Connect with us

Calédosphère

Actualité

La vérité sur le nickel

Les Calédoniens, dans leur grande majorité, ne semblent pas avoir vraiment conscience de la situation réelle du secteur nickel. Non, le nickel calédonien n’est pas confronté à une crise du type qu’il a pu rencontrer ces dernières années et dont il est parvenu à se sortir ! Cette fois, on est au bord de l’apocalypse.

Le nickel, comme toutes les matières premières, connaît une crise paroxysmique, en raison notamment du fort ralentissement de l’économie chinoise et de l’utilisation par les Chinois du « pig iron », un nickel de moindre qualité qu’ils produisent en grande quantité. Pour les analystes, cette crise mondiale est si forte qu’un tiers des producteurs mondiaux de nickel ne passeront pas l’année ! Dans ce contexte, la déclaration du président du gouvernement Philippe Germain au journal télévisé prend tout son sens :

« Pour que les cours repartent, il faut qu’il y ait des entreprises dans le monde qui ferment. Nous, au gouvernement, on préfère que ce soit des entreprises chinoises qui ferment, plutôt que des entreprises calédoniennes »

Néanmoins, les trois opérateurs miniers, présents sur le territoire, sont dans une situation des plus critiques.

Sauver la SLN ?

Les responsables politiques, le sénateur Frogier en tête qui réclame la prise de contrôle de la SLN par l’État (mais l’État a-t-il les moyens financiers de le faire ?), sont très au fait de la situation et leur inquiétude est légitime. Si le débat sur les 51% n’est plus aujourd’hui d’actualité, c’est essentiellement parce que la SLN ne vaut plus rien. Ses pertes accumulées ces dernières années, ajoutées à celles à venir (30 milliards de francs cfp par an) font qu’une partie, de plus en plus importante, d’administrateurs d’Eramet, la maison-mère, étudient la possibilité, sinon de se séparer de la SLN, tout du moins de la mettre en sommeil le temps que passe la crise ! Éventualités auxquelles se sont opposés l’État et le député Gomès. Dans ce contexte, le conseil d’administration d’Eramet d’avril prochain et les annonces que devrait faire Manuel Valls lors de sa visite en Nouvelle-Calédonie donneront des indications très précises sur l’avenir de la SLN. Mais il est évident qu’une entreprise qui produit du nickel à 6$ la livre, alors que le nickel se négocie au LME à 3,50$ ne peut continuer très longtemps à poursuivre son activité.

Le Nord et le Sud en sursis

Outre la crise mondiale, l’usine du Nord est confrontée à un problème de productivité. Le four n°1 a été réparé et a été récemment remis en service, en fonction de son évolution lors de la montée en puissance, une décision sera peut-être prise au sujet du four n°2. Glencore, l’actionnaire principal, est très attentif à l’évolution technique des choses, en raison de leur coût financier. L’avertissement lancé en décembre dernier par Ivan Glasenberg,le PDG de Glencore doit être pris au sérieux :

« Si jamais le four ne marche pas, nous partirons de cet endroit. Nous n’avons aucunement l’intention de bruler du cash pour rien, comme d’autres le font en Nouvelle-Calédonie. Ce n’est ni le style ni l’intention de Glencore d’attendre des jours meilleurs »

La situation est tout aussi précaire à Vale. Le géant brésilien est confronté à un triple problème : la chute des cours du nickel, la chute des cours du fer, dont il est l’un des principaux producteurs mondiaux, et les suites de la rupture du barrage des mines de fer de Samarco pour laquelle l’État fédéral brésilien et plusieurs États du pays réclament des indemnisations équivalent à 600 milliards de francs cfp ! Ce n’est donc plus un secret que Vale cherche à vendre certaines de ses activités, en particulier dans les secteurs les moins rentables, le nickel est cité en premier lieu et l’usine de Goro est nommément ciblée. La situation de la SLN, de KNS comme de Vale, est donc extrêmement fragile et il convient désormais de bien mesurer les impacts que la crise mondiale du nickel pourra avoir pour la Nouvelle-Calédonie.

Afficher la suite

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

63 Commentaires sur "La vérité sur le nickel"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
smih
Salut les Caldoches…ca baigne…? Bon..en clair…vous etes sur vot petite ile…perdue au milieu de nul part…et la bureaucratie solcialo demago (gauche et droite confondue) vous ont pourris..jusqu a l os.. marchés de niche, salaires indécents des fonctionnaires, defisc..et touti quanti… sauf que..eh oui…un fonctionnaire…ca crée pas de richesses..eh non… vous voulez sauver la sln? bon..ben…vous virez tous vos fonctionnaires… et le niveau de vie sera à son vrai prix…les salaires chuteront (enfin) et vot nickel a nous auts…sera enfin competitif… moi..je me suis tiré il y a … 8 ans…j ai pas de regrets… je vous laisse le mot de… Lire la suite »
memory

Tu as bien fait de partir. Surtout ne reviens pas, et si en plus tu pouvais te taire ce serait encore mieux.
Mais si tu es sur ce blog, c’est que quelque part, la Nlle Calédonie te manques. Et même si tu es un peu aigri, n’ais pas de soucis, pour nous ici, malgré tout “çà” , çà baigne!!! 😉

Philippe Germain peut il justifier les 10 Millions annuel accordé à la Société JITEX ?
A quoi ça sert ! ça fait depuis 2008 ..que ce pognon part vers fontainebleau

Clark

10 millions? ça paye à peine un salaire comme le tiens, plus les frais de fonctionnement, sur un an!

gil

Il se dit que avant la reprise en main par l’etat , que Patrick Buffet lors du dernier conseil d’administration d’Eramet de fevrier dans le cadre de son bras de fer avec la STCPI et des pertes abyssales du groupe, a signifié que la Sln serait en dépôt de bilan mi avril si elle ne présentait pas un plan de réduction des coûts de 10 milliards et si la STCPI ne mettait pas la main au portefeuille.

Antipodeanman2207S

Curieux !
Tous nos experts en stratégie industrielle nickélifère sont bien silencieux depuis quelques temps.
Que devient donc le projet de nouvelle usine offshore en Chine avec le groupe Jinchuan, pour lequel il y a 6 mois encore il fallait absolument réserver nos exportations de minerai basse teneur ?
Voir annonce récente du dit groupe : http://www.jnmc.com/English/NewCenter/2015/12/17/1450333776978.html

QNI pourrait fermer dans une semaine par manque de minerais calédonien, hein???? Pourquoi, intempéries?

Mouarfff Mouarfff t’es con toi, on avait dit plus de blague sur le nickel…!!!

Non sans rire, nos mecs demandent à faire des exportations et ne fournissent même pas leurs clients traditionnels ???

Vendons aux chinois pour qu’ils continuent à nous fourguer des couteaux “laguiole” 18/10 ..Il faut être un républicain pour faire croire aux gens que l’exportation n’est pas un facteur aggravant de la crise

X

On s’adapte … ou on disparait!

C’est ainsi depuis le début, et l’assistanat n’y changera rien (si ce n’est nous appauvrir au bénéfice des parasites).

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top