Connect with us

Calédosphère

Actualité

Thierry Santa dans la tourmente

Alors que les Calédoniens sont rappelés aux urnes pour les municipales, Thierry Santa est la cible de nombreuses critiques au sein de sa propre famille politique. Parmi celles-ci, il lui est reproché son alliance avec Calédonie Ensemble et l’Eveil Océanien contre un candidat loyaliste (à Paita), mais aussi la nomination de sa femme à la tête de la Société SNC Casinos ou encore la perte par les loyalistes du contrôle des flux migratoires au profit des indépendantistes… 

Comme disait Jacques Chirac, « en politique, les emmerdes ça vole toujours en escadrille ». Une sentence qui semble parfaitement bien coller à la peau de celui qui fut nommé président du gouvernement il y a tout juste un an, suite à la victoire de la liste de l’Avenir En Confiance (AEC) aux provinciales. Car plus la crise sanitaire liée au COVID19 s’éloigne et plus certains des choix politiques ou personnels effectués dernièrement par Thierry Santa sont rendus publics, au grand dam de celui qui a été nommé Président du Rassemblement-LR par Pierre Frogier il y a de cela moins d’un an et demi. Tour d’horizon.

Les flux migratoires entre les mains de l’UC : merci Santa !

A l’origine, parmi les premières revendications du mouvement indépendantiste kanak figure le contrôle des flux migratoires : un véritable graal politique. Il faut dire que ce sujet, ô combien brulant, était apparu lorsque dans les années 70, la population kanak est devenue minoritaire sur le territoire. Et depuis sa création, le front indépendantiste, puis plus tard le FLNKS, n’a eu de cesse que de réclamer la fermeture des frontières aux personnes étrangères à la Nouvelle-Calédonie, qu’elles proviennent de métropole ou des autres collectivités française ultra-marines. Or, cette compétence qui était jusqu’à l’Accord de Nouméa exercée essentiellement par l’Etat, est aujourd’hui pour partie entre les mains du gouvernement local et notamment de son président. Cependant, la crise du COVID19 et la fermeture des frontières qui en a découlée aura fait un heureux : l’Union Calédonienne. C’est ainsi que, pour la première fois dans notre histoire, Thierry Santa a choisi – par désir de consensus pour les uns ou par soumission pour les autres – d’octroyer cette compétence au vice-président du gouvernement en charge du transport aérien afin de conserver de bons rapports avec les membres indépendantistes de l’exécutif… C’est ainsi que, depuis le début de la pandémie, la constitution des listes des Calédoniens à rapatrier de l’étranger est entre les mains du cabinet du Gilbert Tyuienon, c’est-à-dire entre les mains de l’UC. Une situation qui crée des tensions avec certaines associations d’étudiants (dont l’UGPE) puisque le choix des personnes à rapatrier se ferait – parait-il – sur la base de la consonance des noms, certains étant, s’ils ont le bon patronyme, plus prioritaires que d’autres pour rejoindre leur foyer… Et dans cette affaire, de nombreux loyalistes estiment que la boite de Pandore a été ouverte à cause de Thierry Santa et qu’il sera bien difficile de revenir en arrière.

Le Rassemblement-LR dans le piège du communautarisme ?

De plus, alors qu’en créant le RPCR, Jacques Lafleur avait, toute sa vie, cherché à rassembler l’ensemble des Calédoniens de toutes les origines pour, déjà, combattre le communautarisme, quarante ans après, ce qui reste de son parti a décidé de s’allier avec une liste communautaire contre le candidat officiel du front loyaliste. En effet, dans la commune de Paita, en bisbille avec le maire sortant, une partie du Rassemblement-LR dirigée par Thierry Santa a choisi de lancer une candidature dissidente en la personne de Ben Lorée, un proche collaborateur du président du gouvernement. On se demande comment Pierre Frogier encore président du Rassemblement (Santa n’étant que President par intérim) peut laisser faire ça. N’ayant obtenu que 10% des suffrages lors du 1er tour, cette liste LR soutenu par le président du gouvernement a choisi de faire alliance avec celles de l’Eveil Océanien et de Calédonie Ensemble pour avoir une chance de l’emporter, au mépris de l’union des loyalistes promises avant les élections. Un choix qui aura fait sortir de son silence l’ancien maire de la commune Harold Martin qui n’a pas de mots assez durs contre le Rassemblement et Thierry Santa :

