Connect with us

Calédosphère

Actualité

Loyalistes : enfin l’union !

Calédonie Ensemble, le Rassemblement-Les Républicains, le Mouvement Populaire Calédonien et Tous Calédoniens ont annoncé aujourd’hui la création d’une plateforme commune  – “Calédonia First” – qui doit bientôt regrouper tous les plus importants partis loyalistes calédoniens, en vue de la préparation du référendum de 2018. Nécessité fait loi : le camp loyaliste s’unit dans un sursaut de responsabilité.

L’image est sans précédent et à la hauteur des risques que font peser non seulement le second tour des législatives mais aussi l’approche du référendum de 2018 sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie : Philippe Gomes et Pierre Frogier étaient en effet aujourd’hui entourés de Gaël Yanno et de Pascal Vittori pour une même déclaration annonçant un bouleversement au sein de la famille non-indépendantiste, laquelle reste actuellement divisée entre une demi-douzaine de mouvements politiques ou de chapelles. En effet, les principaux leaders des mouvements loyalistes ont décidé de s’unir autour d’une plateforme commune pour assurer d’une part le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France et pour permettre d’autre part la préparation du référendum d’autodétermination dans de bonnes conditions. Les loyalistes souhaitent « y aller » unis, pour peser davantage dans les discussions et être à la hauteur des attentes des calédoniens qui souhaitent rester au sein de la République.

Une force nouvelle loyaliste ?

La forte abstention de ces élections, la menace de voir un indépendantiste remporter la victoire dans la seconde circonscription et surtout les appels au retour du rapport de force d’Harold Martin “chef de guerre” et son soutien affiché au candidat indépendantiste pour faire battre le député Philippe Gomes, auront été des raisons suffisantes pour que les frères ennemis d’hier se reparlent et acceptent de s’entendre. À trois jours d’un second tour de tous les dangers pour le camp loyaliste, dans une conférence de presse commune, les leaders ont donc acté leurs convergences et signé une déclaration commune. Entourés de tous leurs principaux lieutenants, des présidents et vice-présidents des institutions, les responsables des quatre partis politiques représentant plus de 80% de l’électorat loyaliste et la moitié des élus du congrès ont dressé un constat inquiétant de la situation, fortement marqués par le taux d’abstention et la défiance de nombreux électeurs pour leurs élus:

« Nous sommes amenés à faire les constats suivants : l’extrême division d’abord, un nombre jamais atteint dans l’histoire de candidatures non-indépendantistes dans les deux circonscriptions. L’extrême abstention ensuite (…) l’extrême confusion enfin, quand des personnalités politiques non-indépendantistes en appellent à s’abstenir ou à voter, à l’occasion du second tour des élections législatives, pour le candidat indépendantiste (Déclaration commune des partis loyalistes, 15/06/17) »

Rappelant le contexte tant économique que politique que connait la Nouvelle-Calédonie, les élus ont annoncé vouloir « se rassembler afin d’assurer la stabilité de nos institutions et de rassurer nos compatriotes » :

« Nos quatre mouvements politiques, Calédonie Ensemble, le Rassemblement, le Mouvement Populaire Calédonien et Tous Calédoniens expriment leur détermination à préparer la sortie de l’Accord de Nouméa dans le cadre d’une concertation indispensable et constructive entre non-indépendantistes et d’un dialogue approfondi avec les indépendantistes (… Il faudra faire preuve de sagesse et de clairvoyance (…) notre responsabilité est d’éviter que le référendum conduise à des surenchères, à des tensions, voire à des violences au risque d’anéantir tout ce que nous avons patiemment construit depuis près de trente ans (Déclaration commune des partis loyalistes, 15/06/17) »

Philippe Gomes, Pierre Frogier, Gaël Yanno, Pascal Vittori et l’ensemble des élus appartenant à leur formation répondent donc enfin à l’espoir formulé si souvent par les Calédoniens ces dernières années : à savoir l’union des loyalistes. Une union qui semblait de toute manière inévitable à proximité du référendum.

