Connect with us

Calédosphère

Actualité

Neuneu au gouvernement ?

Réunis à l’initiative du Haut-commissaire les onze « ministres » calédoniens n’ont réussi ni à s’entendre, ni à se choisir un président, ni même à voter… A se demander pourquoi le représentant de l’Etat les avait convoqués. A la mode neuneu ?

Qualifiée de « mascarade », la réunion de collégialité du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie de ce 17 février restera dans les mémoires comme la plus pitoyable depuis la signature de l’Accord de Nouméa. En effet, le vice-président n’a jamais été élu et la doyenne de l’équipe, à savoir Dewé Gorodey, n’a pas voulu la présider. Un record ! Résultat : pas de discussion, pas de vote, pas de président et un gouvernement qui continue depuis des semaines à ne pouvoir qu’expédier les affaires courantes. Au sein de l’institution, jamais les positions entre les membres de l’exécutif n’ont été aussi diamétralement opposées. Le représentant de l’UC expliquant qu’il faut faire fi de “la logique majoritaire” (ce qui signifierait qu’un indépendantiste dirige le gouvernement) alors que celui du FPU-RUMP déclare qu’il ne doit pas y avoir “de remise en cause” des équilibres issus du contrat passé entre les loyalistes en juin 2014 (ce qui signifierait que le RUMP continue à diriger le gouvernement). De son côté la représentante de l’UCF en appelle à “la collégialité” quand celle du Palika affiche sa volonté de pousser l’Etat à “assumer ses responsabilité”. Enfin, l’élu de Calédonie ensemble plaide pour un “respect du suffrage universel” (ce qui signifierait que Calédonie ensemble dirige désormais le gouvernement). Bref, personne n’est d’accord.

Comment le haussaire a-t-il pu laisser faire cette « mascarade » ?

Avant, on avait un Haut-commissaire (mais ça c’était avant). Car auparavant, l’Etat prenait soin de discuter en amont avec les différents groupes politiques avant de les convoquer et il déterminait alors si les points d’accord étaient suffisants pour que les séances importantes, telle que l’élection d’un président, puissent se dérouler correctement. Souvent, il savait faire pression pour accélérer les choses et sonner « la fin de la récré ». Vincent Bouvier, le Haut-commissaire, est en effet l’un des acteurs (malgré lui) du capharnaüm qu’est aujourd’hui devenu le gouvernement calédonien. Membre de droit des séances de collégialité, l’article 115 de la loi organique lui ordonne de convoquer les membres du gouvernement tout juste élus par le congrès afin qu’ils se choisissent un président parmi eux. Pour autant, passé le délai de 5 jours après l’élection, rien ne lui impose de convoquer l’exécutif, sauf s’il estime qu’une élection est possible ! Alors que nul n’ignore aujourd’hui qu’aucun accord n’a été passé entre aucun des 5 groupes politiques présents au congrès, pourquoi Vincent Bouvier a-t-il demandé cette réunion ? Naïveté ou acquis de conscience ? Comment l’Etat peut-il ignorer ce que tous les Calédoniens savent depuis des mois : à savoir que les deux blocs loyalistes et indépendantistes sont divisés comme jamais et s’opposent dans des batailles fratricides ?

Cherche Etat désespérément

Nonobstant les comportements plus que discutables de tous les élus calédoniens concernés, les choix et les actions du représentant de l’Etat actuel prêtent de plus en plus à discussion. D’autant que, dans un autre domaine qui est celui du maintien de l’ordre, la situation à Saint-Louis ne s’améliore pas (et est même carrément passée sous silence) De plus, s’agissant du blocage de la construction de la polyclinique de Nouville, on ne peut pas dire que le Haut-commissaire Bouvier fasse preuve d’un courage particulier dans ce dossier sensible…

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

167 Commentaires sur "Neuneu au gouvernement ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

Ceux qui s’enlisent et nous emportent avec eux dans cette ‘merde’, dans ces sables tres mouvants, sont ceux qui proposent autre chose que la NC DEPARTEMENT FRANCAIS! Ils protegent leurs propres interets et ceux de leur tres -trop- riches amis, pas les notres, pas ceux de la plus grande majorite ici, toutes ethnies confondues.

Tema

Est ce que je suis le seul à penser que CE est en train de s’enliser dans la merde qu’ils ont crées ?

Je suis parfaitement en phase avec toi. Le comportement de CE est incendiaire, dangereux, inutile et totalement aux antipodes du bon sens.

Non, t’es pas seul……CE a senti que la mayo ne prenait pas quand ils ont vu que le FPU leur tenait tête. Dunoyer qui chantait à qui voulait l’entendre que le FPU finirait par rentrer dans le rang, ils voulaient, d’après lui, faire juste monter les enchères. Erreur !!!

Nâân on pensait simplement que le FPU était moins con.

Rigoberto

CE a au contraire pris le FPU pour des cons, aujourd’hui c’est CE qui passe pour une grosse conne.

Dans le monde, plus de cinq millions d’enfants meurent chaque année de la faim (un enfant meurt toutes les cinq secondes de la faim), sans compter les millions qui souffrent de malnutrition. Près d’un million d’individus souffrent de la faim explique l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Parmi eux, 200 millions d’enfants (de moins de 5 ans), présenteraient des signes chroniques ou aigus de malnutrition. La majorité des personnes souffrant de sous-alimentation vivent en Asie et dans la Pacifique, tandis que 25% des victimes de la sous-alimentation vivent en Afrique subsaharienne. 

Toujours des Echos:« L’ampleur des inégalités mondiales est tout simplement vertigineuse et, malgré les questions brûlantes qui font l’actualité, le fossé entre les grandes fortunes et le reste de la population se creuse rapidement », souligne Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam.« Au cours des douze derniers mois, les dirigeant-e-s du monde ont, à l’instar du président Barack Obama et de Christine Lagarde (NDLR : directrice générale du FMI), de plus en plus évoqué le besoin de réduire les inégalités extrêmes. Mais pour beaucoup, nous attendons encore qu’ils joignent le geste à la parole. Il est temps que nos dirigeant-e-s s’attaquent… Lire la suite »

Selon Les Echos, l’étude d’OXFAM intitulée « Insatiable richesse », publiée le19/01/2015 montre que la part du patrimoine mondial détenue par les 1 % les plus riches est passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépassera les 50 % en 2016. En 2010, la fortune nette des 80 personnes les plus riches au monde s’élevait à 1.300 milliards de dollars. En 2014, le montant atteignait 1.900 milliards, soit une augmentation de 50 % en l’espace de 4 ans.

En d’autres termes, les 80 personnes les plus riches du monde détiendront donc autant de patrimoine que 3,5 milliards d’autres personnes réunies.

De Coordination SUD (‘Ca vous revolte? nous aussi!’):
Le chiffre issu du dernier rapport d’Oxfam dresse le constat suivant : si la tendance se poursuit, le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépasserait en 2016 celui des autres 99% de la population. Parce-que les inégalités ne sont pas une fatalité : elles sont la conséquence de choix politiques et des solutions existent. Oxfam France lance une pétition en faveur d’une conférence mondiale sur la justice fiscale. Cette initiative vise à réclamer l’organisation en 2015 d’un sommet mondial sur la fiscalité pour réécrire les règles fiscales internationales.

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top