Connect with us

Calédosphère

LES CHRONIQUES DE CATON

La Calédonie de la Moselle

La Calédonie qui campe baie de la Moselle revendique non sans raison son authenticité. C’est la Calédonie du sol, du travail, du labeur dont on souligne le caractère pionnier. Elle s’exprime aussi, lorsqu’il faut faire face à l’inquiétude et à l’incertitude, dans des formes outrancières où l’insulte le dispute à la menace. Je ne sais si c’est excusable, mais j’avoue comprendre que la peur puisse conduire aux excès.

Les rouleurs qui depuis dix jours campent dans leurs camions baie de la Moselle dépendent entièrement du travail que leur octroient ou non les mineurs. La plupart des rouleurs sont à leur compte avec un seul camion et terminent le mois avec des salaires compris entre 250 et 300 000 francs. Et puis il y en a d’autres, comme Max Foucher, des « géants » du roulage, propriétaires de plusieurs dizaines de camions avec les profits qui en découlent, mais qui, le verbe haut et l’arrogance verbale, pleurent sur la triste condition des rouleurs !

Le problème que pose ce conflit est bien que l’on fait monter en ligne tout un tas de braves types sur des revendications exogènes à leur situation, mais qui intéressent les mineurs au premier chef. Ces fameux « petits » mineurs qui se réfèrent au passé paternaliste de la Calédonie pour justifier les juteux bénéfices qu’ils retirent de l’extraction du nickel et de son exportation et qui voudraient bien que cela continue sans que l’on change les règles. Parce que la Nouvelle-Calédonie vit du nickel depuis plus d’un siècle, ceux qui l’exploitent ou le transforment, considérant qu’ils font vivre le pays, estiment que nul plan, schéma ou stratégie ne peut être édicté sans qu’ils en soient les auteurs. Or leurs projets ne sont plus en correspondance avec la politique que veulent mettre en œuvre les institutions, basée sur une valorisation au profit du plus grand nombre de notre matière première.

Ce qu’ambitionnent certains comme Wilfrid Maï comme Ballande, c’est d’avoir leurs propres usines, au Vanuatu ou ailleurs, alimentées par leur minerai. Ils rêvent finalement d’être Dang, à la différence que les usines off-shore de la SMSP appartiennent à la puissance publique, alors que les leurs ne serviraient que leurs intérêts privés. Pour son projet vanuatais annoncé en en grande pompe à la mairie du Mont-Dore, Wilfrid Mai prévoyait d’octroyer 49% de son territoire minier aux Chinois. Un projet à 90 milliards dont on saisit mieux l’intérêt quand on sait que MKM a perdu 560 millions sur les deux dernières années quand tout le monde gagne des milliards, pourquoi ? Pour des problèmes de gestion ? Et c’est aujourd’hui, ce même Maï, sorte de vrai faux rouleur, qui veut interdire à toute société étrangère de détenir des titres miniers ! Quant à la SLN, qui a manqué tous les coches industriels de ces 20 dernières années et qui en 2013 a redistribué 100 milliards de francs à ses seuls actionnaires, elle explique à qui veut l’entendre, qu’exporter du minerai brut dans une usine détenue à 51% par la Nouvelle-Calédonie est un non-sens économique. Cela n’empêche pas la vieille dame de réclamer d’exporter 400 000 tonnes sur la Chine et de déposer un dossier pour exporter 1 million de tonnes de minerai brut au Japon ! Les rouleurs ont-ils quelque chose à gagner dans tout ça ?

