Connect with us

Calédosphère

Actualité

Nickel : bon sang, mais c’est la crise !

L’actualité calédonienne se focalise sur le conflit des rouleurs et cette affaire d’exportation sur la Chine. Mais comme trop souvent en Calédonie on se focalise sur le doigt sans voir la lune. Or le nickel, comme tout le secteur des matières premières est à l’aube d’une crise que certains prédisent majeure.

Et cette crise pourrait avoir des répercussions importantes pour la Nouvelle-Calédonie. Si l’on prend le temps de regarder un peu au-delà du récif, on s’apercevra que les principaux pays en relation avec notre nickel sont dans des situations de fragilité importante. Tout d’abord le Brésil, entre 1 et 2 millions de personnes ont défilé contre la politique économique de la présidente Dilma Rousseff, car après huit ans de présidence de gauche, Lula puis Rouseff, le pays est en crise. Une crise qui pousse les grands groupes brésiliens à recentrer leurs activités sur le pays, ainsi Vale, ce que le groupe justifie d’autant qu’il peine à atteindre ses objectifs notamment en Nouvelle-Calédonie. Il se dit que le géant brésilien du nickel n’exclut pas d’examiner le moyen de stopper ses activités calédoniennes. Auquel cas, serait-ce un arrêt définitif ou un repreneur pourrait-il se manifester, et si oui qui ? Ensuite, on vise le Japon, client traditionnel de la Nouvelle-Calédonie via le puissant syndicat des fondeurs japonais, le gokokaï, mais qui lui aussi est à l’orée d’une crise majeure. La croissance japonaise est retombée dans le rouge, après avoir reculé de 0,4 % au deuxième trimestre de cette année et en rythme annuel, cette baisse atteint même 1,6 %.

La Chine veut moins de nickel

Oui il y a bien une crise chinoise, comme en témoignent les dévaluations de la monnaie nationale, le yuan. Et cette crise a des répercussions directes sur le nickel dont la Chine, premier producteur mondial d’acier, est grande consommatrice. Or, selon le journal économique Les Échos, en mai dernier les statistiques montraient que la Chine, qui absorbe 45% du nickel produit chaque année, n’avait importé que 3,2 millions de tonnes de minerai brut, soit 20 % de moins qu’en 2014 ! Et la plus grande partie de ses importations sont en provenance des Philippines, bien plus concurrentielle que la Calédonie. Pourquoi cette baisse de la demande chinoise ? Pour la simple et bonne raison que les stocks mondiaux en général et les stocks chinois en particulier sont colossaux. On estime à 12 semaines, le temps de consommation mondiale de nickel stocké dans les entrepôts agréés par le LME, la Bourse des métaux de Londres, du jamais vu depuis vingt ans ! Et comme dans le même temps la Chine engrange dans ses ports ses propres stocks, les analystes y voient le signe que les sidérurgistes chinois sont moins en demande. Il faut noter que la crise chinoise, marquée de manière visible par l’effondrement de 30% de la bourse de Shanghai a conduit certains « hedge funds » comme Tudor et Brevan Howard, ou des Traders comme Glencore à vendre à la Chine, à découvert ou à perte, certaines matières premières comme le nickel. Cela repose du coup la question des exportations vers la Chine qui obtient d’ailleurs un début de réponse dans le fait qu’aucune offre de service n’a été faite par les Chinois aux petits mineurs calédoniens !

L’effondrement des cours

D’une manière triviale, on pourrait dire qu’aujourd’hui le nickel ne « vaut pas tripette » ! L’abondance des stocks et la chute vertigineuse des cours des matières premières ont conduit le nickel sous la barre fatidique des 10 000 $ la tonne et la livre se vend à 4,70$ ! Lorsque l’on sait que le prix de revient de la livre de nickel produite par la SLN est d’un peu plus de 6$, on mesure les pertes qu’accumule l’entreprise. La chute simultanée des cours du nickel et du manganèse a d’ailleurs fait que le groupe Eramet a enregistré une perte équivalente à 9 milliards cfp au premier semestre de cette année. Le nickel est donc en crise et si les spécialistes rappellent avec raison le caractère cyclique de son exploitation et de sa valorisation, ils conviennent tous ignorer combien de temps cela risque de durer. Certains n’hésitent pas à prédire une crise longue, au moins jusqu’à la fin 2016 voir la mi-2017. Une crise dure et qui dure, voilà qui pourrait être fatal aux plus fragiles du secteur en Nouvelle-Calédonie, un secteur minier qui fait travailler ici 12 000 personnes, dont 350 rouleurs. Bref, le temps est-il aux exportations de minerai brut vers la Chine ? En guise de réponse, dans une chronique aux Échos, Didier julienne répond par trois autres questions :

