Connect with us

Calédosphère

Actualité

Déva : après les requins, des pièges ?

Photos à l’appui, la SEM Mwé Ara, responsable de Gouaro Déva, a lancé une alerte pour prévenir que des pièges avaient été repérés sur les routes du nord du domaine. Evoquant des « personnes mal intentionnées », les regards se tournent vers certains squatteurs en bisbille avec l’Etat. Malaise.

Des fers à béton ont été dissimulés pointes en l’air et plantés sur des chemins menant au nord du Domaine de Déva. Les gardes nature de la zone les ont pris en photographie et c’est la SEM Mwé Ara qui les a diffusées sur sa page Facebook :

« AVIS AUX USAGERS DU DOMAINE DE DEVA
La SEM MWE ARA vous informe que la partie nord du domaine est extrêmement dangereux. Plusieurs pièges de personnes mal intentionnées ont été retrouvés sur différents passages.
Il est fortement déconseillé à toutes personnes de s’y rendre au vue du danger que cela peut occasionner.
Pour la sécurité de tous, merci de diffuser le plus largement possible cette information! »

Naturellement, dans la région de Bourail, les commentaires évoquent déjà les « derniers irréductibles » qui refusent malgré les injonctions du tribunal de quitter des cabanes construites illégalement sur cette partie du domaine.

« Nous, on a rien »

Cette affaire arrive quelques semaines après que des restes de cadavres d’animaux (chèvres et cerfs) aient été trouvés à proximité des zones de baignade de cette région hautement touristique. Un requin-tigre bagué et précédemment relâché hors du lagon par les pompiers et les services de la mairie, avait d’ailleurs été observé près de la plage de Poé. Les experts en avaient conclu que le squale avait été attiré par ce nouvel apport de nourriture. Or, dans une vidéo mise en ligne dernièrement sur les réseaux sociaux, quelques-unes des personnes refusant d’abandonner leur cabane avaient vertement critiqué les autorités, expliquant qu’ils ne se laisseraient pas faire. « Nous on a rien », avaient-ils ainsi déclaré, s’opposant aux différents acteurs économiques et coutumiers du domaine de Déva. Bien évidemment, le fait que les chemins environnants les dernières cabanes présentent des « pièges » ne risque pas de jouer en la faveur de ces personnes, même si, pour l’instant, nul ne peut prouver que le ou les individus à l’origine de ces embuches sont les mêmes. Reste qu’entre les requins-tigres et les fers à béton sur les routes, circuler dans la zone risque bien de devenir un véritable parcours du combattant. Et malheur aux marcheurs malchanceux…

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

18 Commentaires sur "Déva : après les requins, des pièges ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Il y a quand même une belle bande de débiles profonds en NC ! De dangereux nuisibles ! A se demander si vivre sur une île n’a pas un impact certain sur les neurones 😉

attendez ! il n’y pas de responsables des squatters qui se sont fait interviewés ? Si les forces de l’ordre voulaient se donner la peine ils auraient vite fait de les faire se mettre à table ! vu leurs actions se sont loin d’être des courageux mais plutôt des ivrognes qui ne peuvent plus braconner tranquilles ! EN TÔLE!!!!!!

ditou

vieuxcaledo

“Si les forces de l’ordre voulaient se donner la peine ils auraient vite fait de les faire se mettre à table !”

Les forces de l’ordre, c’est eux qui tombent dans les pièges. Comme à Saint Louis, ils n’ont rien réussi (à part en tuer un). Donc, “vite fait de les faire se mettre à table”, oui mais pour l’instant c’est plutôt pour une médiation.

Mais tu connais pas la tactique du gendarme ?.

https://www.youtube.com/watch?v=n_V7x2J2CqU

Que ceux qui ont fait ça prient pour qu’il n’y ait pas un nouveau drame … la colère peut se comprendre mais là ça va trop loin … en tout cas ce n’est pas arrivé là tout seul !

claudine

Bientôt, ils poseront des mines…mais ou va-t-on ?

ditou

Je constate une chose, si c’est bien les squatteurs les responsables.
Ils ont les moyens de s’acheter des fers à béton. Au prix ou coûte clous et vis. Ils ne sont pas sans ressource alors.
Je suppose qu’il ne s’agit pas que d’un seul fer à béton, mais bien plusieurs. Alors leur excuses « Nous on a rien », ne me semble pas sincère.
De plus ils ont du temps pour planter des pièges, mais pas pour travailler à gagner leur vie.

T’inquiète Ditou, ils ont surement piqué le matos sur le chantier du Sheraton à l’époque 😉

ditou
tyty Donc si je comprend bien ton commentaire, les squatteurs avaient prémédité les pièges à l’époque du chantier du Sheraton. Tu trouves pas cela ridicule?. Et bien sûr à l’époque ils avaient un don de prémonition pour savoir qu’il fallait récupérer ces fers à béton car la justice voudrait les déloger. Excuse moi, mais je crois bien que c’est récemment que cette idée leur a germé dans leur esprit surtout au moment où la justice leur a assigné leur expulsion. Cela me parait plus juste. Donc le vol de matos, ne cadre pas vraiment avec les indices. En tous cas… Lire la suite »

Ditou

Je ne comprends pas comme toi la phrase de Tyty parce que c’est bien connu que certains (et ils sont plus nombreux qu’on ne le pense) vont souvent sur les chantiers faire leur petit marché … y a qu’à voir à Nouméa même, les matériaux qui disparaissent sur les chantiers non surveillés (ils ne sont jamais surveillés d’ailleurs) alors pour moi il faut prendre la phrase de Tyty de cette façon là c’est tout.

ditou
Omega C’est le mot “époque” qu’il a mis en trop, cela laisse suggérer qu’il y bien un bon moment. Maintenant à dire qu’ils les ont volé, rien ne vient étayer cette version. Si tu regardes bien les autres squatteurs à Nouméa et au alentour, tu verrais que certain ont la parabole et ça, je suis désolé on ne peut pas voler, car il faut un abonnement. A moins qu’on leur offre aussi , je ne vois pas comment ils peuvent se l’offrir. Mais je passe souvent près du squatte pas loin de carrefour et j’ai vu une fois qu’ils jouaient… Lire la suite »
ditou

tyty

L’indice irréfutable, c’est sur la photo, regardes bien, les clous ne sont pas rouillés, donc ça ressemble plus à du neuf.

oui, l’indice est non seulement irréfutable, il est surtout bien affûté !

ditou

Lemec Dici

En tous cas, leur esprits ne sont pas affûtés.

C’est de la production locale avec protection de marché.

Avant d’accuser il serait bon de laisser les investigations aller jusqu’à leur terme.
N’importe qui pourrait faire cela, justement dans le but de discréditer ceux la même qui sont aujourd’hui pointé du doigt.
ça ressemble à la fameuse “balle” logée dans la baie vitré du président du gouvernement lors du conflit des rouleurs.
A l’heure d’aujourd’hui on attend toujours le dépôt de plainte du président, parce que jamais aucune douille ni projectile n’a été trouvé sur place…. Bizarre ! vous avez dit bizarre ? comme c’est bizarre !!!

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top