Connect with us

Calédosphère

Tourisme

Actualité

Tourisme : la grande hypocrisie

Tourisme : Jean-Claude Briault, qui pendant vingt ans fut le M.Tourisme de la Nouvelle-Calédonie, vient de proposer un « Plan pour élever le tourisme durable au rang d’une industrie » en quelque 80 propositions. L’initiative est sans doute louable, sauf qu’elle ne s’attaque pas aux racines du mal.

En matière de tourisme, quelques constats s’imposent et en premier lieu, celui de rappeler que la Nouvelle-Calédonie, ayant toujours tout misé sur le nickel, n’a pas de culture touristique. On ne s’intéresse au tourisme, comme possible secteur de développement économique, que depuis 30 ans. Jusqu’à 1995 et la création du Méridien, le territoire n’a compté aucun établissement de classe mondiale. Ne pas avoir de culture du tourisme, cela signifie ne pas avoir pensé aux structures, ni à la formation des hommes ni surtout aux moyens d’acheminer les touristes en Calédonie. Le second constat est que les efforts fournis ont cependant porté leurs fruits. En 2015, la Nouvelle-Calédonie a accueilli 115 000 touristes, pendant que la Polynésie, dont le tourisme est depuis des lustres la principale, et quasi unique, source de richesses et de revenus n’en a accueilli que 185 000. La différence n’est pas notable.

Supprimer les impôts !

Le plan Briault de soutien au tourisme consiste globalement à supprimer toute imposition sur l’hôtellerie : allègement des charges sociales, impôt sur les sociétés plafonné à 10% pendant 10 ans, suppression des charges sur les carburants pour les hôtels, taux préférentiel à l’impôt sur le revenu des personnes physiques, avec une décote de 50 % pendant 10 ans pour les personnels… Jusqu’à la stabilité fiscale :

« Nous proposons donc l’instauration d’une loi-cadre qui comprend d’abord la stabilité fiscale pour 15 ans. Avec la stabilité fiscale pour les investissements, on propose par exemple de s’inspirer de ce qui a été accordé aux métallurgistes. Un investisseur dans le tourisme, dans l’hôtellerie notamment, devrait pouvoir payer des impôts, et notamment l’impôt sur les sociétés, lorsque son investissement a été amorti » (Jean-Claude Briault – RRB 12 août)

Ce plan de soutien fiscal montre quand même ses limites. D’abord, Jean-Claude Briault ne mentionne pas que le secteur bénéficie déjà d’avantages fiscaux majeurs comme la double défiscalisation. Par ailleurs, l’analogie avec la stabilité fiscale minière n’est pas de bon aloi, car c’est ce pacte de stabilité octroyé par Jacques Lafleur à Inco pour l’usine du Sud qui a plongé la Nouvelle-Calédonie, via la Société de participation minière du Sud Calédonien (SPMSC) dans la difficulté ! Ce pacte de stabilité fiscale stipule en effet que la société ne paye l’impôt qu’elle doit à la Calédonie, que lorsqu’elle devient rentable, ce que l’usine du Sud en quinze années d’existence n’est jamais parvenue à faire. En matière hôtelière, à quel niveau un établissement est-il jugé rentable lorsque l’on sait que seul le Méridien de l’île des Pins parvient à atteindre ou dépasser les 60% de taux de remplissage ?

Le trafic aérien

En matière touristique, le gros handicap de la Calédonie est qu’elle est une destination chère. Chère pour s’y rendre et chère pour y passer des vacances. Et Jean-Claude Briault de dresser des constats :

« Pour que des nouvelles compagnies aériennes, ce qu’on souhaite, viennent en Nouvelle-Calédonie, il faut créer les conditions d’un trafic touristique supplémentaire. Parce que c’est pas la croissance démographique des Calédoniens qui va alimenter la croissance du trafic aérien. Cette croissance, elle résultera seulement, uniquement, de la croissance du trafic touristique » (Jean-Claude Briault – RRB 12 août)

Outre que l’explication est pour le moins alambiquée, la réalité est que jamais la Nouvelle-Calédonie ne s’est donné les moyens (et pour quelle raison ?) de favoriser la venue d’autres compagnies aériennes (Virgin Blue) ni de maintenir celles qui ont euy à une époque le courage de s’y rendre (Air France, AOM, Corsair, Air Austral). Inversement, notamment lorsque Jean-Claude Briault était en charge du tourisme et son parti politique aux affaires, la Calédonie a tout fait pour installer une sorte de monopôle d’Air Calédonie International qui coûte particulièrement cher aux Calédoniens et à la Nouvelle-Calédonie qui, à titre d’exemple, finance à hauteur de 350 millions par an la ligne Nouméa-Melbourne ! Mais il est toujours surprenant de constater que personne ne met en avant l’aberration économique qui consiste en ce qu’un territoire de 250 000 habitants finance deux compagnies aériennes (ACI et Aircal), qui ne coopèrent même pas ensemble et qui ne survivent que par l’appoint dans des proportions importantes, des fonds publics.