Ces exportations vers la Chine n’ajouteraient-elles pas du surplus aux excès mondiaux ? Ne favoriseraient-elles pas une nouvelle baisse des prix ? N’annihilerait-il pas l’effort calédonien, car aucun gain métallurgique ne reviendrait vers Nouméa ? (Les Échos, 6 août)

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

88 Commentaires sur "Nickel : bon sang, mais c’est la crise !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Comme toujours la Nouvelle-Calédonie est nombriliste et ne vois pas que son image auprès des multinationales est sérieusement écornée.

Ouais, dés le début de cette vraie fausse crise des rouleurs, on sentait qu’ils (Les Républicains) voulaient casser du Germain et du CE. Ces sont TOUS des fourbes et malgré leur air de Ste Nitouche et leur vue basse, ils sont toujours dans une logique de reconquête du Pouvoir qui passe forcément par l’élimination de Calédonie Ensemble, depuis 2009 ils n’ont pas changé d’un iota. On ne peut leur faire confiance, car ils sont dans une opposition destructive, c’est dans leur nature.

Abdul
Ce soir au JT, le prèz du gouv lance une réunion à 16h et les “gentils organisateurs de la prise d’otage de la population” n’y vont pas…..ILS NOUS PRENNENT VRAIMENT POUR DES CONS…..ils se font manipuler par les mineurs, manipuler par les politiks, et continuent à se moquer de la population juste pour leurs intérêts personnel…….y’en à marre de voir des mecs dire qu’ils ont plus de boulot, et qu’ils peuvent pas payer les traites du camion …..et il faudrait que le pays les aide ?….non mais on vit ou la ? À bisounoursland ? Vous êtes pas des fonctionnaires,… Lire la suite »

Au delà du Nickel, la situation quasi insurrectionnelle que le pays connaît ce soir témoigne de l’absence de maturité de certains acteurs syndicaux, de la perte de légitimité de certains acteurs politiques, et de la lâcheté des acteurs chargés d’assurer la protection de l’ordre public. Tout ça pourquoi et pour qui? les véritables commanditaires et bénéficiaires du chaos organisé sortent du bois : ils parlaient ce soir au journal télévisé, les avez vous vu?

Foucher , Monsieur 15 Millions par mois. Yabon

XXX

@charlie – une auditrice hier matin sur “coups de gueule, coups de cœur” NC 1ère : Max Foucher, ben ses engins ne travaillent pas que sur mines, il a aussi des contrats avec des mairies. Et là, pendant la grève, ses engins ils continuent à travailler sur ses autres chantiers.
Je ne sais pas si c’est vrai, mais la personne avait l’air sûre d’elle.

C’est vrai que ça fait une vraie différence avec les petits rouleurs, qui travaillent exclusivement pour un Gros Mineur.

JE PEUX SAVOIR POURQUOI AUCUN DE MES POSTS NE S AFFICHENT ???

C EST DE LA CENSURE OU QUOI ?

DEPUIS HIER SOIR IL N Y A RIEN !!!

manlas
Le Jt de ce soir est révélateur. Un président du Congrès qui refuse de convoquer l’assemblée législative du pays sous de faux prétextes, les républicains qui par la voix de leur président veulent que ce soit une instance consultative qui impose ses réflexions…..en lieu et place des élus démocratiquement élus. Ils devraient changer leur nom, les soi-disant républicains, car le premier devoir d’un républicain c’est de respecter et faire respecter la loi. Or la loi, ce sont les élus qui doivent la faire et pas un espèce de machins ou en partie siègent de vieux grigous qui se sont fait… Lire la suite »
wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top