entreprises, qui est dans l’import. Je peux citer les noms, je peux parler de RABOT, de SERDIS, de NOUMEAGROS, de COCOGE, de NESTLE, de CARREFOUR, de GEANT, c’est ceux-là ! De BALLANDE bien sûr ! Ce sont ceux-là qui dictent la loi économique dans notre pays depuis 50 ans, depuis la deuxième guerre mondiale (…) Et maintenant qu’il y a la loi qui arrive, ils sont en train de mettre le feu dans le pays parce qu’ils veulent rien bouger (Didier Guénant-Jeanson ; sources NCI ; 26/07/16) »

Pour lui, si le panier de la ménagère est en Calédonie « le plus cher de la République », et bien « ces gens-là, ils en ont rien à foutre, ça les empêche pas de dormir ». Car la mise en place de la TGC à la place de sept autres taxes actuelles jugées trop complexes doit, si la loi compétitivité et prix est appliquée, permettre de diminuer les prix des produits à l’achat. Après les grandes grèves et les manifestations de ces dernières années, l’objectif validé lors des négociations sur la lutte contre la vie chère était d’arriver à une baisse des prix. En effet, avec la TGC, les entreprises de l’import ne pourront plus « marger* » sur les taxes comme elles le font actuellement et le mécanisme de constitution des prix deviendra transparent (une seule taxe, la TGC, étant soumis et payé in fine par le consommateur). Mais selon Didier Guénant-Jeanson, certaines grosses entreprises n’en voudraient pas de cette transparence puisque, d’ailleurs, les mêmes ne déposent pas leur compte au tribunal de commerce comme la loi le leur impose…

« Le monde patronal dit qu’il faut de la compétitivité et de la productivité en s’adressant aux salariés, mais maintenant qu’on leur demande à eux de faire de la compétitivité et de la productivité ils n’en veulent plus ! Ils en veulent pas ! (…) Ça remet en cause des fonctionnements qui datent de l’économie de comptoir, de la colonisation (…) Aujourd’hui vous ne savez pas ce que vous achetez ! Y-a pas d’impôt juste mais une TVA au moins c’est transparent (…) mais ils n’en veulent pas de cette transparence ! (Didier Guénant-Jeanson ; sources NCI ; 26/07/16) »

Il a également affirmé que que c’était bien l’intersyndicale contre la vie chère qui avait demandé la mise en place de la loi compétitivité et productivité et que 90% des entreprises calédoniennes ne seront pas concernées par elle, puisqu’elle ne s’appliquera que lorsque les sociétés feront plus de 60 millions de chiffre d’affaire par an.

“Ils ne gagnent pas d’argent : ils se goinfrent”

Quant à l’argument du MEDEF selon lequel cette loi pourrait entraîner des pertes d’emplois, Didier Guénant-Jeanson le balaie d’un revers de main en citant l’exemple de la SLN et du gigantesque plan d’économie qu’elle met actuellement en œuvre :

« Dans l’import, les charges de personnels c’est moins de 10% (…) pourquoi c’est là qu’il faut faire de la compétitivité et des économies ? (…) La SLN a un plan de compétitivité et de productivité de X milliards, ok. La part du personnel dans ce plan il est de combien ? Il est de 1% ! C’est-à-dire que la SLN les 99% de compétitivité et de productivité elle les trouve ailleurs, et elle peut le faire. Et les autres ils peuvent pas le faire ? (Didier Guénant-Jeanson ; sources NCI ; 26/07/16) »

L’objectif de la réforme étant également de diminuer les prix en augmentant les volumes des produits, selon l’ancien leader syndical, les lobbys économiques ne veulent surtout pas changer leurs pratiques pour continuer à se « goinfrer » :

« Cette réforme de la TGC et de la compétitivité c’est pas une révolution, ils vont pas mourir. On va leur imposer un peu de travailler différemment, peut-être de gagner un peu moins sur le prix d’achat, de faire du volume, de mutualiser les moyens, de faire un certain nombre de choses, faire en sorte qu’on baisse les prix et de gagner autrement leur argent, mais ils gagneront de l’argent et il faut qu’ils en gagnent sinon on développera pas le pays. Mais depuis 150 ans, ils se goinfrent ! »

Enfin, Didier Guénant-Jeanson s’est interrogé sur les moyens et l’origine des sommes consacrées à la « propagande » mise en place par le MEDEF pour faire capoter les réformes fiscales…

« Cette campagne elle leur coute combien ? 50 millions ? Ils les trouvent où ? C’est bien leur entreprise qui payent non ? (…) Cette loi sur la compétitivité et productivité elle gratte le patronat, elle gratte les syndicats de salariés parce que nous aussi on va devoir faire des efforts. Elle gratte tout le monde, mais elle est indispensable pour l’avenir de ce pays »

Si ça va sans dire, ça va peut-être mieux en le disant…

* Rapport SYNDEX de 2013, extraits : « Intervenant au début de la chaîne des échanges sur le territoire et étant non déductibles, les tarifs douaniers permettent à chaque opérateur d’appliquer son taux de marge sur des prix intégrant les tarifs douaniers et donc, finalement, de « marger » sur les taxes douanières »

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

174 Commentaires sur "Buzz : le coup de gueule de Didier Guénant-Jeanson"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Carlus

Qui pourrait organiser une marche rassemblant au moins 12000 personnes déterminées à montrer à la mafia que ses extorsions doivent s’arrêter ? Ce serait peut-être un début de solution pour faire comprendre à ces quelques salopards cupides que les temps changent.