« Qu’est-ce que le Rassemblement peut faire avec Tukumuli ? (…) L’histoire du Rassemblement, évidemment, n’a strictement rien à voir avec celle de l’Éveil Océanien, comment peuvent-ils se mettre ensemble ? Regardez bien, on est à quelques mois maintenant, à 4 mois du référendum. Monsieur Tukumuli, lui, dit qu’il ne veut pas se prononcer entre l’indépendance et puis la France (…) au Congrès, par exemple, il vote pour monsieur Wamytan, c’est contre les intérêts du Rassemblement, et d’ailleurs, il se fait prendre à partie à l’époque, je m’en souviens très bien comme si c’était hier, par madame la secrétaire générale, madame Ruffenach du Rassemblement, qui lui en raconte des tas de choses parce qu’il a voté pour l’indépendantiste (Harold MARTIN, 23/06/20 ; sources : RRB) »

Incohérent le Rassemblement ou simplement illisible ? En tous les cas, il est vrai que si aujourd’hui la secrétaire générale du mouvement soutient cette union qu’Harold Martin appelle « contre-nature », il y a pratiquement un an jour pour jour, Virginie Ruffenach stigmatisait alors les choix de l’Eveil Océanien, notamment celui de voter pour Roch Wamytan (UC) à la présidence du congrès :

« Aujourd’hui, l’Eveil océanien a fait le choix de l’indépendance. D’un candidat indépendantiste, en tout cas (…) Ils auront à en répondre ! (…) Ce choix est un acte politique très fort et ne présage pas d’un avenir particulièrement serein (Virginie RUFFENACH, 03/06/2019 ; sources : NC 1ère) »

La conquête d’une commune justifie-t-elle de s’allier avec des partis qui n’assument pas le choix de la Calédonie française ? Voire. Mais si Harold Martin ne se prive pas de mettre en lumière l’incohérence du Rassemblement, l’ex-président du gouvernement est encore plus acerbe lorsqu’il s’agit de décrire le danger du communautarisme :

« Le sujet, c’est que la liste de monsieur Tukumuli est une liste communautaire. Et comment le Rassemblement, dont on connaît l’histoire, dont on sait ce qu’il a fait pour ce pays, peut se mettre derrière, c’est-à-dire de servir de faire-valoir, à une liste communautaire ? (…) Il faut quand même redire que les chefs des Républicains, auquel appartient le Rassemblement, les chefs des Républicains au Sénat de la République, par exemple, ils sont tout à fait contre les listes communautaires. Et ils sont tellement contre qu’ils ont pondu une loi, ils ont proposé une loi. D’ailleurs, monsieur Retailleau (…) a fait une loi, (…) le 8 novembre 2019, pour interdire les listes communautaires. Je reprends une de ses formules (…) : « ne pas les interdire, c’est accepter l’inacceptable » (…) Toute l’histoire du Rassemblement, c’est justement pour éviter des dérives de ce type parce qu’ensuite, ça conduit au racisme, les idéaux, les valeurs du Rassemblement, ben ça a été de regrouper les Calédoniens de toutes les ethnies, ça a été fondamental de faire un parti de toutes ethnies. Et voilà que celui-ci, maintenant, se retrouve derrière une liste communautaire, mais c’est inacceptable, comme dirait Retailleau ! (Harold MARTIN, 23/06/20 ; sources : RRB) »

Sortant la sulfateuse, l’ancien maire de Paita en a profité pour rendre publiques les raisons qui, selon lui, expliquent pourquoi Thierry Santa a engagé son mouvement dans cette alliance avec Milakulo Tukumuli et Philippe Gomes :

