Connect with us

Calédosphère

Vu sur le Web

Pourquoi le protocole conclu pour la Polyclinique est inacceptable

Grâce à Calédosphère nous avons eu connaissance de ce protocole ! Même les actionnaires de la société privée qui finance ce projet n’en ont pas eu connaissance avant : la Caisse des dépôts, le groupe Dang, le groupe Jeandot… Car il est évident pour ceux qui connaissent ce dossier qu’il valait mieux le garder secret le plus longtemps possible. En revanche, il est par contre nécessaire pour les calédoniens de comprendre pourquoi on le leur a caché, l’affaire ayant des répercussions sur les moyens octroyés à la santé sur le territoire.

Les trois cliniques privées : Magnin, Baie des Citrons et Anse-Vata cherchaient depuis de nombreuses années à se regrouper pour pouvoir offrir un service médical complet au même endroit et au prix le plus bas pour la CAFAT, les mutuelles et les malades. Face à un médipole public dernier cri financé avec les impôts et l’aide de l’Etat, l’exercice n’était pas simple et la fermeture progressive des établissements existants très crédible, comme c’est le cas en Polynésie Française ou les cliniques privées ont disparu ou finiront par disparaître inéluctablement.

La conséquence pour nos compatriotes du Pacifique est évidente : ceux, là-bas, qui ont les moyens financiers iront se faire soigner en Australie ou en Métropole – quitte à n’être remboursés que partiellement – et les autres attendront et se contenteront de ce que l’on voudra bien leur donner : quel est le délai minimum avant de pouvoir avoir un IRM au CHT ? Plusieurs mois ! Soit bien assez pour mettre en danger la vie d’un malade. Ce système inégalitaire et à deux vitesses menaçait donc de facto la Calédonie.

En 2009, le Gouvernement Martin avait réussi à convaincre les privés de se regrouper en leur accordant un terrain à Nouville avec un bail de 50 ans (au terme du bail c’est la Calédonie qui deviendra automatiquement, et sans verser un Franc, propriétaire). La collectivité et la ville de Nouméa s’engageaient à financer l’agrandissement des routes d’accès (doublement du pont) et l’aménagement des abords du site : la plage, les habitants implantés juste à côté de la future clinique à reloger. Les cliniques ont réussi après plusieurs années d’effort et de négociation à élaborer un projet immobilier et technique crédible (avec l’aide de la caisse des dépôts au travers de ICADE) financé par des capitaux privés et des emprunts bancaires à très long terme.

Cinq ans après on peut mesurer le résultat !

Un terrain public “revendiqué” un blocage du chantier et le meilleur pour la fin : un protocole qui foule aux pieds des principes fondamentaux à savoir le respect de la propriété d’autrui, la liberté d’entreprendre et la protection de l’intérêt général. Car ce protocole officialise le fait que tout terrain public peut être “revendiqué” par tout Kanak qui se considère comme propriétaire légitime y compris sur la commune de Nouméa dans un lieu qui n’a jamais accueilli aucune tribu et qui a été depuis plus de 150 ans le site d’implantation du centre pénitentiaire de la « colonie ».

Il officialise le fait que la liberté d’entreprendre n’existe plus sur le territoire et qu’il faut désormais parler de développement sous conditions : au-delà des lois et des règlements (permis de construire, bail, autorisation publique d’exploiter…) il faut être prêt à se soumettre au bon vouloir de tout kanak s’inventant un statut coutumier qui a envie de “revendiquer ” quelque chose. Il officialise enfin le fait que même les investissements d’intérêt public, qui vont donc profiter à tous les calédoniens quelle que soit leur couleur de peau, doivent également se soumettre au racket, car c’est bien le mot qu’il faut utiliser.

Ce protocole n’est donc pas simplement, comme certains voudraient nous le faire croire, le prétexte à un nouveau “clash politique ” entre plusieurs partis politiques qui se revendiquent de la France, de la République et de ses valeurs. Même au Vanuatu, à Fidji et dans toutes les îles indépendantes du Pacifique personne ne peut imaginer un tel protocole. La seule île où l’on peut voir cela, c’est la Sicile. Or, comment construire une société apaisée et prospère si les règles ne sont plus respectées par personne ? Et pendant ce temps-là, où sont celles et ceux qui ne devaient plus jamais « accepter aucune concession des indépendantistes les plus radicaux » ? Où est Monsieur Yanno ? En tant que président du congrès et élu du conseil municipal de la ville, a-t-il quelque chose à dire ? L’ancienne présidente du gouvernement décrète qu’une partie de Nouméa est sous « emprise coutumière » et ça ne l’émeut pas ? Allo, Monsieur Yanno il y a quelqu’un ?