Ben tu sais ici c’est pas seulement “le pays du non dit”, c’est aussi “l’île du chacun pour soi”…
souviens toi que pendant les évènements certains vivaient jour et nuit avec la peur au ventre en brousse et pendant ce temps là ça bronzait dur sur les plages de Nouméa.
Le jour où tu arriveras à faire descendre des milliers de personnes c’est qu’il se passe quelque chose de vraiment inquiétant qui concerne tout le monde, riches et pauvres, noirs,blancs, jaunes, verts et tutti quanti.

La dernière grosse manif, c’était “si y a pas toi y a pas moi”, contre les pratiques de l’USTKE…!!!
Plus de 20000 personnes dans la rue… Jamais depuis les évènements il n’y avait eu une foule aussi diverse et varié pour dire stop à quelqu’un…
Mais là c’était facile à identifier, contrairement à aujourd’hui…!!!

Carlus

Pas faux, malheureusement. Il y a quand même eu les manifestations de 2006, 2011 et 2013… Mais vu qu’elles n’ont pas permis de faire comprendre à certains que leur cupidité et leur cynisme devaient avoir des limites, il serait bon de relancer le processus en allant non pas vers le congrès mais plutôt vers Tina golf par exemple !

Ballande =Lafleur=Same Same= Mafia du Caillou

ca ne m’explique toujours pas pourquoi la NC ne s’approvisionne pas en Indonésie, énorme producteur à proximité, au lieu de faire les courses en Australie (20 millions d’h), en NZ (4,5 millions) et en France (20 000 km)

Didier, il était gros quand il était “actif”, maintenant qu’il est “retraité” il maigrit, allez comprendre !!!

Il nous a vendu un pseudo combat contre la vie chère, aujourd’hui il monte au créneau pour défendre le projet de CE, en fait il ne fait que renvoyer l’ascenseur. C’est qu’à vide il remontera plus vite 😉

Barnabaque

Confirmé !!! Et pourtant je vote CE !!!

Ah ben pas tout à fait Don Caldone, la TGC c’est initialement un projet importateurs, syndicats ouvrier et LEROUX + quelques pièces rapportées…!!!

Je le dis assez souvent, vous pouvez avoir vos idées, vos mouvements préférés, mais raconter des conneries je ne peux pas laisser faire si je tombe dessus…!!!

Bien sûr ! Tout ça revu à la sauce CE……cela va de soit cher Eric 😉

Abdul

C’est pourtant pas compliqué:
avant la tgc
Un produit à 100cfp ( marchandise +fret) + taxe à 30% + marge à 30% (dans mes rêve) = 169cfp
Après la tgc
Un produit à 100cfp ( marchandise +fret) + taxe à 30%= 130cfp + marge à 30% (sur le produit hors taxe) =30cfp total 160cfp

Un écart de 9cfp avant et apres……..Cet écart bien sur grandit car il y a toute la chaine d’intermédiaiies qui actuellement prend sa marge à chaque transaction et qui après la tgc ne pourront en théorie plus marger sur la taxe…c!est ça ???

manlas

Non mais c’est fatigant de répondre et d’essayer d’expliquer toujours et toujours. Floyd dit que c’est ça et que c’est la faute des commerçants et des importateurs. A vouloir trop défendre bêtement un projet intéressant vous finissez par brouiller complètement la com. Si vous voulez vraiment défendre le projet, renseignez vous, prenez des cours mais de grâce arrêtez de dire des conneries…..

C’est ça, ils ne pourront plus marger sur la taxe alors ils ne sont pas contents…

Au fait, le blèm au fond c’est quoi? Pour faire simple. Aujourd’hui, on marge sur les taxes et demain avec la TGC on va faire le contraire. Soit sortir d’un système foireux et inflationniste pour aller vers un système vertueux, simple et surtout transparent. Lors de ce passage d’un système opaque et inflationniste actuel à un système transparent et maîtrisé, le MEDEF cri au loup et dit qu’il va avoir de la casse dans leur maison, mais comment le savoir …………. si tout est opaque dans leur maison?. En tout cas, si le MEDEF persiste à bloquer cette réforme, on… Lire la suite »

Ne parlons plus de marge. En ce moment le terme à la mode c’est le “volume”. Alors calculons ce fameux volume en moins suite à la suppression des taxes. Ca donne quoi?…

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top