Connect with us

Calédosphère

Actualité

Et si on emmerdait les banques ?

En métropole une nouvelle idée cartonne : l’invention du compte bancaire… sans banque ! Pas de découvert accepté, pas d’agios, pas de frais, pas de conditions de revenus exigées et le système permet de payer et de retirer de l’argent sans passer par les établissements bancaires traditionnels. Si le gouvernement local le permet, le dispositif pourrait s’étendre à la Calédonie.

Depuis sa mise en place, 330.000 personnes ont déjà adhéré au concept et selon le journal Le Monde, ils devraient être un demi-million avant la fin de l’année 2016. Le principe repose sur un compte bancaire en ligne sans banque dont l’ouverture est très simple : elle nécessite d’entrer dans un tabac-presse partenaire muni d’une pièce d’identité, de 20€ (environ 2400 F cfp) et d’un numéro de portable. En échange, l’usager repart avec une carte de paiement et un RIB ! Une fois en service, ce compte peut être alimenté en ligne sur internet, avec de l’argent liquide chez un buraliste ou bien entre particuliers via de simples SMS. L’intérêt ? Tout le monde peut en ouvrir un, même les personnes interdit bancaire car aucun découvert n’y est accepté (vous ne pouvez dépenser que ce que vous avez sur le compte). De plus, n’ayant aucun frais de paiement par carte bancaire à payer par le commerçant ou le client, les petites sommes peuvent être payées (car du fait des frais, la majorité des commerçants imposent un plafond minimum de paiement en CB). On peut ainsi acheter sa baguette de pain, son paquet de cigarettes ou encore faire ses courses plus facilement sans avoir à retirer de l’argent d’un distributeur et payer les frais attenants.

Les banques calédoniennes inquiètent

Or, les différents établissements bancaires établis en Nouvelle-Calédonie se portent très bien. Malgré la crise, ces derniers ont engrangé l’année dernière 8.9 milliards de résultats nets (en augmentation de 1,4 milliard par rapport à l’année précédente). En mai de l’année dernière, un grave conflit avait d’ailleurs opposé les banques à l’intersyndicale interbancaire qui avait alors organisé un mouvement de grève. Les syndicats trouvant « indécente » la proposition de la Fédération Bancaire Française d’augmenter de 0.2% les salaires alors que des profits record étaient annoncés. Pourtant, par la voix de sa directrice, le Medef-NC avait estimé que, du fait d’une faible inflation, et de la situation des autres branches, il était normal pour les salariés d’accepter une augmentation des salaires inférieure à 1% :

« L’inflation est négative depuis le début de l’année et les partenaires sociaux des autres branches ont tous accepté entre 0,3 et 1 % d’augmentation. Les banques ont certes connu une année exceptionnelle, mais personne ne sait de quoi demain sera fait (Catherine Wehbe, directrice du Medef NC ; 27/05/16) »

Toujours est-il que l’année dernière, selon l’IEOM, les banques du territoire ont reversé 4.1 milliards de la valeur créée durant l’année à des actionnaires privés… La preuve que ces derniers ne se soucient pas « de ce que demain sera fait » ? Il faudrait le demander au Medef car les clients n’ont pas, eux, la réponse à cette question. Mais cette prodigalité n’est permise en grande partie que grâce aux montants des frais bancaires jugés par tous les observateurs comme « exorbitants ». C’est ainsi qu’en Nouvelle-Calédonie, les frais de tenue de compte sont par exemple deux fois plus élevés qu’en métropole, ceux des tarifs d’autorisation de prélèvement sont 10 fois plus importants et les abonnements internet standard 11 fois supérieurs… De plus le nombre de personnes interdites bancaires ne cesse d’augmenter. Ces derniers étant généralement entraîné dans une spirale faite d’agios, de frais de rejet, de commissions d’intervention, avec en bout de course l’exclusion bancaire. Autant dire, un jackpot à court terme pour les banques qui ne voient pas d’un bon œil la dynamique entourant le développement des comptes sans banque.

