Connect with us

Calédosphère

LES CHRONIQUES DE CATON

On va voter ou quoi ?

Dans un rituel immuable, auquel sans doute les Calédoniens ne prêtent plus attention, les délégations au Comité des signataires vont s’envoler pour Paris. Trois jours de réunion les attendent avec au menu notamment le point sur le litige électoral et le nickel, des éléments majeurs et déterminants de la suite des évènements. En juin dernier, le comité des signataires s’était conclu par un accord sur le délicat dossier du corps électoral, à tel point que certains observateurs qualifiaient d’historique cette réunion du 5 juin. Les délégations qui vont prendre part à ces trois jours de travail espèrent que le miracle va se reproduire.

L’atmosphère dans laquelle se tiendra ce comité, presque tout autant que ses résultats, nous donnera une indication claire et quasi définitive sur la possibilité de discussions sur l’avenir. En substance, on saura si les partis politiques sont en capacité de faire un premier pas vers la recherche d’une solution ou tout du moins vers la définition d’un référendum qui ne soit pas brutalement pour ou contre l’indépendance. C’est tout l’enjeu des réunions des 4, 5 et 6 février prochain. Et pour l’heure, tout nous dit que c’est mal parti.

Au-delà de la question de la forme d’un accord éventuel, ce qui se pose c’est de savoir quel est le taux de volonté des uns et des autres, à faire en sorte que la question à laquelle les Calédoniens devront répondre lors de l’inévitable référendum de 2018, ne soit pas cause de crispations dangereuses et irréversibles. Le Palika et l’UPM n’ont aucune envie d’éviter cette question pour ou contre l’indépendance, se référant à l’accord de Nouméa qui annonce une question sur la souveraineté. L’UC, comme à son habitude, tergiverse et minaude sans rien dévoiler de ses intentions. Chez les non-indépendantistes, on n’est moins mesuré, même si chez les Républicains, seuls les proches de Pierre Frogier, le noyau solide et immuable du Rassemblement, réclament effectivement l’ouverture de discussions. Mais pour l’heure, les positions des uns et des autres demeurent très éloignées de l’objectif, voir tout à fait antagonistes et c’est ce qui fait douter de la réussite.

D’autant que le clivage est tout aussi profond dans l’opinion, silencieuse certes, mais qui observe avec des idées bien arrêtées sur la question. Une proportion non négligeable de Calédoniens, pro ou anti-indépendance, voudrait bien que l’on tranche dans le vif. Les uns avec le secret espoir que le oui à l’indépendance l’emporte, les autres avec la conviction qu’avec un non bien senti, la revendication s’éteindra. Inutile de vous dire que je pense que sur ces deux aspects, on est dans l’erreur la plus manifeste. Une autre partie des Calédoniens estime pour sa part, qu’il n’y a pas de bile à se faire et que malgré les tensions et les atermoiements, on refera ce qu’on a fait en 88 et en 98. Erreur également, car il n’y a pas de systématisme en politique et que l’art du compromis, du consensus et de l’accord, se joue sur des partitions compliquées avec un sens de la mesure que tous n’ont pas, n’ont plus ou n’ont pas envie de retrouver.
Bref mine de rien et au-delà du folklore qui nous fait penser que les politiques partent en goguette à Paris, c’est bien une part de notre avenir qui va se jouer la semaine prochaine.

Caton

Afficher la suite

Observateur attentif de la société, Caton n’est dans ses analyses ni obtus ni extrémiste. Appartenant à une génération calédonienne qui en a vu d’autres, féru d’histoire, ce contributeur tranche au scalpel d’une plume acerbe et aiguisée nos idées reçues sur la vie politique locale. Adepte du Old School, Caton transmet au blog, depuis la fin de l’année 2012, par courrier postal une contribution portant sur un thème d’actualité qui est mise en ligne chaque semaine. Cité par Elisabeth Nouar, dans une de ses chroniques, Caton est l’un des “Sept salopards du net”



Laisser une réponse

30 Commentaires sur "On va voter ou quoi ?"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
XXX
“Le droit à l’autodétermination…, ben il appartient au seul peuple Kanak” se plait à nous rappeler à longueur d’interviews le président du groupe UC FLNKS et Nationalistes au Congrès. “On a ouvert aux autres, ça y est c’est fait, mais c’est quand même bon de le rappeler que c’est un droit du peuple Kanak, qu’il a ouvert aux autres” rajoute-t-il immanquablement dans la foulée. Et il n’a pas tord, c’est un fait au regard du droit international, même si l’histoire est plus complexe qu’un seul élan de générosité du peuple premier sur cette terre de Calédonie/Kanaky. Certes, la malice du… Lire la suite »

Rien à dire sur le sujet qui met la NC au niveau des dictatures avec ce dénie de démocratie. Merci Chirac et ces enc… de Sénateurs qui ont voté sans conscience le “gel” électoral avec la trouille au ventre. (et je peux voter donc pas directement concerné, je précise).