« Oh, ce n’est pas très glorieux, c’est quoi le fond de l’affaire ? Ben le fond de l’affaire, c’est qu’en 2014, à la demande de Pierre Frogier, j’ai pris Thierry Santa sur ma liste, il a été élu au conseil municipal avec moi, et il s’est mis dans la tête de devenir maire de Païta. Je lui ai toujours dit que ce n’était pas possible, parce que les choses étaient déjà organisées, et puis pour devenir maire à Païta, il fallait le mériter, c’est-à-dire qu’il fallait travailler, il fallait s’impliquer, il fallait être là, il fallait connaître la commune, etc. Je lui ai toujours répété ça. Donc, au bout du compte, il n’est pas content, donc il monte cette opération (…) Quand on n’est pas content, il fallait qu’il me regarde dans les yeux et me dise, je ne suis pas d’accord avec toi, je vais te montrer que je suis bien meilleur que Gatuhau, et je vais aux élections et je me présente, sous ma bannière, sous mes couleurs, avec le Rassemblement, voilà, c’est ça la politique ! Mais ce n’est pas des embrouillaminis de ce type. Et donc, là, il aurait eu ma considération, mais de bidouiller comme ça par derrière pour nuire, pourquoi ? Pour faire échec à Gatuhau ? (Harold MARTIN, 23/06/20 ; sources : RRB) »

Reste que cette sortie n’aura pas du tout plu à Thierry Santa et à Virginie Ruffenach, lesquels ont diffusé un communiqué dans la foulée expliquant leur choix, lequel résiderait dans la volonté de respecter la charte de moralisation de la vie publique signée par l’ensemble des membres de l’AEC :

« Le Rassemblement-Les Républicains n’a pas souhaité soutenir l’actuel Maire (…) comme nous y engageait la charte de moralisation de la vie publique que nous avons signée en 2019. Et non, les élections municipales ne sont pas les élections provinciales ou référendaires ! Il ne s’agit pas dans le cadre de ces élections de décider de l’avenir du territoire (Communiqué Rassemblement-LR, 23/06/20) »

Des raisons morales donc qui se retournent désormais contre Thierry Santa, ce dernier ayant semble-t-il profité de la crise du COVID19 pour nommer sa femme à la tête d’un des plus prestigieux établissements publics de Nouvelle-Calédonie : la Société SNC Casinos.

La femme de Santa nommée pendant la crise…

Signée le 18 avril 2019 (avant les élections provinciales) par l’ensemble des candidats de l’AEC, la charte de moralisation de la vie publique était censée engager ses signataires à « avoir un comportement exemplaire au quotidien (art1) » et à « Ne pas retirer d’avantages de ma fonction, pour moi, ma famille ou autrui (art7) ». De même, pour justifier par la suite son absence de soutien au candidat loyaliste de Paita (lequel a fait appel d’une condamnation en justice) et le lancement de son propre candidat en vue des élections municipales, Thierry Santa avait diffusé un communiqué le 19 décembre 2019 pour rappeler les termes de la dite-charte de moralisation et son attachement à ses principes. C’était beau comme l’antique. Malheureusement, peut-être fidèle à la malédiction de l’arroseur-arrosé, le même Thierry Santa est aujourd’hui accusé d’avoir fait nommer sa propre femme au poste de directrice de la Société SNC Casinos comme le prouve la parution du Journal Officiel du 28 mai 2020. Alors que la Nouvelle-Calédonie était en plein confinement et que le contrôle de légalité assuré par l’Etat avait semble-t-il la tête ailleurs, l’ancien directeur de la Société SNC Casinos aurait été licencié en toute discrétion et sans motif apparent (ce qui a couté à la collectivité calédonienne la bagatelle de 27 millions de francs en frais de licenciement) afin, semble-t-il, de laisser la place à Madame Santa.