« En plus, on emmerde les banques ! »

Au départ, c’est la déconvenue d’un ingénieur informaticien de profession qui lui a donné cette idée. En 2001, Ryad Boulanouar avait été convoqué par son conseiller clientèle qui lui a découpé sa carte bancaire sous ses yeux, du fait d’un découvert trop important. Depuis cette humiliation, l’homme n’a eu de cesse que de trouver une alternative aux banques. Dix ans plus tard, avec un ex-banquier de la Société Générale (viré pour avoir révélé les dessous de l’affaire Kerviel) et de deux autres amis bardés de diplômes, Ryad Boulanouar a alors élaboré et mis en place ce dispositif qu’il a dû ensuite défendre devant les différentes autorités de régulation durant trois années. A l’aide d’un dossier de 4800 pages et grâce à plusieurs levées de fonds, son entreprise « Nickel » a finalement vu le jour. Désormais la société se développe de façon exponentielle et table sur un demi-million de clients avant la fin de l’année. De quoi permettre à son créateur de laisser transparaître sa joie dans les médias :

« Notre solution permet de lutter contre l’exclusion bancaire, tout en créant de l’emploi, puisque nous serons 200 CDI fin 2017. Mais, pour que cela soit possible, nous devons gagner de l’argent. Et nous en gagnons. Et, en plus, on emmerde les banques ! (Ryad Boulanouar) »

Reste à savoir si au point de vue locale, la Fédération Bancaire Française réussira à faire pression sur le gouvernement et l’Etat pour que ceux-ci ne permettent pas au dispositif de s’étendre à la Nouvelle-Calédonie…

* Pour se rémunérer, l’entreprise facture 20 euros de frais chaque année et chaque débit dans un distributeur est facturé 1 euro. A chaque passage par un bureau de tabac (pour un dépôt ou un retrait) celui-ci prend une commission. En métropole, 1600 bureaux de tabac sont aujourd’hui concernés.

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



40
Laisser une réponse

avatar
17 Comment threads
23 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
24 Comment authors
enqledzoreilClaudetehineMarinaMay Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
enqledzoreil
enqledzoreil

Certes les banques se gavent mais ce ne sont pas elles qui forcent les gens à faire des crédits et à avoir des découverts. Que les gens apprennent à gérer leurs comptes, à vivre avec ce qu’ils ont et non avec ce qu’ils n’ont pas et il n’y aura pas nécessité “d’emmerder les banques”. N’a rien inventé l’autre …

Claude
Claude

___ Chère Rita, mille MERCI pour cette information, et Meilleurs Vœux pour MMXVII… Cela fait plusieurs années que l’InterSyndicale VIE CHÈRE se bat afin de faire baisser ces frais Bancaires énormes, exubérants./…, mais même l’ancien Haut-Commissaire de la République BOUVIER, NE leur avait RIEN IMPOSÉ, mis à part quelques pour cent de baisse ! CONTRE LA VIE CHÈRE : 2 mesures pour TOUT CHANGER ! STOP aux Protections de Marchés (soit-disant créées pour favoriser l’emploi), et, STOP aux MONOPOLES DES BANQUES installées sur ce Territoire qui se GAVENT sur notre dos ! Un exemple : SOCRAM Banque accessible en France… Lire la suite »

tehine
tehine

PRENEZ L4EXEMPLE SUR L’IRLANDE – le pouvoir au peuple

Marina
Marina

L’UTILISATION QUOTIDIENNE DE COMPTE-NICKEL EST FACILE SANS PASSAGE RÉGULIER CHEZ UN BURALISTE AGRÉÉ.
UNE FOIS OUVERT, TOUT SE PASSE PAR EMAIL, SMS OU TÉLÉPHONE.

Vous pouvez donc ouvrir un compte chez un buraliste qui n’est pas à proximité immédiate de votre domicile ou entreprise.

May
May

SVP faites en sorte que cette pratique soit applicable sur le territoire parce que les banques sa nik trop nos sous après le gouv s’étonne les jeunes veulent pas travailler malgré leurs compétences pfffff c’est bon travailler mais si c’est pour nourrir la bouche des autres alors qu’on est déjà dans la galère laisse tombé… faites votre possible les gens qui ont du pouvoir parce que nous le peuple notre parole ne vaut rien aux yeux du gouv.

PELIGAYOU

Il y a une quarantaine d’années je ne me souviens pas avoir payé quoi que ce soit en frais bancaires, les banques étaient déjà riches, les paiements par chèque (soit disant couteux) généralisé pourtant, Petit à petit on a inventé les frais bancaires, les cartes de crédit payantes (alors qu’elles font faire des économies aux banques) et il n’était pas obligatoire d’avoir un compte. Au départ les banques vous attiraient pour que vous leur confiez votre argent afin qu’elles en gagnent en investissant. En échange, elles offraient des services gratuits et vous permettait d’emprunter. Puis il est devenu obligatoire de… Lire la suite »

Manu Point de départ
Manu Point de départ

Des frais bancaires exorbitants en NC? Un député ne devait-il pas les faire baisser? Nous aurait-on berner une fois de plus?

X
X

Il se goinfre de gâteau, depuis qu’il fête son adhésion au PALIKA…

Il parait que c’est resté sur l’estomac de ses électeurs!

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top