Continue Reading

Nouveau dans l’équipe de rédaction, Hubert B. a rejoint Calédosphère au tout début de l’année 2015. Enfant du pays, il a grandi à Nouméa et a ensuite bourlingué durant près de vingt ans au gré de ses envies et des hasards de la vie. Fils d’une bibliothécaire/documentaliste, il a été tour à tour enseignant, pigiste, formateur mais c’est finalement vers l’écriture qu’il a choisi de revenir. Succinct, précis, parfois laconique, si son style est volontiers direct, ses intérêts sont éclectiques et toujours tournés vers l’actualité. Sa citation favorite : « Le journaliste doit avoir le talent de ne parler que de celui des autres »



Laisser une réponse

54 Commentaires sur "Tourisme : la grande hypocrisie"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
dawamama

Il y a toujours eu une façon de faire sur ce territoire que je trouve consternante de cupidité et qui consiste à louer sa maison à des inconnus pendant ses vacances ‘
Coup double : ma maison est gardée , protégée des cambriolages et en plus j’empoche le loyer . Bien moins cher que de faire poser une alarme .
Et il y a des tarés pour tomber dans le panneau .

Clark

Ce n’est pas spécifique au territoire…

apox

S’agissant de Gaby B, spécialiste du tourisme, il est, a été, comment dire, employé, salarié, contractuel, CDI ou CDD, on choisira, du RPCR, et de la NC, et ce depuis 1977, donc sous l’aile de J.L. Il en a engrangé des sous pendant cette période. Et il veut se relancer dans le tourisme, le faire renaître?!!! On aura tout vu en NC. Un renouvellement des cadres est plus que nécessaire!

Janloupe Pahune
C’est sans issue… La calédonie est peut-être la plus belle, la plus lointaine, la plus chère des destinations… Et aussi celle ou l’on est le moins bien reçu ! Mon dernier week-end au Tiéti Terra ? Architecture superbe, bungalow luxueux et d’une rare élégance, emplacement béni… Mais l’après midi, c’est la tribu qui viens se laver dans la piscine… Oh les petites bêtes qui nagent ! Le soir, poulet congelé au menu, et passé 11h du soir, les cousins bourrés qui courent en hurlant sur les chemins de bois… Et un week-end au prix d’une semaine au Vanuatu, avion inclus…… Lire la suite »
colombe

si je revenais 2 minutes sur ce PARASITE, qui n’a rien fait de sa vie qu’etre fonctionnaire de la province ou du gouvernement , placé par ses petits copains, jamais elu !! qui pendant 20 ans aux commandes du tourisme n’a jamais depassé la barre des 100.000 touriste et qui aujourdhui pour certainement justifier son salaire, certainement aisé, nous pond un plan !!! de qui se moque t’on ??? TAIS TOI A JAMAIS !!! et retourne a ta guitare !! je ne suis pas sur qu’avec, meme au marché, tu trouves ta place !! incapable !!!!!!

apox

Arrêtons de jeter l’argent par les fenêtres. Tout ce fric dépensé depuis des décennies pour rien, car rien n’a évolué en NC surtout pas les mentalités! Nos décideurs sont tous des “champions du monde”!!!
Pour *FJP*, oui la mauvaise situation de la caisse de retraite des fonctionnaires est dû à J.L. mais n’oublions pas que la “Fédé”, principal syndicats de fonctionnaires était tout à fait favorable à l’utilisation des “sous” et a aidé J.L.dans cette manoeuvre.

FJP
Tres ancien débat… le tourisme en NC. Je crois me rappeler qu’il y a une trentaine d’années la tentative de braquage de la caisse de retraite des fonctionnaires d’un certain J.L. pour financer l’ HOTEL qui devait rapporter gros. A la suggestion de construire a la place plusieurs unités moins luxueuses une réponse méprisante. “En NC nous ne voulons que des touristes fortunés”. créations de golf,casinos, bingos, achat de places d’avions Nous voyons maintenant la fréquentation étrangère des ces établissements. Salaires des personnels hôteliers environ trois fois celui de nos voisins concurrents en la matière. (Vanuatu,Fidji)Gestions désastreuses, prise en otage… Lire la suite »
lucky

Votre dernier chapitre résume à lui seul la situation et la solution au problème touristique:
la desserte aérienne et son cout prohibitif……
A l’époque d’Aom et Corsair, les touristes arrivaient beaucoup plus facilement, et dépensaient pratiquement sans compter(j’étais hotelier à l’époque et peux donc en témoigner).
Mais il est reconnu qu’en Nouvelle Calédonie, tous les dirigeants, tous, s’appliquent à ne surtout pas changer la règle d’une seule et unique Compagnie de desserte avec l’Europe.
Qu’il est bon, ce gateau !

Lucky, la question c’est plutôt pourquoi les autres compagnies sont parties…???
Et pourquoi sont-elles donc parties ???

wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top