Dans cette sombre affaire et à ce niveau d’informations, la question à laquelle devra bientôt répondre Thierry Santa est : peut-on considérer la nomination, non-justifiée, de la femme du président du gouvernement à un poste de direction bien rémunéré comme un « avantage pour un membre de sa famille » ? Il faut dire qu’en la matière, comme dit l’autre, “la question elle est vite répondue”.

 

Afficher la suite

Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



34
Laisser une réponse

avatar
12 Comment threads
22 Thread replies
0 Followers
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
plus récents plus anciens plus de votes
Alikantitra

Un sujet d’article pour Hubert :

https://noumeapost.com/2020/06/29/municipales-poussee-de-lavenir-en-confiance/

Même en se limitant à la Foa …

melchisedek

C’est reparti pour les “boules puantes” ? Drôle d’époque quand même, car on peut se demander à qui profite cet article, sinon aux indépendantistes… et même pas aux loyalistes à la marge du fonctionnement actuel des institutions et … des résultats des dernières élections. Comment comprendre un tel envoi ? Ma foi, personnellement je n’en vois ni le but recherché, ni le sens profond. En revanche, la décision du troisième partenaire des ADN de confirmer la date du 4 octobre pour le deuxième référendum et d’y permettre (sous une forme qui reste à définir) l’utilisation des couleurs nationales apparaît bien… Lire la suite »

Alikantitra
Nogius
Nogius

En gros Thierry Santa vient de balayer d’un revers de la main le contenu de cet article.

LedZep
LedZep

@Nogius
En gros Thierry Santa vient de balayer d’un revers de la main le contenu de cet article.“.

C’est ce que je pense aussi d’autant plus, qu’il l’a fait avec retenue, sans aucune expression de colère de haine voire d’amertume envers quiconque. Avec une grande intelligence, rigueur et précision. Que l’on apprécie ou pas l’homme politique, l’être humain qu’il est, mérite tout notre respect.

Amélie
Amélie

Posez vous les questions vraies: comment financer le train de vie et d’assurance santé/retraite/ aides multiples de la Calédonie avec ( et ceci sans que le coronavirus ne soit le prétexte à toute la crise et le fiasco) : KNS qui tourne sur une demi patte et n’est toujours pas rentable ce qui l’oblige a toujours exporter plus; VNC qui ne sait lus a qui se fourguer sans tomber dans l’escarcelle de l’hégémonique Asie,, la SLN en déficit qui va avoir brulé son prêt sans pour autant redevenir rentable et dont la centrale électrique est repoussée au calandres grecques, le… Lire la suite »

ami
ami

Les indépendantistes vont encore arriver au référendum en ordre serré sous la bannière du Front et avec une campagne exemplaire, pendant ce temps les loyalistes continuent de se battre comme des chiffonniers, si je comprends bien il faudra dorénavant aussi compter avec la p’tite guéguerre Backes vs Santa.
Ils pensent peut être que le résultat est acquis pour se permettre autant de légèreté, on risque d’avoir de sacré surprises.

roudoudou
roudoudou

Toujours les memes personnes( 10 maximum ?) qui commentent et Calédosphère qui se met au service du revenant Harold Martin qui, en matière de morale, en connaît un sacré rayon. Prost, RRB, Harold Martin et Caledosphère, même combat ???

Eric

Roudoudou,

Pour ceux qui ont un peu de mémoire, Franck n’a jamais caché sa proximité initiale au commencement de ce site…

ami
ami

Roudoudou, moi je pense plutôt que cette attaque est l’oeuvre de Sonia Backes.

XYY
XYY

ami.
“moi je pense plutôt que cette attaque est l’oeuvre de Sonia Backes”. Ça ne tient pas debout: si tel était le cas, Mme Santa n’aurait jamais été embauchée aux Casinos de Nouméa. Simple rappel: les Casinos de Nouméa c’est la SHN, la SHN c’est Promosud, Promosud c’est la Province Sud, et à la Province Sud c’est Sonia Backes qui est aux manettes.