Caton

Continue Reading

Observateur attentif de la société, Caton n'est dans ses analyses ni obtus ni extrémiste. Appartenant à une génération calédonienne qui en a vu d'autres, féru d'histoire, ce contributeur tranche au scalpel d'une plume acerbe et aiguisée nos idées reçues sur la vie politique locale. Adepte du Old School, Caton transmet au blog, depuis la fin de l'année 2012, par courrier postal une contribution portant sur un thème d'actualité qui est mise en ligne chaque semaine. Cité par Elisabeth Nouar, dans une de ses chroniques, Caton est l'un des "Sept salopards du net"



Laisser une réponse

12 Commentaires sur "La Calédonie de la Moselle"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes

La Calédonie du sol a ce soir un pied dans la tombe. Mais c’est bien la Calédonie du sous-sol qui compte “tirer les marrons du feu” et sans panache ni courage (voir l’attitude de Mr Maï, le piètre, devenu le pleutre en l’espace d’une dérobade).

Justement en parlant de tir, pourquoi le pot de chocolat est-il tellement silencieux sur ce qui relève d’un fait extrêmement grave ? Curieux tout de même pour quelqu’un que l’on aurait voulu intimider… J’espère que l’on aura les conclusions des analyses balistiques prochainement… Au fait il a déposé plainte le chocolatier ? Là aussi, à l’image de Ph. Michel qui a dit haut et fort qu’il déposerait plainte dans le dossier Pernod/Prony, toujours pas de suite ??? Pour un parti qui se veut pro de la communication on ne les entend pas beaucoup. Sinon les mêmes inepties du genre “acheteurs… Lire la suite »
Sans être paranoïaque, cette analyse sociologique gentillette masque peu ou prou une réalité politique lourde : il s’agit bien en ce moment d’une stratégie concertée de déstabilisation (troisième tour d’élections perdues, que certains rejouent dans la rue, faute de les avoir gagnées dans les urnes). C’est ainsi qu’un tir sur la présidence du gouvernement parti d’une hauteur de Nouméa a la même valeur qu’un tir issu des brousses de Saint Louis en direction d’un véhicule de gendarmerie. La déstabilisation des symboles de l’autorité, et des émanations d’une pensée collective met en péril la sécurité, la paix et la promesse d’un… Lire la suite »

Maï et Foucher manipules les petits mineurs ,quand allez vous le comprendre… se sont deux ********.

Ce sont les rouleurs (chauffeurs) qui sont manipulés par la SLN et la clique des milliardaires oligarques de la mine.

Il faut demander à Maï et à Foucher s’ils veulent prendra la place des hommes politiques du Pays.

Ca peut s’arranger et alors ils pourront se présenter à de nouvelles élections provinciales.

Vox Populi, y’a que ça de vrai.

DECENNIE

ton guru veut faire le chemin inverse “chacun sa croute chacun son butin passe le message a ton voisin”

Démission du Congrès puis de nouvelles élections, vite fait bien fait. Par la suite, les élus feront la politique minière qu’ils veulent et qu’ils ne nous fassent plus ch…..

FOUCHER PRESIDENT youpi !

Tof
Vous êtes tous passionnants et passionnés par ce débat qui le mérite. Trouver réponse et juste mesure au cœur d’un pays foncièrement minier entre protection des acteurs de toutes tailles, préservation et/ou optimisation des ressources et adaptation aux évolutions des schémas industriels mondiaux, là franchement c’est une foutue bonne question. Sujet complexe qui mérite de se tourner vers l’histoire des petits pays minier pour prédire l’avenir mais aussi mesurer à quel point chacun des acteurs tente à sa façon d’éviter le pillage de ses propres ressources. Acteurs politiques sensibilisés à la pérennité de leur mandat, donc de leur pays, acteurs… Lire la suite »
Antipodeanman2207S

Reprise suite coupure : Compte tenu des sommes aujourd’hui nécessaires pour construire et maintenir en état de fonctionnement rentable une usine dont la taille critique ne peut que croitre, l’avenir est au partenariat qui consistera à faire traiter son minerai par des tiers métallurgistes, en assurant sa propre commercialisation auprès de ses propres clients.

wpDiscuz

Voir plus dans LES CHRONIQUES DE CATON

Tendances

Les derniers comm’s

To Top