Connect with us

Calédosphère

Vu sur le Web

Yanno, la machine à perdre

Au sujet de Yanno, Jacques Lafleur tenait un double discours. Au grand public, il déclarait que Gaël Yanno avait l’étoffe, qu’il serait un jour, sans aucun doute, son successeur. En coulisses, il se moquait gentiment : « Gaël est un comptable. Et vous savez ce qu’est un comptable ? Un con derrière une table » .

Le petit Yanno a grandi dans cet espoir fou, ce rêve de puissance insensé, tapi dans l’ombre et attendant trop patiemment son tour.

C’est ainsi qu’il fut propulsé, sans grand mérite personnel, sur la liste gagnante de Jean Lèques. C’est grâce à son mentor qu’il fut désigné adjoint, premier adjoint. C’est sur la personnalité du Maire qu’il se construisit un peu d’image et de notoriété. C’est l’appareil qui le porta au firmament de sa carrière, à la consécration, enfin, à la députation. Il faut dire qu’à l’époque, Frogier le plaça candidat principalement pour contrecarrer Maresca…

Carrière politique et orgueil ne font pas bon ménage. Sûr de son fait, convaincu de sa supériorité sur l’adversaire, Yanno chuta lourdement face une Sonia Lagarde déterminée et convaincante. Plutôt que l’introspection, l’ex-député opta d’abord pour la dépression puis pour la rébellion. Fronde qu’il n’aurait jamais menée sans l’énergie et la détermination d’une autre Sonia, il faut bien l’admettre.

Orgueil encore lors de la campagne municipale menée avec son nouveau parti, dans lequel il se désigna chef, et au sein d’un nouveau groupe politique, l’UCF, où il voulait régner en calife. Jugé arrogant, ambitieux, rigoriste, il perdit la mairie qui lui était pourtant offerte après un calamiteux entre deux tours. La députée en titre lui faisait à l’occasion un deuxième pied de nez…

« Si je perds l’élection municipale, je me retire de la politique » avait-il déclaré. Il n’en fut rien, il eut juste la décence de laisser Sonia Backes mener le combat des Provinciales, avec les résultats honorables de l’UCF que l’on connaît. Il fut pourtant le premier à en récolter les fruits, manoeuvrant pour la présidence du Congrès qu’il ne méritait sans doute pas, au vu de son palmarès électoral.

Quelle année de présidence ! Plutôt que de prendre les problèmes, de prioriser, d’utiliser l’outil pour préparer l’avenir, il se perdit en représentations, réceptions et autres considérations diplomatiques ou pédagogiques. Terrorisé par la perspective du non renouvellement de son mandat, il prit la pire option, elle de l’inactivisme politique, celle de l’abandon des troupes en rase campagne, celle de la petite cuisine occulte.

Conscient de ses difficultés, mais toujours aussi peu introspectif, il mena le navire MPC et le vaisseau UCF en bateaux ivres. Jaloux et inquiet de la qualité du parcours de sa secrétaire générale, il développa à son égard, semble-t-il, une haine incontrôlée. Ne sachant pas remercier et impliquer les militants, ceux-ci s’éloignèrent en gardant au fond d’eux un goût amer.

Après avoir perdu la députation, échoué à la Mairie, Gaël Yanno vient de tuer l’UCF. Laissant partir l’un des trois pilliers, le RPC d’Isabelle Lafleur, poussant Sonia Backès vers la sortie pour mieux se victimiser, le groupe va disparaître du Congrès, et aura bien du mal à se reconstruire en interne.
Et pendant ce temps, Monsieur Yanno se déclare candidat à sa propre succession…

Afficher la suite


Laisser une réponse

57 Commentaires sur "Yanno, la machine à perdre"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
memory

Il fait sérieux, mais ce n’est qu’un rôle..Il oublie son texte et joue une partition qui n’est pas la sienne. Mais…… il habite les quartiers Sud. De positif? C’est qu’il n’est pas foncièrement méchant.

Tema
Ils sont beaux dans la famille loyalistes. Que ce soit à CE avec PG qui tire sur SL ou au MPC SB sur Yanno, on se demande quand est ce qu’ils trouvent le temps de travailler pour nous. Ils doivent passer plus de temps en petit rendez vous politiciens pour préserver leur place qu’à lire et écrire des projets de lois. Mais ils sen foutent, ils sont assis sur un magot construit sur nos impots et les monopoles de leurs copains et ne s’inquiètent pas des lendemains eux. Quand le bateau coulera ce seront les premiers aux canots de survie.… Lire la suite »

Les loyalistes ne sont pas trop loyaux entre eux. ils portent mal leur nom.
héhéhé.

Mehani

La position de ce traitre est pas tenable. Comment se revendiquer des Républicains et tout faire pour ne pas y être. La perte de l’étiquette les Républicains devrait être son prochain trophée après la perte des législatives et la perte des municipales.

François

Vous savez les amis, ce cancre de Yanno n’est pas à plaindre , il aura toujours son indemnité de conseiller au Congres, indemnité de conseiller municipal de Nouméa, plus le pactole mensuel de ses activités dans le secteur privé, c’est en fait un nullard, un incapable cumulard toujours très très bien payé…. Pffff….

En aurait-il ras l’Q de l’UC ?
… parait que LKU veut rallier les Républicain ‘s…
[… en souvenir nostalgique des p’tits cadeaux du RPCR, héhé ! ]

Étonnant, non ???
Ca fait 35 ans que les z’électeurs (pro ou anti) se font couillonner par ceux qu’ils z’élisent.
Bof…

Claude Victor

Le groupe des Républicains en fait c’est le fan club de Sarkozy et Frogier.

La fracture c’est entre les Sarkolâtres et les Sarko-sceptiques qui n’ont plus envie de suivre aveuglément Sarkozy et ses erreurs sur le dossier Calédonien.

La plus grave étant d’avoir donné les pleins pouvoirs à Frogier en le bombardant son représentant pour l’outre mer.

(Rire) T’as raison !
Beaucoup de calédoniens normaux se demandent encore comment, en 2007,
ils z’ont pu voter pour ce p’tit maffieux ignare, vulgaire, opportuniste et flagorneur en bande organisée…

…Et dire que quelques vieux rentiers en redemandent encore pour 2017 !
(Pfffff = soupir consterné… )

parbleu
Plusieurs commentateurs s’entêtent à dire, à propos de Mme Backès, qu’elle a “rejoint le Rump” (appellation qu’il faudrait aussi arrêter de citer !). Non, elle reste bien au MPC, ce qu’elle a précisé à plusieurs reprises dans les médias. Elle a proposé de constituer au Congrès avec d’autres partis loyalistes le groupe des “Républicains”, qui préparera et défendra d’une même voix les projets à mener pour l’avenir du pays. Je trouve cette décision intelligente, et courageuse pour ce qui concerne Mme Backès, et je lui dis bravo. Sous cette impulsion, enfin différents partis sortent de leurs retranchements et se resserrent… Lire la suite »

SB = scarlett « overkill » Backès ???

wpDiscuz

Voir plus dans Vu sur le Web

Tendances

Les derniers comm’s

To Top