Connect with us

Calédosphère

Actualité

Corruption : une autre mise en examen pour Harold Martin !

Coup de tonnerre dans le paysage politique local : le maire de Paita vient, une nouvelle fois, d’être mis en examen par la justice. Harold Martin et Willy Gatuhau, son 1er adjoint, ont ainsi été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire dans une affaire d’achat de voix d’électeurs, lors de la dernière campagne des municipales. Et 1, et 2, et 3 …mises en examen !

Selon les informations d’une source proche du dossier, ce vendredi 9 septembre, convoqués dans les locaux de la brigade financière de la gendarmerie, Harold Martin et Willy Gatuhau ont été placés sous contrôle judiciaire et mis en examen à la suite d’une enquête relative à des achats de voix durant la campagne 2014 des municipales de Paita. Il est reproché au maire de la commune et à son 1er adjoint d’avoir échangé des promesses de votes contre des avantages financiers, des emplois ou des promesses de travaux payés par un tiers ou la municipalité. L’achat de voix est un phénomène malheureusement bien connu du parquet comme en témoigne la dernière mise en examen de Serge Dassault en métropole. La notion « d’achat de voix » est ainsi retenue par la jurisprudence car le terme renvoie en fait à l’article L106 du code électoral. Et Harold Martin risque en la matière une peine de deux ans de prison :

«Quiconque, par des dons ou libéralités en argent ou en nature, par des promesses de libéralités, de faveurs, d’emplois publics ou privés ou d’autres avantages particuliers, faits en vue d’influencer le vote d’un ou de plusieurs électeurs aura obtenu ou tenté d’obtenir leur suffrage, soit directement, soit par l’entremise d’un tiers, quiconque, par les mêmes moyens, aura déterminé ou tenté de déterminer un ou plusieurs d’entre eux à s’abstenir, sera puni de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 15 000 euros (l’article L106 du code électoral) »

Il s’agit ni plus ni moins que de la tentative d’influencer le vote et les résultats d’un scrutin, laquelle n’a pas juridiquement d’obligation de résultat en la matière (l’intéressé peut être condamné qu’il ait ou non remporté l’élection). Lors des élections municipales de 2014, Harold Martin avait ainsi totalisé 2671 voix au premier tour, et 3757 au deuxième, soit 1086 voix récupérées dans l’entre-deux tour. C’est une partie de ces 1086 voix qui auraient, selon les gendarmes, touché de l’argent, ou bénéficié d’emplois ou de promesses de contrats. Or, 280 voix seulement avaient départagé Harold Martin, vainqueur du scrutin et son adversaire d’alors Frédéric De Greslan. Selon le parquet, Harold Martin risque dans ce dossier une inéligibilité à vie.

Les casseroles d’Harold !

Cette mise en examen vient donc maintenant s’ajouter à la désormais longue liste des affaires judiciaires entourant Harold Martin. Ainsi :

• Le 6 octobre 2011, il est mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour prise illégale d’intérêts et favoritisme. Condamné en 1ère instance à deux ans de prison et cinq ans d’inéligibilité, il a fait appel de ce jugement.

• Il fait l’objet ensuite d’une deuxième mise en examen le 12 avril 2013 pour prise illégale d’intérêts dans une affaire de vente de terrains à Païta. Il est là soupçonné d’avoir siégé en avril 2010 à la réunion de la Commission provinciale d’urbanisme commercial (CPUC) qui a avalisé un projet de création de grande surface dans cette commune du Grand Nouméa dont il est le maire, sur un de ses anciens terrains qu’il a lui-même vendu en juin 2007 pour 250 millions de francs Pacifique (2,095 millions d’euros). L’affaire porte également sur l’évolution du plan d’urbanisme directeur (PUD) en 2008 qui a fait passer ce même terrain de « zone réservée à l’habitat » à « zone réservée aux équipements publics et d’intérêts collectifs », permettant la construction de bâtiments commerciaux.

• Le 9 septembre 2016, il est mis en examen pour obtention de suffrages par voix de dons ou de promesses. En clair, il est soupçonné d’avoir acheté des voix soit avec de l’argent, soit avec des emplois, soit par des promesses de travaux. Avec son 1er adjoint, Ils ont été tous les deux placés sous contrôle judiciaire avec interdiction d’entrer en contact avec l’ensemble des personnes impliquées dans le dossier et ils risquent des amendes, de la prison ferme et une inéligibilité à vie. C’est donc sa deuxième mise en examen sur des dossier concernant la mairie de Paita.

Selon nos informations, l’ancien président du gouvernement aurait eu vent d’une enquête à son encontre sur ce sujet. Ceci expliquerait peut-être sa récente volonté de vouloir se présenter à tout prix aux élections législatives de juin 2017 et ce afin de bénéficier de l’immunité qu’octroi un siège à l’assemblée nationale.