Ce « protocole » a donc pour seule vertu de faire savoir à qui l’on a confié la gestion des institutions et du bien public : ceux qui n’ont aucune conscience politique et les autres (y compris ceux qui veulent l’indépendance) qui, on peut tous l’espérer, vont se battre par tous moyens pour en obtenir la résiliation et la condamnation.

Et voilà un bon sujet de référendum ouvert à tous les habitants, sans problème de corps électoral, sans distinction d’origine ! « Acceptez-vous que ceux qui vous représentent contractent ce genre de protocole ? ». Voilà une question on ne peut plus simple et tout le monde doit être invité à y répondre. Car tous les habitants sont concernés par leur santé et celle de leur famille. La maladie frappe sans distinction, et elle ne fait pas de politique. Tous, nous sommes légitimes à dire que ces méthodes sont scandaleuses et mettent à mal l’intérêt général et les valeurs que nous partageons. Trop c’est trop et il faut arrêter d’abuser de la majorité silencieuse qui n’a d’autre choix que d’attendre les prochaines élections pour sanctionner qui de droit.

Afficher la suite

Jeune entrepreneur originaire de la brousse, énergique, impliqué dans la vie associative, Mc Clane partage désormais ses coups de gueule et ses réflexions dans Caledosphere.



Laisser une réponse

11 Commentaires sur "Pourquoi le protocole conclu pour la Polyclinique est inacceptable"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
MANIA NC

*********************
MODÉRÉ
*********************

serpentar

+ 1 pr gadjo … heu, avant cette affaire les méthodes maffieuses à la sicilienne locale existaient déjà ! sauf que les parrains actuels sont arc en ciel

l aggrandissement des routes d accés ? foutaise , vous avez interet a ce que votre infarctus ne survienne pas en méme temps que la sortie de jules garnier car vous risquez d y passer avant méme d avoir pu rejoindre cette polyclinique . la seule option raisonnable c est nakutakoin ou des centaines d hactares sont bloquées pour quelques tetes de betail . d ailleurs toutes les villes du monde se developpent vers leur aeroport , ya qu en caledonie qu on voit une polyclinqie se construire dans une enclave inaccessible aux heures de pointe

Clark

Tiens, ça c’est le premier argument acceptable que tu proposes! J’acquiesce!

“La collectivité et la ville de Nouméa s’engageaient à financer l’agrandissement des routes d’accès (doublement du pont)” ———————————— Faut pas être pressé…. d’abord ils vont mesurer le volume de trafic avec leur borne, puis quand la clinique, l’université, et le lycée généreront un trafic énorme avec bouchons et longues files de voiture, ils vont financer “une étude” (au cas où… ce serait pas nécessaire de faire les travaux), puis ils se décideront à faire des travaux… qui seront un casse-tête pour eux et les automobilistes… quand le trafic aura atteint son plein volume. Vous connaissez pas la méthode calédonienne…. (… Lire la suite »
Tof
Je suis d’accord sur le fait que ce protocole d’accord est scandaleux, et qu’on ferait mieux de dégager tout ces squatteurs revendicateurs racketteurs au bulldozer. Toutefois, je m’interroge : pourquoi apostropher M. Yanno de la sorte dans cet article, alors qu’il n’a pas participé à ce protocole d’accord donc les intervenants étaient de mémoire, Ligeard, Lecren, Wamytan (qui s’en fout plein les poches avec ce qui est signé), le sénat coutumier (qui passe pour un guignol qui contrôle rien), et le clan (autoproclamé) Betoe? Pourquoi souligner qu’il est conseiller municipal. N’y a-til pas un maire à Nouméa qui devrait l’ouvrir… Lire la suite »

Comme par hasard, Wamy-Satan est derrière ceux qui vont obtenir 10% de l’affaire; cela s’appelle “escroquerie en bande organisée”, avec pour méthode de chantage bloquage de chantier. Sans oublier “enrichissement personnel” et “prise illégale d’intérêt”.

Y a pas de doute, Wamy-Satan nous donne la preuve que faire de la politique en NC, c’est être un voleur. J’espère que la justice va allez s’occuper de cela !

Sans oublier ceux qui ont été complice, comme la brunette…en matière de coup tordu, y a pas de doute, Madame est très compétente !

Merci a toi Bruce MacLane pour cette article qui ecrit tout haut ce que les caledos pensent tout bas….juste une question:, que penser de l’attitude du représentant de “lui même” qui par sa signature engage l’État dans cette sombre affaire …..alors électron libre ou obéit il aux ordres ?

wpDiscuz

Voir plus dans Vu sur le Web

Tendances

Les derniers comm’s

To Top