XYY
XYY

Hubert B. “Des raisons morales donc qui se retournent désormais contre Thierry Santa, ce dernier ayant semble-t-il profité de la crise du COVID19 pour nommer sa femme à la tête d’un des plus prestigieux établissements publics de Nouvelle-Calédonie : la Société SNC Casinos.” Je ne suis pas un sbire de Santa, mais enfin, il me faut noter que vous pédalez dans la choucroute. 1°) Thierry Santa n’a aucun pouvoir formel en ce domaine. Il ne peut virer ni nommer personne. La société des Casinos est une société en nom collectif dont les associés sont la SHN (SA majoritairement Promo Sud),… Lire la suite »

Nogius
Nogius

“Profité de la crise du covid19 pour nommer sa femme”
C’est quoi le rapport entre le covid19 et cette nomination ?
J’aimerais bien que l’auteur du texte nous explique.
Ça aussi XYY ça m’a un peu interpelé.

XYY
XYY

Nogius.
“C’est quoi le rapport entre le covid19 et cette nomination ?”
Aucun. Toutes les personnes “à remplacer” ont cessé leur fonction en Janvier-Février 2020.
Les personnes qui les “remplacent” doivent avoir l’agrément du haussaire via son
directeur des sécurités Julien Henrard. Ces arrêtés d’agrément sont tombés en plein covid19, c’est tout.
C’est le genre d’impondérables qui échappent à Eric.

Eric

XYY,

Heu, j’ai rien fais moi…
J’ai juste rigolé…

Cela dit, on avait dit pas poste important pour les membres directs de la famille des élus de premier plan..
Pas d’élus dans le collimateur de la justice non plus (voir notre bon Willy)…

Mais j’ai sans doute pas lu la bonne charte…!!!

XYY
XYY

Eric.
“Cela dit, on avait dit pas poste important pour les membres directs de la famille des élus de premier plan..”.
Mais vous avez vu ça où ? Donc le fait que je sois “famille des élus de premier plan” devrait m’empêcher d’accéder à un haut poste de responsabilité dans la boite où je bosse ?
C’est de la discrimination “négative” ou ça y ressemble….
Sauf votre respect, je crois que vous pédalez également dans la choucroute.

Eric

XYY, ??? Ah ben on ne doit pas écouter et lire les mêmes choses, pourtant t’es bien sur Calédosphère et j’imagine que tu écoutes RFO, RRB et peut-être Djidoo et que tu lis les nouvelles, l’Actu NC et le chien bleu…OU d’autres supports… Et moi je me souviens bien de ce que certains ont pris dans la tête par ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui… Mais laisse, on va dire que ta mémoire te fais défaut, c’est pas grave… D’ailleurs je t’avoue que je trouve çà en effet très dangereux pour les proches de nos élus qui se verraient empêcher… Lire la suite »

XYY
XYY

Eric.
“Et moi je me souviens bien de ce que certains ont pris dans la tête par ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui…”
Si c’était de la diffamation, je pense que ces “certains” ont du se plaisir de faire condamner lourdement les diffamateurs.
Si c’était justifié, ces “certains” ont du s’écraser mollement.
Dans ce cas précis, je vous laisse faire toutes objections que vous voulez à la réponse de Santa himself.
“Mais laisse, on va dire que ta mémoire te fais défaut, c’est pas grave…”
Une piqûre de rappel svp ? Des noms , des dates, des faits…

Rigoberto
Rigoberto

Tukumuli a voté Wamytan à la présidence du Congrès ? Forgier et Rufenach l’ont aussi fait par deux fois, cela doit les rapprocher, quand à Calédonie Ensemble et Tukumuli, le soutien me parait plus étonnant, certainement un règlement de compte final entre Brushing (Martin) et Mobylette (Gomès). Ce qui rapproche tout le monde c’est foutre une branlée à Harold Martin à travers son poulain Willy.

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top