Il faut dépassioner ce referendum. C’est un projet d’independance contre un projet d’autonomie élargie. Projet contre projet et que le meiĺleur projet gagne, woila.

obelix
Dis-moi, à quoi ça sert le Congrès ou la Province? à gérer le quotidiens des résidents calédoniens. Relis donc tes textes. Donc, ils gèrent mon quotidien, ma vie en Calédonie, les lycées, les facs, le Social…, le budget de la Calédonie alimenté en grande partie par les nombreuses taxes (TSS, TGI, etc) et tous les impôts directs ou indirects générés par la consommation locale à laquelle je participe comme 100% des résidents calédoniens. Sans oublier les salaires des élus. Or, mon bonheur quotidien dépend de ces politiciens qui débattent et décident des lois et affectations budgétaires correspondants. Moi, je consomme,… Lire la suite »

obelix vous avez totalement raison. J’ai moi aussi été stupéfait d’apprendre, à mon arrivée en 2005, que je n’avais pas le droit de voter aux élections provinciales (qui n’ont pourtant rien à voir avec le(s) référendum(s) de sortie de l’ADN qui, eux, par contre, ne me concernent pas).

La suite de l’AdN est simple.
L’essentielle est de ne RIEN inscrire dans le marbre, donc pas de 3° accord, de toute façon les indépendantistes n’en veulent pas..

a) un référendum éclairé en 2018 qui donnera un NON à l’indépendance à 60/40.
b) suivra des élections provinciales en 2019.
c) seule une majorité au Congrès pourra déclencher des nouveaux référendums d’autodétermination, au maximum un par mandature.

woila.

Plus ça reste simple, mieux ça sera.

ORSON

Bonjour floyd Entierement d’accord avec vos propos concernantle % de NON a l’independance 60% comment faites vous pour approcher ces chiffres en effet je serai tres curieux de savoir (approximation) le nombre de kanak non independantistes? Je verrai cependant une deroute plus significative Pourquoi les independantistes veulent maintenir les referendums sachant pertinament qu’ils vont dans le mur Est ce pour justifier devants leurs ouailles que la democratie a parle et que l’on ne peut aller contre?

Trop limpide , les agités , bercés depuis des lustres par des agitateurs trop connus , vont se mettre en action pour prendre par la force , la peur , ce qu’ on leurs fait miroiter : LA VIE REVEE DES TURLUPINS.
Les veules politiques de métropole vont vite baisser culotte , aussi bien HOLLANDE que le clown doré sur tranche SARKO

En cas de non, Faudra juste que les indépendantistes reconnaissent leur defaite et tiennent leurs troupes……et ça c’est pas gagné vue le double language tenus par certains d’entre eux…..

Si on reprend les résultats de la consultation de 1987, à l’époque il y avait 842 mecs sur 50.000 votants qui étaient favorables à l’indépendance.
Il faut quand même admettre que vu la situation “auto-déterminée” actuelle de la Calédonie, les 842 pinpin se sont bien débrouillés. Ou alors c’est peut-être les 48.000 mecs qui étaient contre qui se sont fait bou..és…

La question est, sont-ils des démocrates ou non? Si oui, le Destin Commun sera effectif, si non il ne le sera pas.

Vous avez vu comme elle est drôle la position à Simon ? On dirait une marionnette.

Ben qu’est ce qu’il fiche la lui ????

obelix

Réponse: et toi? Ensuite: La Calédonie, c’est encore la France! Tertio: J’ai le droit d’aimer la Calédonie autant que toi, mais… l’amour ne me rend plus aveugle. Dernièrement pour aujourd’hui: va vivre en France et demandes-toi ce que tu penserais si tu étais considéré de la même façon que les métros le sont ici, dans de nombreux secteurs: travail, emploi, citoyenneté. Bonne journée quand même.

Bizarre ta réponse Obélix …….à qui réponds tu ?

obelix
Terre de paroles? les paroles s’envolent, les écrits restent. Terre de partage? tant qu’on ne partage le droit de vote avec les métros, ni les privilèges acquis par le passé. Moi, je préfère Liberté, Egalité, Fraternité et non pas Liberté, Egalité, Va t’faire niquer! Calédonie , Terre de paradoxes, Terre d’injustices, et probable République bananière. Cette loi électorale injuste n’est qu’un déni de démocratie, l’héritage d’une colonisation puante dont l’esprit reste encore enraciné pour longtemps. Et pourtant, la Calédonie reste un très beau pays peuplé de gens de bonne volonté, qu’on oublie trop souvent de mener dans le droit chemin… Lire la suite »

C’est vrai que Monsieur Gomès a l’air un peu boudiné dans sa veste qu’il a du ressortir.. celle de sont (lointain) mariage?

Un petit coté “provincial endimanché” somme toutes assez proche de la vérité…

wpDiscuz

Voir plus dans LES CHRONIQUES DE CATON

Tendances

Les derniers comm’s

To Top