Afficher la suite

Officiant en free-lance pour plusieurs périodiques et médias calédoniens, cette pigiste professionnelle a rejoint l’équipe des contributeurs de Calédosphère depuis 2013 sous son nom de plume « Rita ». Spécialisée dans l’actualité quotidienne, elle se plait à y dénicher des sujets non-traités par les autres médias et à couvrir les évènements sensibles. Synthétique, réactive et parfois provocatrice elle essaie toujours d’écrire de manière claire, précise mais avant tout vivante. Son crédo : « Si ça pique, c’est un bon sujet »



Laisser une réponse

73 Commentaires sur "Corruption : une autre mise en examen pour Harold Martin !"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
obelix
Voila le genre d’article qui serait bien de publier dans les Nouvelles. Ca leur ferait remonter les ventes, à ce canard, qui, bientôt, s’il continue à écrire des banalités avec des fautes de français ou d’orthographe, va finir par un redressement judiciaire. Heureusement la les actionnaires sont bourrés aux as. Le problème c’est qu’il ne comprennent pas grand chose à la gestion d’un quotidien, régie publicitaire compris. Aucune étude d’impact, aucun chiffres sur le lectorat. La presse PQN, PQR et autres perdent des lecteurs, perdent des annonceurs depuis des années. Ce serait quand même catastrophique de perdre le seul journal… Lire la suite »
FJP
“Tous pourris” c’est d’une facilité intellectuelle digne des grands penseurs de ce blog. C’est une évidence que le syndrome ilien concernant nos hommes politiques a toujours frappé Ici amplifié par l’éloignement de la capitale. (pas que les politiques d’ailleurs) “enc de zore” petite familiarité tres entendue depuis mon arrivée en 1970 sur mine a 19 ans et encore d’actualité. Monsieur Martin comme les autres a du tripatouiller entre ses affaires et ses mandats. dans une économie de comptoir comme en N.C. que celui qui ne l’a jamais fait lui jette la première pierre. Arretez ces débats de personnes a la… Lire la suite »
obelix

Moi aussi, j’adore cette île. Raison de plus de supprimer les mandats électoraux de tous les pourris qui sucent la Calédonie depuis 50 ans. Une Calédonie certainement imparfaite, mais nettoyée de temps en temps, on se rapprocherait de la perfection. Allez! encore un petit effort, on est sur le bonne voie, sans oublier la lutte quotidienne contre la vie chère!

Ben non pas “tous pourris”,………… seulement une partie de LR-UC-PT. En gros ce sont les anciens coalisés. Ils ont tellement magouillé et menti aux Calédoniens, qu’aujourd’hui les masques sont entrain de tomber, c’est tout…..et puis ça ne va pas plus loin. Le phénomène de rejet de la classe politique n’est qu’un sentiment comme disent les autres. Aux prochaines élections on va revoir les mêmes vieux bourrins qui vont se représenter avec plus ou moins succès. C’est le fameux vote clanique et c’est la même chose à Tahiti. Comme du temps du vieux Lafleur, clientélisme et copinage étaient les deux mamelles… Lire la suite »
tumblr_lebl6vYdSH1qzsyre.gif
obelix

On le dit souvent: La mauvaise herbe, ça ne crève jamais! Hélas…

Tema

Cornaille ?

DECENNIE

SPOT ! ?

Tu peux au moins avoir l’honnêteté les termes de la condamnation finale si toute fois il y a eu condamnation, non ???
Tu peux aussi rappeler à nos amis que le cadre de cette affaire n’était pas politique et ne concernait pas de fonds publiques…!!!

DECENNIE

excuse Eric! je me suis arrêté au milieu, il était encore coupable de prise illégale d’intérêt il est vrai qu’il a été relaxé par la suite………

Et oui relaxé !!!
Et Spot tu peux aussi dire qu’il ne s’agit pas d’argent publique…
Tu peux profiter de l’occasion pour dire qu’il avait indiqué dés le début de son mandat qu’il ne gérait pas l’entreprise Spot…!!!

Ce qui serait sympa ce serait aussi de faire la liste de ceux qui sont relaxés et de ceux qui ne le sont pas, non ???

DECENNIE

il y a autant de chance de trouver un politique honnête en NC qu’une vierge dans un hôtel de passes. y’a bien encore quelques “péripolitien(ne)s “encore jouvenceaux qui rêvent de se voir sortir des .urnes…. un avenir depute ou de maire maquerelle… ainsi va la vie chez nos endémiques poly-tiques

awa

Et l’affaire de l’opt, la 3G???

(Soutien de Frogier)
– Nono, ça s’rait bien t’arrêtes d’faire ton Sarko. Les cass’roles, c’est bon…

Machin

Vous allez voir que ce n’est pas lui c’est Rocard qui a dit qu’il fallait faire comme ça, lui n’a juste fait qu’obéir aux ordres…..!!!! et de se côté là , il en connaît un rayon, dréssé par feu Jacquot !!! Il est capable de ressortir les maccabés du placard…il tient l’état français par les corones….il ne risque absolument rien ! ça aussi c’est le bon exemple qu’il faut montrer à notre jeunesse !

(Lyrique…)
“Ses énormes camions et son grand dépotoir,
ses vilains petits cons et ses cités-dortoirs…
Pour arrondir vos fins de mois, allez voter à Païta ! “

Harold fait vendre du journal, du buzz, augmente l’audimat, fait bouger les juges, déplace les foules :), c’est un “success story X” , une victime en quelque sorte . xptdr

images (2).jpg
wpDiscuz

Voir plus dans Actualité

Tendances

Les derniers comm’s

To Top