Un soutien unanime à Philippe Dunoyer et à Philippe Gomes pour le 2nd tour

Sans surprise, les quatre responsables ont appelé tous leurs électeurs à se mobiliser ce dimanche afin de permettre aux loyalistes de la seconde circonscription de conserver leur représentant à l’assemblée nationale et d’empêcher la victoire des indépendantistes. De plus, s’agissant de la 1ère circonscription, Pierre Frogier, Bernard Deladrière, Gaël Yanno, Gil Brial et Pascal Vittori ont également apporté leur soutien officiel à Philippe Dunoyer, le candidat arrivé en tête au 1er tour. Le sénateur Frogier a d’ailleurs eu des mots très durs contre la candidate Sonia Backes, son adversaire, laquelle est soutenue par Harold Martin. Or, l’appel de ce dernier à voter pour un indépendantiste n’est visiblement pas très bien passé au Rassemblement :

« Sonia Backes se cherchait un “chef de guerre” et aujourd’hui il est passé avec armes et bagages chez les indépendantistes ! (Pierre Frogier, 15/06/2017, sources : RNC) »

“Chefs de paix” contre “chefs de guerre” ? Voire.  Reste que ceux, majoritaires parmi les partisans de la France, qui pensent qu’il faut dialoguer avec les indépendantistes et garantir la paix au lendemain du référendum ont choisi leur camp.

Vers un partage des responsabilités au lendemain des élections

« Il faut des éléments déclencheurs forts, pour que parfois les choses se passent (…) on a jusque-là jamais préparé les choses ensemble (…) on doit être capable, à partir du moment où on fait partie d’une même famille politique, de se rassembler sur l’essentiel (…) et puis aborder les indépendantistes avec une approche  qu’on partage nous déjà, c’est quand même plus simple que de les aborder chacun dans notre coin. Alors on va faire les efforts nécessaires. » a ainsi déclaré Philippe Gomes pour qui  il doit être mis fin à la lutte fratricide entre non-indépendantistes et ce pour arriver suffisamment forts et unis en 2018. C’est ainsi que la proposition de Bernard Deladrière d’organiser des « états-généraux » avant le référendum pour que la population puisse participer à sa préparation a été retenue par l’ensemble des membres de cette nouvelle plateforme. S’agissant des conséquences institutionnelles de cette réunification, c’est Gaël Yanno qui a expliqué qu’il y en aurait :

« Il y aura forcément des conséquences, mais on ne va pas tout vous dire aujourd’hui (…) en tout cas, il nous faudra assurer la stabilité des institutions jusqu’en mai 2019 (Gaël Yanno, 15/06/17) »

Gaël Yanno et les élus du Rassemblement auraient ainsi, par exemple, obtenu de Calédonie Ensemble une inflexion de la politique économique actuellement menée. Le communiqué officiel de la plateforme spécifiant que « nous n’ignorons pas les divergences qui nous opposent dans les domaines économiques et fiscaux et nous nous engageons à les résoudre en travaillant ensemble à l’évolution de la politique actuelle afin de redonner confiance aux acteurs économiques ». Des changements sont donc vraisemblablement à attendre au sein du gouvernement après les élections avec un nouveau partage des responsabilités. Ce changement devrait se faire sans difficulté puisque les partis politiques qui se sont unis représentent la principale force du congrès de la Nouvelle-Calédonie.

“Calédonia First” ?

Au fur et à mesure de la conférence de presse, si le ton était lourd et officiel au début de celle-ci, les visages graves se sont ensuite lentement déridés. Il faut dire que ceux-ci ne s’étaient pour ainsi dire jamais retrouvés ensemble depuis l’éclatement du RPCR de jadis. De plus, les élus, et en premier lieu les parlementaires, partagent la même l’inquiétude de voir à la fois un Gouvernement national et un parlement composés de personnalités ne connaissant absolument pas ni le dossier calédonien, ni le territoire. En effet, pour la première fois, tout indique que les forces républicaines traditionnelles de droite ou de gauche, qui connaissent le dossier calédonien, ne seront pas représentées de façon majoritaire aux affaires nationales. Mais au final, quelques réflexions ont réussi à détendre l’atmosphère et à faire espérer que cette union perdure. D’abord celles de Gaël Yanno, puis de Philippe Gomes qui a été jusqu’à inviter officiellement tous les élus présents à l’un de ses deniers meeting de campagne qui aura lieu ce soir à la mairie du Mont-Dore. Une invitation qui a fait sourire.  Pierre Frogier a quant à lui fait rire l’assistance en disant que cette déclaration commune aurait dû s’intituler « La Calédonie d’abord ou Calédonie First ! » puisque ce rapprochement doit faire fi des volontés d’hégémonie des uns ou des autres dans l’unique intérêt du territoire. Make Calédonia Great Again ? Les citoyens jugeront…

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

384 Commentaires sur "Loyalistes : enfin l’union !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
josé Paldir
j’arrive de Koné à toute blind ( ça c’est jeu de mot local) en tous cas pas en marchant sinon impossible de suivre le contours de la nouvelle majorité à l’assemblée nationale Quelle journée ce 21 juin….Hier soir notre jeune Roi exultait pendant qu’il attendait la visite d’un roitelet sud américain , il pouvait contempler les extraordinaires résultats de son action ,la table Présidentielle brillait de toute sa magnificence , les premiers courtisans arrivaient , dehors son bon Peuple harassé de chaleur s’apprêtait à écouter la musique qu’un certain jack avait installé dans les moeurs depuis fort longtemps.c’était du temps… Lire la suite »

Bel effort José, j’apprécie!

