Connect with us

Calédosphère

Actualité

Mouirange : les dirigeants de Vale-NC ont-ils tenté de cacher une fuite de produits chimiques ?

Le semi-remorque accidenté ce mercredi sur la RP3 aurait en fait contenu des milliers de litres de produits chimiques. Dans l’urgence, Vale-NC a dépêché ses propres équipes pour éponger les fuites et faire disparaitre les traces. Scandale ?

Les médias du territoire ont simplement fait état d’une circulation interrompue durant 24 heures suite à un accident au Col de Mouirange mais c’est loin d’être aussi simple. Ce mercredi, un semi-remorque contenant environ une dizaine de conteneurs s’est en effet renversé aux alentours de 16 heures causant une perturbation de la circulation. Mais le lendemain, la mairie du Mont-Dore a informé les usagers de la route que la circulation serait interrompue jusqu’en fin d’après-midi ce jeudi, les forces de l’ordre se sont donc positionnées et une voie de contournement pour les automobilistes a été installée via la RP1. Une démarche loin d’être usuelle puisqu’en pareil cas, une circulation alternée est généralement mise en place. Pourquoi fermer totalement la route dans les deux sens alors que le camion s’était renversé sur le bas-côté ? La raison pourrait être que celui-ci transportait des produits potentiellement toxiques pour l’environnement… Les dirigeants de Vale-NC auraient en effet appris durant la nuit que ce camion transportait des produits chimiques qui devaient être acheminés vers l’usine du sud.

Car, les services de sécurité du territoire ont d’abord été informés qu’il s’agissait de produits inoffensifs, prétendument des produits de nettoyage et de ménage anodins. Mais, selon nos informations, le chauffeur du camion a été dans l’impossibilité de fournir une quelconque fiche de sécurité prouvant leur origine mais aussi le contenu de sa cargaison, alors que la législation le lui impose. Quant au port autonome, nul trace non plus de produits de nettoyage. Les forces de l’ordre ont simplement pu constater mercredi soir que plusieurs conteneurs s’étaient renversés et que près de la moitié d’entre eux étaient percés et avaient déversé une partie de leur contenu liquide et nauséabond sur la chaussée et le long de la route. Mais plus tard dans la soirée, en lieu et place des autorités et à la stupéfaction des témoins, ce sont les agents de Vale-NC qui ont pris la relève expliquant que le contenu leur appartenait et qu’ils allaient mener seuls la suite des opérations. Les dirigeants de l’usine avaient en fait envoyé leurs propres équipes (qui disposent de pompiers de statut « privé » à Goro) pour remplacer les agents municipaux déjà présents. Constatant les dégâts, ils ont dans la foulée demandé à la mairie de faire complètement fermer la voie le temps de nettoyer la zone.

Des milliers de litres d’un produit inconnu dans la nature…

C’est donc hier soir que la municipalité du Mont-Dore a fait fermer la route et organisé un contournement de la circulation. Pendant ce temps-là et à l’abri des regards, Vale-NC a rapidement dépêché un camion de pompage à l’endroit de l’accident ainsi que des tapis absorbants afin de récupérer le maximum de ce produit toujours non-identifié. Selon nos informations, le camion transportait une dizaine de cubis appelés aussi cubitainers et au moins quatre d’entre eux se sont retrouvés percés. C’est donc, vraisemblablement, environ 4000 litres qui se sont échappés. Ces cuves de transport sont en effet spécialement conçues pour renfermer un millier de litres chacune. Au bas mot, le semi-remorque transportait donc plus d’une dizaine de milliers de litres. Il s’avère que le camion arrivait du port autonome et filait directement vers l’usine du sud dans le sens Nouméa-Goro. L’absence de fiche de sécurité démontre qu’à un moment ou à un autre, les produits en question ont « disparu » de la chaine de transport, via le port-autonome et les douanes. On ne sait à l’heure qu’il est si la municipalité du Mont-Dore a été mise au courant du contenu des cubis par l’industriel ou si celui-ci a menti sur son origine et son identité. Quoi qu’il en soit, Vale reste, 24 heures après, toujours incapable de fournir les preuves de l’origine du contenu. De plus, l’absence de fiche de sécurité et de renseignement sur la cargaison, la fermeture de la route et la précipitation auréolée de discrétion avec laquelle les équipes de Vale-NC ont cherché à nettoyer la zone n’engage rien de bon sur la nature des produits qui se sont échappés…

Après les nombreuses fuites d’acide qu’a connu l’usine du sud, le dernier incident en date remonte à mai 2016 lorsqu’une « petite fuite d’acide » était apparue sur un des iso-containers de la Shell sur le port de l’Usine du Sud. Un an auparavant, deux hommes avaient été blessés par un jet de vapeur d’un mélange eau-acide sur les circuits d’acide du complexe industriel.
L’usine de Vale-NC est en effet basée sur un procédé hydrométallurgique qui permet de traiter la latérite à basse teneur en nickel grâce à un procédé « révolutionnaire » de lixiviation par acide sulfurique. Un traitement chimique qui a généré plusieurs incidents et fuites d’acide par le passé. En avril 2009, 44 000 litres d’acide sulfurique pur à 98 % s’étaient ainsi déversés dans le creek de la Baie Nord et en mai 2014, une nouvelle fuite de 100000 litres d’effluents d’acide avait été constatée au même endroit.

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

22 Commentaires sur "Mouirange : les dirigeants de Vale-NC ont-ils tenté de cacher une fuite de produits chimiques ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Yvan La Méche

Le chauffeur, il a eu son permis dans un paquet de bonux ???

Nom et prénom du chauffeur qu’on ne l’embauche plus….

Tout ça sans doute à cause d’un mec qui conduisait trop vite ou comme un con, comme souvent.il a sa part de responsabilité lui aussi. Y a des chances que Vale ne lui fasse plus confiance pour transporter ses produits sensibles.

memory

Heuuuuuu… Aucune administration ne se sent concernée? Si c’est anodin, autant l’avouer tout de suite!
Maintenant, si c’est in-traçable comment cela se pute? Et m’am Cornaille, pas de bruit non plus! Cette usine du sud est une bombe… mais, comme elle arrose large, elle devient inoffensive, normal.

Si cette société a vraiment transporté des matières dangereuses sans les certificats appropriés, c’est qu’elle ne souhaitait pas que l’on sache de quel produit il s’agit. Il suffirait d’ouvrir une enquête avec : 1/ analyse autour du lieu de l’accident et 2/une analyse des résidus qui sont stockés dans le fameux barrage de la plaine de la KWE. On aurait peut-être quelques (mauvaises) surprises face aux résidus que l’on trouverait … la transparence doit être de mise dans cette situation sous peine de créer (encore) une suspicion sur les activités de la Nuzine (une de plus). Faudra pas se plaindre… Lire la suite »
Janloupe Pahune

Sinon, le conducteur responsable de cet accident, encore un rouleur bourré type Max Fais Chier ?

Clark

Ils avaient parlé de “Destop”… J’ai trouvé ça bizarre…

Reste à voir qui va remuer tout ça pour qu’on nous cache rien, et qui dans nos institutions ou quelles instutions vont minimiser et étouffer l’affaire…

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top