Rigoberto

Si ce résultat permettait de maintenir deux postes de sénateurs pour les Républicains et le poste de Président du gouvernement pour Deladrière, cela me conviendrait parfaitement.
Les législatives sont passées, place au référendum et à l’union de tous les non indépendantistes, Backès comprise.

Ben non Rigo, désolé mais les deux postes de sénateurs iront à CE, Germain restera Préz et Déladrière quittera le Gvt.
Et en prime Backes n’aura pas de groupe au Congrès…. nâh woila.

Santa restera Préz du Congrès.

Rigo,

Je ne sais pas si c’est ça la répartition qui sera celle de demain.
Mais le plus important, c’est pas la répartition des postes, mais le programme de ce nouveau groupe pour le référendum, non ???

Eric : “Je ne sais pas si c’est ça la répartition qui sera celle de demain.” La répartition des voix dans la 2ème circonscription (55% – 45%) serait-elle un avant-goût des résultats d’ensemble au prochain référendum ? Il existe au moins trois biais, mais s’équilibrent-ils : – dans la 2ème les déplacements “ethniques” de population après 1985 induisent probablement un pourcentage trop élévé (au référendum, et sur l’ensemble du pays). – dans la 1ère l’absence d’expression possible de la sensibilité indépendantiste (à ces législatives) ne permet pas de l’évaluer (mais les dernières municipales ?) – le vote des non-citoyens le… Lire la suite »

Et maintenant que le résultat est là, il faut que SB fasse ce qu’il y a de mieux pour la NC.
Il faut intégrer la dynamique qui vient de s’enclencher pour allez ensemble au référendum avec un front commun sérieux et crédible face aux indépendantistes…

Et pour le Gouv, puisqu’il tombe de fait, c’est quoi le délais pour qu’il soit remis en place…???

En fait Eric, tu prônes la continuité qui a conduit à un taux d’abstention record alors qu’au contraire, cela devrait susciter des interrogations. C’est ça ? Continuons d’être dans le déni pour que rien ne change et que l’électorat se sente de moins en moins concerné par la chose publique, comme en métropole. Franchement ! il n’y a que l’immobilisme qui vous rassure ? A quel moment vous vous posez des questions sur la réalité ? Tu crois que 11000 voix loyaliste qui se portent sur SB face à un quatuor d’opportunistes dont l’unique ambition est de conserver, d’obtenir ou… Lire la suite »
??? Alors ça c’est curieux…??? C’est même particulièrement curieux comme analyse… Tu continus à parler de l’arrogance de PG…!!! Je ne comprend toujours pas d’où tu tiens ça…!!! Heu, cette histoire de rancoeur de Néaoutine…??? Une fois de plus c’est toi qui n’as rien compris… On se dirige vers un projet d’avenir ou les deux camps naturels retrouvent leur place ni plus ni moins…!!! Et pour le coup c’est l’inverse de la Métropole qui c’est passé ici… On a gagné 10% d’électeurs !!! Et oui il y a 11000 voix pour SB et c’est la démocratie qui à parlé… Il… Lire la suite »

Je te laisse à ta joie enfantine, c’est tellement beau de croire encor au père noêl à l’âge adulte 🙂

Don,

Ou t’as vu de la joie…!!!???
C’est plus un soulagement qu’autre chose…

Parce que je ne souhaitais pas qu’un indépendantiste soit élu…
Et parce que j’espérais vraiment que le plus grand nombre retourne aux urnes et que le tout nouveau front soit le choix des électeurs…

Je te le redis, SB n’a rien de nouveau ni de différent à apporter…
Elle a tenté un putsch et n’a pas réussi voilà tout…

Harold aurait été vu dans les Emirats…

HArold parti.jpg

Qu’il est bon ce Champagne ce soir…

Champagne 2.jpg

En 2014, une Backes en tête de liste fait 17 000 voix sur son nom, aujourd’hui elle ne fait que 11 000 et elle nous dit que c’est une victoire!!!!

MDR….

bubble.gif

Tiens on dirait que nos deux “chefs de guerre” (Backes et Harold) ont perdu leur “char d’assaut”.

rtr2lzlj.jpg
wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top